Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «C’est bien d’être le meilleur, mais c’est meilleur d’être le plus original.» Youssoupha dans Mon Roi

Entrepreneuriat agricole : Des acteurs outillés sur le Code d’investissement agro-sylvo-pastoral, halieutique et faunique

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET • samedi 21 novembre 2020 à 12h02min
Entrepreneuriat agricole : Des acteurs outillés sur le Code d’investissement agro-sylvo-pastoral, halieutique et faunique

En vue d’accompagner les entrepreneurs agro-sylvo pastoraux, la direction générale de la promotion de l’économie rurale en collaboration avec le programme d’appui pour la promotion de l’entrepreneuriat agricole (PAPEA), a initié du 19 au 20 novembre 2020 une formation à leur endroit. Cette formation a porté sur le code d’investissement agro-sylvo-pastoral, halieutique et faunique.

Dans le cadre de la promotion de l’entrepreneuriat agricole, le gouvernement burkinabè a initié un projet de loi portant code d’investissements agro-sylvo-pastoral, halieutique et faunique. Cette loi a été adoptée par l’Assemblée nationale en mai 2018 et son décret d’application est intervenu le 20 décembre 2019. Pour raison de la pandémie de Covid-19, la vulgarisation de cette loi auprès des différentes acteurs n’a pas été effective. D’où la présente formation initiée par la direction générale de la promotion de l’économie rurale (DGPER) en collaboration avec le Programme d’appui pour la promotion de l’entrepreneuriat agricole (PAPEA).

Elle entend outiller les membres des différents clusters (regroupement d’entrepreneurs agricoles évoluant dans un même domaine d’une zone géographique) sur cette loi. C’est du moins ce qu’a laissé entendre Blaise Ouattara, secrétaire général de la Chambre régionale agricole du Centre.

Des avantages liés aux investissements

A en croire Issa Sawadogo, représentant du directeur général de la promotion de l’économie rurale (DGPER) et formateur du jour, l’instauration de cette loi vise entre autres à inciter à l’investissement privé dans le secteur rural et intensifier la production agricole. Cela, à travers la mise à disposition des entrepreneurs des moyens juridiques pour justifier leurs statuts auprès des services de la douane et des impôts en vue de bénéficier effectivement des avantages incitatifs.

Issa Sawadogo, représentant du directeur général de la promotion de l’économie rurale (DGPER)

Cette loi permet entre autres, en effet, la réduction des taux des frais de douanes ; l’exonération sur un certain nombre d’impôt, notamment la contribution des micro-entreprises, l’impôt sur les sociétés en fonction de la taille de l’entreprise. On n’oublie pas aussi l’exonération de la TVA et la taxe patronale d’apprentissage. Au formateur d’indiquer qu’à ce niveau, l’exonération peut aller de 5 à 7 ans sinon plus en fonction de la technologie qui est utilisée, la taille de l’investissement et du nombre d’emplois créés. Pour bénéficier de ces exonérations, l’entreprise doit être déclarée selon son activité et son chiffre d’affaire.

Une opportunité d’affaire

Cette formation a été bien accueillie par les participants. C’est le cas d’Alima Zagré, promotrice de la société Volaille du Faso, qui n’avait pas connaissance de la loi. La formation a été une occasion pour elle de connaître le contenu de ladite loi et de pouvoir se corriger à l’avenir. C’est le même son de cloche chez Abdoul Fayçal Sawadogo, président d’Agri-Pouvoir, un incubateur dans le domaine agro-sylvo pastoral, qui salue cette initiative qui lui a permis d’avoir certaines informations dont il n’avait pas. Ainsi il pourra mieux accompagner ces clients. « Je sors vraiment gagnant de cette formation. C’est une opportunité d’affaire qui s’ouvre pour moi car je pourrais désormais mieux accompagner mes clients dans le montage des dossiers pour bénéficier d’agrégat » se réjouit-il.

Alima Zagré, promotrice de la société Volaille du Faso

Du côté de Mohamed Sango, expert en finance inclusive du PAPEA, cette formation rentre dans le cadre des objectifs du programme qui est de travailler à améliorer l’environnement des acteurs agro-sylvo pastoraux. Financé par la Coopération suisse, le PAPEA intervient dans 4 régions au Burkina à savoir le Nord, les Hauts Bassins, le Centre-Ouest et deux zones péri-urbaines, celles de Ouaga et de Bobo. Il est mis en œuvre l’ONG internationale Helvetas et SNV.

Mohamed Sango, expert en finance inclusive du PAPEA

Judith SANOU
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Affaire de Pazani : Selon le ministre Clément Sawadogo, le propriétaire légal a cédé volontairement son terrain
Litige à Panzani : Les avocats exigent l’exécution « stricte des décisions de justice rendues contre l’Etat »
Bitumage de la route Dori-Gorom Gorom : Les travaux avancent malgré les difficultés sécuritaires
Lassané Savadogo, DG de la CNSS, à propos des cotisations sociales : « Nous disposons des prérogatives de la puissance publique pour contraindre l’employeur qui n’est pas en règle »
Prévention et gestion des conflits : Les acteurs du projet « Jeunes et Paix » prennent conseils chez le Mogho Naba
Sécurité sociale : La CNSS vole au secours des chauffeurs via l’opération de contrôle de la carte d’affiliation
Ramadan 2021 : L’observation de l’apparition de la lune prévue le mardi 11 mai
Sanctuaire St Joseph de Nazouma à Kombissiri : Les reliques du frère saint André accueillies en « Roi » par les fidèles
Gaoua : L’Agence nationale de biosécurité sensibilise les étudiants sur la biotechnologie
« Dans la situation actuelle, le vrai Ramadan, c’est d’aider les autres », dit le chef missionnaire d’Ahmadiyya au Burkina, Mahmood Nasir Saqib
Alerte de sécurité de la Gendarmerie : Boukare SAWADOGO, alias Bouba dit Moega, activement recherché
Agriculture : Le Conseil national de sécurité alimentaire fait son bilan de 15 ans d’existence et s’interroge sur les nouvelles formes de vulnérabilité
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés