Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Je ferai taire les médisants en continuant de bien vivre : voilà lе mеillеur usаgе quе nοus рuissiοns fаirе dе lа médisаnсе. » Platon

Etude sociologique comparée et diagnostic des potentialités infrastructurelles et culturelles des régions du Centre et du Centre-Nord du Burkina Faso

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Recherches et innovations • LEFASO.NET • mercredi 6 novembre 2019 à 21h43min
Etude sociologique comparée et diagnostic des potentialités infrastructurelles et culturelles des régions du Centre et du Centre-Nord du Burkina Faso

Introduction
Au Burkina Faso, l’accès aux produits culturels est inégal. A l’exception de la région du centre, plusieurs régions sont dépourvues de facilités, de disponibilités et d’offres culturelles. La capitale, Ouagadougou se taille la plus grosse part au détriment du reste des régions et cela crée un déséquilibre dans la notion de dynamique culturelle qui renvoie à une intense activité culturelle et la possibilité de tous les citoyens de pouvoir consommer, selon leurs besoins et leurs moyens, les produits culturels offerts. Cette situation oppose des citoyens d’un même pays qui n’ont pas le même accès aux différentes cultures, toute chose qui signifie que les canaux et les outils servant à cultiver l’unité et la cohésion nationales ne sont pas les mêmes. Cette étude comparée sur les potentialités infrastructurelles et culturelles du Centre et du Centre-Nord basée sur les enquêtes de terrain auprès du ministère de la Culture et du Tourisme a permis de faire un état sur les écarts, de les analyser et de faire les propositions.

1-Recensement, exposition et analyse des potentialités infrastructurelles et des différentes offres culturelles des régions analysées

La région du Centre comprend une seule province qui est le Kadiogo et s’étend sur 2 826,28 km2, soit 1,03 % du territoire national. Son chef-lieu, Ouagadougou, capitale du pays comptait plus de 2 231 807 habitants en 2012. Quant à la région du Centre-Nord, elle compte trois provinces que sont le Bam, le Sanementenga et le Namentenga. Avec une superficie de 19677 km2 et une population de 1 416 895 habitants en 2012, cette région a pour chef-lieu Kaya. Pendant que le Centre-Nord dénombre 25 communes rurales, celle du centre compte 12 arrondissements et 6 communautés rurales. Elles sont toutes deux régions à forte concentration de jeunesse (48,8% de moins de 20 ans).

Notre préoccupation majeure est de mesurer les disparités en termes d’infrastructures culturelles et d’offres à la consommation culturelle entre les régions étudiées face au concept de « droit culturel ».

Pour rappel, le produit culturel a une fonction et une valeur centrées sur des dimensions symboliques, hédonistes et esthétiques. Selon l’institut numérique dans un rapport, les produits culturels sont composés de services culturels (patrimoines, musées et arts plastiques, spectacles vivants), de filières de l’écrit (édition de livres, presse), de son (édition de phonogrammes, radio) et de l’image (cinéma, télévision).

Le champ culturel compte une soixantaine d’activités de huit (8) divers domaines où se remplissent les fonctions de conservation, de création, de production, de diffusion, de commerce et de formation.

Au Centre-Nord, trois catégories de biens permettant de mesurer les offres culturelles et touristiques et d’analyser les écarts que sont les manifestations culturelles, les potentialités touristiques et des établissements hôteliers répertoriés sont retenues.

D’abord, les manifestations culturelles prennent la forme de marchés, de rituels, de rues marchandes, de danses traditionnelles, d’animations populaires, de compétitions en arts du spectacle, de prestations d’artistes modernes, d’expositions-vente des produits artisanaux.
Voici par province le nombre de ces manifestations répertoriées.

1-Tableau récapitulatif des manifestation culturelles de la région du Centre-Nord

 

 

Province

Manifestation

Observations

Sanmentenga

08

1 ayant une envergure nationale

Bam

15

2 ayant une moyenne envergure

Namentenga

10

Sans aucune envergure

Total

33

 

 

Source : auteur de l’article

Ensuite, au niveau des potentialités touristiques, on retient celles en instance de valorisation.

2-Tableau résumant les potentialités touristiques de la région du Centre-Nord

 

 

Provinces

Potentialités

Observations

Bam

08

Aucune valorisée

Namentanga

08

Aucune valorisée

Sanmentenga

12

2

Total

28

 

 

Source : auteur de l’article

NB : seuls le musée de Kaya et les fourneaux de Tiwèga peuvent être considérés comme valorisés, les 26 autres biens sont délaissés.

Enfin, au niveau des établissements hôteliers de la région, structures participant à la valorisation des sites et manifestations, le tableau suivant illustre la réalité.

3-Tableau récapitulatif des capacités d’hébergement de la région du Centre-Nord.

 

Provinces

Nombre de chambres

Observations

Bam

187

Aucune

Namentenga

71

Aucune

Sanmentenga

309

3 grands hôtels 3 étoiles

Total

568

 

 

Source : auteur de l’article

A contrario en examinant les biens de la région du Centre, nous notons une disparité criard à partir du seul volet des sites et des manifestations culturels recensés.

4-Tableau des sites et attraits touristiques du Centre

 

 

Types de sites ou attraits

 

Culturel

75

Naturel

8

Mixte

21

Total

104

 

Source : auteur de l’article

La région du Centre compte à elle seule 104 sites et attraits de trois types diversifiés. Il s’agit de sites culturels, naturels et mixtes.
Concernant les filières de l’écrit (édition de livres, presse), de son (édition de phonogrammes, radio) et de l’image (cinéma, télévision), on constate les écarts suivants.

5-Tableau récapitulatif de la présence des 3 filières dans les 2 régions

 

Région

Filière de l’écrit : livre et presses

Filière son : radio

Filière image/cinéma, TV

Centre

Plupart des imprimeries

Centaine

Vingtaine de TV + 5 salles de cinéma fonctionnelles

Centre-Nord

Aucune imprimerie

07

1TV + 3 salles de cinéma non fonctionnelles

 

Source : auteur de l’article

La filière livre constitue un indicateur important de jauge de la vitalité de la culture d’une localité. Or, le tableau nous indique que la région du Centre-Nord ne possède aucune imprimerie alors que la région du Centre en abrite la majeure partie. La filière « son » qui se résume ici à la radio et ayant son importance dans le panier des produits culturels fait état de 7 stations de radios dont 5 à Kaya et une par province (Namentenga et Bam). A contrario, la région du Centre en abrite une centaine. Quant à la filière image qui comprend la télévision et le cinéma, elle vient accentuer l’écart. Pendant que le centre compte plus d’une vingtaine de télévisions et au moins 5 salles de cinémas fonctionnelles, le Centre-Nord n’en dénombre qu’une télévision et 3 salles provinciales non fonctionnelles.

3-Analyse des écarts observés et propositions d’amélioration de l’offre culturelle

Les grands écarts observables établis pour l’étude demeurent le fait que les manifestations culturelles répertoriées dans le Centre-Nord sont en majeure partie des fêtes populaire et donc non structurées alors que le Centre abrite des festivals(27) qui répondent aux besoins spécifiques. En outre, au niveau des potentialités touristiques, le Centre-Nord ne compte que 28 potentialités dont uniquement 2 sont valorisées alors que le Centre en dénombre 104. Ce constat montre une violation des droits culturels de tous les Burkinabè car, où qu’ils soient, tous les citoyens doivent avoir un égal accès aux produits culturels et doivent bénéficier des retombées du tourisme.

Il ressort que plus on est proche de la région du Centre, plus on a la chance de consommer les biens culturels de son choix. Par contre, plus on vit dans la région du Centre-Nord ou dans les autres régions moins on a de chance de se voir proposer des offres culturelles de qualité et surtout variées. Du coup, il sera difficile de parler de démocratisation de la culture. Pourtant, dans les documents que sont la Stratégie de croissance accélérée pour le développement durable (SCADD), la Politique nationale de la culture (P.N.C) et la Politique nationale du tourisme (P.N.T), on fonde l’espoir que l’avenir de la Nation sera basé sur les valeurs et les réalités endogènes.

Cette disparité dans la satisfaction des droits culturels engendre d’énormes conséquences qui rappellent qu’à ce rythme, les pratiques culturelles les plus significatives du Burkina Faso seront celles du Centre et non la somme de toutes celles qui existent et peuvent exister dans les 13 régions du pays et compliquent la survenue d’une homogénéité culturelle sur l’ensemble du pays, exposent les populations à l’adoption des cultures étrangères et enfin rendent les régions peu attractives pour les travailleurs du secteur public, les touristes et opérateurs économiques qui demandent un minimum de conditions viables.

Les mesures idoines pour rééquilibrer les offres culturelles au Burkina Faso recommandent que l’Etat prenne courageusement l’option de valorisation les cultures dans les régions en y consacrant des moyens importants, que les modes de financement et d’investissements du Partenariat public-privés(P.P.P) soient expérimentés et que les privés et les monde de la recherche soient associés à cette promotion de la culture des régions en particulier.

Conclusion

Il ressort de cette étude sociologique comparée des dynamiques culturelles à travers un diagnostic des potentialités infrastructurelles et culturelles de la région du Centre et du Centre-Nord que la démocratisation culturelle et le respect des droits culturels énoncés dans les documents officiels demeurent des vœux pieux.

Les analyses font ressortir des grands écarts et il est impérieux de prendre des mesures idoines pour rééquilibrer les offres culturelles dans les régions du Burkina Faso, si l’Etat veut effectivement considérer la culture comme un pilier de son développement.

Dr Patrice KOURAOGO, Sociologue, Chargé de recherche au CNRST-INSS. kouraogopat@gmail.com

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Burkina : Deux chercheurs analysent la contribution des agences de coopération internationale bilatérale et multilatérale dans les domaines de l’éducation et de la formation
La contribution des agences de coopération internationale bilatérale et multilatérale dans les domaines de l’éducation et de la formation au Burkina Faso
Le mobile learning : Retour sur quelques pratiques en Afrique subsaharienne : au Burkina Faso
Enseignement supérieur : Deux partenaires présentent leurs réalisations au Burkina
Le Salaire du mensonge : Recueil de nouvelles d’Aboudou Sawadogo
Infertilité : Un réel problème pour de nombreux jeunes couples au Burkina Faso
Filière semence au Burkina : Quatre variétés de riz local produites et mises à la disposition des petits producteurs
Soutenance de thèse : Le Père Albert Théophane Yonli analyse la problématique de l’hépatite virale B au Burkina
Interroger la gouvernance pour comprendre le sujet des écoles non reconnues à fermer à Ouagadougou
La loi portant fixation de quotas aux élections municipales et législatives au Burkina Faso : Les points d’achoppement
Etude sociologique comparée et diagnostic des potentialités infrastructurelles et culturelles des régions du Centre et du Centre-Nord du Burkina Faso
Université Saint Thomas d’Aquin : 35 nouveaux médecins reçoivent leurs parchemins
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés