LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Soyez un repère de qualité. Certaines personnes ne sont pas habituées à un environnement où on s’attend à l’excellence.” Steve jobs

Burkina Faso/Hydrométéorologie : Le rapport d’évaluation à mi-parcours du projet HYDROMET-BF soumis à validation

Publié le vendredi 30 décembre 2022 à 15h54min

PARTAGER :                          
Burkina Faso/Hydrométéorologie : Le rapport d’évaluation à mi-parcours du projet HYDROMET-BF soumis à validation

Ce vendredi 30 décembre 2022 se tient à Ouagadougou un atelier de validation du rapport d’évaluation à mi-parcours du Projet de renforcement de la résilience climatique au Burkina Faso (HYDROMET-BF). L’ouverture de l’atelier a été présidée par le secrétaire général du ministère des Transports, de la mobilité urbaine et de la sécurité routière, Jean-Claude Zongo.

Les informations météorologiques et climatiques ne sont pas suffisamment utilisées au Burkina Faso. En cause, des obstacles dans la mise à disposition des services hydrométéorologiques aux utilisateurs potentiels des secteurs publics et privés et au niveau des communautés. Pour changer la situation, le gouvernement burkinabè avec l’appui de la Banque mondiale à travers l’Association internationale de développement (IDA) et le Fonds vert climat a initié le Projet de renforcement de la résilience climatique au Burkina Faso (projet HYDROMET -BF).

A travers ce projet, il s’agit d’améliorer les services hydrométéorologiques, climatiques et d’alerte précoce du pays et de les rendre plus accessibles aux secteurs et communautés visés. Ainsi le projet HYDROMET -BF devrait permettre de renforcer les capacités des institutions-clés responsables de la météorologie, de l’hydrologie, du climat et de la gestion des risques de catastrophes que sont : l’Agence nationale de la météorologie (ANAM), la direction générale des ressources en eau (DGRE), la direction générale de la protection civile (DGPC), le Système d’alerte précoce (SAP) et le Conseil national de secours d’urgence et de réhabilitation (CONASUR).

Les participants devraient examiner et valider le rapport d’évaluation à mi-parcours du projet HYDROMET et formuler les recommandations pour améliorer la mise en œuvre du projet.

Le projet comporte cinq composantes. La première composante porte sur le renforcement des capacités et développement institutionnel, la seconde vise l’amélioration des infrastructures hydrométéorologiques et d’alerte précoce, la troisième porte sur le renforcement des prestations de services et des alertes à l’égard des utilisateurs et des communautés. La quatrième composante est dédiée à la gestion du projet et la dernière, à l’intervention en situation d’urgence ou de crise.

Après trois ans de mise en œuvre, le projet HYDROMET-BF a été évalué à mi-parcours et un rapport produit. L’atelier qui se tient ce 30 décembre 2022 a donc pour objectif d’approuver ce rapport d’évaluation. L’évaluation a porté sur la période 2019-2022 et couvre l’ensemble des cinq composantes du projet.

« Le projet HYDROMET est à mi-parcours. Il a commencé à être mis en œuvre en avril 2019. 2022 c’est le lieu de s’arrêter pour voir si la mise en œuvre du projet est conforme au planning qui a été fait. Et si ce n’est pas conforme, quelles en sont les raisons ou les causes et au-delà de ça, qu’est-ce qu’il y a lieu de faire pour que les objectifs spécifiques assignés au projet puissent être atteints, pour que les résultats attendus soient également au rendez-vous ? », a laissé entendre Jean-Claude Zongo, secrétaire général du ministère des Transports, de la mobilité urbaine et de la sécurité routière.

Jean-Claude Zongo, secrétaire général du ministère des Transports, de la mobilité urbaine et de la sécurité routière (à droite) invite les participants à formuler des recommandations pour améliorer le rapport d’évaluation.

Il souligne qu’en plus de faire l’état des lieux de la mise en œuvre du projet, le rapport formule des recommandations à l’endroit de l’unité de gestion du projet, des agences d’exécution du projet et à l’endroit des partenaires techniques et du gouvernement en vue de permettre au projet d’atteindre les résultats qui lui sont assignés. Les participants au présent atelier qui ont pour tâche d’examiner et de valider le rapport, sont également invités à faire des recommandations pour améliorer la mise en œuvre du projet. Ces recommandations seront prises en compte dans le rapport définitif d’évaluation à mi-parcours du projet.

Justine Bonkoungou
Lefaso.net

PARTAGER :                              
 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Changement climatique : La planète envoie des signes
Déchets plastiques : Ces « voisins » qui nous envahissent