Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Où serait le mérite, si les héros n’avaient jаmаis реur ?» Alphonse Daudet

IAM-Bobo : Des étudiants exclus souhaitent leur réintégration

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET • lundi 13 janvier 2020 à 22h35min
IAM-Bobo : Des étudiants exclus souhaitent leur réintégration

Des étudiants de l’Institut africain de management (IAM) de Bobo-Dioulasso ont exprimé leur mécontentement dans la matinée du lundi 13 janvier 2020. Ce mouvement d’humeur fait suite à la décision de l’administration d’exclure plus d’une cinquantaine d’étudiants de ladite institution, des étudiants de la deuxième année, toutes les filières confondues. A travers cette manifestation, ils souhaitent leur réintégration au sein de l’établissement et la reprise des cours.

« En plein milieu de l’année, ils nous chassent. Où veulent-ils qu’on aille poursuivre les cours. Actuellement, ce n’est pas évident qu’on puisse avoir une école qui va nous accueillir », ce sont autant d’inquiétudes exprimées par ces manifestants du jour. Leur souhait aujourd’hui, c’est leur réintégration au sein de l’institut et la reprise des cours pour le bien des étudiants.

Serge Daniel Bazié, porte-parole des manifestants

En effet, à Bobo-Dioulasso, depuis un certain temps déjà, un bras de fer oppose l’administration de l’Institut africain de management (IAM) à ces étudiants. Selon ces derniers, l’administration a pris cette décision face à leur refus de participer à une activité d’immersion qui s’est déroulée au Camp Ouézzin Coulibaly. Ainsi, la direction aurait pris la décision de restituer à ces étudiants, la totalité de leurs frais de scolarité. « Selon les propos d’un des responsables de l’administration tenus le 15 octobre 2019 à la rentrée universitaire, il nous a fait croire que l’immersion au sein de l’IAM-Bobo n’est pas obligatoire. Les étudiants ont donc pris acte de cela. Et ce n’est qu’à quelques jours de la date de l’immersion qu’ils ont décidé que l’activité est obligatoire. Ce que les étudiants ont refusé. A deux jours de l’activité, vous demandez aux étudiants de payer 20 000 FCFA pour y participer ; ce n’était pas évident. On connait les situations financières des familles à Bobo. Ce n’est pas facile de débloquer 20 000 FCFA sur- le -champ. C’est pourquoi, certains étudiants ont décidé de ne pas y aller. Et nous avons informé l’administration pour cela. C’est suite à ces évènements que l’administration a décidé de remercier toute la promotion de la deuxième année des étudiants », a déploré Serge Daniel Bazié, étudiant à l’IAM et porte-parole des manifestants.

Pour ces exclus, cette décision est « arbitraire ». Car selon eux, « nulle part dans le règlement intérieur de l’IAM, il est prévu une sanction au cas où les étudiants ne participent pas à l’immersion ». C’est pourquoi, ils ont souhaité comprendre pourquoi cette décision de renvoi. Car ils estiment que le contrat qui les lie à l’IAM est un contrat de neuf mois.

A en croire ces derniers, il y a eu des tentatives de médiation qui n’ont pas abouti. « Nous avons sollicité la médiation auprès des personnes ressources, mais malheureusement nous n’avons pas eu gain de cause. Nous ne voulons pas de crise, nous souhaitons tout simplement la réintégration des étudiants et la poursuite des cours. Nous avons souhaité qu’ils organisent une autre séance d’immersion à laquelle nous allons participer ; ou encore si l’immersion est un module, qu’on nous laisse reprendre ça en session. Sinon nous expulser en pleine année scolaire, où est-ce que nous allons partir ? », s’interroge le porte-parole des manifestants. Leur souhait aujourd’hui, c’est de trouver un terrain d’entente afin de ne pas perdre cette année académique.

Madame Traoré, mère d’une étudiante

Un parent d’élève s’insurge contre les responsables de l’administration

Madame Traoré, mère d’une étudiante à l’IAM, s’est rendue sur les lieux pour s’enquérir des nouvelles de la situation. « C’est sur les réseaux sociaux que j’ai d’abord appris l’information. Et ce n’est que hier (dimanche 12 janvier 2020) qu’ils ont convoqué ma fille pour ce matin pour lui remettre son chèque. Je suis une mère et c’est normal que je vienne m’enquérir de la situation. Je ne peux pas la laisser venir seule parce qu’il était question de la mettre à la porte pour qu’elle aille s’inscrire ailleurs en début du deuxième trimestre », s’est justifiée madame Traoré qui, visiblement furieuse, n’a pas apprécié l’accueil, ni la manière de communication « peu courtoise » des responsables de l’administration.

Elle tenait à expliquer à l’administration, les raisons qui ont empêché sa fille de prendre part à cette activité d’immersion qui devait durer une semaine, au Camp Ouézzin Coulibaly de Bobo.

« Ma fille a eu un bébé qu’elle allaite exclusivement au sein. Donc elle n’a pas pu prendre part à l’immersion et on l’expulse de l’établissement. Au-delà de ça, l’immersion n’est écrite nulle part dans le programme de l’IAM. C’est moi j’ai inscrit ma fille à l’IAM et c’est moi qui suis venue prendre les fiches ; et je n’ai vu nulle part la mention faite de l’immersion. Et j’ai même écouté une audio du PCA qui a même dit que ce n’était pas obligatoire parce que l’an passé, ils ont fait l’immersion il y a des gens qui sont partis et d’autres non. Si l’immersion est une matière aussi, en fin d’année qu’ils évaluent les enfants et même s’ils leur donnent un zéro, c’est considéré comme s’ils n’avaient pas fait l’immersion. Là ils vont en session où en ce moment ils peuvent même les renvoyer », a-t-elle laissé entendre.[ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

Romuald Dofini
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 13 janvier à 21:08, par Passakziri En réponse à : IAM-Bobo : Des étudiants exclus souhaitent leur réintégration

    Je vous conseille d ester rapidement en justice car c est un argument bête pour exclure des étudiants dans un état de droit. Qu en est- il des libertés individuelles ?
    Passakziri

    Répondre à ce message

  • Le 13 janvier à 22:07, par Indjaba En réponse à : IAM-Bobo : Des étudiants exclus souhaitent leur réintégration

    J’aime bien la fermeté des autorités de cette école. Il ne faut pas s’encombrer avec des nuisibles dans ton staff.

    Répondre à ce message

  • Le 14 janvier à 08:21, par sanou paul En réponse à : IAM-Bobo : Des étudiants exclus souhaitent leur réintégration

    Bonjour, de grace je vous demande père et mère de famille de conseiller vos enfants.
    Si vous refusez de dire la vérité aux enfants, ils seront mal vu au dehors.
    Ensuite il faudra arréter d’aider vos enfants, vous pensez que l’administration de IAM ne reflchit pas. Arereter d’aider vos enfants.
    QUE CET ELEMENT SOIT ECRIT OU PAS DANS LE REGLEMENT INTERIEUR DE L’ECOLE ? DU MOMENT OU C’EST L’ECOLE QUI A CHOISI L’IMMERSION, LES ETUDIANTS DOIVENT EXECUTER.
    les élèves n’auront pas raison devant l’administration.
    Chers peres et meres, l’école forme des hommes de demain

    Répondre à ce message

  • Le 14 janvier à 08:32, par Yann En réponse à : IAM-Bobo : Des étudiants exclus souhaitent leur réintégration

    Un conseil, prenez rapidement un avocat sinon vous serez désagréablement surpris.

    Répondre à ce message

  • Le 14 janvier à 08:46, par Le Maître En réponse à : IAM-Bobo : Des étudiants exclus souhaitent leur réintégration

    Cela est une décision arbitraire et il faut vite attirer l’attention des autorités administratives et notamment le Ministre de l’enseignement pour régler. Envoyez un courrier au Ministre. Je condamne avec la plus grande fermeté cette décision insensé. Je pense que cela doit venir d’un DG qui a du mal à accepter qu’on remette en cause ses décisions...

    Répondre à ce message

  • Le 14 janvier à 10:14, par Manuel En réponse à : IAM-Bobo : Des étudiants exclus souhaitent leur réintégration

    Bonjour
    Une fois de plus je demande aux uns et aux autres d’attendre la version de l’IAM avant de s’enflammer.
    On ne charge pas les règles en cours de jeu, tout comme un règlement intérieur ne doit tomber après la rentrée.
    S’il vous plait, il s’agit de l’avenir des enfants des gens ! Alors, restons lucides et ne prenons pas partie sans routes les informations.
    On a lu les témoignages des étudiants et des parents, maintenant que l’IAM nous dise pourquoi décider de renvoyer ces étudiants. Nous sommes dans un pays civilisé, l’IAM a des droits et des devoirs, tout comme les étudiants.

    Répondre à ce message

  • Le 14 janvier à 10:28, par Boussou-Biiga En réponse à : IAM-Bobo : Des étudiants exclus souhaitent leur réintégration

    Soutien aux autorités d’IAM. Tenez fermement. Le salaire de l’indiscipline est la sanction cash !

    Répondre à ce message

  • Le 14 janvier à 14:42, par Bernard Luther King ou le Prophete Impie En réponse à : IAM-Bobo : Des étudiants exclus souhaitent leur réintégration

    Je ne cherche même pas à comprendre la version de l’Administration. pour oser condamner leur acte : avoir l’outrecuidance de declarer l’année blanche de plusieurs elèves ! Même si cela est dans le Reglement Interieur, sachons qu’un Reglement Interieur n’est pas un Livre Saint au dessus de la Loi du Pays. Il doit exister au moins un code de l’Enseignement au Burkina. Peu importe. Ces Etudiants doivent être repris, point barre. J’en parle furieux car ayant deja eu vent d’un cas de ces genre d’arbitraire digne de l’etat de nature curieusement dans un Etat de Droit, cela de la part d’Universités censée être regi par un Code de Deontologie. En revanche, Il y a de nobles Universités (à Ouaga) qui ont choisi de sanctionner toute absence durant les cours en mettant en place un systeme de prise en compte des nombres d’absence, ce à l’aide d’une formule mathematique affichée au vu et au su de tous. Le jour ou j’ai lu cela, j’ai été emerveillé par l’idée et le mode de calcul mathematique. Et ça, c’est affiché et tous les Etudiants peuvent en prendre connaissances. "Une année entamé est entièrement dûe", si les Administration l’arborent à l’adresse des Parents d’elèves, qu’elles (Administration des Universités) sachent que la même obligation leur est opposable. Je condamne l’exclusion en milieu d’année, qu’elle soit justifiable ou pas, en dehors d’un crime d’atteinte à la sureté des biens et des Personnes.
    On est où là ? Il faut que cessent ces arbitraires des systemes contre le citoyen.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Monitoring du Groupe de recherche et d’information sur la paix et la sécurité : Le Burkina sous le poids des attaques terroristes au dernier trimestre de 2019
Burkina Faso : Le Centre pour la lutte antitabac en Afrique (CLATA) échange avec les acteurs nationaux pour une intervention plus efficace
Bobo-Dioulasso : L’entreprise de production de boissons Twellium présente ses vœux aux journalistes
Volontaires pour la défense de la patrie : Les parlementaires disent « oui » au ministre de la Défense
Collaboration entre FDS et populations : La Fondation pour la sécurité du citoyen (FOSEC) présente ses réalisations
Fada N’Gourma : Une campagne d’établissement gratuit de 4500 cartes nationales d’identité burkinabè au profit des populations
Volontaires pour la défense de la patrie : « Il ne s’agit pas d’en faire des chairs à canon », Chériff Sy, ministre de la Défense
Suivi citoyen des politiques de santé : Une feuille de route pour coordonner les actions
Entrepreneuriat : La Caravane « Entreprendre à zéro franc » forme plus de 700 jeunes dans le Centre-est
Université Joseph Ki-Zerbo : Treize nouveaux pick-ups et trois amphithéâtres rénovés au bénéfice de la communauté scientifique et des étudiants
Burkina : Les institutions d’enseignement supérieur publiques bientôt évaluées
Dossier foncier à Garghin : « Les vrais terroristes se trouvent en notre propre sein … », regrette Moustapha Nikiéma, porte-parole de mécontents
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés