Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «C’est bien d’être le meilleur, mais c’est meilleur d’être le plus original.» Youssoupha dans Mon Roi

Prévention des risques professionnels : La CNSS forme ses partenaires

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET • vendredi 2 octobre 2020 à 19h56min
Prévention des risques professionnels : La CNSS forme ses partenaires

La Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) tient, du 1er au 2 octobre 2020 à Ouagadougou, une formation sur la prévention des risques professionnels au profit des chefs d’entreprise. La session vise à développer une meilleure compréhension du phénomène des accidents psychosociaux et les mesures de prévention afin d’améliorer la productivité des entreprises.

Durant ces deux jours d’enseignement, il va s’agir, dans un premier moment, de revisiter le cadre juridique et institutionnel de la prévention des risques professionnels. En effet, la santé et la sécurité au travail sont capitales et sont réglementées par des textes. Selon les propos du directeur de la prévention de la CNSS, Tidjani Kambou, cette formation est initiée dans le but de parler de toutes les affections liées aux gestes dans le cadre du travail, afin que les agents prennent conscience de ces différents maux. « Ce n’est pas sûr que ces genres de pathologies fassent partie de nos maladies professionnelles », a-t-il laissé entendre.

Il a, ensuite, été question des Troubles musculo-squelettiques (TMS) en milieu de travail. Les formateurs ont expliqué que le corps humain est beaucoup sollicité et fournit beaucoup d’efforts dans l’exercice du travail. La posture de travail au bureau, les transports de charges sur les chantiers et dans les industries constituent des facteurs d’exposition aux TMS. Aussi, ces gestes professionnels peuvent provoquer d’autres maladies comme les syndromes de canal carpien, c’est-à-dire les maux de poignet et de dos.

Risques psychosociaux

De plus, il a été évoqué, avec les partenaires, un certain nombre de risques nouveaux, dont les risques psychosociaux. Ici, l’accent a été mis sur le stress au travail. Il est ressorti qu’une enquête a été menée dans 303 entreprises. Les résultats font état d’agressions verbales, physiques et sexuelles dans 49,2% des entreprises. Ces phénomènes ont pour conséquences l’abandon du travail, la démotivation et la démobilisation des travailleurs exposés, et la baisse de rendement.

Le cas de la sous-traitance

Pour finir, les risques professionnels dans le domaine de la sous-traitance ont aussi été traités. En effet, cette pratique économique touche de nos jours plusieurs secteurs d’activités. Et selon le directeur général de la CNSS, Lassané Savadogo, « la sous-traitance est pointée du doigt et jugée comme un facteur aggravant en matière de santé-sécurité. De ce fait, les entreprises qui sont bien formalisées ont généralement des équipements de protection individuelle pour leurs travailleurs. En revanche, celles qui font de la sous-traitance n’y pensent pas. Cela expose les employés aux risques divers dans le cadre du travail ».

Le directeur général de la CNSS, Lassané Savadogo

Des attentes à l’issue de la formation

« Les attentes, à l’issue de cette rencontre, c’est de doter les agents de compétences en matière de santé et sécurité au travail. Nous pensons que si nos partenaires sont sensibilisés sur les risques professionnels, ils peuvent en éviter et adopter des plans de travail », a indiqué le directeur de la prévention, Tidjani Kambou.

Le directeur de la prévention à la CNSS, Tidjani Kambou.

A la question de savoir si le tableau des risques existants peut être revu en tenant compte des nouveaux risques, M. Kambou a répondu par l’affirmative. « Bien sûr, ce tableau peut être revu par un certain nombre de critères. Lorsqu’un accident est constaté sur le plan scientifique, on peut saisir le ministère en charge du Travail pour espérer un jour inclure la maladie dans le tableau. Il faut noter que ce tableau est évolutif et tient compte d’un certain nombre de difficultés. »

Le représentant de RMO-Job-Center, Cheick Abbas Kolori, dit avoir pris part à cette formation parce que son entreprise fait face à plusieurs cas d’accidents de travail et d’accidents de trajet. Son souhait est qu’à la fin de la session, des solutions idoines soient trouvées pour minimiser ces dangers éventuels pour l’épanouissement des travailleurs.

Photo de famille

C’est environ une centaine de participants qui prennent part à cette formation, en raison de trois personnes par entreprise. Cette session de formation va également se dérouler les 8 et 9 octobre 2020 à Bobo-Dioulasso.

Dofinitta Augustin Khan (stagiaire)
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Affaire de Pazani : Selon le ministre Clément Sawadogo, le propriétaire légal a cédé volontairement son terrain
Litige à Panzani : Les avocats exigent l’exécution « stricte des décisions de justice rendues contre l’Etat »
Bitumage de la route Dori-Gorom Gorom : Les travaux avancent malgré les difficultés sécuritaires
Lassané Savadogo, DG de la CNSS, à propos des cotisations sociales : « Nous disposons des prérogatives de la puissance publique pour contraindre l’employeur qui n’est pas en règle »
Prévention et gestion des conflits : Les acteurs du projet « Jeunes et Paix » prennent conseils chez le Mogho Naba
Sécurité sociale : La CNSS vole au secours des chauffeurs via l’opération de contrôle de la carte d’affiliation
Ramadan 2021 : L’observation de l’apparition de la lune prévue le mardi 11 mai
Sanctuaire St Joseph de Nazouma à Kombissiri : Les reliques du frère saint André accueillies en « Roi » par les fidèles
Gaoua : L’Agence nationale de biosécurité sensibilise les étudiants sur la biotechnologie
« Dans la situation actuelle, le vrai Ramadan, c’est d’aider les autres », dit le chef missionnaire d’Ahmadiyya au Burkina, Mahmood Nasir Saqib
Alerte de sécurité de la Gendarmerie : Boukare SAWADOGO, alias Bouba dit Moega, activement recherché
Agriculture : Le Conseil national de sécurité alimentaire fait son bilan de 15 ans d’existence et s’interroge sur les nouvelles formes de vulnérabilité
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés