Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «C’est dans l’effort que l’on trouve la satisfaction et non dans la réussite. Un plein effort est une pleine victoire.» Gandhi

Etat de la corruption au Burkina en 2019 : Et le bonnet d’âne revient à la Police municipale

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET • vendredi 9 octobre 2020 à 23h30min
Etat de la corruption au Burkina en 2019 : Et le bonnet d’âne revient à la Police municipale

Le Réseau national de lutte anti-corruption (REN-LAC) a dévoilé, vendredi 9 octobre 2020, son rapport annuel sur l’état de la corruption au Burkina Faso en 2019. Le bonnet d’âne revient à la Police municipale qui détrône la Douane tandis que la Police nationale passe de la 5e à la 3e place. La présentation des résultats du rapport s’est déroulée en présence du Contrôleur général de l’Autorité de contrôle d’Etat et de la lutte contre la corruption, Luc Marius Ibriga et des partenaires du REN-LAC.

Ce rapport présente les résultats d’une enquête d’opinion sur l’ampleur du phénomène de la corruption et de ses facteurs déterminants. La collecte des données s’est déroulée du 9 au 20 novembre 2019 et a concerné 1990 sur 2000 personnes initialement prévues. Selon la présentation des résultats faite par Issouf Paré, secrétaire chargé des études et des enquêtes, 75,7% des personnes enquêtées estiment que la corruption, en 2019 est fréquente, voire très fréquente. Cette proportion est en augmentation par rapport à celle de 2018 de 8,5 points de pourcentage.

Le secrétaire exécutif, Sagado Nacanabo remettant le rapport à la représentante de l’ambassade de France

Le Top 5

Dans le classement des institutions les plus corrompues en 2019, l’on retrouve en tête de liste la Police municipale qui détrône la Douane. Le service incriminé par les enquêtés reste le contrôle de la circulation urbaine.

Quant à la Douane, classée deuxième, elle est plus pointée du doigt lors de ses opérations de contrôle au niveau des postes fixes et la Police nationale (3e du classement) pour les contrôles d’identité et de documents sur les routes mais aussi l’établissement des cartes nationales d’identité burkinabè.

La Direction générale des transports terrestres et maritimes et la Gendarmerie nationale ferment les marches du podium, respectivement dans le cadre du retrait, du renouvellement des documents et l’examen du permis de conduire d’une part, et d’autre part pour les opérations de contrôle sur les axes routiers et les opérations de police judiciaire.

Tableau présentant les caractéristiques des enquêtés

Les recommandations

« Au lieu de voir en mal le rapport qui les classe, nous sommes disposés à les aider pour que les populations aient une autre image de leurs services. C’est l’image que les populations ont de leurs services qu’on leur rapporte. Ce n’est pas ce que le REN-LAC pense d’eux. », a clarifié le secrétaire exécutif du REN-LAC, Sagado Nacanabo.

Il a fait remarquer que 2019, tout comme les années précédentes, s’est traduite non seulement « par le manque d’engagement et d’exemplarité de l’Exécutif, mais aussi par l’impuissance des structures de contrôle de l’Etat face à la gangrène que constitue la corruption ». D’ailleurs 51,6% des enquêtés ne sont pas satisfaits des mesures prises par le gouvernement pour lutter contre la corruption. Ils estiment qu’il devrait prendre des sanctions dissuasives contre les personnes épinglées par les actes de corruption, donner le bon exemple et surtout améliorer les conditions de vie et de travail des agents publics.

Pour le secrétaire exécutif du REN-LAC, c’est l’image que les populations ont des services incriminés que le réseau rapporte

A côté de ces recommandations, le REN-LAC estime qu’il faut poursuivre le renforcement de l’arsenal juridique de prévention et de répression de la corruption. Aussi, Sagado Nacanabo et son équipe suggère au gouvernement « d’émettre des ordres de recettes à l’endroit des ministres ayant reçu des sommes à titre de rémunération au-delà de la rémunération prévue par le décret du 31 décembre 2008 ».

Une vue des invités à la présentation du rapport

Deux saisines adressées au ministre de l’éducation

Mais en attendant que le gouvernement donne un coup d‘accélérateur, le REN-LAC a décidé de ne pas baisser les bras sur certains cas. Il dit avoir saisi le ministre en charge de l’éducation nationale pour la prise de sanctions disciplinaires contre deux enseignants en situation irrégulière et leurs complices. Le premier, un enseignant du lycée professionnel régional Nazi Boni de Dédougou, perçoit toujours son salaire, selon les enquêtes menées par le REN-LAC, alors qu’il a signé un contrat avec une autre structure dans la région de l’Est, en qualité de cadre technique régional en animation/communication depuis mars 2016. Dans son second poste, il percevrait le triple de son salaire d’enseignant.

Issouf Paré, secrétaire chargé des études et des enquêtes (à gauche) remettant le rapport au Dr Luc Marius Ibriga.

Quant au deuxième cas, il s’agit d’une enseignante de la circonscription d’éducation de base de Pobé Mengao dans le Soum. Toujours selon les investigations du REN-LAC, le salaire de cette dernière est toujours viré alors qu’elle est absente de son poste depuis plus de trois ans.

HFB
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Commune de Bingo/village de Sapélo : Une « bombe foncière » à désamorcer, les habitants interpellent les autorités
Éducation en situation d’urgence au Burkina : 2 682 établissements fermés à la rentrée d’octobre 2021
Le ministre de la santé chez le cardinal Philippe Ouédraogo : L’archevêché de Ouagadougou rejette le compte rendu publié par le ministère
Semaine nationale de la citoyenneté 2021 : Victoria Kibora / Ouédraogo décline les grandes lignes
Semaine mondiale de l’éducation aux médias et à l’information : EducommunicAfrik pour la sensibilisation des jeunes
Ministère de la Sécurité : Edgard Sié Sou installé dans ses nouvelles fonctions de secrétaire général
Secteur agro-sylvo-pastoral : Les acteurs non étatiques examinent le plan stratégique national d’investissement
Sexualité des jeunes : L’Abbé Jean Emmanuel Konvolbo déplore « le logiciel sexuel » du ministre Charlemagne Ouédraogo
Ministère de l’Eau et de l’assainissement : Ousmane Nacro juge satisfaisant le bilan de sa gestion, de janvier à septembre 2021
Dori : Des déplacés internes et réfugiés informés des modes d’accès à la justice
95e Journée mondiale des missions : La paroisse Saint André de Saaba, hôte de la célébration eucharistique
Festival Allons à Kaya : La population de Kaya est résiliente et debout
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés