Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «L’art de plaire consiste simplement en deux choses : ne point parler dе sοi аux аutrеs еt lеur раrlеr tοujοurs d’еux-mêmеs.» Edmond et Jules de Goncourt

Réponses à la crise sécuritaire : « Il n’y a pas de concertation au niveau local », déplore Oumarou Cissé (directeur exécutif de A2N)

Accueil > Actualités > Diplomatie - Coopération • LEFASO.NET • mardi 28 janvier 2020 à 22h05min
Réponses à la crise sécuritaire : « Il n’y a pas de concertation au niveau local », déplore Oumarou Cissé (directeur exécutif de A2N)

Le Burkina Faso, à l’instar d’autres pays sahéliens, connaît une crise sécuritaire depuis ces dernières années. Des projets se multiplient afin de permettre aux populations d’avoir une bonne capacité de résilience. Ce mardi 28 janvier 2020 à Ouagadougou, au cours d’une conférence de presse initiée par l’ambassade de France au Burkina en collaboration avec l’Agence française de développement (AFD), une halte a été marquée sur les réponses à la crise dans cette zone.

Depuis 2017, l’Agence française pour le développement (AFD) appuie le gouvernement burkinabè pour faire face aux défis sécuritaires à travers le Programme d’urgence pour le Sahel (PUS). Selon la directrice adjointe de l’AFD, Anne-Lise Rêve, sa structure travaille différemment avec ses partenaires, c’est-à-dire en mettant davantage l’accent sur la cohésion sociale et l’approche communautaire dans la prévention des conflits et l’apaisement des tensions. « Nous travaillons de façon croissante dans les zones qui sont aujourd’hui les plus vulnérables et soumises à un défi sécuritaire énorme », a-t-elle affirmé.

En plus de l’appui pour la mise en œuvre du PUS, l’AFD collabore avec les associations autochtones pour une approche plus directe. L’expérience a montré que sur le terrain, le PUS a un taux satisfaisant mais les autorités locales sont ignorées. Qu’est-ce qui pourrait expliquer un tel résultat ? Le directeur exécutif de l’Association Nodde Nooto (A2N), Oumarou Cissé donne son avis : « Le gouvernement n’a pas fait le travail de communication envers les acteurs pour expliquer ce qu’est le PUS. Les gens s’attendent à un programme spécifique avec un financement spécifique. Et nous (aussi bien les collectivités que les acteurs locaux) avons les mêmes préoccupations. Les acteurs non étatiques également ont la même réaction. Effectivement, on ne sait pas à quel niveau ces actions-là se décident avant de déplorer qu’il n’y a pas de concertation au niveau local pour dire aux gens qu’il y a un programme qui est là ».

Oumarou Cissé, le directeur exécutif de A2N

Dans le but d’éviter ce type de résultat, l’AFD, de son côté, mise également sur les associations locales. L’A2N est l’une des associations qui bénéficie du soutien de l’AFD pour la mise en œuvre de ses activités. Cette approche semble être avantageuse pour les partenaires techniques et financiers (PTF). « L’appui à A2N est complémentaire parce que travailler avec les associations, ça permet d’aller vite et faire d’autres choses. Tout le volet cohésion sociale, ce sont les associations qui sont en première ligne pour exécuter ce type d’activité », précise Anne-Lise Rêve.

Anne-Lise Rêve, la directrice générale adjointe de l’AFD

Créée en 1996 à Dori (Nord-Est du Burkina), l’Association Nodde Nooto (A2N) est une initiative de plusieurs communautés qui devraient faire face à une recrudescence des conflits liés à l’accès aux ressources naturelles partagées. Ainsi, cette association se focalise beaucoup plus sur la réhabilitation de la cohésion sociale. « Le travail accompli depuis deux décennies avait permis de structurer le tissu social et de jeter les bases du principe de la concertation pour une gestion apaisée de conflit dans ce contexte », a indiqué Oumarou Cissé.

Anne-Lise Rêve et Oumarou Cissé au cours de la conférence de presse

Au cours de la première conférence de presse dénommée «  Matinée du partenariat renouvelé entre la France et le Burkina Faso », l’AFD et l’A2N ont affiché une collaboration fructueuse. Elles ont d’autres chantiers en vue.

Cryspin Masneang Laoundiki
LeFaso.net

Vos commentaires

  • Le 29 janvier à 01:20, par Moi En réponse à : Réponses à la crise sécuritaire : « Il n’y a pas de concertation au niveau local », déplore Oumarou Cissé (directeur exécutif de A2N)

    On appel ça un article tonutruant !

    Où est le ministre de tutel oubien l’autorité gouvernementale de tutel de ce programme ?
    Ça aurait été plus objectif de l’associé au tour de table non ?

    Nous africains on est pauvre par ce que notre ventre commande notre cerveau. ...ce Monsieur semble pointer du doigt l’autorité publique par ce que tout simplement il veut parler de financement spécifique esperant ainsi l’avoir avec les blanc...c’est pourquoi ils ne vont jamais nous respecter par ce qu’on passe tout le temps à aller chez eux dire ce qu’ils veulent entendre même si il faut crucifier un frère !!!
    Cessons la mendicité !!!!

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Situation sécuritaire en Afrique : Les propositions du Réseau libéral africain
Pourquoi des policiers en ambassade ? : Alpha BARRY s’explique
Situation sécuritaire : Les libéraux d’Afrique solidaires du peuple burkinabè
Programme alimentaire mondial (PAM) : La Russie offre des vivres et de l’huile pour assister 45 000 personnes déplacées
Réseau Libéral Africain : Me Gilbert Noël Ouédraogo du Burkina nouveau président
Affaires étrangères : Les agents s’insurgent contre la mise à disposition du Ministère de 30 policiers
Situation en Libye et au Sahel : Roch Kaboré appelle l’Union africaine à plus d’action
Bobo-Dioulasso : Le Projet ProCIV dote le Centre agricole polyvalent de Matourkou, d’une unité de transformation agro-alimentaire
Hydrocarbures et environnement : Des ministres de la CEDEAO réunis à Ouagadougou pour plus d’harmonisation
Coopération : « Les Africains doivent résoudre leurs propres problèmes », Habib El Malki, président de la Chambre des représentants du Maroc
Transports dans les pays enclavés : Des experts de l’Afrique de l’Ouest et du Centre peaufinent leurs textes à Ouagadougou
Promotion de l’entrepreneuriat des jeunes : Les Emirats arabes unis accordent un prêt de 6 milliards au Burkina
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés