Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Toucher le fond est une victoire pour celui qui s’en sort.» Smarty

Élections 2024 au Burkina : La CODEL propose six thématiques

Accueil > Actualités > Politique • LEFASO.NET • mardi 22 novembre 2022 à 22h38min
Élections 2024 au Burkina : La CODEL propose six thématiques

La Convention des organisations de la société civile pour l’observation domestique des élections (CODEL) a animé une conférence de presse ce mardi 22 novembre 2022 à Ouagadougou pour dévoiler ses thématiques de plaidoyer des élections de 2024.

Après l’observation des élections (présidentielle, législatives et locales) de 2015, 2016 et 2020, la Convention des organisations de la société civile pour l’observation domestique des élections (CODEL), à travers son projet « Veille et monitoring citoyen pour une bonne gouvernance électorale au Burkina Faso », a capitalisé des recommandations. Pour des élections réussies en 2024, la CODEL propose six thématiques de plaidoyer.

Il y a le suffrage universel direct comme mode de désignation des présidents de collectivités territoriales. Fort de son expérience engrangée lors des échéances précédentes, la CODEL pense qu’il faut adopter cette méthode pour élire les maires, car l’ancienne pratique constitue un facteur de conflits. A titre d’exemple, les conférenciers du jour ont cité le cas de la commune de Saponé et de l’arrondissement 3 de Ouagadougou.

Les observateurs domestiques proposent la CNIB (Carte d’identité nationale burkinabè) ou le passeport comme document unique de vote. « L’avantage de la CNIB comme document de votation pourrait se fonder sur la réduction du coût des opérations de vote (…) L’utilisation pourrait contribuer à réduire la corruption électorale. En effet, la CNIB ne peut être retirée comme la carte d’électeur afin d’attendre les jours du vote pour remettre aux intéressés », a expliqué Adjaratou Tall, membre du groupe de réflexion sur les réformes électorales.

Des candidats « lavés de tout soupçon de fraude fiscale »

La question du quota genre figure en troisième position sur la liste du plaidoyer. Les jeunes et les femmes doivent participer au développement de leur pays, a rappelé la CODEL. Il est attendu pour les échéances de 2024 au Burkina Faso, une liste dédiée pour les jeunes, les femmes et les personnes en situation d’handicap dans les postes électifs (Assemblée nationale et conseils municipaux), a formulé Adjaratou Tall.

Face à la presse, les conférenciers ont parlé de la situation fiscale des candidats à tout poste électif. La CODEL plaide pour l’instauration d’un « quitus fiscal » dans le code électoral pour les candidats désirant participer à une élection. « Etant entendu que les candidats à des postes électifs aspirent à gérer les deniers publics, il serait intéressant qu’ils soient lavés de tout soupçon de fraude fiscale », recommande Bassirou Sawadogo, membre du groupe de réflexion sur les réformes électorales.

Le président de la CODEL, Me Halidou Ouédraogo, prône l’assainissement des partis politiques au Burkina Faso

Pour la limitation des partis politiques

La CODEL pose également le débat sur le financement des partis politiques et de la campagne électorale. L’organisation pense qu’il faut améliorer la législation en matière de financement public de la vie politique et légiférer sur le financement de la vie politique. La CODEL est favorable à une réforme du cadre juridique des partis et formations politiques dans le sens d’une réduction du nombre de partis politiques. « On peut limiter les partis politiques », a tranché Me Halidou Ouédraogo, président de la CODEL.

La sixième proposition est la question des candidatures indépendantes. Aux législatives de 2020, ce sont six alliances et 30 regroupements d’indépendants qui ont pris part. Au final, aucun élu indépendant. Pourtant, « ça devrait être la meilleure forme pour les candidats », a estimé Daniel Da Hien, le vice-président de la CODEL. Ainsi, il plaide pour une révision du format pour l’adapter aux exigences du moment et corriger les incompatibilités dans sa mise en œuvre.

Selon Daniel Da Hien, les périodes de transition sont les meilleures périodes pour faire des plaidoyers afin d’avoir une base solide. C’est ce qui a justifié les propositions de la CODEL en cette période de transition.

Cryspin Laoundiki
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 22 novembre à 17:47, par DAMOCLES En réponse à : Élections 2024 au Burkina : La CODEL propose six thématiques

    Merci à la CODEL pour avoir donné un avis courageux et objectif qui me conforte dans ce que j’avais dit sur ce forum, il y a à peine quelques jours. A savoir que la limitation du nombre de partis politiques au Burkina Faso est urgente et importante.
    Dans ce pays il ne peut pas y avoir 200 projets de société. Ma proposition est donc la suivante : Aux prochaines élections, le parti qui obtient moins de dix pour cent des suffrages exprimés doit s’auto dissoudre automatiquement !
    IB-KYELEM, la balle est dans votre camp

    Répondre à ce message

  • Le 22 novembre à 18:56, par Demo En réponse à : Élections 2024 au Burkina : La CODEL propose six thématiques

    Salut a tous, svp arrettez toutes ces gesticulatioms...La morale recommande que recouvre notre terrotoire d,abord...Allez vous faire enroler d,abord apres tout on ira aux elections pour le bonheur des generations futures. A bon entendeur, Salut.

    Répondre à ce message

  • Le 22 novembre à 21:34, par Mouzoue En réponse à : Élections 2024 au Burkina : La CODEL propose six thématiques

    Vieux père, il n’aura rien en 2024 Donc il faut faire des propositions pour qu’on reduise le terrorisme le plus vite possible.

    Répondre à ce message

  • Le 22 novembre à 22:34, par Damoclès En réponse à : Élections 2024 au Burkina : La CODEL propose six thématiques

    Le syndrome de la Rueblique ! Tout le monde est devenu connaisseur de tout, et de surcroît, donneur de leçon dans ce pays !!! Aucune humilité ! Courage et bravo à la codel !

    Répondre à ce message

  • Le 22 novembre à 23:10, par Le Sage En réponse à : Élections 2024 au Burkina : La CODEL propose six thématiques

    Les estimations officielles font état de ce que 12 de nos 13 régions seraient plus ou moins hors de contrôle par l’État. Pensez-vous que d’ici à 2024 on aura inversé considérablement la tendance ? Le souhait est oui. Mais avouons que ce n’est pas évident. Donc, concentrons-nous sur la reconquête totale du territoire comme priorité absolue. Merci !

    Répondre à ce message

  • Le 22 novembre à 23:55, par Patarbtalle En réponse à : Élections 2024 au Burkina : La CODEL propose six thématiques

    Vraiment quoi. Parions sur le plus urgent : la sécurisation du pays.

    Répondre à ce message

  • Le 23 novembre à 04:28, par Cocorrico En réponse à : Élections 2024 au Burkina : La CODEL propose six thématiques

    Deux parti sont suffisant, a la rigueure trois pour permettre de challenger les deux partis et maintenant ceux qui veulent devenir President se remplace a la tete de ses deux partis.

    Répondre à ce message

  • Le 23 novembre à 05:21, par HUG En réponse à : Élections 2024 au Burkina : La CODEL propose six thématiques

    On se prépare à recevoir les fonds des pays europeens. Arrêtez on est fatigué de vous.Quel est votre rôle au juste. Quand le.mpp avec l aide du président du ceni a autorisé certains bureaux de vote a ouvrir d autres et fermées d autres sans une conservation qu avez vous fait.? On est pressé de bouffer l argent que les partenaires vont donné.

    Répondre à ce message

  • Le 23 novembre à 06:15, par Sida En réponse à : Élections 2024 au Burkina : La CODEL propose six thématiques

    Vraiment,ayez pitié des PDI ,qu’elles élections au moment où toutes les contributions doivent aller dans le sens du recouvrement du territoire.
    Tout ça pour avoir des fonds pour bouffer

    Répondre à ce message

  • Le 23 novembre à 06:41, par De Balzac En réponse à : Élections 2024 au Burkina : La CODEL propose six thématiques

    Certaines propositions sont bien pertinentes, mais J’aurais pris le CODEL au sérieux si parmi celles-ci il recommandait le report des élections jusqu’à ce que le Burkina recouvre l’intégrité du territoire car les réformes que vous demandez ne peuvent se faire pour les élections de 2024. Il faut rappeler que l’Etat civil n’existe presque plus dans certaines parties du pays. Même l’extrait de naissance et/ou la CNIB sont un luxe pour certaines populations. Faisons plaisir à nos partenaires, mais pensons d’abord au Burkina..

    Répondre à ce message

  • Le 23 novembre à 07:50, par Sacksida En réponse à : Élections 2024 au Burkina : La CODEL propose six thématiques

    Ecoutez, les Elections generales ne sont pas prioritaires car il faut Recouvrer le Territoire National, la Refondation de notre systeme Democratique, la Refondation de notre Gouvernance, et Economiques, la Refondation de l’Etat Burkinabe, la Refondation de l’Armee Burkinabe etc. meme si pour cela il faudrait prolonger la Transition Democratique d’une annee afin d’asseoir des Institutions Fortes et Endogenes. Rappelez vous, en 2015, j’avais propose de prolonger la Transition de Michel Kafando d’un An afin de realiser certaines Reformes Cruciales, et des Politiciens tels que les Simon compaore et autres ont menace de faire descendre leurs militants dans la rue contre la Transition de 2014, leurs resultats probants sont quoi aujourd’hui ? La Vie n’est pas une course de Vitesse car une sagesse recommande : Il faut se precipiter lentement pour arriver a bon port, que de vouloir aller tres vite et se retrouver a la case. Les Hommes n’ont pas les memes Visions, ni les memes dons d’anticipations des Choses. Que Dieu Sublime aide notre Peuple Burkinabe. Salut

    Répondre à ce message

  • Le 23 novembre à 07:51, par Sacksida En réponse à : Élections 2024 au Burkina : La CODEL propose six thématiques

    Ecoutez, les Elections generales ne sont pas prioritaires car il faut Recouvrer le Territoire National, la Refondation de notre systeme Democratique, la Refondation de notre Gouvernance, et Economiques, la Refondation de l’Etat Burkinabe, la Refondation de l’Armee Burkinabe etc. meme si pour cela il faudrait prolonger la Transition Democratique d’une annee afin d’asseoir des Institutions Fortes et Endogenes. Rappelez vous, en 2015, j’avais propose de prolonger la Transition de Michel Kafando d’un An afin de realiser certaines Reformes Cruciales, et des Politiciens tels que les Simon compaore et autres ont menace de faire descendre leurs militants dans la rue contre la Transition de 2014, leurs resultats probants sont quoi aujourd’hui ? La Vie n’est pas une course de Vitesse car une sagesse recommande : Il faut se precipiter lentement pour arriver a bon port, que de vouloir aller tres vite et se retrouver a la case. Les Hommes n’ont pas les memes Visions, ni les memes dons d’anticipations des Choses. Que Dieu Sublime aide notre Peuple Burkinabe. Salut

    Répondre à ce message

  • Le 23 novembre à 07:55, par Olms En réponse à : Élections 2024 au Burkina : La CODEL propose six thématiques

    Ils ont commencé déjà à s’exciter et à agiter. D’abord la libération du pays et après si IB se comporte bien il sera reconduit.

    Répondre à ce message

  • Le 23 novembre à 07:58, par Le republicain En réponse à : Élections 2024 au Burkina : La CODEL propose six thématiques

    Héhi, codel du calme ,comptentez vous de l’observation et laisser les partis et le législateur s’occuper des reformes. Pas besoin de Cota genre, pas de limitation des partis politiques. Il faut d’abord la sécurité, ensuite des audits des services publiques , le jugement des dossiers de justice dormants, ensuite on pourra faire des reformes pour réglementer la participation à chaque type d’élection.

    Répondre à ce message

  • Le 23 novembre à 08:19, par Passakziri En réponse à : Élections 2024 au Burkina : La CODEL propose six thématiques

    Courageà vous pour le travail inlassable de veille pour l’installation d’une democratie vitale et solide au Faso. malgré les réticences, la democratie reste la voie la plus juste, pacifique et humaniste pour atteindre un avenir radieux dans notre pays.

    Passakziri

    Répondre à ce message

  • Le 23 novembre à 09:01, par Paligba En réponse à : Élections 2024 au Burkina : La CODEL propose six thématiques

    Pour moi, nous sommes dans une periode de transition ou il est question de refondation pour adapter les institutions a nos valeurs, a nos coutumes. Pour le moment, je ne sais meme pas s’il y aura encore des elections au Burkina Faso. On fait des elections depuis l’independance et ca nous a amene nul part.
    Le premiere ministre a mis les chercheurs devant leur responsabilite. On doit donne un delai a ces derniers pour nous proposer quelque chose d’original qui conduira notre peuple vers le developpement. Il faut oser inventer l’avenir !

    Répondre à ce message

    • Le 23 novembre à 11:34, par Passakziri En réponse à : Élections 2024 au Burkina : La CODEL propose six thématiques

      Bonjour Paligba

      Vous dites ;"...je ne sais meme pas s’il y aura encore des elections au Burkina Faso. On fait des elections depuis l’independance et ca nous a amene nul part. "
      Je ne sais pas si c’est du Burkina Faso vous parlez , mais ma perception est du moins que nous faisons des coup-d’etats depuis l’indépence . Je ne pense pas que le CODEL parle seulement d’élections mais de démocratie dont les élections restent le seul outil pour l’atteindre. Donc on peut s’entendre que depuis les independances il y’a 60 ans, la Haute Volta devenue Burkina Faso n’ait pas eu à expérimenter véritablement la démocratie, exception à la période Lamizana où nous avons presque oser le pas. Si nous ne sommes allés nulle part, c#est justement parce que nous n’avons pas su bâtir une démocratie digne de ce nom, et ne faisons que faire des coup d’états qui sont des aventures inconnues parce qu on connait rarement les nouveaux hommes fort avant qu’ils n’opèrent leur coup de force. Généralement le peuple tape un bidé comme avec Damiba mais parfois aussi c’ést la cagnotte comme avec Sankara avec une chance de 1/180 000 000.
      Il est donc logique que pour éviter de retomber dans les mêmes erreurs qui nous empêchent l’expérience démocratique, il faille perfectionner l’outil qui nous permettrait de la réaliser. C’est ainsi que je comprends la démarche de la CODEL. Dans le cas contraire nous allons faire encore des élections et mettre les mauvaises personnes là oú il ne le fallait pas, et risquons de perdurer dans la préhistoire avec des coup d’états qui ne font honneur á personne et temoignent négativement sur l’état d une nation. A moins qu’on ne veuille jouer avec notre pays comme à la Tombola.

      Passakziri

      Répondre à ce message

      • Le 23 novembre à 12:15, par Yssif En réponse à : Élections 2024 au Burkina : La CODEL propose six thématiques

        Votre lecture est subjective à mon avis. L’inflation de coups d’Etat est plutôt un indicateur de faillite des gouvernances civiles. Ce n’est pas une justification que je fais mais je donne une explication. Vous croyez que si un civil était capable il n’aurait pas fait de coup d’état à Rock ? Comment on peut laisser un pays être saccagé de toute part et espérer mieux qu’un coup d’Etat ? Tant que le diagnostic sera mal fait on tournera en rond.

        Répondre à ce message

        • Le 23 novembre à 15:49, par Passakziri En réponse à : Élections 2024 au Burkina : La CODEL propose six thématiques

          Bonjour Yssif,
          Vous dites je cite : "L’inflation de coups d’Etat est plutôt un indicateur de faillite des gouvernances civiles" ; je ne sais pas de quelles gouvernances civiles vous parlez si vous parlez du Burkina Faso dont voici grosso modo la chronologie des changements :
          1-1960-1966- Regime démocratique civil, demis par une insurrection populaire mais récupérée par l’armée. 6 ans
          2 -1966-1980- Régime militaire habillé en costume démocratique, donc régime militaire - Renversé par un coup d’état militaire - 14 ans
          3-1980-1982- Régime militaire. renversé par un coup d’état militaire- 2 ans
          4-1982-1983- Régime militaire, renversé par un coup d’état militaire- 1 an
          5- 1983-1987- Régime militaire, renversé par un coup d’état militaire - 4 ans
          6-1987-2014- Régime militaire, habillé en costume démocratique, donc régime militaire- renversé légalement par une insurrection populaire 27 ans
          7-2014-2015- Transition civilo-militaire, remplacée par un régime démocratiquement élu. 1an
          2015-2022- Régime démocratiquement élu, renversé par un coup d’état militaire. 7 ans
          8-Janvier 2022 - Septembre 2022- Régime militaire renversé par un coup d’état militaire.
          Un calcul rapide, nous somme à 49/ 13 en faveur des régimes militaires. Lá ce sont les faits.
          Comme les militaires gérent mieux, on devrait être un pays dévéloppé actuellement en suivant la logique.

          Voyons voir !! en parcourant cette chronologie, et selon votre hypothèse, nous devrions avoir deux coups d’états, pas plus puisque les seuls régimes civils sont ceux de Maurice Yaméogo et de Rock Marc Christian Kaboré. Comme c’estpas le cas et qu’on remarque que des régimes militaires renversent des régimes militaires et civils, on peut en conclure que les militaires font leurs coups d’états quel qu’en soit la forme du régime. Conclusion c’est pas une question de gouvernance, mais plutôt d’une armée en manque de culture démocratique et dont les têtes putschistes se cachent souvent derrière des alibis pour se rapprocher des caisses et se remplir les poches. Si chacun faisait l’éffort de respecterla constitution noble du Burkina Faso, je pense qu’on aurait 80% de problèmes en moins. Hélas !!!

          Passakziri

          Répondre à ce message

  • Le 23 novembre à 09:54, par Burkine halali En réponse à : Élections 2024 au Burkina : La CODEL propose six thématiques

    Bonjour merci au codel pour sa proposition.J’aimerai aussi qu’on limite la durée de l’opposition,c’est a dire qu’on face en sorte que (de la même façon qu’ont a limité le mandat du président a 2) qu’un opposant ne puisse pas aussi dépasser 2 mandat a la tète du parti,car plus on dure dans l’opposition plus on devient inefficace et même s’il arrive au pouvoir il aura toujours en tète qu’il est opposant et pire cette fois ci il s’opposera même au peuple.

    Répondre à ce message

  • Le 23 novembre à 10:39, par KONKOBO Antoine En réponse à : Élections 2024 au Burkina : La CODEL propose six thématiques

    Merci à la CODEL pour ces propositions qui sans doute permettront d’améliorer le processus électoral dans les années à venir au Burkina Faso. La prise en compte des groupes vulnérables spécifiques s’avère plus qu’important. Mais, il serai important de mener aussi la réflexion sur comment recouvrer les zones sous influence terroriste et comment envisager les élections en 2024 en comptant également les voix des populations des localités qui seront d’accès difficile.

    Répondre à ce message

  • Le 23 novembre à 10:41, par Le Sage En réponse à : Élections 2024 au Burkina : La CODEL propose six thématiques

    Le moment n’est pas favorable pour aborder ce thématique. Il faut plutôt œuvrer à recouvrer le territoire. Qui vous a dit que des élections auront lieu en 2024 ?
    Si la transition fait un travail acceptable par la population, c’est sur que le peuple l’invitera à continuer avec d’autres reformes.
    Ton Halidou, à l’heure là, il faut réfléchir pour voir comment aider les jeunes à récupérer le territoire aux mains des terroristes. Sinon, à cette allure, vous risquez de vous faire haïr au soir de votre vie !

    Répondre à ce message

  • Le 23 novembre à 11:11, par Popol En réponse à : Élections 2024 au Burkina : La CODEL propose six thématiques

    les éléctions en 2024 ne sont pas la priorité du gouvernement , ni du president , encore moins de la populations Burkinabè.

    C’est affligeant de voir qu’en définitive , les osc et les politiciens sont nombrilistes et obsédés uniquement par les calculs et débats autour de des élections et de la politique.

    Mais c’est fini , un vent nouveau va balayer ces has been.

    Répondre à ce message

  • Le 23 novembre à 11:38, par TIGA En réponse à : Élections 2024 au Burkina : La CODEL propose six thématiques

    Lefaso.net, vous faites du racontage « que » du journalisme. Quelles sont ces six (06) thématiques. Soyez professionnels.

    Répondre à ce message

  • Le 23 novembre à 12:20, par Titre d’Ancien Président du Faso En réponse à : Élections 2024 au Burkina : La CODEL propose six thématiques

    Les coups d’Etat militaire ou civil sont interdits par notre Constitution. Le soulèvement ou insurrection populaire est reconnu par notre Constitution. Tout militaire ou civil qui arrive au pouvoir par un coup d’Etat ne doit plus avoir le titre d’Ancien Président du Faso pour bénéficier des avantages liés à ce titre. Seul celui qui est élu ou designé suite à un soulèvement ou insurrection populaire (comme ce fut les cas de Général Lamizana et de Son Excellence Kafando). Il faut que cessent les coups de force au Faso qui ne font que mettre le pays en rétard avec le reste du monde. S’il y a des pays en Afrique de l’Ouest qui n’ont jamais connu de coups d’Etat (Sénégal, Cap Vert), c’est qu’on peut mettre fin à ces connéries. Des pays étaient en tête des coups d’Etat en Afrique, voilà qu’ils se sont ressaisis et ont opté pour la démocratie depuis des années. Mon Faso est en train de les depasser. Tout coup d’Etat devrait faire face au peuple vaillant du Faso (comme ce fut le cas de celui du faux général en 2015) et aux pays démocratiques. Trop, c’est trop ! Tout militaire qui aspire au pouvoir d’Etat connait les procedures reconnues en la matière. Il faut que ça cesse et ça cessera.
    Signé : L’Etalon Enragé

    Répondre à ce message

  • Le 23 novembre à 12:44, par Le petit tranquilos En réponse à : Élections 2024 au Burkina : La CODEL propose six thématiques

    Il faut un début à tout. Que le territoire soit libéré totalement ou pas, allons aux élections avec le peu qu’on a. On pourra lancer la démocratie avec de nouvelles bases. Réduisez le nombre des partis politiques. Que dieu nous vienne en aide.

    Répondre à ce message

  • Le 23 novembre à 14:07, par Barou En réponse à : Élections 2024 au Burkina : La CODEL propose six thématiques

    JE NE COMPREND PAS CE PAYS YA QUEL URGENCE D ALLERAUX ELECTIONS EN 2024 ?????
    C EST POUR FAIRE PLAISIR A QUI ???
    TANT QUE LE DERNIER DEPLACÉ DU BURKINA NE SERA PAS CHEZ LUI PAS D ELECTIONS AU BURKINA ET QUAND ON IRA AUX ELECTIONS SERA DECIDÉ EN MOMENT.
    POUR ETRE UN PARTI POLITIQUE IL FAUT AVOIR 1 000 000 D ADHERANTS SIGNATURES ET NUMERO DE CIB DE CHAQUE ADHERANT.
    PAS DE POSSIBITÉ D ADHESION DE 2 PARTIS VOICI QU IL FAUT IMPOSER.
    JE PENSAIS QUE ALIDOU ETAIT MIEUX QUE ÇA ARRETEZ CES DEMARCHES A PLAISIR CERTAINS PERSONNES.
    LE BURKINA EST EN GUERRE GENERAL EVITONS CES SORTIES UNITILES LA.
    QUELLE DEMOCRATIE MEME, VOUS ETES LA ELECTIONS ! ELECTIONS !
    POUR VOTER QUI DE CES GENS QUI SE FONT APPELER PRESIDENT DE PARTIS POLITIQUE.
    HONNETEMENT JE VOIS LE BURKINA REPARTIR A LA CASE DEPART APRES CETTE TRANSITION. SI C EST SE PRESSÉ ALLER VOTER UN DE CES CLOUNES QUE VOUS CONNAISSEZ C EST PAS LA PEINE DE PERDRE LE TEMPS FAITEZ LE MAINTENANT.
    C EST QUOI QUI NE VE PAS AVEC LES AFRICAINS ?

    Répondre à ce message

  • Le 24 novembre à 08:58, par Sam En réponse à : Élections 2024 au Burkina : La CODEL propose six thématiques

    On est même pas en 2023 de plus les populations cherchent à vivre en paix pour le moment. Je ne vois donc pas la nécessité de parler des élections à cette étape de la vie de notre nation. Ils n’ont qu’aller tenir leur conférence de presse à Djibo on va voir. Dites au vieux Halidou de faire pardon et prendre sa retraite. C’est pas joli de traîner sur un fauteuil roulant pour organiser c’est genres d’inepties.

    Répondre à ce message

  • Le 24 novembre à 19:40, par Sacksida En réponse à : Élections 2024 au Burkina : La CODEL propose six thématiques

    Dans la nouvelle Constitution Burkinabe et Endogenes, il faudrait prevaloir la Declaration Publique et Transparentes des Biens Personnels des Gouvernants Burkinabe : President du Faso, Gouvernement, Directeurs Generaux, President du Parlement, Deputes, Gouverneurs, Hauts Commissaires, Presidents de Regions, Maires de Communes etc. Avant leurs prises de Fonctions, il doivent jurer sur la BIBLE, le CORAN et le TEMPELEM. De meme, CEUX qui seraient Coupables de fautes lourdes tels que : Vols, Detournements de deniers publics, Corruptions et Malversations diverses sont traduits devant des Tribunaux Populaires Speciaux ou du Faso. Donc, ils pourraient etre sanctionnes severement par la recuperations des Biens, et une Prison allant de 10 a 20 ans et avec Interdictions d’exercer toute fonction publique et Politique aPerpetuite. Ainsi, tout cela pourrait intaurer veritablement la Bonne Gouvernance operationnelle et Vertueuse continuelle des Affaires publiques. Salut

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Rumeurs de tentative de coup d’État au Burkina Faso : Le porte-parole du gouvernement apporte des précisions
Velléités de déstabilisation de la transition : « C’est bien de privilégier le dialogue, mais nous ne sommes pas rassurés », lance le CISAG au capitaine Ibrahim Traoré
Burkina Faso : Le président de l’Assemblée législative de transition prend conseils auprès de personnes ressources
Burkina Faso : Le capitaine Ibrahim Traoré aurait effectivement échappé à un coup d’État
Soutien pour le renforcement de la démocratie au Burkina Faso : Le Premier ministre invite le NDI à sortir des sentiers battus
Accusation de déstabilisation de la transition : Le Mouvement burkinabè unis pour une transformation sociale porte plainte
Affaire 2000 soldats étrangers au Burkina Faso : Le gouvernement apporte un démenti
Burkina : Des organisations féminines choquées par les « propos assez ironiques » du Premier ministre sur le genre
Élections 2024 au Burkina : La CODEL propose six thématiques
Burkina : L’Assemblée législative de transition est désormais dotée de tous les organes
Burkina : Ce qu’il faut retenir de la Déclaration de politique générale du Premier ministre
Déclaration de politique générale : Les parlementaires livrent leurs impressions sur le discours du Premier ministre
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés