LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Soyez un repère de qualité. Certaines personnes ne sont pas habituées à un environnement où on s’attend à l’excellence.” Steve jobs

Pâques 2024 : Les Africains n’ont pas quitté la religion traditionnelle pour adopter les tares des sociétés occidentales, rappelle le cardinal Philippe Ouédraogo

Publié le lundi 1er avril 2024 à 22h00min

PARTAGER :                          
Pâques 2024 : Les Africains n’ont pas quitté la religion traditionnelle pour adopter les tares des sociétés occidentales, rappelle le cardinal Philippe Ouédraogo

Dans son homélie prononcée le dimanche 31 mars 2024 au sanctuaire Notre Dame de Yagma au cours de la messe pascale, le cardinal Philippe Ouédraogo est longuement revenu sur la fameuse déclaration Fiducia supplicans , dont la publication le 18 décembre 2023 avait provoqué une onde de choc et l’incompréhension de nombreux fidèles catholiques. Cette déclaration, faut-il le rappeler, donne la possibilité aux prêtres de bénir les couples en situation irrégulière et les couples de même sexe. « Nous revenons sur cette question parce qu’elle est toujours d’actualité et les pasteurs continuent d’être interpelés », s’est justifié le cardinal, pour qui « Le dicastère pour la doctrine de la foi a certainement failli à sa mission d’aider le Saint Père à s’acquitter de sa mission essentielle d’affermir ses frères dans la foi... »

Frères et sœurs bien aimés,

Le Christ est vraiment ressuscité, Alléluia !
A lui, la gloire et la souveraineté pour les siècles des siècles, Alléluia ! Alléluia !

Tel est le message de Pâques. Au nom de notre Eglise Famille de Dieu, j’adresse à tous et toutes nos vives félicitations pour les 40 jours de Carême vécus avec foi pour notre sanctification personnelle et communautaire. Ensemble, rendons grâce à Dieu pour les nombreux frères et sœurs qui, à Pâques, sont nés à la vie nouvelle par le baptême, la confirmation et l’Eucharistie. Puisse les grâces multiples de la célébration de la résurrection du Christ raviver notre foi, combler nos attentes et faire de nous des témoins convaincus du Ressuscité !
Bonnes et saintes fêtes Pascales à tous et à toutes.

Frères et sœurs,

À la vigile solennelle du samedi nuit, l’Eglise nous propose une série de neuf textes de l’Ancien Testament et du Nouveau Testament à écouter et à méditer. Et le dimanche de Pâques, trois textes bibliques. Dans les temps passés, Dieu a sauvé son peuple (A.T) ; dans ces temps qui sont les derniers, il nous a envoyé son Fils comme Rédempteur. A n’en point douter, Dieu lui-même conduira jusqu’à son plein achèvement l’œuvre de salut inaugurée dans le mystère de Pâques. Pour notre méditation, je m’arrêterai volontiers :
 Sur le récit de la création ; notre monde est voulu par Dieu ; l’homme n’en est pas le maître au point d’en faire ce qu’il veut.
 En outre, par le baptême, le chrétien est mort avec le Christ pour ressusciter et vivre avec le Christ une vie nouvelle .

I. Le monde est voulu et créé par Dieu

La veillée Pascale s’ouvre sur le récit de la création, un poème serein et majestueux. Notre monde est voulu et créé par Dieu, le Dieu de l’univers, sur qui personne ne peut mettre la main. Ce Dieu est proche et vivant puisqu’il se communique par sa Parole. L’image la plus ressemblante de Dieu est l’être humain. Notre monde voulu et créé par Dieu n’est pas un « tohu-bohu », où tout est confusion.

Dieu créa l’homme à son image, à l’image de Dieu il le créa ; il les créa homme et femme. Dieu les bénit et leur dit : « soyez féconds et multipliez-vous, remplissez la terre et soumette-la ». (Gn 1, 26-28)
Le monde voulu par Dieu est donc marqué, par la différence et la complémentarité : Adam et Eve ! Homme (Vir) et femme (mulier).

De nos jours, cette vérité essentielle semble contestée et ignorée. Le mariage, voulu par Dieu est contesté sous prétexte d’évolution et pourtant, la doctrine de l’Eglise est claire : « L’alliance matrimoniale, par laquelle un homme et une femme constituent entre eux une communauté de toute la vie, ordonnée par son caractère naturel au bien des conjoints ainsi qu’à la génération et à l’éducation des enfants, a été élevée entre baptisés par le Christ Seigneur à la dignité de sacrement (canon 1055,1).

Face à une telle clarté de vision biblique et Magistérielle, rien d’étonnant que la publication de la fameuse déclaration Fiducia supplicans du 18 décembre 2023 ait provoqué une onde de choc et d’incompréhension et semé confusion et trouble dans les esprits de nombreux fidèles du Christ (pasteurs, consacrés et laïcs) dans le monde et en particulier en Afrique.

L’Eglise Famille de Dieu en Afrique, à travers le Symposium des conférences épiscopales d’Afrique et de Madagascar (SCEAM) a initié une véritable consultation synodale qui a permis de synthétiser les opinions avisées des Conférence Episcopales : « Les unions des personnes de même sexe sont contraires à la volonté de Dieu et ne peuvent donc pas recevoir la bénédiction de l’Eglise » (Fridolin Cardinal Ambongo Besengu, OFM Cap, Président du SCEAM).

N’en déplaise à certains détracteurs de l’Afrique, cette position de l’Episcopat Africain est courageuse et lucide, respectueuse de la Révélation biblique et de la culture des Peuples africains. La doctrine doit être clairement énoncée et proposée. Pastoralement, les personnes à tendance homosexuelle, les couples en situation irrégulière doivent être traitées avec respect et dignité, tout en leur rappelant que les unions des personnes de même sexe sont contraire à la volonté de Dieu et ne peuvent donc pas recevoir la bénédiction de l’Eglise.

Nous revenons sur cette question parce qu’elle est toujours d’actualité et les pasteurs continuent d’être interpelés. Le dicastère pour la doctrine de la foi à certainement failli à sa mission d’aider le Saint Père a s’acquitter de sa mission essentielle d’affermir ses frères dans la foi, de renforcer la communion affective et effective de l’Eglise Universelle et de présider à la charité de l’Eglise Catholique. A-t-on pris la vraie mesure des enjeux pour publier Fiducia Supplicans entre deux Assemblées ecclésiales sur la synodalité, c’est-à-dire marcher ensemble, s’écouter mutuellement et ensemble écouter l’Esprit Saint ?

Halte aux nouvelles colonisations idéologiques :

Halte à la culture de la mort (cf. I.L., 139-141) Dans son discours aux familles à Manille (16/01/2015), notre Saint Père le Pape François exhortait à être « attentifs aux nouvelles colonisations idéologiques, qui cherchent à détruire la famille... ». Et lors de sa visite pastorale à Kinshasa en 2023, il mettait en garde contre la colonisation économique et culturelle de l’Afrique.

Que ne constatons-nous pas avec effroi ? Des milliards de dollars et d’euros sont investis dans la production et dans la distribution de préservatifs et de contraceptifs. En outre, dans l’euphémisme de « santé et de droits sexuels et reproductifs », des programmes sont imposés aux pays pauvres comme conditions sine qua non d’accès aux aides financières de développement. Il en est de même de « la perspective du Gender », du mariage homosexuel, du drame de l’avortement, de l’euthanasie... on ne saurait aussi ignorer la tragédie de la manipulation des produits pharmaceutiques et alimentaires qui insèrent des substances chimiques en vue de rendre stérile et de freiner la croissance démographique. C’est une véritable dictature de la culture de la mort. Halte donc aux nouvelles colonisations idéologiques. Halte à la dictature de la pensée unique. Dans leur légitime et objective spécificité, les droits des peuples et des nations ne sont rien d’autre que des droits humains fondamentaux à promouvoir et à respecter. (cf. Cardinal Philippe Ouédraogo, DIEU SEUL SUFFIT, Dialogue et vérité, P.175).

Pour nous chrétiens africains qui ont quitté la religion traditionnelle pour embraser la Religion du Dieu Unique révélé en Jésus Christ, ce n’est certainement pas pour adopter et vivre les tares culturelles des sociétés occidentales qui s’érigent en maitres et gouverneurs du monde.
Que reste-t-il de l’empire et de la civilisation gréco-romaine ?

L’Eglise doit se démarquer de son carcan culturel européen et s’en tenir à sa Mission Rédemptrice à l’annonce de la Bonne Nouvelle à toutes les nations (CF Mt 28,19). Pour nous chrétiens, seul Jésus Christ et son Evangile sauveront l’Eglise et le Monde !

Puisse notre Eglise, de façon prophétique rester ferme dans la foi, indéfectible dans l’espérance, fidèle à notre Seigneur Jésus Christ et à son Evangile. Puisse – t -elle avoir le courage et la sagesse d’affirmer et de proposer tout le Trésor Révélé pour la vie et le salut du Monde.

II – La vie Nouvelle en Christ Ressuscité

Dans l’Epître aux Romains (6,3-11), l’apôtre Paul exprime ce que devrait être notre foi au Christ Ressuscité. Tous les baptisés sont « plongés » dans le mystère de Pâques. » Nous sommes passés par la mort avec le Christ pour vivre avec lui, pour mener une vie nouvelle. Dans une telle perspective, l’apôtre insiste : Si vous êtes ressuscités avec le Christ, recherchez les réalités d’en haut… Pensez aux réalités d’en haut et non à celles de la terre (cf ; Col. 3,1-4).

« Si le grain de blé ne tombe en terre et ne meurt pas, il reste seul ; s’il meurt, il porte beaucoup de fruits » (Jn 20,24) ; Jésus est mort avant de ressusciter. Ainsi nul ne peut ressusciter, s’il n’est d’abord mort. C’est dire donc que les chrétiens doivent mourir avant de ressusciter. Mais ils doivent mourir à quoi et comment ? Ils doivent mourir au monde et mourir à soi !

Mourir à nous-mêmes, c’est le détachement complet de ce qui n’est pas Dieu, la pauvreté d’esprit qui ne laisse subsister les intérêts personnels… Comme l’exprime bien Saint Charles de Foucauld, « C’est vider l’âme et n’y laisser subsister que la pensée et le seul amour de Dieu ».

Le Jeudi Saint, la veille de sa passion / mort, Jésus a laissé aux siens le plus grand des commandements : l’Amour de Dieu et l’Amour des frères et sœurs. Nous sommes tous invités à faire des efforts dans le domaine de l’humilité, la douceur le pardon mutuel, la solidarité, la charité fraternelle… A Pâques, à la suite de Jésus Ressuscité, nous sommes appelés à être des femmes et des hommes nouveaux, à faire des Béatitudes notre référence et notre projet de vie…

Frères et sœurs bien-aimés, demandons avec une immense confiance la grâce d’un renouvellement profond pour être des disciples authentiques et convaincus du Ressuscité, capables de transformer notre monde en un monde plus digne de Dieu et plus digne des hommes, un monde réconcilié dans la justice et dans une paix véritable et durable !!!

A Pâques, nous le savons et nous croyons : le Christ est vraiment Ressuscité !
Roi victorieux prends-nous tous en pitié ! AMEN !!!

Philippe Cardinal OUEDRAOGO
Archevêque Emérite / OUAGADOUGOU

- ,-

PARTAGER :                              

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV