LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “La porte du changement ne peut s’ouvrir que de l’intérieur. Chacun en détient la clé” Jacques Salomé

Ouagadougou : Les points de grillades et de boucherie dans le radar de la Police municipale

LEFASO.NET

Publié le jeudi 20 juin 2024 à 15h17min

PARTAGER :                          
Ouagadougou : Les points de grillades et de boucherie dans le radar de la Police municipale

La viande, notamment la grillade, constitue une alimentation de grande consommation dans les grandes villes du Burkina. Dans la capitale, Ouagadougou, et dans ces nombreux endroits qui animent les rues et autres espaces publics, les conditions d’hygiène y laissent à désirer.

A voir les mauvaises pratiques de transport de la viande dans la capitale, devenues aujourd’hui un véritable phénomène à ciel ouvert, et malgré les multiples et permanentes opérations de la police, l’on ne peut éviter de s’interroger sur la nature de ce qu’on consomme en matière de grillade et de viande de façon générale.

Toute la chaîne est à interroger ; du transport à l’assiette, en passant par les huiles, l’emballage et l’hygiène même du tenancier.

Les services communaux compétents en matière de contrôle tentent de veiller également sur cet autre mal de la société, mais, la réalité est que le chantier est colossal et demande la volonté individuelle et la vigilance de chaque consommateur.

C’est en cela qu’il faut saluer cette sortie de la Police municipale, le jeudi, 13 Juin 2024 dans l’arrondissement N°3 de Ouagadougou (partie nord-ouest de la capitale) pour contrôler et sensibiliser dans les points de grillades et de boucherie.

“Environ une trentaine de sites de vente a été contrôlée et sensibilisée sur les règles d’hygiène et de salubrité. Outre cette mission de sensibilisation, la DPSTU (Direction de la Police de la salubrité et de la Tranquillité urbaine) passera à la répression et appelle tous les bouchers et vendeurs de grillade à prendre toutes les dispositions utiles afin d’éviter tout désagrément”, a rendu publique la Police municipale à travers sa page Facebook, invitant la population à plus de vigilance dans le choix de leurs produits de consommation et à dénoncer tout cas suspect de produits sur le marché (ligne verte 80.00.11.03, numéro WhatsApp : 70.00.83.41).

O.L.
Lefaso.net

Crédit-photo : Police municipale/Ouagadougou.

PARTAGER :                              

Messages

  • Vous avez promis de vous occuper des commerces informels, je constate que rien n’a été fait jusqu’à maintenant, est-ce la date qui n’est pas arrivée où il y a un changement de programme ?? "Soudain" vous rendez visite aux grillées de viande, celà était au programme ou bien c’est juste pour faire sensation sur le Peuple ??

  • Si on regarde la photo 2, l’étal du boucher occupe illicitement l’espace de la rue ! Donc, à fermer pour 2 raisons ! On n’expose pas la viande à l’air libre sans protection minimale contre les mouches !

  • Belle initiative !!! Surtout les Fourreurs de Porcs. ( certains).
     La même huile noire dans le bidon noire de 20 litres depuis janvier 2024 est toujours d’actualité et utilisée en ce mois de juin pour fourrer le Porc.
     la même main qui manipule la viande pour les clients, c’est cette même main qui fait la monnaie ;
     La colle ou la viande est mise pour être fourrer n’est jamais lavée. C’est juste le petit apprenti qui y jette quelques goutes d’eau pour juste enlever la poussière avant d’y poser la viande.

  • Je salue cette initiative de la police municipale. Cependant, il serait souhaitable que les autorités gouvernementales se penchent aussi sur les nuisances sonores occasionnées par les bars/maquis/boites de nuits implantées sur des parcelles à usage d’habitation. Ce ne sont pas des espaces destinées à cela. Ils troublent la quiétude des ménages qui habitent sur les parcelles qui les jouxtent. N’y a-t-il pas des textes qui règlement leurs emplacements et autres ?

  • Je précise que le phénomène des parcelles d’habitation transformés en maquis/bar/boîte de nuit ne concerne pas seulement la ville de ouaga. Toutes les villes du Burkina Faso sont concernées et le phénomène prend de l’ampleur de jour en jour. Ceux qui ont en charge la gestion de la cité dans les localités concernées, font semblant de ne rien voir malgré les différentes plaintes. Il serait souhaitable que le gouvernement s’y penche afin de mettre fin à cette pratique et permettre aux personnes vivant dans les ménages qui jouxtent ces lieux de vivre dans un environnement paisible.

    • J’appui les propos de l’internaute Tatiana. Il y a un maquis à Banfora du nom de maquis TIEBA qui trouble la quiétude des habitants. C’est une parcelle à usage d’habitation qui a été transformée en maquis. Malgré les plaintes des voisins auprès du propriétaire, dépôt de plainte auprès de la justice, il n’y a as eu de suite. Il commence ses animations tôt dans la soirée et au delà de minuit, du lundi au dimanche. Est ce normal ? Il faut que l’état prenne une décision pour ces parcelles qui étaient destinées à usage d’habitation et qui ont été transformés en maquis.

  • Police municipale, nos routes dans les quartiers sont occupés par les garages et les maquis où les passages sont devenus des parking, les transformant en voies à passage alternés car difficile pour 2 voitures de se croiser. Ne nous abandonnez pas à notre sort, Aidez-nous !!

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par les responsables.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique