Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La valeur du pardon se mesure à la gravité de la faute pardonnée» Charles Blé Goudé

Rupture d’Internet mobile au Burkina : « Situation inédite », la Ligue des consommateurs monte au créneau avec un huissier et des avocats

Accueil > Actualités > Multimédia • LEFASO.NET • lundi 22 novembre 2021 à 14h13min
Rupture d’Internet mobile au Burkina : « Situation inédite », la Ligue des consommateurs monte au créneau avec un huissier et des avocats

Depuis la nuit de samedi, 20 novembre 2021, les usagers de la connexion internet mobile broient du noir ; le jus étant interrompu. Depuis lors également, les spéculations vont bon train. Contactée en fin de matinée, ce lundi 22 novembre 2021, la Ligue des consommateurs du Burkina (LCB), qui déplore que jusque-là, aucune information n’ait été donnée aux populations, émet des sommations interpellatives pour ester en justice.

« Face à cette interruption de connexion que nous avons tous vécue, qui arrive d’ailleurs pour la première fois au Burkina, nous avons demandé à un huissier de constater cela hier nuit. Ce qui a été fait. Ce matin, notre avocat, qui est maître Ambroise Farama, va adresser des sommations interpellatives à l’ARCEP (Autorité de régulation des communications électroniques et des postes) et aux trois opérateurs de téléphonie. Ensuite, il déposera une plainte en bonne et due forme ; parce que cette situation a causé des préjudices énormes. C’est une situation inédite au Burkina Faso, et nous ferons en sorte que plus jamais cela ne se répète », a informé le deuxième vice-président de la LCB, Gilbert Somda Hien.

Selon ses explications, cette action converge l’appui de plusieurs autres avocats qui se sont constitués aux côtés de Me Farama.

L’interlocuteur soutient que des membres de la LCB ont vainement tenté d’entrer en contact avec l’ARCEP, qui ne décroche pas. « Donc, nous ne pouvions pas continuer d’attendre ; parce que c’est le silence total. Jusqu’à présent, personne ne nous dit ce qui se passe », s’agace M. Hien.

Nos tentatives d’entrer également en contact avec l’ARCEP ont été infructueuses.

Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 22 novembre à 14:31, par katombi En réponse à : Rupture d’Internet mobile au Burkina : « Situation inédite », la Ligue des consommateurs monte au créneau avec un huissier et des avocats

    notre problème c’est rock. Je le dis et le martèle toujours, le Burkina s’est vendu à une mafia qu’il a désormais le devoir de déboulonner ou de périr. J’entends des gens dire que RMCK est bon mais le problème c’est son entourage. Quel vil argument !!! A-t-on déjà vu une personne bonne s’entourer d’autant de gens incapables, incompétents, insouciants, corrompus ? Si on devrait creuser vous verrez que RMCK est au carrefour de la plupart de ces dossiers nauséabonds (charbon fin, véhicules de la mairie, salaires illégaux des ministres, audiences monnayées, fausses missions, surfacturations, etc.). En ce moment on parle d’un scandale d’achat de 5 hélicoptères civils au profit de l’armée alors qu’il était attendu des hélicoptères militaires. La conséquence très grave est que notre armée ne peut combattre avec des moyens aériens. Mais RMCK n’est en rien perturbé, ce qui explique qu’il ne lui vient même pas à l’idée de rendre visite aux boys au front pour les encourager. Ce qui explique aussi que alors que le pays est en guerre, lui il refuse de le proclamer mais aussi refuse de revoir l’agenda du pays fait de manifestatives festives (FESPACO, tour du Faso, assisses sur l’éducation). Pour se donner bonne conscience lui et ses semblables, tout en saluant la résilience des burkinabè (à voir s’ils connaissent même le sens du mot dont ils abusent), nous rabâchent chaque jour à l’oreille sur le caractère mondial du terrorisme qu’on ne pourrait pas éliminer aussi rapidement. Mais la vérité est qu’après nous avoir promis de "bouter le terrorisme hors du Burkina" ou qu’on ne "cèdera pas un cm2 de notre pays", nous sommes aujourd’hui à au moins 1/3 de notre territoire qui nous échappe, plus de 1,5 millions de déplacés (le Mali en a moins du million), 3000 écoles fermées (le mali en a moins de 1500), plus de 300000 enfants déscolarisés, beaucoup de communes sous blocus (Dablo, Foubé, Markoye, Arbinda, Gorgadji, Pensa, Mansila, Solhan, Foutouri, Madjoari, Tensarga, Logobou, etc.), nous sommes obligés de constater que nous sommes faillis et notre existence ménacée. Je le dis et le martèle toujours, le Burkina s’est vendu à une mafia qu’il a désormais le devoir de déboulonner ou de périr. J’entends des gens dire que RMCK est bon mais le problème c’est son entourage. Quel vil argument !!! A-t-on déjà vu une personne bonne s’entourer d’autant de gens incapables, incompétents, insouciants, corrompus ? Si on devrait creuser vous verrez que RMCK est au carrefour de la plupart de ces dossiers nauséabonds (charbon fin, véhicules de la mairie, salaires illégaux des ministres, audiences monnayées, fausses missions, surfacturations, etc.). En ce moment on parle d’un scandale d’achat de 5 hélicoptères civils au profit de l’armée alors qu’il était attendu des hélicoptères militaires. La conséquence très grave est que notre armée ne peut combattre avec des moyens aériens. Mais RMCK n’est en rien perturbé, ce qui explique qu’il ne lui vient même pas à l’idée de rendre visite aux boys au front pour les encourager. Ce qui explique aussi que alors que le pays est en guerre, lui il refuse de le proclamer mais aussi refuse de revoir l’agenda du pays fait de manifestatives festives (FESPACO, tour du Faso, assisses sur l’éducation). Pour se donner bonne conscience lui et ses semblables, tout en saluant la résilience des burkinabè (à voir s’ils connaissent même le sens du mot dont ils abusent), nous rabâchent chaque jour à l’oreille sur le caractère mondial du terrorisme qu’on ne pourrait pas éliminer aussi rapidement. Mais la vérité est qu’après nous avoir promis de "bouter le terrorisme hors du Burkina" ou qu’on ne "cèdera pas un cm2 de notre pays", nous sommes aujourd’hui à au moins 1/3 de notre territoire qui nous échappe, plus de 1,5 millions de déplacés (le Mali en a moins du million), 3000 écoles fermées (le mali en a moins de 1500), plus de 300000 enfants déscolarisés, beaucoup de communes sous blocus (Dablo, Foubé, Markoye, Arbinda, Gorgadji, Pensa, Mansila, Solhan, Foutouri, Madjoari, Tensarga, Logobou, etc.), nous sommes obligés de constater que nous sommes faillis et notre existence ménacée.

    Répondre à ce message

  • Le 22 novembre à 14:57, par ZONGO Moïse En réponse à : Rupture d’Internet mobile au Burkina : « Situation inédite », la Ligue des consommateurs monte au créneau avec un huissier et des avocats

    Ils sont habitués, peut-être que chacun pourrait terminer son R+2. Qui sait ?

    Répondre à ce message

  • Le 22 novembre à 15:02, par SCAF En réponse à : Rupture d’Internet mobile au Burkina : « Situation inédite », la Ligue des consommateurs monte au créneau avec un huissier et des avocats

    C’est drôle comme situation, On rédige un article en ligne pour dénoncer le fait qu’internet ne fonctionne pas. On peut se poser la question sur la portée d’un tel article adressé à certains "privilégiés", bien que je comprend tout à fait l’initiative.

    Cela devrait nous interpeller sur le fait de trouver des solutions endogènes palliatives ou alors cultiver une vie et/ou une économie sans dépendances criardes.

    Juste des questionnements, nulle besoin de fusiller dans les réponses si toute fois vous êtes un "privilégié".

    Répondre à ce message

  • Le 22 novembre à 15:05, par Sacré Burkinabè En réponse à : Rupture d’Internet mobile au Burkina : « Situation inédite », la Ligue des consommateurs monte au créneau avec un huissier et des avocats

    Quand une liberté d’expression permet de tout dire sur les réseaux sociaux pour mettre le feu dans le Faso.

    Répondre à ce message

  • Le 22 novembre à 15:30, par Internaute En réponse à : Rupture d’Internet mobile au Burkina : « Situation inédite », la Ligue des consommateurs monte au créneau avec un huissier et des avocats

    C’est vrai que priver les Burkinabé surtout de Ouagadougou est plus grave que d’abandonner les populations du Nord du pays, réduits à mourir ou à fuir pour vivre dans des camps de réfugiés.

    Répondre à ce message

  • Le 22 novembre à 15:35, par billy billy En réponse à : Rupture d’Internet mobile au Burkina : « Situation inédite », la Ligue des consommateurs monte au créneau avec un huissier et des avocats

    Le Burkina est vraiment bon. On bloque les routes comme on veux on marche n’importe comment on insulte qui ne nous plais pas, on critique ce qu’on ne veux pas. Vraiment la population a raison de demander la démission du gouvernement. Il n’y a plus d’autorité ; il faud que l’Etat sévisse et s’imposer comme il se doit. Allons seulement.

    Répondre à ce message

  • Le 22 novembre à 15:38, par PAIX En réponse à : Rupture d’Internet mobile au Burkina : « Situation inédite », la Ligue des consommateurs monte au créneau avec un huissier et des avocats

    BONJOUR A TOUS. Ou va nous mener cette intolérance et ce manque de compréhension ? Je ne sais pas comment prendre cette acte ? Pour un pays en quête de PAIX, il faille déjà prendre un huissier et un avocat ? Je ne minimise pas le manque à gagner ou les difficultés que vont rencontrer nos frères dans cette situation. Mais avons nous besoin de nous déchirer, en ces temps ? Pendant que nous faisons face à des adversaires qui n’attend que l’on se divise pour mieux agir. J’imagine les regards moqueurs sur nous qui en c’est temps, au lieu de nous unir, on se déchire pendant que l’ennemi œuvre. Soyons tolèrent, allons à la table de discussion comprenons nous, et faisons face ensemble au mal frères !!!!

    Répondre à ce message

  • Le 22 novembre à 15:40, par Passakziri En réponse à : Rupture d’Internet mobile au Burkina : « Situation inédite », la Ligue des consommateurs monte au créneau avec un huissier et des avocats

    Moi Passakziri je dis que s’il faut couper internet pour empêcher qu’une horde de nerveux conduisent tout le pays vers le fond sous les applaudissements d’adultes hilares qui ont peur de la vérité comme l’oeuf à peur du caillou, il faut le faire aussi longtemps que nécéssaire. Même s’il faut couper des semaines il faut le faire. Acceptons nous dire la vérité entre nous, rien que la vérité au lieu de suivre sans réflexion les mouvements de foules.

    Passakziri

    Répondre à ce message

    • Le 22 novembre à 22:16, par Gwandba En réponse à : Rupture d’Internet mobile au Burkina : « Situation inédite », la Ligue des consommateurs monte au créneau avec un huissier et des avocats

      @ Passakziri que j’affectionne et nomme burkindam kiéta.

      "Acceptons nous dire la vérité entre nous, rien que la vérité au lieu de suivre sans réflexion les mouvements de foules".

      Ne serait-ce pas contradictoire avec la première partie de votre intervention ???

      Car, s’il faut se dire la vérité entre nous, on ne peut pas accepter ni cautionner la censure comme méthode parce la population en attente depuis des années que Rock, dont certains sont amoureux jusqu’à perdre la RAISON réagisse pour qu’ensemble nous trouvons une solution pour faire face aux assassinants de nos populations.
      il n’est pas question des sentiments que chacun peut porter à l’autre mais de stopper une hémorragie assassine et grandissante.

      Si demain Rock propose de véritables solutions et des gens aux places qu’il faut, nous applaudirons et lui souhaiterons bonne réussite. Nous seront dans les rangs pour défendre notre pays.
      Vous êtes d’accord avec moi que si on vous propose aujourd’hui de rejoindre les rangs des combattants, vous aller réfléchir par deux fois avant d’accepter.

      Ce qui n’est nullement pas un manque de courage mais la certitude qu’une fois au front, vous aller être oublié comme ces jeunes gendarmes tués par l’insouciance de ce gouvernement qui ne sait pas mettre la bonne personne à la bonne place si ce n’est nommé ces amis à des postes où ils resterons incompétents.

      De la même manière dont nous comprenons votre inquiétude, nous espérons que vous comprendrez la nôtre. Personne n’est pour que le Burkina sombre. En tout cas, pas vous et moi. Alors mettons la pression où il faut pour que Rock change son fusil d’épaule.
      Très cordialement.

      Répondre à ce message

      • Le 23 novembre à 14:07, par Passakziri En réponse à : Rupture d’Internet mobile au Burkina : « Situation inédite », la Ligue des consommateurs monte au créneau avec un huissier et des avocats

        Cher Gwandba
        Merci pour cette affection qui est réciproque.
        Vous , moi et les nombreux intervenants ici à quelques exceptions près ,nvestissons notre temps et nos énergies à rédiger des commentaires afin de faire avancer positivement le Burkina Faso que nous aimons tous. C’est ce que je percois des interventions sur lefaso.net. Nos divergences ne nous divisent pas, parce qu’il y’a une certaine maturité qui prévaut dans les débats . Mais pouvons nous affirmer la même chose sur les réseaux sociaux ? Je suis tenté de repondre par l’infirmative, au regard de cette instrumentalisation autour du convoi militaire francais. Si vous avez suivi les reactions, vous vous êtes peut-être rendu compte qu’il ne s’agit pas là bas d’une argumentation pour convaincre, mais de lancer des commentaires pour atiser les tensions. Dans ce cas, que faire ?
        Vous avez raison quand vous parler de contradiction dans mon post , et en démocrates, nous ne cautionnons pas la censure disproportionnée .Nous pouvons seulement constater que dans tous les pays du monde , l’usage sans gardes-fous conduisent à une prolifération des extrêmes. pour le cas du Burkina Faso, nous sommes en face d’une frange de jeunes qui consomme sans autre forme d’analyse la désinformation, et qui par ses agissements met en péril la situation sécuritaire déjà très fragile. Ces mêmes jeunes qui ont un pendant pour les dictatures oublient que dans les dictatures comme la russie, il ne peut pas y avoir ce désordre sur les réseaux sociaux n’en parlons même pas de la vie réelle. Que faire alors dans ce cas ? Laisser continuer le desordre ou chercher à y mettre un terme ? Mon choix est le deuxième .Cette démarche du gouvernement au delà de couper l’herbe sous les pieds de ceux qui manipulent via les réseaux sociaux peut donner un avant-goût à tous ceux qui rêvent d’une dictature chez nous . Ceux qui ont incité les jeunes avec des messages éronnés et de haine sont en réalité leurs premiers ennemis , certains d’entre eux sont pourtant câlés en France, aux USA et je ne sais où. Bref, l’éxécutif au Faso tâtonne beaucoup, mais s’il commencait à prendre ses responsabilités face à toute situation, ce serait dejà un bon début.

        Concernant notre président, si vous vous referez à mes commentaires depuis la période électorale, vous vous rendrez compte qu’il n’est pas forcement mon choix favori. Le peuple ayant fait son choix, en démocrates , nous l’accompagnons pour lui faciliter la lourde tâche de sortir le Pays du bourbier et de le lancer sur le sentier du developpement. Mais hélas ! Personellement, mon coeur saigne parce que je ne vois aucune lueur de volonté de sa part d’opérer ce changement radical tant nécessaire. Mais devrions nous pour autant perdre espoir ?

        Mes salutations fraternelles.

        Passakziri

        Répondre à ce message

        • Le 24 novembre à 23:51, par Gwandba En réponse à : Rupture d’Internet mobile au Burkina : « Situation inédite », la Ligue des consommateurs monte au créneau avec un huissier et des avocats

          @ Passakziri burkindam kiéta
          Ne vous en faites pas. Il est vrai qu’à chacun de vos postes, on sent une certaines sincérité du message venant du coeur et s’adresse aux coeurs. Ce qui me permet de vous suggérez de continuer malgré les difficultés et les incompréhensions des certains internautes car, chaque personnes qui prend 10 mns de son temps pour poster son avis participe en quelque sorte à l’échange dont nous avons le plus besoin en ce moment.
          Concernant le convoi militaire français et la supposée instrumentalisation, je dénote un peu avec vous car, comment comprendre que nous vivons une telle situation depuis des années, des voix se sont levés pour dire que ceux qui fournissent les armes aux terroristes ce sont les français.
          Quelques jours après le drame des gendarmes assassinés, un convoi dont on ignore le contenu traverse le territoire national sans que les autorités ne prennent la peine d’informer et rassurer la population qui dans son droit, pense n’importe qui peut venir faire ce qu’il veut chez nous. cette population se rendant compte que le gouvernement ne représente que lui-même, comme ne octobre 2014 elle fait valoir son droit. Ce qui n’est pas à fondre avec le fait de "lancer des commentaires pour attiser les tensions"
          Cela permet également à tous de penser que les suspicions sont fondés vu que gouvernement préfère la légèreté et les cadeaux qu’ils se font à coup de millard de franc pendant que les soldats aux front manque de pain.
          Je ne parle même pas des 96 millions de la voiture voiture offerte à la ma^tresse ménopausée non content d’être nommé ministre sans compétence.
          Si vous observez bien, vous verrez que pour l’instant on est au stade de dissuasion. Comment faire pour qu’enfin Rock comprenne que ce n’est plus du jeux avec courtisane dans une chambre de passe et une bouteille de whisky sur la table de chevet. lui qui pense que la situation n’est pas aussi grave malgré tout.
          Il faut maintenir la pression pour qu’il soit pour une fois de sa vie courageux et non comme il nous laisse voir. Pendant ce temps, si les choses ne s’améliorent pas, il faut envisager une autre éventualité parce que l’inaction extrême dans laquelle Rock à plongé le pays est insoutenable. Lui va partir un jour de la tête du pays mais le pays reste.
          Je pense qu’atteindre le niveau de la Russie n’est pas un rêve pour nous au Burkina. Nous voulons être nous même en toute dimension. ce qui nous engage à ne laissé passer aucun laxisme que ce soit. Même les président fainéants mous.
          Personne d’autres que les assassinants quotidiennes des populations, les détournements éhontés, l’insouciance des autorités actuels, l’échec cuisant, l’avenir assombri par le manque de visons clairs etc...
          Voici une petite liste de ce qui ne va au Burkina et qui poussent les gens à demander mieux.
          Comment faire ??? Laisser par compassion l’incompétence jamais atteint dans notre pays faire comme bon lui semble ? ou faire en sorte qu’il reviennent dans la réalité du pays ?
          Je pense que chacun de nous à son niveau doit faire ce qu’il peut pour que ces dormeurs détourneurs se réveillent.

          Répondre à ce message

    • Le 23 novembre à 09:39, par Robert En réponse à : Rupture d’Internet mobile au Burkina : « Situation inédite », la Ligue des consommateurs monte au créneau avec un huissier et des avocats

      Méfiez-vous des personnes qui donne des avis c’est pas forcément de Burkinabè savez-vous que Facebook a déjà fermé des comptes parce que c’est des Français qui se cacher derrière des compte se faisant passer pour des Africains c’était le cas en Centrafrique pour mettre le feu au pays des membres de l’armée français avec ouvert de compte facebook méfiez-vous

      Répondre à ce message

  • Le 22 novembre à 16:18, par Vérité Indiscutable En réponse à : Rupture d’Internet mobile au Burkina : « Situation inédite », la Ligue des consommateurs monte au créneau avec un huissier et des avocats

    Couper l’Internet = Dictature nauséabonde du néocolonialisme.
    Nos autorités manquent de perspicacité dans l’analyse des situations. C’est la raison pour laquelle ils ajoutent toujours des problèmes aux problèmes en pensant résoudre les problèmes par d’autres problèmes. A la fin, la gangrène devient pestiférante et ils sont étonnés des conséquences qui pleuvront sur eux.
    Vous êtes vraiment à plaindre chères autorités du Burkina Faso.

    Répondre à ce message

  • Le 22 novembre à 16:47, par KingBaabu En réponse à : Rupture d’Internet mobile au Burkina : « Situation inédite », la Ligue des consommateurs monte au créneau avec un huissier et des avocats

    Bonsoir à tous/toutes.
    Désolé de le dire, mais il faut accepter une chose : couper l’internet mobile en ce moment précis au Burkina Faso est de bonne politique. Nous venons de tellement loin pour laisser le pays être mis à feu et à sang par des écervellés déboussolés et manipulés. Houphouet disait : ’’Je préfère l’injustice au désordre’’.

    Répondre à ce message

  • Le 22 novembre à 16:54, par le Vigilant du Sahel En réponse à : Rupture d’Internet mobile au Burkina : « Situation inédite », la Ligue des consommateurs monte au créneau avec un huissier et des avocats

    Yirgou et Solhan ont connu des drames à l’instar d’autres zones de notre Pays. Qu’avons-nous fait ? Beaucoup de temps s’est écoulé mais les proches des victimes n’ont pas oublié. Voilà Inata, un autre drame. Des voix s’élèvent et crient à l’union sacrée. Pourquoi faire ? Pensez-vous que l’union sacrée est possible dans de telles conditions ? La perte d’une vie est devenue banale et banalisée. UNAPOL n’a t-elle pas raison de décréter un deuil pour les policiers tombés les armes à la main ? Même une seule perte en vie humaine devrait interpeller nos dirigeants. Faut-il attendre une centaine de morts avant de nous émouvoir ? On ne peut plus regarder dans la même direction. Soit le Président rend sa démission, soit il donne un signal fort pouvant permettre de stabiliser la situation. Il a toutes les cartes en main. Pourvu qu’il décide en âme et conscience loin de ses charlatans traditionnels qui ne font qu’enfoncer le Pays.

    Répondre à ce message

  • Le 23 novembre à 08:57, par warzat En réponse à : Rupture d’Internet mobile au Burkina : « Situation inédite », la Ligue des consommateurs monte au créneau avec un huissier et des avocats

    On nous insultera encore pendant longtemps. Quand on nous donne un doigt, nous coupons la main et quand c’est la main, on part avec tout le bras. Comme quoi, la cupidité de certains de nos hommes politiques nous perdra.
    Cependant quand on voit la progéniture des voleurs de nos deniers publics et qu’on est croyant, on réfléchit avant de poser certains actes injustes et inhumains. Pratiquement tous les voleurs ont des enfants cancres, voleurs comme leur père.... ,drogués..et ils disent qu’ils volent pour assurer leur avenir, oubliant que demain appartient à Dieu....
    Un simple questionnement est de savoir : ’’ à qui profite les fakes news ces derniers temps ?’’ Au peuple meurtri ? Au gouvernement ? Aux FDS au front ? A l’opposition consciente et utile ? La réponse à ces simples questions permettront de nous démarquer, d’être dans le vrai et non l’ivraie.

    Répondre à ce message

  • Le 23 novembre à 17:24, par Mkouka En réponse à : Rupture d’Internet mobile au Burkina : « Situation inédite », la Ligue des consommateurs monte au créneau avec un huissier et des avocats

    A mon avis cette coupure est bienvenue. Il est grand
    temps que chacun de nous prenne du recul pour mieux apprecier les usages qu’on fait d’internet dans notre societe. Quels sont leurs mefaits et bienfaits, surtout dans le contexte actuel, pour nous tous. De par internet nous sommes plonges dans un desordre,, une cacophonie inimaginable et incontrolable dans laquelle tout le monde est professionel de l’information, peu importe qu’ elle soit fondee, averee, utilite, oppotune, justifiee, etc. On le sait tous, internet a une utilite incontournable dans le monde actuel quand on en fait un bon usage. Seulement, vu l"usage que l’on en fait savons nous comment cela profite a l’ennemi ? Sommes nous conscients du degre d’intoxication et de psychose injecte au sein de nos populations quotidiennement ? Savons nous si oui ou non nous construisons ou sappons les efforts de nos autoritees ? Faut il au nom de la libertee d"’expression laisser continuer une telle atmosphere qui nous axphifie de jour en jour ? Si cette coupure peut nous amener a ce genre de quetionnement et mieux a une prise de conscience sur les dangers auxquels on s’expose a travers cet outil alors elle est necessaires.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Burkina Faso : Des journalistes formés sur le suivi et l’appréciation critique des politiques publiques
Votre journal "Courrier confidentiel" N ° 255 vient de paraître
Soutenance de thèse : Aminata Ouédraogo devient docteur en sciences de l’information et de la communication de l’université de Bordeaux Montaigne
11e rentrée RTB : Les régions du Nord, du Sahel, de l’Est et de la Boucle du Mouhoun auront bientôt leurs chaînes de télévision
Média au Burkina : Impact TV change de logo et améliore ses programmes
Burkina : La CIL recommande aux internautes une utilisation saine et responsable des réseaux sociaux
Marche du 27 novembre 2021 : L’Association des journalistes du Burkina condamne l’agression des journalistes
Technologie : Séminaire national sur l’intelligence artificielle
Coupure internet mobile au Burkina : Le gouvernement annonce la fin ce dimanche 28 novembre 2021 à 20h
Universités africaines de la communication : La responsabilité des acteurs de l’information et de la communication dans un contexte sécuritaire et sanitaire au cœur de la 12e édition
Suspension de l’internet mobile : Une violation des droits à la liberté d’expression et d’information, selon la CNDH
Suspension de l’Internet mobile au Burkina : Une perte économique de plus de 20 milliards de francs CFA selon l’index netblocks
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés