LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Il faut penser tout ce qu’il y a de pensable dans l’impensable” De Vladimir Jankélévitch

Opération de curage de caniveaux à Dédougou : « Ça ne sert à rien de vider si … », dénonce un citoyen de la ville

Lefaso.net

Publié le samedi 26 août 2023 à 23h00min

PARTAGER :                          
Opération de curage de caniveaux à Dédougou : « Ça ne sert à rien de vider si … », dénonce un citoyen de la ville

La mairie de Dédougou a lancé, au début du mois d’août 2023, une opération de curage des caniveaux de la ville. L’opération a permis de vider les ordures des différents canaux d’évacuation des eaux de pluies dans la cité. Seulement qu’environ deux semaines après, les déchets retirés des trous de drainage d’eau demeurent, à bien des endroits, toujours sur place et risquent de boucher à nouveau les caniveaux surtout avec les pluies qui se succèdent. Des citoyens de la commune rencontrés ce jeudi 25 août 2023 souhaitent voir la municipalité diligenter le ramassage des ordures. La mairie, quant à elle, appelle à des actions communautaires pour débarrasser la ville des immondices.

L’opération de curage des caniveaux de la ville de Dédougou a été bien accueillie par nombre de Dédougoulais comme cette vendeuse de produits cosmétiques installée au bord d’une des artères de la ville. « Les canaux étaient bouchés par là. C’était difficile de traverser quand il pleut. L’eau mouillait la chaussée. Mais depuis l’opération de curage, c’est un soulagement », témoigne-t-elle.

Une satisfaction partagée par un gérant de boutique de transfert d’argent pour qui le vidage des caniveaux a permis de réduire significativement les risques d’inondations dans beaucoup de quartiers de la ville de Dédougou. « Avant l’opération de curage, il y avait des inondations dans ce quartier (côté est du secteur n°1 de la ville de Dédougou : ndlr) après chaque pluie. Les caniveaux étaient bouchés et l’eau stagnait partout », a-t-il décrit.

Des ordures en attente de ramassage sur l’axe Dédougou-Tougan

Mais plus de deux semaines après la fin de l’opération de curage, des monticules d’ordures et toutes sortes de déchets retirés de ces passages d’eau continuent de joncher les abords des canaux et attendent toujours d’être transportés à une destination lointaine pour ne pas redescendre au fond des caniveaux notamment sous l’effet des eaux pluviales.

Cette donne contribue à anéantir l’euphorie qui s’était emparée des populations à l’annonce et lors du déroulement de l’opération. Et ce n’est pas ce boutiquier rencontré au secteur n°2 de Dédougou qui dira le contraire. Il explique que si les ordures ne sont pas ramassées, les eaux de pluies vont les ramener au fond des caniveaux. Ce quadragénaire énumère également d’autres inconvénients liés à cet état de fait tels que la dégradation et la restriction de la chaussée et les risques d’accidents de circulation.

Des devantures de boutiques quasi obstruées par des monticules de terre et d’ordures

« Je pense que ça ne sert à rien de vider les caniveaux si l’on va abandonner les ordures sur place et ne pas les ramasser », s’est-il offusqué.
Un commerçant de pièces détachées dans les encablures du grand marché de Dédougou souhaite vivement que la mairie accélère l’évacuation des ordures retirées des caniveaux. « Cela dure plus de deux semaines que les ordures encombrent la devanture de nos boutiques et la voie. Nous demandons à la mairie de nous aider à évacuer ces saletés », dit-il en montrant du doigt un canal déjà encombré d’ordures.

Contactée, une source bien imprégnée de l’opération de curage et bien introduite au sein de la mairie de Dédougou a confié que ladite opération a été réalisée en partenariat avec le Projet d’urgence de développement territorial et de résilience (PUDTR) à hauteur de 21 millions FCFA. Elle relève que le projet avait prévu de curer trente kilomètres de caniveaux, mais au finish, ce sont plus de 47 kilomètres de canaux curés.

Les eaux pluviales font retourner ces ordures dans les caniveaux

Cependant, « le côté ramassage des ordures a été minimisé », précise la source qui ajoute qu’un prestataire privé a été tout de même engagé pour le ramassage des ordures. « Le contrat dit que le prestataire mobilise quatre véhicules par jour pendant une semaine pour ramasser les ordures », informe notre interlocuteur avant de reconnaître que cela n’a pas permis de résoudre le problème.

Ici, des tas d’ordures bordent caniveaux et chaussées à perte de vue.

« Nous avons demandé au prestataire de prolonger d’une semaine et la situation n’est toujours pas résolue. Le budget, d’environ 5 millions de FCFA, alloué à ce volet est épuisé », a avoué celui qui appelle à l’implication des populations pour libérer la ville. « Franchement, il ne faut pas qu’on dise seulement la mairie. Les caniveaux, c’est pour tout le monde. Ensemble on peut s’organiser avec des travaux communautaires pour ramasser ces ordures-là », propose notre vis-à-vis comme alternative à la situation.

Yacouba SAMA
Lefaso.net

PARTAGER :                              

Messages

  • Quand on travaille sans tout prévoir en terme de ressources, on obtient ce résultat. Il faut des textes pour obliger chaque citoyen devant sa porte à entretenir sa portion de caniveau ; sinon, c’est eux même les premiers qui déversent les déchets dedans et qui sont les premiers à se plaindre. Appliquons le principe pollueur payeur avec toute la rigueur et la situation va vite s’améliorer. C’est notre laxisme dans tous les domaines, qui nous tuent ! Et, après, on passe son temps à dire que Dieu nous sauve !

    • Vous avez parfaitement raison. Chacun doit prendre ses responsabilités. Chaque citoyen est responsable des ordures qu’il a lui-même produites.
      Il est donc tenu, sous peine de sanction de veiller à ce que ses ordures ne nuisent pas à la collectivité.
      Il appartient également a la municipalité de mettre à la disposition des citoyens, dans chaque quartier des décharges pour la collecte des ordures.
      Ce n’est quand même pas trop demander.
      Ça ne coûte pas beaucoup d’argent,..., nos villes seront propres et nos enfants seront en meilleure santé.
      C’est juste une question d’éveil des consciences !

  • L engagement doit etre communautaire et chacun doit jouer sa partition

  • Les camarades boutiquiers remplissent aussi a remplir les caniveaux et ne paient pas souvent d’impôts, et ensuite gueule la mairie de pas finir le travail. Veulent-ils que leur fils partent au front sans cartouches ds leur fusils pour que l’argent servent a nettoyer leurs immondices ? La mobilisation est générale ! Peuple du Burkina, lève toi, retrousse tes manches, ouvre tes yeux et ton coeur et ta tête !

  • Le problème de fossés bourrés est national. Tous les burkinabe doivent se sentir concernés. Rendons le pays propre pour que l´eau de pluie devienne une bénédiction.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par les responsables.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique