Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Le plus grand secret pour le bonheur, c’est d’être biеn аvес sοi.» Bernard Le Bovier de Fontenelle

Journée internationale de la fille : Le Burkina Faso face aux enjeux et défis des grossesses en milieu scolaire

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET | Par LEFASO.NET • samedi 9 novembre 2019 à 20h30min
Journée internationale de la fille : Le Burkina Faso face aux enjeux et défis des grossesses en milieu scolaire

Chaque 11 octobre, le monde célèbre la Journée internationale de la fille. Le vendredi 8 novembre 2019 à Tenkodogo, dans la région du Centre-Est, le Burkina Faso a commémoré cette journée en différé, en présence des acteurs de l’éducation et des élèves de cette localité. Il s’est agi de mobiliser la communauté éducative sur le maintien et la réussite des filles à l’école.

« Les grossesses en milieu scolaire : enjeux et défis ». C’est sous ce thème que le Burkina Faso a commémoré la 8e Journée internationale de la fille à Tenkodogo, dans la région du Centre-Est.

Selon la deuxième adjointe au maire de Tenkodogo, Diane Oubda, ce thème interpelle chaque acteur de l’éducation, car il faut multiplier les efforts pour arriver à bout de ce phénomène.

A en croire les statistiques, le système éducatif burkinabè enregistre chaque année de nombreux cas de grossesses. En 2016-2017, le service des statistiques du ministère de l’Education nationale a dénombré 7 050 cas de grossesses au post-primaire et secondaire, soit une augmentation de 31,8% par rapport à l’année 2015-2016 (5351 cas). De même, 58% des filles en grossesses ont un âge compris entre 15 et 18 ans.

« Mettre l’accent sur l’éducation des filles »

Face à ces chiffres alarmants, le ministère de l’Education nationale dit travailler à mettre en place un socle de stratégies pouvant assurer la scolarisation et le maintien des filles à l’école et aussi endiguer le phénomène des grossesses précoces. « Nous devons mettre l’accent sur l’éducation des filles parce qu’elle est essentielle pour leur autonomisation économique et leur participation quantitative dans leur société », a insisté le ministre en charge de l’Education nationale, Pr Stanislas Ouaro.

Le ministre Stanislas Ouaro

Quant à la ministre de la Santé, Pr Claudine Lougué, marraine de cette journée, elle a indiqué que la question des grossesses en milieu scolaire et plus spécifiquement celles précoces, est une préoccupation nationale. C’est pourquoi, en plus du référentiel « Zéro grossesse en milieu scolaire » élaboré en 2017, Pr Claudine Lougué invite la communauté éducative à une synergie d’actions afin que « les filles se consacrent principalement à leurs études ».

Dans son intervention, le ministre Stanislas Ouaro a rappelé que c’est dans un contexte sécuritaire difficile, caractérisé par un radicalisme et un extrémisme violent, que le Burkina Faso commémore cette journée. L’éducation de filles devient, selon le ministre, de plus en plus une nécessité et une arme pour lutter efficacement et durablement contre le terrorisme. A titre d’illustration, le patron de l’éducation burkinabè a cité Dr Eleanor Nwadinobi, conseillère auprès du Fonds mondial pour les femmes au Nigeria : « La seule raison pour laquelle Boko Haram voit l’éducation des filles comme une menace, c’est parce que ce groupe est conscient du potentiel considérable et du pouvoir immense d’une fille instruite. »

Esther Yirga a rappelé l’importance d’éduquer une fille

Séance tenante, les filles de Tenkodogo disent prendre conscience du rôle qu’elles doivent jouer dans la lutte contre ce phénomène. « Nous prenons la ferme et solennelle résolution d’accompagner nos parents, nos enseignants, les autorités politiques, administratives, coutumières et religieuses, les associations et les ONG, dans la sensibilisation par tous les moyens de nos camarades afin d’endiguer ce fléau », a déclaré Esther Yirga, la représentante des filles.

Remise symbolique des kits scolaires

En rappel, depuis 2011, la communauté internationale célèbre chaque année, la Journée internationale de la fille le 11 octobre. Cette Journée vise à mettre en lumière les besoins spécifiques des filles et à répondre aux défis auxquels elles font face afin de booster leur scolarisation. Elle promeut ainsi l’autonomisation des filles et l’exercice de leurs droits fondamentaux. Cette 8e journée est placée sous le thème international « Avec elle : encourager l’instruction et la qualification professionnelle des filles ».

Soleil au zénit, les élèves ont suivi toute la cérémonie.

Cryspin Masneang Laoundiki
LeFaso.net

Vos commentaires

  • Le 10 novembre à 10:48, par TANGA En réponse à : Journée internationale de la fille : Le Burkina Faso face aux enjeux et défis des grossesses en milieu scolaire

    Si une fille doit piquer une grossesse, peut importe le lieu où elle se trouve.Ce n’est pas par ce qu’elle est élève qu’elle aura piquer sa grossesse mais par ce que la société n’a pas fait son travail d’éducation.
    Nous vivons dans un pays où les pères et mères ont démissionné ; personne ne cherche à savoir comment ça va à l’école, comment l’enfant s’habille, mange à l’école, avec qui elle sort etc. ce qui intéresse les parents, c’est de savoir que leur fille aura canal pour regarder si non les copines vont se moquer d’elle qui n’est pas branchée, savoir que leur fille a aussi un téléphone androïde etc.
    L’état aussi a démissionné ; on ne monte plus le drapeau dans beaucoup d’école, les enseignants ne sont pas instruits avec les surveillants pour empecher les élèves de venir à l’école avec des téléphones qu’ills manipulent en classe. Ce ne sont que des exemples.
    Le pire est que la culture du atalakou s’installe partout sans qu’aucune autorité ne parle.
    comment peut on éduquer une enfant comme cela ?

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Lutte contre l’excision au Burkina Faso : L’Association burkinabè des professionnels de l’assistance sociale renforce les capacités de ses membres
Région du Nord : L’association SAULER dresse un bilan satisfaisant de ses activités de l’année 2019
Opération 1000 poches de sang : Le FPDCT subventionne la délivrance de la CNIB pour encourager le don de sang
11e promotion du master 2 en management et commerce international : 28 lauréats reçoivent leurs diplômes
Direction régionale de la santé du Centre-est : La SONABHY offre 100 bouteilles de gaz aux structures de santé
Commune de Lena : Le maire fait le point de trois ans de gestion
Journée internationale de l’alphabétisation : Pour une meilleure promotion des langues nationales au Burkina
Prévention et gestion des conflits au Nord : Des communautés de Thiou s’approprient les résultats d’une étude sur le dialogue interethnique
Foire du 11 -décembre : Le Fonds permanent pour le développement des collectivités territoriales encouragé par Alassane Bala Sakandé
Festivités du 11-décembre à Tenkodogo : Il faut aussi compter avec les tensions autour des logements !
Syndicat national des commerçants du Burkina : Le bureau répond à l’accusation de gestion opaque
Perturbations des cours dans les établissements scolaires : Le maire de la ville de Ouagadougou interpelle les jeunes inciviques
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés