Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La grandeur de l’homme est dans sa décision d’être plus fort que sa condition.» Florian Monkam

Procès "Thomas Sankara et douze autres" : Le chef de détachement du BIA Sawadogo Wendyelé livre sa version des faits

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Procès Thomas Sankara • Lefaso.net • mardi 7 décembre 2021 à 18h22min
Procès

L’adjudant chef major à la retraite Sawadogo Wendyelé, était l’avant dernier témoin du jour à déposer à la barre ce 07 décembre 2021. Au moment des faits, il était le chef de détachement du bataillon d’intervention aéroporté (BIA) au sein du Conseil.
Le témoin raconte qu’il se trouvait au génie militaire, lorsqu’il a entendu les premiers coups de feu. Il sort alors son talkie-walkie et appelle le lieutenant Gilbert Diendéré. Celui-ci lui aurait dit "on nous tire dessus. Prends tes hommes et allez occuper vos postes au carrefour Kaya-Fada".

De sa compréhension, c’était sûrement une force extérieure qui était entrain d’attaquer le Conseil. Il appelle alors son adjoint et repasse par le Conseil pour chercher une arme avant de se rendre au dit carrefour qui selon ses propos était sa zone habituelle d’intervention. Il y trouve son adjoint ainsi que ses éléments déjà en place. Ce n’est que le lendemain, précise l’ancien chef du détachement du BIA, qu’il a appris à la radio, la mort du président Thomas Sankara.

Ayant appris que le capitaine Boukary Kaboré dit le lion opposait une résistance au niveau de Koudougou, Sawadogo Wendyelé demande l’autorisation au lieutenant Diendéré pour envoyer quelqu’un le raisonner afin d’éviter un carnage. Ayant obtenu l’aval de Diendéré, il envoie à Koudougou le gardien de l’ENAM (bâtiment où se trouvait le détachement du BIA). L’émissaire se fait chasser par le lion et Sawadogo Wendyelé rend compte au lieutenant d’alors Gilbert Diendéré.

Confronté au témoin Sawadogo Wendyelé, l’accusé Gilbert Diendéré affirme ne pas avoir souvenance d’avoir dit au témoin qu’il était attaqué. Il ajoute lui avoir plutôt dit de venir au conseil pour de plus amples informations et non d’aller occuper le carrefour Kaya-Fada. Il précise que l’occupation du carrefour par le détachement de Sawadogo Wendyelé allait de soi, puisque ce carrefour constituait le poste du BIA.

Pourquoi ne pas avoir demandé au détachement de Sawadogo Wendyelé de venir vous appuyer au conseil, quand on sait que le détachement comptait 130 éléments, a demandé le parquet militaire. Et Gilbert Diendéré de répondre" le drame était déjà arrivé. Le camarade président et une dizaine de ses compagnons étaient déjà à terre. On va défendre qui ?"

Le procureur militaire fait alors remarquer que l’attitude du général n’est pas normale. Sinon s’interroge-t-il, comment laisser des éléments à l’extérieur qui peuvent vous appuyer et vous leur dites d’aller ailleurs ? Cela semble suspect, conclut le procureur militaire. Et Diendéré de répliquer " pourquoi appeler des éléments à l’extérieur alors que ceux qui étaient à l’intérieur n’ont pas pu réagir ?". Il ajoute qu’il n’avait pas très confiance aux éléments qui étaient à l’intérieur du Conseil, à plus forte raison ceux qui étaient à l’extérieur car selon lui il pouvait y avoir des complices des commanditaires du coup de force.

Armelle Ouédraogo
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 8 décembre 2021 à 01:23, par C’est curieux En réponse à : Procès "Thomas Sankara et douze autres" : Le chef de détachement du BIA Sawadogo Wendyelé livre sa version des faits

    De Sawadogo Wendyelé, chef de détachement de 130 hommes du bataillon d’intervention aéroporté (BIA) détachés au sein du Conseil, il est dit qu’il a appelé alors adjoint et est repassé par le Conseil pour chercher une arme avant de se rendre au carrefour ... Il y trouve son adjoint ainsi que ses éléments déjà en place. Ce n’est que le lendemain, précise l’ancien chef du détachement du BIA, qu’il a appris à la radio, la mort du président Thomas Sankara.

    Ne trouvez-vous pas curieux cette attitude de ce chef du détachement de 130 hommes du bataillon d’intervention aéroporté (BIA) détaché au sein du Conseil ? Il s’est même rendu au Conseil mais n’a pas su que le PF avait été abattu. Comment cela est possible ? Et c’est jusqu’au lendemain matin qu’il a appris la nouvelle. C’est curieux tout ça. N’est-ce pas les traitres de la garde rapprochée de Thom Sank ? Est-ce que le monsieur n’a pas tout simplement été un traitre qui s’est fait acheter pour être loin du conseil afin de ne pas pouvoir être présent au moment des faits et être obligé de faire agir ses 130 HOMMES afin de venir constater tout simplement que le PF est mort et plus la peine de réagir ? Wait and see.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Procès « Thomas Sankara et douze autres » : Les restes de Sankara retrouvés à 45 centimètres de profondeur
Procès « Thomas Sankara et douze autres » : Ousmane Ouédraogo, le frère d’une victime que le chauffeur de Blaise Compaoré a manqué de renverser
Procès « Thomas Sankara et douze autres » : « Ma mère est partie malheureuse », témoigne la fille du journaliste Paulin Bamouni
Témoignage des victimes des évènements du 15 octobre : « La défunte mère de Sawadogo Amadou aurait voulu connaître la vérité et faire son deuil », Sawadogo Issa
Assassinat de Thomas Sankara et ses compagnons : Trois types de munitions utilisées, selon les experts en balistique
Procès « Thomas Sankara et douze autres » : La vidéo de la reconstitution des faits projetée
Procès « Thomas Sankara et douze autres » : La première pièce à conviction présentée
Procès « Thomas Sankara et douze autres » : Stephen Smith, le journaliste américain déclaré persona non grata pendant six ans en 1987
Procès « Thomas Sankara et douze autres » : Selon Vincent Sigué, Blaise Compaoré projetait de prendre le pouvoir le 4 août 1983
Procès « Thomas Sankara et douze autres » : Moussa Diallo convaincu de l’implication de Gilbert Diendéré dans le coup du 15 octobre 1987
Procès « Thomas Sankara et douze autres » : « Être commando, c’est savoir observer l’ennemi pendant très longtemps », l’anecdote sur Blaise Compaoré
Procès « Thomas Sankara et douze autres » : « Si Sankara ne m’avait pas envoyé chez Blaise, je serais mort », feu Salifou Diallo
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés