LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Le lion et la panthère sont inoffensifs ; en revanche, les poules et les canards sont des animaux très dangereux, disait un ver de terre à ses enfants” Bertrand Russel

Portrait d’un lauréat du concours de polytechnique : Erwin Poussi, ancien du PMK, fait briller l’étoile du Burkina

Lefaso.net

Publié le mercredi 15 juin 2022 à 10h40min

PARTAGER :                          
Portrait d’un lauréat du concours de polytechnique : Erwin Poussi, ancien du PMK, fait briller l’étoile du Burkina

Révélé au grand public en 2020 à la faveur de sa réussite éclatante en fin d’année scolaire, année dans laquelle il fut le premier national au baccalauréat série C et pour la troisième fois consécutive, meilleur élève du second cycle au Prytanée militaire du Kadiogo, Erwin Poussi est un jeune pour quiconque le côtoie, ne laisse personne de marbre et dont l’abnégation force l’admiration.

Après avoir vu des vertes et des pas mures pour l’obtention d’une bourse afin d’accomplir son vœu le plus cher qui est de devenir ingénieur, il finira par intégrer une classe préparatoire en France pendant deux ans, de laquelle école il sort major et réussit finalement au test d’entrée de la prestigieuse école polytechnique de Paris. Malheureusement, faute de moyens financiers pour couvrir les frais de scolarité, Erwin est de retour au bercail et se fait désormais du mouron car risquant de voir sa chance lui passer sous les yeux.

« Il ne faut point juger des gens sur l’apparence » disait Jean de la Fontaine. A première vue, l’homme n’affiche pratiquement rien d’exceptionnel. Dans des vêtements propres à tout jeune de sa génération, il ressemble à tout être ordinaire que l’on rencontre dans la vie de tous les jours. Et plus on l’observe, de par sa démarche, son regard vif, son sourire charmeur, le ton de sa voix qui indique tout de suite qu’il a fait un séjour en Europe et son visage poupin, plus on se sent conforté dans ses convictions, d’avoir affaire à un jeune qui croque la vie à pleine dent. Cependant, dès que l’occasion nous a été donné de savoir qui il est et ce qu’il fait, nous avons pris entièrement la mesure de l’adage qui dit : « l’habit ne fait pas le moine. »

Son enfance

Né d’un père ingénieur et d’une mère gestionnaire, Erwin a grandi dans le moule d’une éducation basée sur des valeurs de responsabilité et du sens élevé du travail et du respect de l’aîné. Son père nous confiera d’ailleurs « qu’Erwin n’était ni turbulent, ni difficile à éduquer. Tu traces une ligne à ne pas franchir, Erwin ne la franchira pas. Nous l’avons éduqué de sorte à ce qu’il respecte les autres ».

Comme tout enfant de son âge, Erwin fera un passage réussi sur les bancs de l’école primaire Bambi. « J’ai été troisième sur le plan national au Certificat d’études primaires élémentaires (CEPE) en 2013 », nous dit-il. Suite à cette brillante réussite, il fera son entrée au Prytanée militaire du Kadiogo pour y faire le secondaire. C’est le début d’une nouvelle vie pour le petit Erwin. Il doit désormais quitter le cocon familial pour sa nouvelle famille. Lui qui jusque-là avait eu une vie tranquille et paisible sans trop de remous, se posera mille et une fois la question de savoir dans quoi est ce qu’il est embarqué. Le "bleuissement" en classe de 6e (formation militaire des nouveaux qui dure 45 jours), le décrassage (sport matinal) de bonne heure, le largage (le fait pour un ancien de remettre son baluchon à laver à un plus jeune), les corvées-désherbages, etc. sont des mots qu’il découvrira non sans mal. La formation militaire est dantesque, le rythme est intense, les choses se font dans la célérité, la rigueur est de pointe. Nonobstant ces conditions, Erwin était toujours brillant en classe. Il n’aimait juste pas l’instruction militaire et même, « en 4e, il voulait rentrer à la maison. Je lui ai dit qu’après son Brevet d’étude du premier cycle (BEPC), on verrait dans quelle mesure cela est possible. Quand il a réussi, je lui ai encore dit de continuer parce que je ne connais pas une autre école qui forme mieux », confie son père. Il y restera finalement pour son second cycle.

Dès la rentrée, Erwin se fait désormais à l’idée que le PMK est son « terminus », comme quoi à défaut d’éviter quelque chose qu’on ne peut fuir, il faut tout simplement s’y conformer et faire avec. Il raflera de la classe de seconde à la terminale, tous les prix d’excellence en étant consécutivement major de sa promotion et meilleur élève du second cycle. Pour le lieutenant-colonel. Ismaël K. Diaouri commandant du PMK de l’époque « En plus d’être excellent, Erwin est un symbole d’humilité car il se bat pour que ses camarades puissent être éclairés sur les zones d’ombre », témoignait-il. Il réussira au bac "C" de l’année 2020 en se hissant à la première place au Burkina Faso avec une moyenne de 17,04.

Galères après le BAC

Son précieux baccalauréat en poche, Erwin Poussi recevra une offre de bourse militaire, pour poursuivre ses études, qu’il décline parce que les filières proposées ne lui convenaient pas. Son vœu le plus ardent est d’embrasser plus tard une carrière d’ingénieur en aérospatial (tout ce qui touche à l’aéronautique, la construction d’avions, de drones, de satellites, etc.).

Il a d’abord pensé que sa position de premier au bac devrait normalement suffire à obtenir une bourse pour intégrer une université polytechnique afin d’accomplir son rêve, mais grande fut sa déception de voir que l’Etat ne disposait pas de bourses à cet effet et proposait seulement des bourses nationales pour l’université Joseph Ki-Zerbo. Ainsi, après avoir cherché en vain une bourse qui lui permettrait d’entreprendre des études de son choix, Erwin compris que la meilleure manière de ne pas être déçu, c’est de compter sur soi-même car, plus le temps passe, plus ces chances d’être ingénieur s’amincissent.

Cet épisode de sa vie était épouvantable, fait-il savoir. « Je me suis senti frustré. C’est triste de voir qu’ici on ne valorise pas les plus méritants. Je ne sais pas ce que le Burkina a contre l’excellence. Ailleurs, l’accompagnement des meilleurs après le bac est immédiat ». Pour se tirer d’affaire, il entreprend donc de déposer ses dossiers dans un portail de Classes préparatoires aux grandes écoles (CPGE). Malgré les excellents résultats qu’il a obtenus, sur les 30 écoles dans lesquelles il a postulé, seulement deux l’ont retenu. C’est ainsi qu’il rejoindra la France pour les classes préparatoires en Mathématiques physique et sciences de l’ingénieur (MPSI).

Deux ans en classe préparatoire

Erwin débarque en France avec un retard d’un mois. Il devra prendre le train en marche et s’adapter très vite au risque de faire une mauvaise entame et laisser filer entre ses doigts ses chances de devenir ingénieur. Il demande au proviseur de l’établissement une période d’adaptation afin de ne pas composer son devoir de mathématiques programmé quatre jours après son arrivée et cette dernière lui répond : « vous aurez une période d’adaptation, mais vous êtes tenu de composer les devoirs et vos notes compteront ».

La réponse du proviseur était claire et très vite, Erwin comprend qu’il est un test pour cette école. Déjà qu’une ivoirienne de la même école éprouvait d’énormes difficultés à tirer son épingle du jeu, le cliché selon lequel « les Africains n’ont pas le niveau requis pour les sciences » venait de prendre du poids. Entre la pression déjà latente au sujet des stéréotypes sur les Africains et les devoirs qu’il faut apprêter, l’ancien "pmkaliste" comprend que chaque seconde qui passe est un temps de perdu. Il passe alors des nuits blanches pour ne pas perdre la face.

Au vu de sa situation, certains enseignants jouent la carte de la clémence et proposent de diluer les devoirs qui seront concoctés spécialement pour lui, mais c’est sans connaître la détermination du jeune Burkinabè. « Mon professeur de chimie m’a dit de laisser tomber une bonne partie du cours pour me faciliter la tâche. Mais le problème c’est que moi, il ne faut pas me dire ça. C’est comme s’il veut dire que je ne suis pas à la hauteur », nous confie-t-il en arborant un large sourire. « Au devoir de mathématiques, j’ai eu un 15/20 et la meilleure note était de 16. Mon professeur m’a dit que c’était hallucinant ce que je venais de faire », lâche-t-il.

Au terme de la première année de MPSI, il intègre la classe de Maths physique étoile (MP étoile), classe réservée aux meilleurs élèves de la première année, là où le rythme de travail est infernal. « En MP étoile, on vous donne des sujets impossibles à traiter totalement. Celui qui fait ne serait-ce que la moitié du devoir a 20/20 et je puis vous assurer que réussir cette mission relève d’un parcours du combattant. Pourtant j’y suis arrivé et jusqu’aujourd’hui, à part moi, personne n’a réussi cet exploit depuis que cette école existe.

Les occidentaux n’en revenaient pas. Ils ne s’imaginaient pas qu’un Africain puisse faire ça. Au terme des deux semestres j’ai fini major avec respectivement 15 et 13 de moyenne. Il était impossible d’aller au-delà. J’ai passé les tests d’entrée dans les meilleures écoles de polytechnique de France. J’ai réussi tous les tests et j’ai opté de rejoindre l’Ecole polytechnique de Paris, la meilleure de toutes. Elle est même dans le top 50 de meilleures universités au monde dans le classement de Shanghai », assure Erwin Poussi.

Ses ambitions

Après ces deux années de classes préparatoires, Erwin est de retour avec l’espoir d’obtenir une bourse pour poursuivre ses études dans cette prestigieuse université française de renommée mondiale. Cependant, un problème se pose car les frais de scolarité de l’université s’élèvent à 38 000 euros pour les quatre années d’études qu’il doit faire. Il entend postuler aux bourses offertes pour les étudiants en classe préparatoire mais craint de passer à côté des offres qui seront proposées.

En effet, ils se retrouvent pour la bourse, en compétition avec des étudiants qui ont fait des écoles intégrées et dont la moyenne est de 15, 16, voire 17 ; mais dont la formation est totalement incomparable à celle qu’il a reçu. En sus, même s’il venait à en être bénéficiaire, les bourses mises sur le marché ont une valeur de 2 000 euros/an. Ce qui ne peut en aucun cas couvrir les frais de scolarité de l’Ecole polytechnique de Paris.

Pour l’instant, Erwin est de retour dans son pays natal et prie avec beaucoup de ferveur que le vent de la providence souffle en sa faveur et que l’Etat vole à son secours afin qu’il puisse poursuive ses études d’ingénieur en France. L’Etat devrait aussi faire quelque chose pour l’excellence intellectuelle en général.

Le concours de l’école polytechnique pour les étrangers a concerné 800 candidats de diverses nationalités dont des Chinois des Américains et autres Européens et des Africains venant du Maroc de la Côte d’Ivoire du Sénégal de la Tunisie et du Cameroun … pour 30 places offertes. Erwin a réussi à hisser le drapeau du Burkina lors de ce concours.

C’est une belle performance qui mérite d’être encouragée. Il faut voir en ce garçon un athlète qui a montré aux yeux du monde la qualité de notre système éducatif. Si l’Etat ne l’aide pas à poursuivre ses études à X (polytechnique), Philippe Ouédraogo restera toujours seul et solitaire comme Burkinabè à avoir fréquenté cette école, mais les mérites de sa réussite lui reviennent et à l’école nigérienne qui l’a formé. « Jamais le système éducatif burkinabè n’a formé d’élève qui soit passé par cette école polytechnique ». Faisons quelque chose pour l’excellence et saluons le mérite des enseignants qui l’ont formé.

Erwan Compaoré
Lefaso.net

PARTAGER :                              

Messages

  • Bravo mon frère et bon courage pour la suite. Tu as bien compris que ta chère patrie, ton FASO natal est un "pays de merde" où on s’en fou de l’excellence. Que le Tout-puissant d’accompagne.

    • Bonjour, bravo à ce jeune homme, son parcours est remarquable.
      Pourquoi ne pas solliciter les banques comme cela se fait couramment en France. Elles sont souvent prêtes à financer des études brillantes sachant que le candidat n aura aucun mal à rembourser plus tard et qu il devient un client potentiel très intéressant pour elles.

  • Il faut plaider son cas directement auprès du premier ministre de la transition qui ne sera pas insensible à sa situation. Je suis certain qu’il prendra lui-même ce dossier en main. Car dans ce cas précis on ne peut pas parler de piston mais de rendre sa fierté au Burkina à travers ce digne fils qui l’honore de la plus belle des manières. Bonne chance à lui et Merci au premier ministre qui fera le maximum pour ce brillant étudiant. Zeus

    • D’accord avec vous. Ce cas doit être porté à la connaissance du PM ; car je suis convaincu qu’il fera quelque chose. C’est un patriote
      Félicitations au petit Erwin 🇧🇫

  • Toutes mes félicitations au jeune POUSSI, qu’il ne se décourage pas, le plan de DIEU va se réaliser en lieu. La 1ère promotion 2017-2018 des lycées scientifiques nationaux, le jeune POUSSI Erwin Giovanbattista Marcel Rayangnèwendé, était classé 14zième sur la liste du lycée scientifique national de Bobo-Dioulasso. Il est dit qu’il est né de parents Ingénieur et gestionnaire et les moyens manquent, c’est curieux, tout ça.

  • Bravo jeune homme pour ton parcours exceptionnel !!!

    Je crois que des bonnes volontés burkinabé vont se manifester pour te soutenir car il s’agit de 10 millions par an uniquement pour tes frais de scolarité à Polytechnique.

    A defaut du Burkina, je te conseille fortement d’entrer en contact avec une structure financée par le richissime Dangoté du Nigeria. C’est te structure fait des prêts aux étudiants nigérians très brillants , à l’instar de Erwin, mais qui n’ont pas les moyens pour payer leurs études aux USA ou en Angleterre.

    Plusieurs étudiants ont eu recours à lui et tous ont remboursé les montants convenus.
    Au terme de leurs études, ils ont tous eu des grands postes très payants dans le pays où ils ont étudié.

    C’est sous la forme d’un prêt étudiant remboursable dès que l’étudiant commence à travailler.

    Ne te decourage pas jeune homme, Dieu qui a veillé sur toi, t’ouvrira une belle porte.
    Promets nous que tu reviendras nous le temoigner.

    BONNE CHANCE .
    QUE DIEU TE BENISSE !!!

  • Wahoo. Quelle détermination. Vivement que l’Etat mette tout en œuvre pour aider ce jeune brillant. Il le mérite amplement. Courage à toi Erwin.

  • Dommage que le filston ne se soit pas tourne vers les USA. Quand on est aussi brillant, on ne va pas etudier en France, on vient aux USA ,surtout pour ce qui concernent l’ aéronautique, la construction d’avions, de drones, de satellites etc. Ici, les grandes ecoles comme MIT, Standford, ou le Georgia Institute of Technology lui auraient offert une bourse en fonction des revenus des parents. l’anglais n’est pas un handicap, on s’y met rapidement. Rappellez-vous que le Malien Cheick Modibo Diarra avait du quitter la France pour les USA parceque on ne voulais pas lui permettre d’acceder aux etudes pointues dans ce domaine sous pretexte qu’il n’etait pas francais. Aux USA, il s’est vite retrouver a la NASA a piloter des programmes auxquels il n’aurait jamais reve. Meme si Erwin arrivait a aller a Polytechnique en France, il sera a un moment donne bloque. Mon petit, regarde en direction des USA ou de la Chine.

    • Tout le monde veut aller au USA. Mais la vérité est que y partir directement demande des moyens tels que tu risques de finir à travailler dans un restaurant, et c’est parfois interdit.
      Même des gens riches au Burkina envoient leurs enfants aux USA et ils finissent par abandonner. La France c’est le seul pays qui paye une bonne partie du loyer de toute personne y vivant légalement avec des revenus modeste. Donc jusque là Erwin est bien conseillé.
      Si vous avez du concret pour lui d’accord, sinon aller à l’aventure aux USA est 2 fois plus violent qu’en France

    • J’aimerais savoir combien lui faut il pour poursuivre ces études

    • @fils du pauvre
      M. ou Mme « fils du pauvre »,
      Vos conseils sont non seulement prématurés, absurdes et irréalistes, mais DANGEREUX !
      1) Aux USA, tout est terriblement cher, à commencer par les études supérieures et les soins en cas de problème de santé.
      2) L’insécurité aux USA est terrifiante, surtout pour ceux qui ont un physique subsaharien ; le moindre contrôle routier peut tourner au drame, et avec 10 ou 20 balles de 11,43 dans le corps. Chaque année, il y a plus de « noirs » tués par la police US que le nombre total d’homicides en France, toute catégories confondues. Le Canada est lui aussi bien moins violent que les USA.
      3) L’école X-Polytechnique de Paris-Saclay, tout comme l’École Normale Supérieure de la rue d’Ulm (ENS-ULM), ce sont des écoles tellement prestigieuses que refuser une pareille chance est d’une sottise sans nom, malgré les « propos de maquis » que tiennent (après 3 Brakinas 66cl) ceux qui n’y connaissent rien. Il n’y a qu’à compter le pourcentage de Chinois et autres étrangers qui étudient dans ces institutions. Y étudier est l’assurance de fréquenter le très haut gratin international qui fait la loi dans des entreprises colossales de tous pays, à commencer par des banques géantes et des multinationales énergétiques.
      4) Beaucoup de très beaux « Haux Potentiels » suivent un parcours international, par exemple X-Polytechnique suivi d’un doctorat PhD ; or, un CV comportant « X-Polytechnique » est excellent pour être pris dans une grande université Anglophone, Allemande, etc. Dans une université US, X-Polytechnique jouit d’un grand prestige scientifique.
      5) L’exemple de M. Modibo Diarra conforte mes dires, car ses études en France ont justement musclé son CV avant de franchir l’Atlantique. S’il était parti aux USA directement après son bac, sa trajectoire eût été beaucoup plus difficile aux USA.

      Que les étudiants brillants d’Afrique notent bien ceci :
      Le passage par une Grande École française est une excellente rampe de lancement vers un beau cursus international. Bien entendu, il faut veiller à maintenir un excellent niveau en anglais et ne s’interdire aucunes filière « post-graduées » après le passage en France, aux USA ou autres...
      Les jeunes Maghrébins très brillants ne s’y trompent pas, ils sont présents en très gros bataillons dans les Grandes Écoles françaises...

  • Hum ! J’ai un doute. Avec 15/20 de moy en prépa, impossible d’être pris à polytechnique. J’enseigne en prépa à Lyon. Jamais un élève à moins de 17.90/20 n’a passé l’admissibilité. Encore un journaliste qui s’est fait ballade.
    .

    • @Oustiti,si il a eu 15/20 de moyenne a son 2ème année de prépa et on ne l’a pas "pris" en Polytechnique mais il a passé le concours de X et il l’a réussi haut les mains.En fait je doute que tu sois enseignant en classe prépa

    • Moi je doute même de votre statut de prof .En quoi est ce que la moyenne de classe est facteur d’admissibilité ou non .l’admissibilité est liée aux épreuves écrites il ya des taupins (élèves de prépa) a 17 /18 de moyenne qui ne passent pas l’admissibilité tandis que certains à 13 /12 passent ce cap

      Ceci d’autant plus que la moyenne est intrinsèquement lié à la prépa nul besoin de vous dire que 12 de moyenne à Louis le Grand en équivaudrait 17 dans certaines prépas plus modestes ...

      Alors soit vous n’êtes pas un prof de prépa comme vous le dite soit vous l’êtes mais n’arriver pas à concevoir cet exploit du jeune Erwin

    • Slt,
      Je suis surpris par votre commentaire surtout pour un enseignant de prépa Lyon. Pour rappel, 15/20 est la moyenne obtenue en classe prépa ce qui est différent des notes obtenues lors du concours des grandes écoles.
      il faut préciser deux choses :
       Malheureusement les notes de classe prépa ne s’équivalent pas (prepa louis le grand, prépa saint Etienne ou prépa Lyon ne s’équivalent pas)
       les écoles n’accordent pas la même importance au différentes matières au concours (donc différence de coefficient)

  • Bonjour,
    L’Etat doit offrir une bourse specilae a Mr Erwin . Je ne comprends pas comment un pays comme le Burkina construit des lycees scientifiques (une dizaine je crois a date je pense) et est incapable d’octroyer une bourse d’elite a Erwin pour la prouesse qu’il a realisee . Les debouches des lycees scientifiques ce sont les grandes ecoles ! Donc l’Etat met les charues avant les boeufs ! Ayant recu une bonne formation d’ingenieur je sais qu’il faut un cerveau brillant avec une cadence enorme(Plusieurs tours a la minuite) pour reussir les epreuves de l’X. Le Burkina a en besoin . C"est aussi un pan de la reconciliation car on mettra ou il faut l’homme qu’il faut . On a vu des bourses exterieures qui on ete detournees vers des eleves non meritant dans un passe non lointain .
    En passant Phillipe Ouedraogo n’est pas le seul Burkinabe qui a fait X. Il y a bien des burkinabe qui sont passes par X .
    Merci

  • Lionel Bilgo, qui est si attaché à la qualité, est interpellé.
    Que le Seigneur pourvoie afin que le jeune Poussi puisse réaliser son rêve... C’est le Burkina qui gagne.

  • Faut pas suivre les pas de Philippe OUEDRAOGO. Qu’a-t-il fait dans sa carrière ? Quel gâchis de faire des bonnes études pour finir politicien de carrière !
    Dieu guide tes pas, tu trouveras ton bonheur

  • Bonsoir à tout le monde. Félicitations au jeune homme. Mais franchement celà ne demandait pas autant de discours dithyrambique sur lui. bref ! A tous ceux/toutes celles qui pensent que l’état devrait lui venir en aide pour aller à Polytechnique, je voudrais rappeller que des centaines de milliers de jeunes de son âge sont dans ce pays, prisonniers d’un sort qui est bien plus impitoyable que sa volonté contrariée d’aller dans une grande école. L’aide de l’état doit aller aux secteurs prioritaires en ce moment.

  • Félicitations à Erwin pour son brillant succès qui honore tout un pays. En ces temps difficiles pour notre pays, à lui seul il me donne de l’espoir et de l’espérance.
    Je n’ose même pas penser un seul instant que le Gouvernement ne l’accompagnera pas.
    Nous suivrons l’évolution de son dossier avec la plus grande attention. Nous ferions preuve d’une imbécilité collective en ne l’accompagnant pas.
    Bravo ! Cette bourse tu l’auras.

  • J’espère que parmi nos milliardaires qui ne savent même pas (ou plus) quoi faire de leur argent, il y en aura un, dont le cœur est bon pour venir au secours du petit Erwin ?
    Et si on piochait dans la cantine de Guiro ? C’est juste une idée. Je suis très gentil mais je n’ai pas l’argent moi. Je n’ai jamais milité dans un parti... et je ne suis pas un Guiro

  • Bravo, champion, grande admiration. Moi, suis guinéen mais le Burkina m’a permis de me construire. En retraire aujourd’hui, mes maigres ressources me permetent juste d’aider 2 jeunes inscrits au master. J’aurais vendu ma maison pour payer mes dettes. Puisse Dieu guider tes pas Amen. Je crois en toi...

    • Mes respects Prof, toujours aussi sensible à l’excellence. Bonne retraite à toi... grand frère de valeur. Sané, Sano, Sanoh, Sanon, Sanou, je me demande bien si ce n’est pas le même nom ?

  • Il n’a qu’à venir au Sénégal. On va lui offrir avec beaucoup de joie la bourse pour intégrer l’X et la nationalité sénégalaise en prime.
    Bienvenue au Sénégal Etwin !

  • Félicitations à toi jeune homme. J’espère que les autorités compétentes liront ce message et agiront rapidement afin que tu puisses retourner réaliser ton rêve et au delà, accroître encore plus la réputation internationale du pays. C’est tout le mal que je te souhaite. Bonne chance et bon courage.

  • Tout simplement Remarquable.
    Il doit tout faire pour que le ministre BILGO, le premier ministre soient informés.
    Autre piste Il doit tout faire pour toucher le PDG de CORIS BANQUE IDRISSA NASSA.
    Un intervenant à cité DANKOTE du Nigeria, le PDG NASSA n’a peut être pas une structure dédié comme pour DANKOTE mais a l’habitude de récompenser les gens qui brillent.
    Saisir aussi ALINO Faso .
    Merci à lefaso.net de l’avoir mis sous les projecteurs

  • Vivement que le MENAPLN et le MESRI s’en saisissent de son cas.
    J’ai vu des cas où après il y a eu fuite de cerveau. J’espère que ses parents vont prendre des dispositions car le pays a besoin des génies comme Erwin.
    Fellicitations à toi, courage pour la suite, inch’Allah tu va poursuivre tes rêves à EPP.

  • Bof ! Que représente 38 000 € pour un "gouvegment" qui s’octroie des hyper salaires et à des délégués "paglmentaires" à qui on octroie par trimestre 2 000 000 F CFA ? Poussy ! Dort tranquille, tu auras ta bourses ou des gens vont rendre gorge de ce qu’ils ont englouti, m’en déplaise à @kingbafu. Conseil à toi, au retour de polytechnique. n’emboîte pas Philippe tech. et d’autres supposés docteurs qui en réalité ne savent faire que de la politique avec petit p. Un polytech. transforme positivement son mone.

  • Félicitations au jeune homme ! Tu devais, actuellement, crouler sous des propositions de prise en charge pour tes études.
    Hélas, nous n’avons, d’oreilles et d’yeux, que pour la médiocrité... pour un piètre mot "bongal" ou quelque chose de ce genre, un jeune homme a défrayé la chronique il y a quelques semaines.
    Une handicapée qui a décroché le BEPC en écrivant avec les pieds est passée inaperçue malgré un reportage sur son "exploit.
    Osons espérer que pour ta performance l’État prévoira exceptionnellement une prise en charge malgré les temps difficiles.

  • Bonjour, svp je sollicite le numéro de téléphone de cet élève revenu de Paris.
    Je suis professeur de comptabilité affecté au lycée provincial de Yako.

  • Très brillant étudiant comme tant d’autres qui existent mais n’ont pas la chance d’être vus sous les projecteurs. L’État dans sa politique de promotion de l’excellence puisqu’il y a un département de développement des établissements publics d’excellence, devra tenir compte des individualités comme Erwin. Ne serait-ce que prévoir des fonds destinés exceptionnellement à accompagner 2 à 5 brillants étudiants chaque 5 ans. Cependant, je pense que nous aussi en qualité de parents d’élève devons résolument nous préparer durement autant que possible pour accompagner nos progénitures tout en sollicitant le concours de l’Etat. Je note que le jeune a affiché ses ambitions très tôt aux yeux de ses parents ; qu’est-ce qu’ils (ingénieur et gestionnaire sont dessus de la classe moyenne au Burkina) ont pris comme mesures anticipatrices en terme de préparation pour financer une telle ambition ? C’est là aussi souvent la difficulté. Ne laissons pas au dernier moment pour braquer l’enfant contre l’Etat au risque de le frustrer davantage. Il a déjà bénéficié de l’accompagnement de cet Etat dans une école prestigieuse comme le PMK. Prions Dieu comme son vœux soit exhaussé pour son propre épanouissement et la satisfaction de ses parents.

  • Bonjour

    Un papa ingénieur et une maman gestionnaire doivent être capable de casquer 7 millions de francs cfa par an pour l’avenir de leur joyau quand même.
    Si l’état se fait attendre alors les parents doivent mettre les bouchées doubles pour satisfaire leur petit.
    Nous les enfants de Tinga et de Poko qui n’ont pas de bras longs ne comptent que sur Dieu et nous même.
    Bonne chance à lui !!!!!!!!!!!

  • Mes chaleureuses félicitations à ce digne fils du pays. Malheureusement dans notre pays nous n’avons aucun sens de la continuité. Quand on change de gouvernement, on oublie toutes les bonnes idées du précédent gouvernement. Parmi les rares bonnes idées que je reconnais à M. Paul Kaba Thiéba, premier premier ministre du président KABORE, il y avait cette volonté de susciter une élite de cadres de très haut niveau, pour booster l’encadrement du pays. Si cette idée avait perduré, ce jeune n’aurait eu aucun mal à obtenir une bourse pour cette école de très très très haut niveau. Ce serait bien dommage que l’aventure de ce jeune s’arrête là. Cela équivaudrait à le tuer. Je crois en réalité que très peu de personnes mesurent la portée de son exploit, et le niveau réel de ce jeune. Quand on a réussi au concours de polytechnique, c’est qu’on est bon partout. Comparaison n’est pas raison. Mais considérez un peu le parcours professionnel de M. Tidiane THIAM, un ancien de polytechnique. Il a occupé des fonctions au plus haut sommet de grandes institutions financières européennes malgré les préjugés et le racisme qu’il a du vaincre (même à ce niveau). La différence, il avait un environnement familial qui le mettait à l’abri de ce genre de besoin. Mais tout de même, la quasi totalité de ceux qui sont aux affaires aujourd’hui à bénéficié d’une bourse pour les études supérieures. A l’époque, il suffisait d’avoir le bac même mention passable et moins de 23 ans. Ce serait un comble que ce jeune n’arrive pas à trouver une solution !

  • Lançons un appel à contribution pour soutenir cette fierté nationale. Ne laissons plus l’état décider à notre place car on sait à quoi cela nous a conduit. Je suis prêt à contribuer, même si ce n’est pas une fortune, ça fait du bien de savoir qu’on aide un excellent.

    • PIONG YANG, je ne suis pas d’accord car ce jeune doit être soutenu par l’Etat comme il soutien les footballeurs, à charge pour lui de traquer les détourneurs de fonds (charbons fins, écoles et amphis en sucre et banques et entreprises d’ex dirigeants corrompus, etc.) pour renflouer ses caisses

  • Bravo félicitation.. Bon courage pour la suite ... Rwanda, Côte d’Ivoire plus tard d’autres pays occidentaux ...

    Par contre <> que veut dire cette phrase ??????????????? toujours à rabaisser l’Afrique.

    • Et plus on l’observe, de par sa démarche, son regard vif, son sourire charmeur, le ton de sa voix qui indique tout de suite qu’il a fait un séjour en Europe ............ la phrase

  • Tout mon souhait est que tu puisses vivre ton rêve, jeune frère. Seulement pourquoi se restreindre au seul chemin de la polytechnique ? Tu vois , je m attendais à ce que nos éclairés panafricanistes te dise que c est possible en Russie ( leur pays model,) et dans bien d autres pays ? C est vrai que tu as déjà passé 2 ans en France mais si à Polytechnique c est financièrement compliqué, n ait pas de complexe à suivre ta formation dans une université normale. C est ça l élitisme français qui fait que c est compliqué pour les masses normales françaises d accéder à certaines formations, à plus forte raisons à un Burkinabè.
    Mais moi j espère qu à travers cet article, ceux qui ont les moyens financiers ou une banque pourra t’accorde un prêt pour ta formation. Dans ce cas n hésites pas à le prendre pour réaliser ton rêve. Ça te motivera à gravir les sommets. Ça ne doit pas forcément être un don ou une bourse.

    Bonne chance à toi, et persévérance car ça risque de ne pas être le dernier obstacle.

    Passakziri

    • On ne va quand même mettre cette histoire sur le dos de la France, qui lui au moins permis d’y étudier et passer le concours qui était ouvert à tous les pays
      S’il était français, il avait tout pour ses études. En France en plus des bourses d’excellence, tous les étudiants français de familles modestes sont automatiquement boursiers même avec 10/20 au bac.
       Ce que vos amis communistes appellent élitisme c’est le simple fait qu’on n’accepte pas les cancres dans les mêmes écoles que les surdoués, ils dénoncent le principe même de faire un concours. Ce sont des communistes/socialistes abonnés aux slogans tout pour tous pour des raisons électoralistes.
      En France le seul critère pour intégrer n’importe quelle école publique c’est le niveau de l’étudiant. On peut tout critiquer à la France mais elle fait beaucoup pour l’éducation.
      Posez-vous la question pourquoi personne ne va étudier en Corée du Nord, qui est pourtant très proche idéologiquement de nos politiques

  • Autant je salue, les performances du jeune Erwin, autant je serai contre toute particularisation au niveau de l’état. Si une telle bourse existe, il mérite qu’on la lui accorde. Par contre si une telle bourse n’existe pas, il ne faut pas la créer même pour le meilleur des Burkinabè. Le montant peut représenter une cinquantaine de bourses pour des Burkinabè aux conditions bien plus modeste. Par contre, je pense que des particuliers, des banques peuvent lui venir en aide ou lui prêter le montant nécessaire. Ces écoles coûtent et c’est très souvent un projet de vie pour y faire ses études. Il existe d’autres écoles beaucoup moins prestigieuses et qui forment des ingénieurs non moins compétent. Son père est ingénieur et sa mère gestionnaire, ils sont beaucoup moins à plaindre que la plupart des Burkinabè. Ils pourraient bien s’assumer s’ils en font leur priorité.

    • Voilà la réaction du pur burkinabé jaloux, égoïste, aigri et chantre de la médiocrité. Combien de milliards d’argent public sont détournés chaque année ??? qui auraient dû servir de bourses à de milliers de méritants comme POUSSI et même construire de prestigieuses écoles d’ingénieurs dans notre pays ??? Sortons de cela SVP.

  • Nous les anciens boursiers de l’antiquité pour les universités Française, étaient avec des moyennes de 17/20 d’entrée, dont les parents n’ont pas un quart de la bourse demandé par an, on se plaignait pas, car c’était la règle.

    Aujourd’hui la donne a changé radicalement avec les conditions sociales des parents. On ne peut obtenir aucune bourse d’un pays tiers, ou même au Burkinabé si les revenus des parents peuvent être sacrifiés pour leur progéniture. Et je pense que le jeune Erwin est condamné à cause de l’statu de ses parents.

    Pour que l’état rentre dans le jeu, il faut que les revenus des parents soient dans les normes pour qu’Erwin bénéficie d’une bourse d’état Burkinabé ou Française. Si l’état Burkinabé ferme les yeux, pourtant le régime Kaboré a promis de créer des champions nationaux grâce aux projets structurants, c’est qu’il y a des milliers de jeunes Burkinabé avec des niveaux d’ Erwin dont les parents socialement ne peuvent pas sortir 100 Euro par an pour les études de leur progéniture : Erwin est condamné par l’statu sociale de ses parents : Car, aujourd’hui pour obtenir une quelconque bourses, il faut que les parents du boursière ou boursier aient des revenus inférieurs aux bourses demandé. C’est la règle à travers le monde du 21e siècle.

  • Toutes mes félicitations au PMK d’abord et en suite au jeune POUSSI. Il à peut être la chance d’être accompagné par les autorités de la transitions qui sont passés pour la plus part par le PMK, à commencer par le Chef de l’Etat en personne !

  • Félicitations à lui qui demeure un exemple pour ses petits frères .Que par la grâce de Dieu son souhait lui sera exaucé !!!

  • Implorons la générosité du PDG NASSA ou de EBOMAF et pourquoi pas des gens sensibles comme CHARLES KABORE/BERTRAND TRAORE..........
    Bonne chance

  • Soyons concret ouvrez un compte Orange money pour soutenir cet jeune 38000€ même 38000 personnes qui donnent 1 € ça résoudrait la situation. Moi je donnerai déjà 8€

  • Vouloir devenir ingénieur aérospatial ? Pour le programme 2030 du Burkina ?? Hahaha il aurait mieux fait de dire qu’il voudrait devenir ingénieur en armement, la c’est sur qu’il aurait obtenu une bourse de l’état burkinabè . Parti comme ça c’est sur qu’il ne reviendra jamais bosser au Burkina , donc qui va se risquer a lui donner une bourse ?

  • Bonjour et Felicitation a notre fils et frere. Ayons des demarches uitlies toutes les critiques ne resoudrons pas ce problem. Nous peuple du burkina faso puvons resoudre ce problem . Ouvrons un compte pour cette cause dans n importe quelle banque de la place et lancons un appel a toutes les bonnes volontees de contribuer 500, 1000,2500, 1000000, 5000000 etc publier le numero de compte dans la presse. CHACUN CONTIBUERA SELON SES MOYENS. Nous peuple Burkinabe pouvons lever ces fonds pour notre fils et il vera ce que son patrie peut faire pour lui et ce qu il doit faire demain pour aider d autre freres et son pays si lui arrive au bout du rouleau.
    Paix et Solidarite

  • Bonsoir à tous,

    Est-il possible d’avoir les coordonnées de Erwin Poussi svp ?

    Merci.

    Cordialement

  • Je crois que tout ce qui ont commente’ ainsi que, si nous faisons un appel au Don on peut se cotiser pour supporter ses etudes. On peut se passe’ des riches. Le government doit s’occuper par devoir mais s’il ne fait rien alors on fait Comme j’ai dit.
    LA patrie ou la mort, nous vaincrons.
    Merci camardes

  • Bonjour le Faso.net,
    Bonjour la Rédaction,

    Pouvez vous me communiquer le contact de ce jeune Erwin Poussi svp ?

    Merci d’avance.

    Cordialement

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique