LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “La porte du changement ne peut s’ouvrir que de l’intérieur. Chacun en détient la clé” Jacques Salomé

16e édition du SIAO : Les stylistes sont les mieux représentés

Lefaso.net

Publié le vendredi 20 janvier 2023 à 17h23min

PARTAGER :                          
16e édition du SIAO : Les stylistes sont les mieux représentés

Le comité d’organisation de la 16e édition du SIAO (Salon international de l’artisanat de Ouagadougou) a échangé avec la presse ce vendredi 20 janvier 2023, à Ouagadougou. L’événement va se tenir du 27 janvier au 5 février 2023.

C’est le ministre du développement industriel, du commerce, de l’artisanat et des petites et moyennes entreprises, Serge Gnaniodem Poda qui a répondu essentiellement aux préoccupations de la presse.

Plus de 350 artisans venus de 25 pays à travers le monde sont attendus.
En tête de liste des artisans figurent les stylistes a affirmé le ministre. Il a souligné que « nous voulons mettre l’accent sur la production endogène de l’habillement dans nos pays, notamment au Burkina Faso » a-t-il expliqué.

Déjà, 550 stands ont été réservés. Le comité d’organisation compte en écouler 700.

Plus de 800 millions de FCFA ont été mobilisés pour l’occasion.

À gauche, le ministre de l’artisanat, Serge Gnaniodem Poda a appelé à la conscience collective. Même si le port du masque n’est pas obligatoire sur le site, il est préférable de le porter pour éviter la propagation du Covid-19

Le thème retenu pour cette édition est : « Artisanat africain, levier de développement et facteur de résilience des populations ».

Il faut noter qu’en marge du SIAO 2023, il va avoir lieu la 10 e conférence des ministres en charge de l’artisanat des 28 États membres du Comité de coordination pour le développement et la promotion de l’artisanat africain (CODEPA) du 26 au 28 janvier. Ils vont se pencher sur la thématique citée en amont.

Autre point important, une compétition entre artisans est organisée pour récompenser les meilleurs exposants.

Lire aussi Dramane Tou, DG du SIAO : « Le report de la 16e édition a eu un impact positif et négatif à la fois ».

En ce qui concerne la sécurité du public et des exposants, Serge Gnaniodem Poda a rassuré que toutes les dispositions ont été prises par le gouvernement pour sécuriser les lieux.

Il a également notifié que des mesures ont été prises pour que les participants venus des autres pays ne soient pas atteints par la maladie à Covid-19. En effet, ils devront montrer le test PCR négatif ou le pass vaccinal.

Pour la 16e édition, le pays invité d’honneur est la Côte d’Ivoire.

Des dires de Serge Gnaniodem Poda ce choix s’explique par le fait que « La Côte d’Ivoire est un pays frère qui partage le même espace économique que nous. C’est un pays où le brassage des populations est très élevé. Elle a un secteur artisanal très dynamique et professionnel. Elle participe régulièrement au SIAO » a-t-il confié.

Le site du SIAO a été réhabilité pour l’événement

Pour avoir accès au site, aux pavillons ventilés et à l’espace Arts et Métiers il faut débourser 500 FCFA contre 1000 FCFA pour le pavillon climatisé.

En ce qui concerne les badges d’accès de manière permanente pendant les 10 jours du SIAO, il faut s’acquitter de 10 000 FCFA.

Les tickets sont également payables par mobile Money.
Il est prévu plus de portes d’entrées afin d’éviter l’attente du public.

Serge Gnaniodem Poda a rappelé que l’artisanat au Burkina Faso participe pour près de 30% au produit intérieur brut (PIB) du pays. Il est le troisième pourvoyeur d’emplois après l’agriculture et l’élevage. L’artisanat occupe environ 2 millions de personnes.

SB
Lefaso.net

PARTAGER :                              

Messages

  • "En tête de liste... les stylistes.. nous voulons mettre l’accent sur la production endogène de l’habillement dans nos pays, notamment au Burkina Faso"
    Génial, nous allons avoir les VDP les plus élégants du monde,... heu, à moins que l’on achète ailleurs, je ne sais plus ce qui a été décidé...?
    Et c’est quand même rassurant d’apprendre que "toutes les dispositions ont été prises par le gouvernement pour sécuriser les lieux", pendant que crève le Burkinistan, au Ouagaland on peut continuer à parader et à festoyer en toute sécurité.
    Une thématique concernant la sécurité ou la résilience, ainsi qu’une minute de silence, en mémoire de tous ces cadavres qui nous encombrent, seront néanmoins les bienvenues.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Musique : Kindiss, le roi du binon, est décédé