Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La valeur du pardon se mesure à la gravité de la faute pardonnée» Charles Blé Goudé

Procès Thomas Sankara : Blaise Compaoré a bénéficié du soutien de plusieurs chefs d’État, selon Ousseni Compaoré

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Procès Thomas Sankara • LEFASO.NET • mercredi 24 novembre 2021 à 15h55min
Procès Thomas Sankara : Blaise Compaoré a bénéficié du soutien de plusieurs chefs d’État, selon Ousseni Compaoré

Au regard des accointances qu’avait le capitaine Blaise Compaoré avec plusieurs chefs d’État de la sous région et ayant eu vent de ce que quelque chose se tramait, les services de renseignements de l’époque (1987) ont mené des investigations et infiltré plusieurs pays.

Ils sont arrivés, selon le commandant de la gendarmerie à l’époque, Ousseni Compaoré, à la certitude que plusieurs chefs d’État soutenaient le coup de force de Blaise Compaoré, parce que voulant mettre fin à la révolution.

Le témoin ajoute que des informations faisaient aussi cas, de ce que le président ivoirien au moment des faits, Houphouet Boigny, a dit à Jean Claude Kamboulé (membre de la branche de l’opposition burkinabè en Cote d’ivoire qui voulait mettre fin à la révolution), de ne plus chercher à faire tomber la révolution car il avait trouvé quelqu’un pour le faire, en la personne de Blaise Compaoré.

Ce qui fait dire au témoin, qu’il n’ y a aucun doute que le coup de force a été préparé avec minutie, contrairement à ce que prétendent certains accusés.

Me Olivier Badolo, avocat de la partie civile, a évoqué lors de ses questions au témoin Ousseni Compaoré, une pièce déclassifiée dans laquelle, celui-ci aurait durant sa détention au conseil de l’entente, fait des aveux sur un complot préparé par Thomas Sankara pour éliminer Blaise Compaoré, Lengani et bien d’autres. Et l’action était prévue de ce qu’on peut lire dans le document déclassifié, prévu pour le 15 octobre 1987 à 20h.

Mais le témoin est formel. Durant sa détention au conseil qui a duré environ 08 mois, il n’a jamais été entendu et n’a jamais fait ces déclarations." Je ne me reconnais pas dans ces propos et je suis même choqué", appuie-il.

Pour lui, ces supposés aveux ne sont que des mensonges, rapportés pour contribuer à justifier le coup de force perpétré qui a couté la vie au père de la révolution. Il a émis le souhait que les services de renseignements francais qui ont rédigé la note, puissent venir s’expliquer sur ces propos qui lui sont attribués.

Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 24 novembre à 16:32, par TANGA En réponse à : Procès Thomas Sankara : Blaise Compaoré a bénéficié du soutien de plusieurs chefs d’État, selon Ousseni Compaoré

    Donc les services de renseignement français sont venus prendre des ’’aveux’’ de personnes en cours de torture au Burkina Faso.
    C’est la meilleur.
    Avec tout ça, on ne veut pas que nos peuples indexent la france.

    Répondre à ce message

  • Le 24 novembre à 16:38, par SAWADOGO Issoufou En réponse à : Procès Thomas Sankara : Blaise Compaoré a bénéficié du soutien de plusieurs chefs d’État, selon Ousseni Compaoré

    Ce qui est sûr, la vérité va jaillir bdans cette affaire. Vraiment il y a en des officiers qui ont eu la chance. Le colonel qui a échappé à la manœuvre criminelle de SOME Gaspard ne dira pas le contraire. Ni été la réaction rapide de l’escadron n°1 de gendarmerie , lui était 3 mètres sous terre, même pas les 6 mètres.
    D’autres vérités vont venir et le tribunal aura toutes les réponses à leurs questions

    Répondre à ce message

  • Le 24 novembre à 17:00, par Nanouka En réponse à : Procès Thomas Sankara : Blaise Compaoré a bénéficié du soutien de plusieurs chefs d’État, selon Ousseni Compaoré

    Trop douteux et teinté de revanche. On veut la vérité. Juste la vérité, pas des accablements. On a pas pu trouver des renseignements à l’intérieur pour éviter l’assassinat du père de la nation mais on dit qu’on avait des certitudes sur l’implication de chefs d’États étrangers. Nous tous lambda on a cette certitude de l’implication de l’étranger. Mais ce qu’on veut de vous c’est dire la vérité et laisser le tribunal et les avocats faire les analyses.
    Le comble est que durant ce procès, on confond deux choses que je pense différentes même si elles peuvent être associées mais une confusion qui peut nous tromper sur le fil : coup d’État et assassinat. L’auteur d’un coup d’État pouvant être différent de celui d’un assassinat de président qui le précède. Il faut que le tribunal et les avocats restent vigilants.
    Sur ce cas précis, l’équipe de Kafando peut être l’equipe d’assassinat et Blaise Compaoré le responsable du coup d’État du fait de son acceptation de conduire la rectification, sur son initiative ou par contrainte au regard de plusieurs éléments comme le délai de quatre jours pris pour faire la déclaration, ce qui rompt avec les coups d’État généralement préparés ou la déclaration est faite presque immédiatement. On veut la vérité, rien que la vérité.

    Répondre à ce message

  • Le 24 novembre à 19:53, par SOME En réponse à : Procès Thomas Sankara : Blaise Compaoré a bénéficié du soutien de plusieurs chefs d’État, selon Ousseni Compaoré

    Ouïssent ne pouvait pas ignorer quoi que ce soit. C est d ailleurs pourquoi il fut enfermé pour intimider comme ils ont réussi avec Basile guissou. Il connaît comment fonctionne le renseignement et confirme donc contrairement à un Palm que les agents français nos ne bel et bien venus. Alors qu ils viennent expliquer comme ouïssent le dit. On sait que ces documents de classifiés ne sont que de la fabrication des services français juste pour se moquer de nous. Tous on sait que la vérité ne sortira pas de là
    SOME

    Répondre à ce message

  • Le 25 novembre à 08:20, par Ka En réponse à : Procès Thomas Sankara : Blaise Compaoré a bénéficié du soutien de plusieurs chefs d’État, selon Ousseni Compaoré

    ’’’’’’’’’’’’’’’Le témoin ajoute que des informations faisaient aussi cas, de ce que le président ivoirien au moment des faits, Houphouet Boigny, a dit à Jean Claude Kamboulé (membre de la branche de l’opposition burkinabè en Côte d’ivoire qui voulait mettre fin à la révolution), de ne plus chercher à faire tomber la révolution car il avait trouvé quelqu’un pour le faire, en la personne de Blaise Compaoré.’’’’’’’’’’’’’’’’’’’

    Vraiment hein... On est Parfaitement d’accord avec le fond : Sankara est l’archétype du héros animé par des idéaux éventuellement généreux, mais surtout forts et intransigeants. Il était au courant que son frère d’arme Blaise Compaoré allait le tuer gratuitement pour le pouvoir. En employant ses trois hommes de main, Y. Kafando, Gilbert Diendéré, Jean P. Palm un menteur pour l’éliminer, ils ont oublié qu’après sa mort, la popularité, alimentée par un sentiment simpliste de tout un continent de Thomas Sankara allait les assassinés eux. Sankara est à mettre dans la même catégorie que certains mythes comme Kamé Nkrumah, Lumumba, Mandela, Che Guerarra.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Assassinat de Thomas Sankara : La participation d’autres chefs d’État revient avec insistance
Procès Thomas Sankara et douze autres : "Le ver était déjà dans le fruit", declare Ismaël Abdoulaye Diallo
Procès Thomas Sankara et douze autres : Mme Naoura Kationga Thérèse enfonce Bossobé Traoré
Coup d’État du 15 octobre 1987 : Quand la venue du Pape Jean-Paul II au Burkina sauve la vie du détenu Tibo Ouédraogo
Procès Sankara et compagnons : Quand le tribunal cherche à savoir si en 1987, il existait le téléphone-portable
Coup d’État du 15 octobre 1987 : « J’ai exécuté l’ordre, mais je n’ai pas fait ce qu’on m’a demandé », clarifie l’accusé Tibo Ouédraogo
Coup d’État du 15 octobre 1987 : Il y avait deux commandos, selon le témoin Michel Toé
Procès Thomas Sankara et douze autres : Me Hervé Kam promet de dénoncer les faux témoignages
Procès Sankara et compagnons : Gabriel Tamini échappe à une ‘’arrestation immédiate’’
Procès Thomas Sankara et douze autres : « J’ai pris pour argent comptant ce que feu Salif Diallo m’a dit », Gabriel Tamini
Burkina : Thomas Sankara devait-il mourir à Tenkodogo ?
Burkina : « On attend toujours ces milliers de Thomas Sankara », ravive le témoin Serge Théophile Balima
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés