Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Prenez la décision aujourd’hui de faire quelque chose de merveilleux avec votre vie» Brian Tracy

Semaine du numérique : La ministre Hadja Fatimata Ouattara visite le salon des TIC

Accueil > Actualités > Multimédia • LEFASO.NET | Par LEFASO.NET • dimanche 24 novembre 2019 à 01h07min
Semaine du numérique : La ministre Hadja Fatimata Ouattara visite le salon des TIC

La semaine du numérique bat son plein dans la capitale économique, Bobo-Dioulasso, depuis le mardi 19 novembre dernier. En marge de cette 15è édition qui a lieu pour la première fois dans la ville de Sya, la ministre du Développement de l’économie numérique et des postes, Hadja Fatimata Ouattara, a visité dans l’après-midi du vendredi 22 novembre 2019, le salon international des TIC. Une visite qui a permis à la ministre de découvrir les potentialités et les innovations des acteurs du numérique.

Dans le cadre de la semaine du numérique, il est organisé du 19 au 23 novembre à la maison de la culture Monseigneur Anselme Titiama Sanou de Bobo-Dioulasso, un salon international des TIC. Ce salon se veut un espace d’exposition sur le TIC et vise à favoriser la diffusion et l’utilisation des technologies de l’information et de la communication au Burkina Faso. Il vise surtout à créer des opportunités de bonnes affaires et nouer des partenariats et également, permettre aux visiteurs de découvrir les réalisations de notre pays en matière d’utilisation des TIC. Par ailleurs, ce salon permet de créer une tribune de valorisation des activités et réalisations des entreprises et startups dans le domaine du numérique et de faire découvrir ou revisiter le matériel TIC d’antan à travers le musée TIC.

C’est un salon qui s’adresse au grand public de la région des Hauts-Bassins, ainsi qu’aux professionnels. Pour la ministre Ouattara, c’est un lieu privilégié pour les chefs d’entreprises d’améliorer l’image de leurs marques et de recherches de solutions à leurs besoins dans le domaine des TIC. Il se veut ainsi, un cadre de promotion et de vulgarisation des TIC dans la société.

La ministre du Développement de l’économie numérique et des postes, Hadja Fatimata Ouattara, a visité les stands de ce salon international des TIC. Une manière pour elle, de constater de visu, les réalités du terrain et de découvrir les potentialités et les innovations des acteurs du numérique. Outre la présence des représentants des grands fournisseurs de services informatiques, le salon accueille les trois principaux opérateurs de téléphonie mobile au Burkina Faso que sont Telmob, Telecel Faso et Orange Burkina.

Cette visite a ainsi permis à l’autorité, de découvrir les potentialités et les innovations des acteurs du numérique. Toute chose qui impressionne la ministre Hadja Ouattara. « D’une manière générale, je dois dire que l’exposition est assez satisfaisante pour les produits et les services qu’on a vus. Déjà, les établissements financiers, les banques qui proposent des moyens de payement intégré, des jeunes startups privées qui offrent des plateformes intégrées de payement, je dois dire que c’est très encourageant et cela donne de l’espoir », s’est-elle réjouie.

Elle a confié par ailleurs, que le Burkina Faso a de la matière et qu’il faut un coup de pouce pour accompagner le processus de digitalisation. « Nous avons vu par exemple, la plateforme Ligdicash qui est une plateforme intégrée créée par des Burkinabè, qui intègre tous les moyens de payement. Ensuite, par rapport aux jeunes, on a vu des jeunes qui ont pu créer des contenus de jeux sur l’histoire africaine dont la légende de Soundjata Kéita, pour permettre aux jeunes d’avoir des contenus de jeux vidéo, mais basés sur l’histoire africaine. C’est encourageant. On a de la matière et je pense qu’il faut juste un coup de pouce, en faisant en sorte que les communications électroniques soient accessibles. Je suis réconfortée qu’on ait des contenus made in Burkina, qu’il faut travailler à accompagner pour qu’il y ait d’autres contenus parce que, pour réussir notre processus de digitalisation, on ne peut pas continuer à consommer des plateformes qui nous viennent d’ailleurs. Il est donc important que ce soit des plateformes conçues par des Burkinabè qui répondent aux besoins des Burkinabè », a-t-elle laissé entendre.

Romuald Dofini
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
AstuceTIC : Transformez votre smartphone en caméra de surveillance
Echéances électorales de 2020 : Le CSC prépare le terrain pour des élections apaisées
Covid-19 au Burkina Faso : Arnaud Nikiema analyse les enjeux du télétravail 
Cybercriminalité : Partage d’outils entre la CIL et le ministère de la sécurité pour la gestion des plaintes
Economie numérique : La Poste Burkina Faso s’implante à Tiébélé
Economie numérique : « Mondjossi », la plateforme pour rapprocher les artisans de leurs clients
Offre de formation continue : Certificat en communication digitale
TECNO MOBILE : Comparatif Tecno Spark 5 & Spark 5 Air
Robotique et programmation : 45 jeunes filles reçoivent une formation à Ouagadougou
Médias : « Le fact-checking s’impose comme un genre journalistique à part entière », selon Donation Kangah, formateur au programme Vérifox
Couverture des manifestations : L’UNESCO plaide pour la protection des journalistes
Campagne nationale « plus fort avec le lait maternel uniquement : Des journalistes outillés pour une mise en œuvre réussie
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés