Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Les gens qui doutent d’eux-mêmes n’ont qu’un vide au centre d’eux-mêmes.» John Maxwell Coetzee

Covid-19 au Burkina : Des médias confessionnelles adaptent leurs programmes

Accueil > Actualités > Multimédia • LEFASO.NET • mercredi 1er avril 2020 à 18h30min
Covid-19 au Burkina : Des médias confessionnelles adaptent leurs programmes

A l’heure où le Covid-19 est sur toutes les lèvres et que les autorités religieuses ont pris des mesures restrictives pour faire face à la pandémie, les médias confessionnels tentent de s’adapter à la situation. Et ce n’est pas toujours chose aisée. Nous avons rencontré des responsables des radios et télévisions Ave Maria et Al-Houda.

Plus de célébrations dans les églises avec les fidèles. Néanmoins, les évêques ont exhorté les fidèles chrétiens à écouter les radios et à regarder les chaînes de télévision catholiques pour vivre les différentes célébrations. Une situation qui a nécessité une réadaptation des grilles de programmes de la radio (91.6 FM) et de la télévision Ave Maria qui mettent l’accent sur les retransmissions des messes privées depuis la cathédrale.

Abbé Paul Ouédraogo, responsable diocésain des médias catholiques à Ouagadougou

Les équipes s’activent pour Pâques

Selon l’abbé Paul Ouédraogo, directeur des médias catholiques diocésains de Ouagadougou, certaines célébrations dévotionnelles ont même été enregistrées et sont retransmises tous les matins et soirs, du lundi au dimanche. Invite a été également faite aux pasteurs, précise l’abbé Ouédraogo, de s’adresser régulièrement à leurs paroissiens soit par téléphone, soit en venant faire des enseignements au sein de la radio et de la télévision. La fête de Pâques étant proche, la radio et la télévision s’activent pour retransmettre les célébrations du Dimanche des rameaux, du Triduum pascal et du Dimanche de la résurrection.

Difficultés financières

Côté finances, la situation n’est pas reluisante, selon l’abbé Paul Ouédraogo. « Comme d’autres médias, nous sommes durement éprouvés en ce moment où les recettes sont absentes, dû à l’arrêt des activités au sein de nos communautés. Nos médias étaient déjà confrontés à ces difficultés économiques persistantes. D’ailleurs, nous nous préparons à mener des campagnes de proximité dans le sens de sensibiliser la communauté diocésaine à la nécessité de contribuer avec des souscriptions pour permettre d’honorer la facture des redevances TNT et d’assurer nos charges incompressibles.

Cette activité n’a pas pu démarrer à cause de la situation que nous vivons actuellement. Ce manque de moyens pour faire face aux charges de fonctionnement (acquisition et entretien du matériel technique, salaire du personnel, électricité…) de nos médias limitent réellement nos ambitions », confie le responsable de la radio et de la télévision.

Malgré toutes ces difficultés, l’abbé Paul Ouédraogo rassure les auditeurs et téléspectateurs que son équipe travaille d’arrache-pied pour leur permettre de rester en contact avec Dieu par la prière et de garder la communion fraternelle.

Abdoul Gani Sanfo, chef des programmes de la radio Al Houda se lavant les mains avant d’accéder aux locaux

Hygiène et sensibilisation

Du côté de la radio et de la télévision Al-Houda, des médias confessionnels islamiques, un dispositif de lave-mains a été installé à l’entrée, et tout visiteur doit impérativement se laver les mains au savon et appliquer le gel hydroalcoolique avant d’avoir accès aux locaux.

Côté programmes, dans l’urgence, la radio (98.5), selon son chef de programmes, Abdoul Gani Sanfo, a beaucoup communiqué sur le bien-fondé de la fermeture des mosquées et mis l’accent sur la sensibilisation des musulmans sur le Covid-19 à travers des émissions interactives en français et en mooré. Idem pour la télévision Al-Houda qui, en plus de faire passer des messages sur la pandémie pendant son émission santé qu’elle diffusait avant le début de la crise, a réalisé quelques courts métrages de sensibilisation.

Le média prévoit le réaménagement d’un programme fixe afin d’intégrer de façon permanente la question de cette urgence sanitaire. « Nous verrons comment faire pour avoir chaque jour des tranches de sensibilisation pour éviter la propagation du Covid-19 », a laissé entendre M. Sanfo.

Vue faciale de la station de radio Al Houda

« Il était difficile de se défaire des salutations et accolades »

S’il y a bien une habitude qu’il a été difficile d’abandonner, ce sont les salutations et les accolades, ces gestes empreints de fraternité pour le musulman, désormais interdits. « Il fallait d’abord que le personnel s’habitue à cette nouvelle donne et qu’ensuite les visiteurs également puissent s’adapter. S’il y a un collègue qui oublie un geste-barrière, on le lui rappelle. Au début, ce n’était pas facile, mais nous sommes habitués à présent », se réjouit Lassané Sanfo, le chef programmes de la télévision Al-Houda.

Autre difficulté rencontrée par la radio, c’est l’insuffisance de l’effectif du personnel pour réaliser ses ambitions et ainsi répondre aux préoccupations des auditeurs lors des émissions. Une situation qui amène les animateurs à être multitâches pour abattre le boulot de plusieurs personnes, selon M. Sanfo.

Lassané Sanfo, chef des programmes de la télévision Al Houda

Les recommandations du prophète Mahomet

Qu’à cela ne tienne, le personnel de la radio et de télévision Al-Houda appelle ses auditeurs et téléspectateurs à respecter les mesures prises par le gouvernement pour lutter contre la propagation du virus. A ce propos, Abdoul Gani Sanfo dira que le prophète Mahomed lui-même, il y a 1 400 ans, recommandait ceci : « Si vous entendez parler d’une flambée de peste dans un pays, n’y entrez pas ; mais si la peste éclate dans un endroit pendant que vous y êtes, ne quittez pas cet endroit ».

Pour les besoins de diversité de l’information et de traitement équitable, nous sommes entré en contact avec la télévision Impact TV qui a promis de nous revenir. Depuis lors, nos multiples appels effectués depuis le 27 mars n’ont pas trouvé de suite.

Herman Frédéric Bassolé
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Institut supérieur de technologies (IST) : L’ONATEL offre 3 250 cartes SIM 4G aux étudiants
Filière karité : Le digital peut améliorer les rendements, selon une étude du Fonds d’équipement des Nations unies
Lutte contre le Covid-19 : Des journalistes outillés pour mieux faire passer l’information sur la maladie
Réseaux Facebook : La sécurité renforcée contre les profils malveillants sur Messenger
Burkina : Journalistes et communicateurs musulmans à l’école des finalités de la loi islamique
« Résomètre » : Une nouvelle application pour évaluer la performance des réseaux de téléphonie mobile
Ministère du Développement de l’économie numérique : Une plateforme unifiée pour appuyer la lutte contre le Covid-19
Godefroy Bazié, journaliste à la retraite : « Un journaliste, c’est la reconnaissance du public, et non celle de l’autorité ou des politiciens »
Région du Centre-Nord : Une radio relais à Barsalogho pour promouvoir les messages humanitaires
Médias publics : Le SYNATIC et l’AJB dénonce des velléités de remise en cause des acquis
Appui aux médias face au Covid-19 : Le Luxembourg donne l’exemple avec 5000 euros à chaque journaliste professionnel
Education : DigiClass, une plateforme en ligne pour permettre aux élèves de réviser et de tester leurs connaissances
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés