Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «On a beau n’être pas envieux, on rage toujours quand les autres chaussent vos souliers et vous écrasent.»  Emile Zola

Témoignage des victimes des évènements du 15 octobre : « La défunte mère de Sawadogo Amadou aurait voulu connaître la vérité et faire son deuil », Sawadogo Issa

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Procès Thomas Sankara • LEFASO.NET • mercredi 12 janvier 2022 à 15h00min
Témoignage des victimes des évènements du 15 octobre : « La défunte mère de Sawadogo Amadou aurait voulu connaître la vérité et faire son deuil », Sawadogo Issa

Les ayants droit de personnes tuées dans le drame du 15 octobre 1987, ont eu l’occasion en cette après midi de prendre la parole devant le tribunal militaire. C’est à ce titre que Sawadogo Issa, grand frère de Sawadogo Amadou est passé à la barre. Il a rappelé que son frère était délégué général de l’ETIR avant d’être affecté au conseil. Il a juste pris service le lundi 12 octobre avant d’être tué le 15 octobre 1987.

Issa Sawadogo raconte que le jour du drame, il a déjeuné avec son frère avant que celui-ci ne rejoigne le conseil. Étant au cadastre pour des courses, il entend les coups de feu et rentre chez lui. Il dit avoir attendu en vain son frère toute la nuit. Le lendemain, il se rend au commissariat puis à la gendarmerie, espérant avoir des nouvelles.

Il rencontre une connaissance proche de la famille de Sankara en pleurs qui lui dit que le père de la révolution a été tué. Celui-ci lui conseille du même coup d’aller voir au cimetière de Dagnoen car des personnes y ont été enterrées. Issa Sawadogo s’y rend et découvre que son frère est effectivement mort et enterré là. Il avoue être tombé dans les pommes à la vue de la sépulture de son frère qui ne faisait même pas 30 centimètres et dont des mouches vertes sortaient.

Selon Issa Sawadogo, ce sont surtout les circonstances de la mort de son frère qui ont causé plus de peine à la famille. La famille a subi un choc, selon la victime, et la mère de Sawadogo Amadou est décédée sans avoir pu savoir la vérité afin de pouvoir faire son deuil. De plus, le défunt avait deux enfants de trois et deux ans à qui, confie-t-il, il était très difficile d’expliquer les choses.

Toutefois, la famille se réjouit de la tenue de ce procès, qui lui donne enfin l’occasion de connaître la vérité et de penser ses plaies. C’est pourquoi Issa Sawadogo n’a pas manqué de remercier tous ceux qui ont œuvré à la tenue de ce procès historique.

Lfaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Procès Thomas Sankara et compagnons : L’audience de ce 24 janvier 2022 n’a pas eu lieu
Procès « Thomas Sankara et douze autres » : Les restes de Sankara retrouvés à 45 centimètres de profondeur
Procès « Thomas Sankara et douze autres » : Ousmane Ouédraogo, le frère d’une victime que le chauffeur de Blaise Compaoré a manqué de renverser
Procès « Thomas Sankara et douze autres » : « Ma mère est partie malheureuse », témoigne la fille du journaliste Paulin Bamouni
Témoignage des victimes des évènements du 15 octobre : « La défunte mère de Sawadogo Amadou aurait voulu connaître la vérité et faire son deuil », Sawadogo Issa
Assassinat de Thomas Sankara et ses compagnons : Trois types de munitions utilisées, selon les experts en balistique
Procès « Thomas Sankara et douze autres » : La vidéo de la reconstitution des faits projetée
Procès « Thomas Sankara et douze autres » : La première pièce à conviction présentée
Procès « Thomas Sankara et douze autres » : Stephen Smith, le journaliste américain déclaré persona non grata pendant six ans en 1987
Procès « Thomas Sankara et douze autres » : Selon Vincent Sigué, Blaise Compaoré projetait de prendre le pouvoir le 4 août 1983
Procès « Thomas Sankara et douze autres » : Moussa Diallo convaincu de l’implication de Gilbert Diendéré dans le coup du 15 octobre 1987
Procès « Thomas Sankara et douze autres » : « Être commando, c’est savoir observer l’ennemi pendant très longtemps », l’anecdote sur Blaise Compaoré
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés