Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Le génie est fait de un pour cent d’inspiration et de quatrе-vingt-dix-nеuf рοur сеnt dе trаnsрirаtiοn.» Thomas Alva Edison

Mobilisation de la Contribution financière en matière d’eau (CFE) : Les députés membres du REPHA-BF s’imprègnent des difficultés

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET | Par LEFASO.NET • lundi 9 décembre 2019 à 12h32min
Mobilisation de la Contribution financière en matière d’eau (CFE) : Les députés membres du REPHA-BF s’imprègnent des difficultés

Le Réseau des parlementaires pour l’eau et l’assainissement (REPHA-BF) tient ce lundi 9 décembre 2019 un atelier sur la problématique de la mobilisation de la Contribution financière en matière d’eau (CFE) au Burkina Faso. Un atelier organisé en partenariat avec l’ONG WaterAid dans le cadre de la mission Faseau.

En 2009, l’Etat adoptait la loi 058-2009/AN portant institution d’une taxe parafiscale dénommée Contribution financière en matière d’eau (CFE) au profit des agences de l’eau. Cette taxe vise à mobiliser des ressources financières nécessaires pour la gestion et la protection des ressources en eau du Burkina Faso.

Pourtant, une décennie après l’adoption de cette loi et de ses textes d’application, force est de constater que les agences de l’eau chargées du recouvrement de cette taxe peinent à mobiliser la CFE, notamment auprès des sociétés minières. Ce constat a été fait lors d’un atelier organisé par le REPHA-BF en avril 2017 puis par une mission d’information effectuée en juillet 2017 dans un échantillon de sociétés minières en exploitation dans quatre régions du Burkina Faso.

Cette faible mobilisation des ressources limite les capacités des agences de l’eau à faire face aux enjeux liées à la gestion intégrée des ressources en eau. Or comme l’a rappelé le directeur-pays de WaterAid, Éric Mamboué, « suivant la loi d’orientation relative à la gestion de l’eau, l’eau doit contribuer à financer l’eau, autrement dit, l’économie que génère l’eau doit permettre de gérer l’eau, notamment financer les activités de prévention et de protection des plans d’eau. »

Eric Mamboué, directeur-pays de WaterAid

Face donc au constat de la faible application de la CFE, en particulier par les grandes sociétés minières et du manque à gagner pour l’Etat, le Réseau des parlementaires pour l’eau et l’assainissement (REPHA-BF) a initié le présent atelier en partenariat avec l’ONG WaterAid qui l’accompagne dans le cadre de la mission Faseau.

Cet atelier se veut l’occasion pour les acteurs du domaine, en l’occurrence le Secrétariat permanent pour la gestion intégrée des ressources en eau (SP/GIRE), les agences de l’eau, ainsi que le REPHA-BF et le ministère des Finances, d’échanger sur la problématique de la mobilisation de la CFE. Objectif : permettre aux députés membres du REPHA-BF de maîtriser la problématique de la mobilisation de la CFE à travers les échanges avec les acteurs du domaine.

Ces échanges devraient permettre aux participants de relever les différentes contraintes qui entravent la mise en œuvre de la loi et des règlements sur la CFE ; de faire le point des discussions entre le gouvernement et certains acteurs, notamment les sociétés minières sur la révision des tarifs de la CFE et de faire des propositions pour une mise en œuvre effective de la loi et des règlements relatifs à la CFE par tous les acteurs.

En effet, comme l’a souligné le député Bernard Somé, représentant le coordonnateur du REPHA-BF, « pour le REPHA-BF, si des problèmes sérieux existent dans la loi qui a déjà connu une modification sous la Transition, il importe que les acteurs réfléchissent à un réajustement qui satisfasse toutes les parties. Mais, il n’est pas normal que les exploitants ne remplissent pas leur part de devoir vis-à-vis de la nation, car l’eau est une ressource tarissable. »

Bernard Somé, député membre du REPHA-BF, représentant le coordonnateur à l’atelier

A l’issue donc de l’atelier qui doit durer deux jours, des recommandations devraient être faites, qui une fois mises en œuvre, doivent permettre une meilleure mobilisation de la CFE.

Justine Bonkoungou
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 10 décembre 2019 à 10:58, par Bob En réponse à : Mobilisation de la Contribution financière en matière d’eau (CFE) : Les députés membres du REPHA-BF s’imprègnent des difficultés

    On a ici la preuve que plusieurs sociétés minières n’en ont cure de l’avenir des populations des zones qu’elles exploitent. Que dans 2, 5, 10 ans, que ces populations aient de l’eau ou pas en quantité suffisante, salubre ou contaminée, n’est pas du tout leur souci. Mais pour faire le maximum de profits, elles ne lésinent pas sur les voies et moyens : ainsi le non-respect de nos textes est-il constaté dans tous les domaines (à travers fraudes, ici non-paiement de la CFE, etc.).
    Face à ces monstres sans foi ni loi, il ne faut pas céder d’un pouce. Ces miniers ont déjà obtenu un rabattement de la taxe de prélèvement de 200 FCFA à 125 FCFA le m3 d’eau. Maintenant ils font du dilatoire pour ne pas honorer cette contribution vitale. C’est proprement immoral, surtout dans le contexte du Burkina, pays sahélien sans ressources abondantes et inépuisables en eau, de surcroit reconnu comme un des pays les plus pauvres et très endettés. Faudra-t-il que notre Etat aille encore s’endetter pour remplir cette mission de protection et de préservation de nos ressources en eau ? Ce serait faillir et faire montre de très mauvaise gouvernance.
    Avec ces gens-là, il faut faire le barbare. On ferme leurs usines comme le Niger l’a fait avec Orange, jusqu’à ce qu’ils se mettent à jour de leurs taxes. Point/Barre.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Dossier foncier à Garghin : « Les vrais terroristes se trouvent en notre propre sein … », regrette Moustapha Nikiéma, porte-parole de mécontents
Santé : Près de 40% des infirmiers exercent illégalement dans la région du Centre
Restriction de circulation de grosses cylindrées au Centre-nord : A Kaya, la gendarmerie traque les contrevenants
Conférence épiscopale Burkina-Niger : Les évêques notent une « situation sécuritaire préoccupante et inquiétante »
Journée mondiale des toilettes : Redoubler d’efforts pour améliorer le taux d’assainissement
Lutte contre l’extrémisme violent : Les ministres en charge de la Culture de l’espace G5 Sahel adoptent la Déclaration de Ouagadougou
Modernisation du système d’état civil : 60 acteurs outillés
Présidentielle de 2020 : L’Ambassade du Burkina Faso en Côte d’Ivoire dément les propos du président du CDP, Eddie Komboïgo
Humanitaire : Les syndicats du ministère de l’Economie et des finances solidaires des déplacés internes
Grand banditisme à Ouaga : A 16 ans, il tue pour voler un ordinateur
Rentrée fiscale 2020 : La Direction générale des impôts fait le bilan de ses activités de 2019 à Bobo-Dioulasso
Foncier au Burkina : Les vérités du ministre de l’Urbanisme, Maurice Dieudonné Bonanet
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés