Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Où serait le mérite, si les héros n’avaient jаmаis реur ?» Alphonse Daudet

8es Journées burkinabè de parasitologies : Un cadre de réflexion pour l’élimination des maladies parasitaires

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET | Par Romuald Dofini • samedi 7 décembre 2019 à 18h25min
8es Journées burkinabè de parasitologies : Un cadre de réflexion pour l’élimination des maladies parasitaires

La Société burkinabè de parasitologie (SOBPAR) a organisé, du 4 au 6 décembre 2019 à Bobo-Dioulasso, les 8es journées burkinabè de parasitologies sous le thème « One Heath et innovations technologies : opportunités d’élimination des maladies parasitaires ? ». Ces journées se présentent comme un cadre de réflexion et de partage d’expériences pour la communauté scientifique, afin que des solutions soient trouvées pour l’élimination totale des maladies parasitaires.

Ces 8es Journées burkinabè de parasitologies resteront mémorables dans l’histoire de la Société burkinabè de parasitologie (SOBPAR). En effet, après plusieurs années d’absence (2006 à 2019) sur la scène scientifique burkinabè, la SOBPAR signe son retour à travers l’organisation de ses 8es journées dédiées à la lutte contre les maladies parasitaires. Une manière, selon le président-fondateur de la SOBPAR, Pr Robert Tinga Guiguemdé, de relancer les activités de l’institution.

Robert Guigemdé, président-fondateur de la SOBPAR

En effet, les maladies parasitaires constituent l’obstacle majeur au développement économique de nombreux pays africains, notamment le Burkina Faso. Malgré les multiples efforts consentis par le gouvernement burkinabè pour endiguer ces maladies, force est de constater que beaucoup reste à faire. « Les maladies parasitaires telles que le paludisme, la bilharziose, la maladie du sommeil, etc. constituent des problèmes majeurs de santé publique. Pour que les pays africains puissent émerger, il est important qu’on puisse lutter contre ces maladies. Et le concept One Heath prend en compte les maladies qui sont communes à l’homme et aux animaux. Il s’agit de maladies transmissibles dues à des parasites, des bactéries, des virus et des champignons, qui circulent entre les humains et les animaux », a indiqué le Pr Robert Tinga Guiguemdé, président-fondateur de la SOBPAR, par ailleurs président-fondateur de l’Académie nationale des sciences, des arts et des lettres du Burkina Faso. C’est pourquoi, il importe de découvrir des méthodes permettant de protéger l’homme sain, et donc de parvenir à rompre la « chaîne épidémiologique ». Selon le Pr Guiguemdé, une bonne lutte contre ces maladies nécessite des concertations entre les acteurs de la santé humaine, animale et de l’environnement.

Les 8es journées burkinabè de parasitologies se présentent ainsi comme un cadre de rencontre, permettant aux différents acteurs scientifiques de pouvoir échanger sur les voies et moyens pour éliminer ces maladies qui constituent de graves problèmes de santé en Afrique.

La photo de famille

Plusieurs activités majeures ont ponctué cette rencontre de 72 heures, à savoir des conférences inaugurales qui ont permis aux participants de planter le décor par rapport à l’actualité de la recherche sur les maladies parasitaires, en termes d’innovations technologiques. « En dehors de ces conférences, nous allons voir quelles étaient les activités menées par nos collègues, notamment dans certaines universités et institutions au Burkina Faso, en Côte d’Ivoire, au Bénin et au Mali, et qui vont partager leurs résultats avec nous. Les firmes pharmaceutiques qui sont nos partenaires, présenteront également des panels pour exposer leurs produits, afin qu’on puisse voir ensemble, avec tous ces acteurs, comment nous pouvons nous mettre ensemble pour œuvrer vers l’élimination de certaines maladies parasitaires. Le concept One Heath regroupe plusieurs composantes de la recherche, humaine, animale et de l’environnement, afin de pouvoir aider à trouver des solutions efficaces et durables pour l’élimination des maux qui minent notre société », a laissé entendre Roch Dabiré, président actuel de la Société burkinabè de parasitologie. Il a par ailleurs affirmé que la difficulté financière et le manque de cadre adéquat qui puisse réunir tous les chercheurs sont les principales causes qui entravent la mise en œuvre des activités de recherche dans les pays en voies de développement.

Pr Alkassoum Maiga, ministre en charge de l’enseignement supérieur

La cérémonie d’ouverture officielle des travaux a eu lieu ce jeudi 5 décembre, sous la présidence du Pr Alkassoum Maïga, ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et de l’Innovation. A l’en croire, cette activité constitue l’une des activités phares de son ministère. « Ces activités permettent de donner plus de visibilité à nos universités et institutions de recherches. A travers ces Journées burkinabè de parasitologies, l’heure du réveil a sonné pour la SOBPAR qui est la première société savante au Burkina Faso et qui regroupe d’éminents professeurs », nous renseigne le Pr Alkassoum Maïga. Il a encouragé les participants à travailler à la recherche de solutions innovantes pour le bonheur du peuple. Ces journées ont été placées sous le coparrainage du président du Conseil régional des Hauts-Bassins, Célestin Koussoubé, et du président de l’Université Nazi-Boni, Macaire Ouédraogo.[ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

Romuald Dofini
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Racket sur l’axe Niamey-Ouagadougou : L’argent d’abord, la sécurité on verra !
Ouagadougou : La Police écourte le plan de Kiemtoré Lassina, auteur d’un détournement d’une escorte de fonds
Burkina : Le ministère du commerce met en garde contre les pratiques de prix illicites sur le gaz butane
« Il est dommage que souvent, l’agent de développement et le politicien n’aient pas le même langage sur le terrain », constate Ousséni Nyantudré, président de l’IDEBAK
Education en situation d’urgence : Le ministère de l’Education nationale tient un Conseil de cabinet extraordinaire
Entrepreneuriat féminin : 15 apprenantes du Centre Sainte Perpétue prêtes pour l’auto-emploi
Agriculture : Les exploitations familiales (EF) pour une sécurité alimentaire durable au Burkina Faso
Burkina : Les astuces des femmes pour se faire belles
Droits humains : Un forum national pour réfléchir sur la protection des acteurs dans un contexte d’insécurité
Gestion des réfugiés au Burkina Faso : Les acteurs se concertent en vue de l’élaboration d’une meilleure stratégie
Détournement d’une escorte de fonds de la SGBF : L’argent retrouvé dans le véhicule au quartier Larlé
Burkina Faso : L’IDEBAK, une véritable actrice de développement à la base dans le Koulpélogo
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés