Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Le soleil qui brille n’ignore pas un village parce qu’il est petit. » Proverbe Africain

Mouvement SENS : Les jeunes s’engagent à lutter contre la corruption

Accueil > Actualités > Politique • Lefaso.net • dimanche 22 mai 2022 à 14h30min
Mouvement SENS : Les jeunes s’engagent à lutter contre la corruption

Le Secrétariat national à la jeunesse du Mouvement SENS a organisé, le samedi 21 mai 2022 à Ouagadougou, un atelier de formation sur le thème « Sources et manifestations de la corruption : leçons pour une jeunesse politique incorruptible et incorrompue ».

Ils sont venus d’horizons divers pour prendre part à cette formation organisée par le Secrétariat national à la jeunesse du Mouvement SENS. Selon Me Guy Hervé Kam, coordonnateur du Mouvement SENS, cette formation sur la corruption est nécessaire, parce que le mouvement estime que la première marche de l’engagement en politique, c’est la lutte contre la corruption et la défense des valeurs d’intégrité et de dignité.

Les participants, membres du Mouvement SENS, sont venus de différentes villes pour prendre part à la formation.

« Nous voulons renouveler la classe politique avec des acteurs qui s’engagent à servir et non à se servir. Nous avons aussi appelé les jeunes qui prenaient beaucoup de distance avec la politique, certains par crainte de se salir. Nous leur avons dit d’intégrer le mouvement parce que la question de la corruption, des mauvaises pratiques, ce n’est pas une fatalité, on n’est pas obligé de la faire. C’est pourquoi, au début de leur engagement, nous avons estimé qu’il était utile et important de les sensibiliser à la question de la corruption (…), pour qu’en toute connaissance de cause, ils s’éloignent de cette pratique pour être les nouveaux hommes politiques que nous voulons construire, que nous voulons former », a expliqué Me Kam.

Au cours de la formation donnée par le Réseau national de Lutte anti-corruption (REN-LAC), les participants se sont familiarisés avec la notion de corruption et ce qu’elle renferme, ses différentes formes et les variantes que la corruption peut prendre. Ils ont également pris connaissance des causes et des facteurs qui peuvent être à la base des pratiques de corruption. « Ce qui est important en tant qu’acteurs qui veulent impulser le changement, c’est de voir les conséquences de ces pratiques sur la société individuellement et collectivement », a indiqué Issouf Paré, secrétaire chargé des études et des enquêtes au REN-LAC, formateur du jour.

Issouf Paré, secrétaire chargé des études et des enquêtes au REN-LAC.

Il a également fait un focus sur la corruption électorale, son ampleur et ses manifestations au Burkina Faso, mais aussi sur le dispositif juridique et institutionnel en matière de lutte contre la corruption.

Il dit espérer qu’à l’issue de la formation, ces jeunes s’engageront véritablement à lutter contre ce phénomène qui gangrène la société. « Nous attendons des participants (…) qu’à l’issue de la formation, ils comprennent les enjeux que cela représente pour notre société et s’engagent dans la lutte contre la corruption parce que c’est l’affaire de tout le monde. Il faut une synergie de tous les acteurs : les politiques, la société civile, la presse, la population de manière générale », a laissé entendre Issouf Paré.

Arlette Kagambega s’est engagée à lutter contre la corruption.

Yacouba Belem, étudiant en droit, et Arlette Kagambega, étudiante en anglais à l’université de Ouahigouya, tous deux membres du Mouvement SENS, et leurs camarades se sont engagés, à l’issue de la formation, à lutter contre la corruption. « Je suis engagée à lutter contre cette pratique, à former mes camarades. Je partagerai ce que j’ai appris à cette formation pour qu’ensemble, nous luttions contre la corruption », a indiqué Arlette Kagambega. C’est d’ailleurs ce que leur a demandé le coordonnateur du mouvement, qui souhaite que ce que les participants ont appris soit répercuté auprès de leurs camarades qui n’ont pas assisté à la formation.

Justine Bonkoungou
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Transition au Burkina : « Nul ne peut se prévaloir du monopole de l’avenir de notre peuple », prévient l’ex-APMP
Burkina : Le Premier ministre évoque une éventuelle réduction de la période de la Transition
Burkina : L’ex majorité présidentielle déplore d’avoir été exclue des discussions sur l’agenda électoral
Paix et réconciliation nationale : Le Président du Faso échange avec les leaders religieux
Burkina/Politique : Une alliance de partis rejette l’agenda électoral qui fixe les élections à février 2025
Burkina Faso : Les futures élections vont se tenir en février 2025
Crise au sein du CDP : « Pour nous direction politique, la fin de la recréation a sonné », affirme Achille Tapsoba
Burkina/Politique : Eddie Komboïgo convoque son bureau politique le 2 juillet 2022
Commune de Bobo-Dioulasso : Les membres de la délégation spéciale installés
Centre-ouest : Les femmes du CDP plus que jamais déterminées à conduire Eddie Komboïgo à Kosyam
Insécurité au Burkina : Roch Kaboré et Paul-Henri Damiba doivent « forcément répondre des crimes devant les populations », exige le PDP/PS
Détention de Roch Kaboré : Une marche-meeting le 2 juillet prochain à Koudougou, pour exiger sa libération
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés