Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Faites que le rêve dévore votre vie afin que la vie ne dévore pas votre rêve.» Antoine de Saint-Exupéry

Fête coutumière à Koudougou : Naaba Saaga 1er de Issouka vénère ses ancêtres à travers son Nabasga

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET • dimanche 26 janvier 2020 à 22h57min
Fête coutumière à Koudougou : Naaba Saaga 1er de Issouka vénère ses ancêtres à travers son Nabasga

Le Naaba Saaga 1er de Issouka, un des principaux quartiers de Koudougou, a célébré le 25 janvier 2020 sa fête coutumière appelée Nabasga. Les festivités marquant cette fête ont connu la présence de nombreuses personnalités venues honorer Naaba Saaga 1er.

Cela fait quinze ans que Naaba Saaga 1er a accédé au trône de la chefferie traditionnelle et coutumière de Issouka. Quinze ans durant lesquels, il a toujours, bon an mal an, honoré ses ancêtres à travers sa fête coutumière appelée Nabasga. En cette année 2020, cette tradition a une fois de plus été respectée.

Une vue des officiels assistant aux différentes sorties de sa majesté Naaba Saaga 1er.

En effet, le Nabasga est une fête traditionnelle instituée dans le royaume mossi par Naaba Oubri pour communier avec les ancêtres. A cet effet, la fête coutumière ou le nabasga de Issouka a véritablement débuté dans la soirée du 24 janvier avec l’hommage rendu à Bassanga, ancêtre de Issouka et fondateur de Koudougou. Plus qu’une occasion de fêter, cette fête qui se veut annuelle est un devoir, voire une obligation pour tout chef traditionnel. C’est ainsi que tout comme les années précédentes, le Naaba Saaga 1er n’a pas cette année dérogé à la règle.

Les chefs coutumiers des différents quartiers et villages environnants sont venus soutenir leur homologue de Issouka à l’occasion de sa fête coutumière.

En cette matinée du 25 janvier, les invités de sa majesté Naaba Saaga 1er rassemblés sous l’ombre des manguiers de la cour royale de Issouka appelé ‘’Maasmé ’’, ont assisté de bout en bout aux différentes péripéties du déroulement de cette fête pleine de traditions. Parmi les nombreux invités, on note la présence entre autres de l’épouse du Premier ministre Clémentine Dabiré, du ministre en charge de l’Environnement Nestor Bassière, du grand chancelier des Ordres burkinabè, de SEM l’ambassadeur de l’Union européenne au Burkina Faso, de la gouverneure du Centre-Ouest Irène Coulibaly à la tête de toutes les autorités régionales et provinciales.

Les notables de Issouka présentant leurs civilités au chef à sa première sortie.

En attendant les trois sorties de Naaba Saaga 1er, les invités sont entretenus par le grand chansonnier de Koudougou, Sibi Zongo, qui chante les louanges du chef et la généalogie de la chefferie de Issouka. De nombreuses autres troupes de la ville de Koudougou et de Réo étaient là aussi pour égayer les invités à cette fête traditionnelle. C’est entre cette ambiance que Naaba Saaga 1er effectue ses trois sorties. Des sorties ponctuées par les salutations des différentes couches sociales de sa population, venues faire allégeance à leur chef et lui traduire leur loyauté. Parmi ces populations, il ya eu d’abord les enfants qui étaient du reste à l’honneur en cette année, les filles de Issouka mariées ailleurs ou vivant toujours à Issouka, les notables du chef, les autres chefs de quartiers, etc.

Naaba Saaga 1er félicitant le grand chancelier des ordres burkinabè pour sa présence à Issouka.

Tout ce monde apporte des présents au chef qui les reçoit non sans leur donner sa bénédiction. Les enfants conviés à cette fête, en majorité des élèves de l’académie de Ouagadougou, ont pour leur part apporté du dolo, de la cola et une enveloppe pour honorer le chef. La première sortie du chef est effectuée en toge rouge avec un sabre. Le rouge marque la tenue de guerre du chef, couleur du danger, de l’urgence, de l’ardeur, de la chaleur, de l’amour, du sang, de la royauté, de l’autorité. En un mot, le chef doit être capable d’aller au front pour défendre son peuple parce qu’il l’aime et le protège, et peut verser son sang pour son peuple.

C’est après sa troisième sortie que le chef est descendu de son trône pour saluer ses invités.

A la deuxième sortie, le chef l’effectue en toge blanche. Le blanc qui caractérise cette sortie est le signe de la pureté, de la clarté, de la lumière et de la paix. Le Chef doit incarner ces valeurs, être et demeurer un homme de paix pour son peuple. A sa troisième et dernière sortie, le chef est habillé en toge multicolore, toge dans laquelle il reste habillé pour la suite des festivités marquée par des audiences qu’il accorde à ses invités de marque. Cette tenue, c’est pour montrer que l’ensemble des couleurs font la beauté de la vie.

Les enfants ont aussi eu leur temps d’hommage rendu au chef de Issouka.

Au cours de la cérémonie, le message officiel du chef a été livré à l’assistance. Un message rendu à travers un slam par Malika la slamazone, qui du reste, faisait partie des artistes invités du chef. Dans son message, le Naaba Saaga a mis l’accent sur la situation que traverse notre pays. Tout en souhaitant la bonne année à tous, Naaba Saaga 1er dans son message implore Dieu et les ancêtres pour un retour de la stabilité et de la quiétude au pays des hommes intègres.

L’épouse du Premier ministre, Clémentine Dabiré, s’adressant aux enfants venus participer à la fête.

Aux victimes, aux déplacés internes, aux parents des victimes, Naaba Saaga 1er à travers son message appelle à la solidarité nationale et à l’assistance divine et ancestrale. Après la partie solennelle, la fête s’est poursuivie avec les audiences du chef couronnées par une grande réception offerte aux invités de marque et à tous les festivaliers venus honorer le chef.

Ouango Yaméogo


Quelques impressions après la cérémonie officielle

Nestor Bassière : En venant prendre part à la fête coutumière de sa majesté, j’estime qu’il est important d’intégrer cette tradition dans le contexte actuel du Burkina Faso à savoir travailler à impliquer davantage la chefferie coutumière et l’ensemble des chefs religieux pour cette cohésion sociale. Nous avons tous suivi son message qui est un message d’appel et de cohésion tout en pensant à ceux de jour comme de nuit qui passent leur temps à veiller pour la paix et la quiétude et l’intégrité de notre pays. Pour nous c’est une fierté de venir accompagner à cette fête que nous trouvons bien fondée dans le contexte actuel du Burkina Faso.

SEM l’ambassadeur de l’Union européenne : C’est très impressionnant d’assister à la fête coutumière de sa majesté, et j’ai été très content de recevoir son invitation. Ce que j’ai vu, c’est une combinaison de l’histoire des coutumes et de la modernité. Une combinaison qui montre bien le chemin pour l’avenir. Je retiens que le message du Naaba a été très important en ce sens qu’il parle de la paix, de la solidarité, du développement et nous à l’Union européenne nous ne pouvons que soutenir de telles initiatives.

Naaba Saaga 1er : Le contexte est lié à la situation nationale ; nous avons traversé des difficultés et nous les traversons toujours. J’ai voulu faire en sorte pour donner du courage aux uns et aux autres, qu’il y ait une douce année pour les uns et les autres. Si vous avez remarqué, je n’ai pas fait tonner des fusils cette année et cela en communion avec l’esprit de notre nation, avec tous ceux qui sont morts par les armes assassines. Le chef traditionnel doit être en communion avec tout le monde. Mon message a pour fondement d’inviter tous les Burkinabè à avoir la force en eux afin que tout ce qui nous arrive, nous ayons la force de surmonter cela. Dieu merci, je pense bien que la tension commence à baisser et nous allons continuer à implorer le bon Dieu pour le retour définitif de la paix dans notre pays.

Portfolio

  • Les différentes troupes ont rivalisé d'ardeur pour la beauté de la fête (...)
  • Les officiels posant avec Naaba Saaga 1er au terme de ses trois (...)

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Burkina : CRS et l’Ocades Caritas élaborent une stratégie conjointe pour mieux répondre aux besoins humanitaires
Journée mondiale du pharmacien : Les spécialistes du médicament font le point de leur place dans le système de santé
Santé maternelle et infantile : Un projet lancé pour améliorer la recherche dans le domaine
Formation professionnelle au Burkina : Le CIFDHA outille les jeunes de Boulsa
Justice : Le ministère passe en revue ses activités de 2019
Burkina Faso : Plaque tournante du commerce illégal du mercure en Afrique de l’Ouest
Transports et facilitation des échanges : Le Conseil burkinabè des chargeurs sensibilise les acteurs à Dakola
Evaluation des acquis scolaires au Burkina : Les apprenants ont des performances moyennes
Epargne voyage Air Burkina : Rendre le voyage aérien accessible à tous
Fonction publique : « Tôt ou tard, il y aura une situation de saturation », prévient le gouvernement
Choc entre tradition et religion à Loropéni : Surmonter les divergences par le dialogue et l’acceptation de l’autre
Promotion du civisme et prévention des conflits : Le NDI satisfait de ses actions
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés