Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Plus on sait, plus on doute.» Pie II, pape

Célébration du du 15-octobre : Une session de vérité s’impose

Pour commémorer le 20e anniversaire de l’accession de Blaise Compaoré au pouvoir, le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP), le parti au pouvoir, organise un colloque international qui aura pour thème : " Démocratie et développement en Afrique".

A cette occasion, la direction politique du CDP, dans une lettre signée le 22 août par le président du CDP, Roch Marc Christian Kaboré, a invité le président de l’Union pour la renaissance/Mouvement sankariste (UNIR/MS), Maître Bénéwendé Stanislas Sankara, à prendre part à ce colloque. Dans sa correspondance, le président du CDP écrit notamment :" Ce colloque qui se tiendra les 14, 15 et 16 octobre 2007 dans la salle des Banquets de Ouaga 2000 donnera l’opportunité aux acteurs de la scène politique africaine et internationale d’identifier les pistes à même de contribuer de façon novatrice et efficace à la consolidation de la démocratie pour un développement durable en Afrique."

Le 3 septembre, le président de l’UNIR/MS répondait au président du CDP de la manière suivante : "...Vous me permettrez de vous rappeler que cet anniversaire, heureux pour vous, correspond hélas, pour une majorité de Burkinabè, au point de départ d’une descente aux enfers au-delà même de l’hécatombe qui l’a marqué." Plus loin, Me Sankara poursuit : "...Pour ces raisons, et pour bien d’autres encore qu’il serait fastidieux d’énumérer ici, nous nous démarquons de cette mascarade de colloque qui n’est qu’une tentative d’occuper le terrain pour essayer d’éclipser la commémoration internationale de l’odieuse forfaiture du 15 octobre 1987 que, nous le rappelons, des patriotes et démocrates d’autres pays tenaient à organiser chez eux au regard de la stature acquise par le Président Thomas Sankara." Une fin de non-recevoir catégorique et sans équivoque donc du président de l’UNIR/MS à participer au colloque du CDP.

Tout d’abord, il faut dire que le CDP a obéi à une démarche de courtoisie élémentaire en invitant l’UNIR/MS. Cette démarche traduirait sa volonté d’associer l’ensemble de la classe politique nationale qui devrait mener une réflexion sans complaisance sur la gestion du pays par Blaise Compaoré pendant deux décennies. Mais on pourrait dire qu’il s’agit d’une démarche qui ne manque pas de cynisme. On pourrait même suspecter un piège. Et, sans anticiper sur la réaction de l’UNIR/MS, le CDP devait s’attendre à ce refus. Avec la présence des éminentes personnalités africaines et internationales invitées par le CDP, quelle est la place qui va être consacrée aux partis politiques burkinabè ? Seront-ils simplement invités pour remplir la salle des Banquets de Ouaga 2000 à la grande satisfaction des organisateurs, ou auront-ils voix au chapitre ?

Ensuite, pour le CDP, ces manifestations vont être l’occasion de légitimer les événements du 15 octobre 1987. On produira des bilans élogieux des 20 années de gestion du pouvoir. Par contre, pour les sankaristes, notamment pour le président de l’UNIR/MS, participer d’une manière ou d’une autre à ce colloque revient à cautionner ce qui s’était passé il y a vingt ans ; en quelque sorte à vendre son âme. Aux yeux des sankaristes, c’est une contre-campagne que le CDP a déclenchée en organisant un colloque international du 10 au 20 octobre prochain. En effet, les dates retenues coïncident avec celles initialement arrêtées par le comité d’organisation de la commémoration du 20e anniversaire de l’assassinat de Thomas Sankara, qui avait prévu un Symposium international Thomas Sankara.

La commémoration des 20 ans de pouvoir de Blaise Compaoré, ou la célébration du 20e anniversaire de l’assassinat du Président du Conseil national de la Révolution, le capitaine Thomas Sankara, pose la véritable problématique de l’oubli et de la réconciliation des Burkinabè. Le 15 octobre 2007, deux manifestations distinctes vont avoir lieu à Ouagadougou. Le problème de la division des Burkinabè se pose encore vingt ans après. Pendant que des Burkinabè vont se pencher sur un contentieux de sang, leurs compatriotes à Ouaga 2000 vont célébrer les performances d’un régime. Chacun va donc commémorer le 15 octobre prochain sous l’angle qui l’intéresse. C’est la preuve d’une grande déchirure au sein du peuple où chaque camp voit midi à sa porte.

Comment faire pour apaiser ce climat de division qui perdure depuis 20 ans ? Car, il est plus que temps d’entreprendre une politique véritable de réconciliation et de pardon, car, on le voit, la Journée nationale de Pardon organisée le 30 mars 2001 n’a pas apporté l’apaisement souhaité. On pourrait penser à une session de vérité, qui, sans être une conférence nationale dont l’idée a été rejetée depuis, permettrait à chacun et à tout le monde de s’assumer et d’assumer sa part de responsabilité, non seulement dans les événements du 15 octobre 1987, mais également dans bien d’autres comme le 13 décembre 1998 date de l’assassinat du journaliste Norbert Zongo. Sans ce courage d’organiser cette catharsis générale, la date du 15 octobre, mais aussi de nombreuses autres, demeureront des journées pendant lesquelles les uns pleurent tandis que d’autres festoient et jubilent.

Le Fou

Le Pays

Vos commentaires

  • Le 7 septembre 2007 à 11:45, par KALMOGO En réponse à : > Célébration du du 15-octobre : Une session de vérité s’impose

    Vous avez une analyse qui n’a rien à voir d’avec celle d’un "Fou". Ou peut -être, il faut faire appel aux accadémiciens pour qu’ils rédifinissent et donnent une autre signification au mot Fou ! Je me rappelle avoir lu un article sur lefaso.net faisant cas d’un fou à Bobo-Dioulasso qui a réceuilli un bébé abandonné et l’a rémis à un centre pédiatrique. Donc une définition du mot fou, s’impose !

    Bref, pour revenir à votre analyse, sur la lettre d’invitation en question, Nous avons eu à faire des commentaires diverses et j’ai eu la même analyse sans être fou, moi !

    Pour que Tous(tes) les fils(les) du Faso, puissent à l’avenir fêter (commémorer) l’histoire de Notre chère Faso ensemble, on ne le dira pas assez : il faut une véritable paix des coeurs dans notre chère Faso.
    Cette paix des coeurs passe, comme l’indique le "Fou", et à mon humble avis, par :
    - 1. Vérité et justice:il n’ya aucun mal à dire la vérité et rendre justice.
    - 2. Pardon et réconciliation : Nous devons nous pardonner(sans considération réligieuse ; le pardon ne se décrète pas) et Nous réconcilier avec Nous-même et avec tous(tes) ceux/celles qui de par leurs actes proches ou isolés nous ont causé du tort.
    - 3.Après la phase 1 & 2, Nous Nous engageons résolument vers une vraie démocratie. Une démocratie où, le débats d’idées novatrices serait le crédo ; où on ne passerait tout son temps à crier aux sorcières ou à faire l’appologie d’un clan (le clan n’a pas droit d’exister).
    Ensemble, élévons le débat d’idées. Le Faso regorge de têtes penchantes. A vos claviers donc !
    Cordialement,

    Répondre à ce message

    • Le 10 septembre 2007 à 13:26, par Yamyélé En réponse à : > Célébration du du 15-octobre : Une session de vérité s’impose

      Vous aussi, comment vous voulez anticiper sur ce qui sera dit à cette commémoration ? Arrêtez SVP, on n’est pas des charlatans quand même ! Si le CDP veut organiser, c’est que c’est pour le bien du pays. Si les sankaristes veulent aussi faire quelque chose, c’est que je me dis que ce n’est pas pour nuire. Hé ! Allah ! Arrêtons tout ce brouhaha, tout ce tohu-bohu autour de cette commémoration, et attendons. Tous les deux groupes, sinon trois veulent le bien du pays. Je ne vois pas qui d’entre eux est contre le Burkina quand même !!

      Par Yamyélé, militant CDP + ODP/MT.

      Répondre à ce message

      • Le 11 septembre 2007 à 01:23, par Pa sak yé. Militant burkinabè En réponse à : > Célébration du du 15-octobre : Une session de vérité s’impose

        Mr yamyélé ! Je veux bien croire en votre bonne foi quant a ce que vous dites.Et c’est d’ailleurs un tres bon signe si vous reagissez et mieux ! Vous affichez votre militantisme vis-a-vis du cdp.Seulement,je vous demande de rester rien que dans la ville de Ouaga et de faire un tour d’abord dans les lieux où,lorsque le pauvre contribuable se sent faible face a un adversaire,est sensé se tourner pour trouver un bon denouement a son cas:palais de justice,gendarmerie,commissariat de police,la commune...vous verrez qu’il y a deux categories de burkinabè:celle des eternels gagnants et celle des eternels perdants.
        Les premiers etant ceux qui,soit sont des hommes forts du cdp,soit des parents ou ont des relations parmi les hommes forts du cdp.Ceux-là vivent dans l’abondance,ce qui n’empeche pas certains d’arnaquer le pauvre Timbila qui ne demande que 250fr par jour pour la popote.Quand Timbila ira convoquer ce type au commissariat ou a la gendarmerie,les vas-et vien qu’on va lui faire faire seront tels qu’il va finir par laisser tomber,pourquoi ? parcequ’il lui faut gagner la pitence journaliere pour sa famille.Résultat,monsieur du cdp circule et yaa foye !!C’est le meme cas qui prévaut au palais de justice où on trouve plein de magistrats qui SONT la JUSTICE,de quoi rendre jaloux le chef supreme de la justice qui n’est autre que celui du cdp.Laissez-moi vous dire,mr Yamyélé,qu’au pays d’où vos idoles du cdp recoivent des ordres pour que la zizanie continue,un individu n’ose pas se proclamer "je suis la justice".S’il le fait il sera limogé dans les jours qui suivent.
        Il en va de meme pour les recrutements des travailleurs,surtout dans la fonction publique.Renseignez-vous bien,combien de directeurs de services ont du crier dans les locaux de services " Qui m’a placé cet idiot ici ?!!".Pourquoi ? Parcequ’on recrute selon les affinités sans distinction de compétence,pourvu que le recruté soit l’oreille et l’oeil dans ces locaux,ou imposé par le ministre ou le deputé cdp,ou alors il est bon mobilisateur dans son secteur ou dans son village.Pendant ce temps,ceux qui ont bossé dans le vrai sens du mot et qui ont des diplomes qu’ils méritent sont au chomage.Vous allez peut-etre me dire qu’ils n’ont qu’à venir au cdp et ils auront du travail,mais tout comme vous qui avez le droit de clamer haut et fort votre appartenance au cdp,lui aussi a le droit d’appartenir ou pas a un parti !N’oubliez pas que c’est sous le regne du chef supreme du cdp qu’il a été décrété que tous les burkinabè sont egaux en droit.Mr Yamyélé,si tel que vous dites,le cdp cherche le bien du burkina,vous ne trouvez pas paradoxale que,a l’ere ou des pays tels que la chine,colonisés tout comme le Burkina Faso avancent a grands pas au point de faire peur aux occidentaux,qu’au Burkina,l’un des derniers classés du monde, on se permette de mettre n’importe qui a n’importe quelle place ?
        Vous croyez que ces grandes puissances qui transforment les pays du tiers-monde en une feuille au gré du vent ont acqui leur force par un coup de baguette magique ? Non,c’est parcequ’ils ont su mettre dans les appareils d’états les hommes qu’il faut à la place qu’il faut,quels que soient leurs bords politiques !Quand les américains voulaient leur indépendance vis-a-vis des britaniques,ces derniers n’ont pas réussi à corrompre quelqu’un qui est capable de faire tomber la tete pensante.Votre cdp a vu le jour grace à cette ignominie.Si Blaise voulait le bien du Burkina,il aurait dit à ceux qui l’ont payé pour qu’il leur débarasse de Sankara,et qui le maintiennent depuis 20ans au pouvoir d’aller se faire voir ailleurs !
        L’occident a depuis des décénies voulu faire croire aux siens que les nègres,c’est de gros enfants sans civilisation:manger,s’amuser,se bagarrer et dormir.Cheik Anta Diop leur a prouvé le contraire.Kuamé N’Kruma,Patrice Lumumba,Sekou Touré,Thomas Sankara leur ont demontré que le nègre a sa fierté et peut se prendre en charge s’il le veut.Des gens tels que votre idole justement,sont venus dire non,le nègre doit dependre du blanc ! et toujours !! et toujours !!il n’est pas capable de se prendre en charge.Et comme au pays des aveugles,c’est le borgne qui est roi,en dehors de lui personne n’est capable de diriger le Burkina Faso.C’est lui l’équivalent du pétrole au Faso et le peuple doit s’en réjouir,meme si le cout du carburant n’arrete pas de monter !
        Mr Yamyélé,par votre eh dja !,j’imagine que vous etes de la génération qui n’a pas réellement connu Thomas Sankara,ce qui me permet de vous dire quelque chose qui vous fera réfléchir quant à l’esprit réel de votre idole.Je vais dire les choses de manière à ce qu’elles vous soient accessibles.
        Thom Sank en son temps avait diminué le prix des denrées alimentaires et augmenté le prix des boissons alcoolisés.Alors,qu’est-ce que ca veut dire ? ca veut dire "buvez moins pour votre santé et mangez plus pour avoir la force de travailler".Je vous informe qu’en son temps,plein de choses qui concernaient le cadre de vie étaient réalisées par les populations elles-memes.Celà permettait de rester hors de dépendance vis-a-vis de l’extérieur.
        Après son coup d’état,lors de son tout premier discours,voici à peu près une partie du discours de votre idole en mooré " ...quant à nos routes et nos caniveaux,nos amis blancs là,ils viendront les réaliser pour nous !" Mais son tout premier geste fut d’augmenter le prix des denrées alimentaires et diminuer les ceux des boissons alcoolisées,soit," Buvez et ruinez-vous la santé.Quant à la bouffe,crevez,vous et votre familles !"
        Alors quand vous dites que le cdp veut le bien du Burkina,ca sonne comme une mauvaise note de musique et j’espère que c’est en toute innocence que vous le dites.Mais si vous le dites parceque vous aussi vous y trouvez votre compte,alors continuez.Et j’espère que vous , les tontons,les tanties et les abc,vous etes assez bien payés pour vous permettre des bilans de santé chaque fois que celà est nécessaire,afin de vivre assez longtemps pour voir les conséquences des tontonneries,des tantineries et les abceries.C’est mon souhait le plus ardent.Chaque fois que l’un de vous meur,c’est comme une hache qu’on me plante dans la poitrine !

        Répondre à ce message

  • Le 7 septembre 2007 à 12:30, par rayim En réponse à : > Célébration du du 15-octobre : Une session de vérité s’impose

    vraiment , merci le fou, meme si tu est fou , cette analyse est loin d`etre foule.
    votre analyse est plus que objecive . c`est ca le journalisme , toutes mes felicitations......................

    Répondre à ce message

  • Le 7 septembre 2007 à 16:03, par mirak En réponse à : > Célébration du du 15-octobre : Une session de vérité s’impose

    Merci mr le fou !! mais je tiens à vous assurer que vous etes loin d’etre fou. C’est une très bonne analyse ! la question que je me pose c’est ! : pourquoi les autorités du faso veulent coute que coute rayer thom sank dans l’histoire du Faso ? C’est un grand personnage qui marqué le cours de l’histoire du Faso parmi tous les autres présidents, Si on veut carrement l’oublier on n’a qu’à changer le nom du pays en Haute Volta ; changer l’hymne national ; etc..

    Répondre à ce message

  • Le 8 septembre 2007 à 20:09 En réponse à : > Célébration du du 15-octobre : Une session de vérité s’impose

    SAlut ;merci aux les uns et aux autres pour leur contribution ;Je suis Nopoko. Si la reaction de Me Sankara a ete si pointue au point d’etre violente,c’est que l’invitation de Mr Roch Marc est provocatrice,sinon insultante.
    Que n’a fait Sankara pour le pays ? SAchez que Thomas Sankara reste et demeure celui qui a de facon radicale retourne la face du pays en l’introduiant dans la cour des grands, des supergrands.
    Un devoir de memoire s’impose ;en depassant le demagogies des politiciens avides, chaque citoyen burkinabe conscient se drevrait de mediter sur ces evenements. Le 15 Octobre ne peut rimer avec joie, satisfaction, salades et vanites. C’est un jour sacre dans le calendrier africain car c’est ce jour que l’Afrique a perdu un fils.
    Que ce soit en Europe ou aux Etats Unis, sankara est respecte et aime pour ces idees car contrairement a la multitude inconsciente, il ya beaucoup qui croient en la justice,la liberte , en l"Afrique. Merci Nopoko

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés