Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Pour se réconcilier, on n’apporte pas un couteau qui tranche mais une aiguille qui coud.» Les proverbes et dictons africains (1962)

Affaire charbon fin : « Le temps ne changera rien aux faits », clame Me Rodrigue Bayala, conseil de l’Etat burkinabè

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET | Par LEFASO.NET • mardi 15 octobre 2019 à 22h50min
Affaire charbon fin : « Le temps ne changera rien aux faits », clame Me Rodrigue Bayala, conseil de l’Etat burkinabè

Aussitôt ouverte au tribunal de grande instance de Ouagadougou, la deuxième audience de l’affaire « Charbon fin » a été renvoyée au mardi 17 décembre 2019 à la demande des conseils de certains prévenus, fraichement arrivés dans le dossier, après le déport de leurs collègues.

Un nouveau renvoi dans le procès de l’affaire « Charbon fin », dans laquelle sont poursuivis IAMGOLD Essakane, la société Bolloré, des agents de l’administration publique. Ainsi en a décidé le tribunal. A la demande de certains prévenus, les juges ont renvoyé l’audience au mardi 17 décembre 2019.

Ouverte à 8h54 au tribunal de grande instance de Ouagadougou, l’audience n’aura duré qu’une vingtaine de minutes. Après l’appel des 14 personnes poursuivies (2 personnes morales et 12 personnes physiques), les conseils de certains prévenus, notamment Bolloré et les agents de la douane, ont demandé un renvoi. Fraichement arrivés dans le dossier après le déport de leurs collègues, ils ont demandé du temps pour mieux se préparer. Contrairement à ces derniers, les avocats d’IAMGOLD Essakane se sont dits prêts à défendre le dossier au fond, selon Me Yanogo Pierre.

Les avocats de IAMGOLD Essakane à la sortie du tribunal.

« C’est à vous d’imprimer une célérité à la procédure »

Pour le ministère public, pas question de renvoyer le dossier ad vitam aeternam même si les droits de la défense doivent être respectés. Il estime qu’un délai de deux semaines suffit amplement à la défense pour s’approprier le dossier. « Monsieur le président, c’est à vous d’imprimer une célérité à la procédure. Nous ne venons pas dans ce dossier avec des a priori mais avec des arguments », argue le ministère public, avant de demander que l’audience soit renvoyée au 5 novembre 2019.

Me Edasso Rodrigue Bayala, conseil de l’Etat burkinabè

Pas de précipitation, conseillent les avocats de l’Etat

Me Edasso Rodrigue Bayala, de la SCPA TRUST WAY, conseil de l’Etat burkinabè, estime que le dossier doit être jugé sans passion ni précipitation. « Ce sont des faits qui sont très graves, c’est un préjudice énorme pour notre pays et pour moi il faut prendre le temps et permettre à toutes les parties, qu’elles soient de la partie civile ou de la défense, d’organiser leur défense », a indiqué l’avocat avant de renchérir : « Le temps ne changera rien aux faits. Le dossier est déposé et les faits seront en l’état le 17 décembre, en 2020, en 2030 ». Pour Me Bayala, il n’y a pas lieu de voir en ce renvoi une stratégie de ses confrères de ne pas aller au fond. Mais, il estime que les « renvois devront prendre fin un jour afin que le dossier puisse être jugé. »,

Herman Frédéric Bassolé
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 15 octobre à 10:37, par HUG En réponse à : Affaire Charbon fin : L’audience de nouveau renvoyée au 17 décembre 2019

    C’est normal car les reports profitent à beaucoup de personnes mais en fin de compte nous voulons la vérité rien que la vérité. Il est inadmissible qu’avec l’or que nous avons nous continuons de vivre dans la misère.Courage et félicitations au journaliste d’investigation qui a dévoilé cette histoire de charbon fin contenant de l’or. Courage et félicitations au juge chargé de gérer aussi cette situation.

    Répondre à ce message

    • Le 15 octobre à 19:57, par Un Burkinabê En réponse à : Affaire Charbon fin : L’audience de nouveau renvoyée au 17 décembre 2019

      Nous avons quel or ? L’or extrait appartient à la société qui a signé une convention en plaine et due forme avec notre Etat. Arrêtez de désinformer les Burkinabê.

      Répondre à ce message

      • Le 16 octobre à 07:07, par Babloss En réponse à : Affaire Charbon fin : L’audience de nouveau renvoyée au 17 décembre 2019

        Je penses qu’il faut reflechir avant de discuter. Le charbon fin contient toujours des residus d’or mais ce qui est grave dans ce cas c’est la concentration. La quantite d’or extraite doit etre declaree alors dans ce cas l’or cache dans le charbon fin quitte le pays sans trace. Ces entreprises nous escroquent et il y a quand meme des Burkinabes pour les defendre. C’est incroyable.

        Répondre à ce message

        • Le 16 octobre à 12:22, par Un Burkinabê En réponse à : Affaire Charbon fin : L’audience de nouveau renvoyée au 17 décembre 2019

          C’est quel type d’analyse qui a été fait sur les échantillons ? Comme vous semblez être du domaine ayez l’honnêteté de reconnaître qu’il ya plusieurs type d’analyses pour avoir les teneurs en or. Vous saurez aussi que dans toutes les mines du monde les quantités d’or obtenues à partir des analyses labo. et l’or recouvré sont toujours différents ; raison pour laquelle on utilise toujours le terme reconciliation dans la chaine de production. Je ne défends pas la société mais en tant qu’expert du domaine minier je ne suivrai pas ce que ma conscience me n’approuve pas.

          Répondre à ce message

        • Le 16 octobre à 14:35, par Un Burkinabê En réponse à : Affaire Charbon fin : L’audience de nouveau renvoyée au 17 décembre 2019

          Babloss, n’induit pas les gens en erreur. Jusqu’à preuve du contraire tant que le charbon fin n’est pas traité (par un autre procédé) on ne peut pas parler d’or métal. Vous faites croire à l’opinion national profane queĺ charbon fin = or. Pourquoi les autres compagnies jettent-elles leur charbon fin ? En tant qu’expert de l’Industrie minière je ne peux pas me faire et vous laisser induire les burkinabê dans le faux. Autant on ne récupère pas tout l’or du charbon actif, autant ce n’est pas tout les résidus d’or contenu dans le charbon fin qui sont récupérés après traitement du charbon fin. Faire croire que Poids humide du minérais x teneur = quantité d’or est faux et archi faux.
          1- je mets en doute les teneurs telles que 6,5kg/t car impossible pour un labo. conventionnel de donner de telles résultats.
          2- la teneur est indicative. Seule la méthode d’extraction est gage des quantités réelles à récupérer en fonction du taux de recuperation.
          3- les pesées humides ne reflètent point la réalité. Il faut toujours déduire la quantité d’eau (moisissure) du poids pour déterminer le poids à sec qui est celui utilisé pour quantifier le metal contenu dans le minérais.

          Répondre à ce message

      • Le 16 octobre à 08:05, par Eclair de génie En réponse à : Affaire Charbon fin : L’audience de nouveau renvoyée au 17 décembre 2019

        Vous n’êtes pas sans doute un Burkinabè. On a bien de l’or et on vit dans la pauvreté. Ce n’est pas parce que des apatrides sont de connivence avec les exploiteurs des nations pour opprimler le pays que l’or appartient à Essakane. Rendez nous notre charbon contenant de l’or ou allez voir aillleurs. Cordialement !

        Répondre à ce message

        • Le 16 octobre à 12:37, par Un Burkinabê En réponse à : Affaire Charbon fin : L’audience de nouveau renvoyée au 17 décembre 2019

          Ecoutez, dites que vous vivez dans la pauvreté alors que nous avons de l’or est abbérant. Peut être que vous êtes un salarié ou un homme d’affaires. A supposer que votre parent du village dise un jour "Eclair de génie a un salaire mensuel et nous sommes pauvres au village" que répondrez vous ? Le Burkina n’est pas pauvre, ce sont les Burkinabê qui veulent vivre au dessu de leurs moyens. Une parcelle nue sans viabilisation coûte plus chère à Dédougou qu’au Texas aux USA. Le businessman américain ou suèdois veut tout au plus 30% de bénéfice sur ses operations ; le commerçant Burkinabê veut 300% de bénéfice. Je vous laisse le soin de répondre à votre question vous même.

          Répondre à ce message

      • Le 16 octobre à 10:09, par Espoir En réponse à : Affaire Charbon fin : L’audience de nouveau renvoyée au 17 décembre 2019

        {}je vous invite à lire le code minier, vous sauriez qu’il existe des procédures à respecter en la matière.
        Prenons un exemple très simple : le fait que vous aviez acheté votre véhicule, et que ce véhicule vous appartienne ne vous donne pas le droit de faire de fausse déclaration au dédouanement pour payer moins.
        Et si vous étés un spécialiste à la matière, vous pourriez peut être vous constituer avocat de la défense.

        Répondre à ce message

  • Le 15 octobre à 11:02, par L’Autre Africain En réponse à : Affaire Charbon fin : L’audience de nouveau renvoyée au 17 décembre 2019

    C’est impensable qu’un ministre soit cité dans une affaire de corruption qui est entrain de passer devant les juridictions et que ce dernier soit toujours au gouvernement. Le régime de Rock nous fera voir de toutes les couleurs. Dans une démocratie sérieuse, le ministre concerné, à défaut de démissionné, serait débarqué du gouvernement et mis à la disposition de la justice pour ne pas entraver la manifestation de la vérité de par sa position de ministre, ou même mettre à mal l’action gouvernementale .
    A moins que le message que le MPP veuille nous passer est qu’il cautionne la corruption et est prêt à couvrir ses auteurs.
    C’est vraiment le comble de l’irresponsabilité et du laxisme dans ce pays !

    Répondre à ce message

    • Le 16 octobre à 11:54, par LUI En réponse à : Affaire Charbon fin : L’audience de nouveau renvoyée au 17 décembre 2019

      Faux la démission est une décision personnelle,l’actuel président de l’Assemblée Nationale Française est cité à comparaitre dans une histoire de deal d’appartement,mais il a dit tout simplement qu’il ne démissionnera pas car li n’y est pour rien.Et d’ailleurs il faudra que le procureur explique clairement la position du ministre sinon que beaucoup ne font que de la déduction.L’or de sa conférence de presse,le procureur a dit que si toute fois le ministre est cité son dossier sera transmis au conseil d’état ;dans cette déclaration en quoi il est dit que le ministre est implique.

      Répondre à ce message

  • Le 15 octobre à 11:17, par A qui la faute ? En réponse à : Affaire Charbon fin : L’audience de nouveau renvoyée au 17 décembre 2019

    Nous connaitrons la vérité quand il n’y aura plus du tout d’or à exploiter. La promptitude avec laquelle le gouvernement a défendu la sociéte minière est suspecte.

    Répondre à ce message

  • Le 15 octobre à 11:54, par Maria de Ziniaré En réponse à : Affaire Charbon fin : L’audience de nouveau renvoyée au 17 décembre 2019

    @HUG
    Je vous invite amicalement à chercher un travail descent et durable qui vous permettra de ne plus vivre dans la misère au lien de penser que les ressources en or que recellent nos sous sol sont des richesses qui nous permettront de sortir de la pauvreté. Pour votre gouverne retenez que l’or, le pétrole, .....en gros les ressources naturelles ne sont pas des richesses elles peuvent servir à créer de la richesse par le biais du capital humain mais ne sont pas des richesses en soit : la Guinée le scandale géologique selon Sekou TOURĖ, le Zaïre le montre à souhait.

    Pour ma part, ce procès ou l’état s’attaque lui même n’est que de la comédie pour amuser et occuper le peuple afin qu’il oublie sa condition de misère, et cette montagne de la gouvernance de RMCK va forcément accoucher d’une souris parce que les états biens organisés ont l’intelligence de régler leurs dysfonctionnements internes en-dehors des tribunaux afin de préserver leur image au plan international. N’oublions pas que tous les états sont à vendre au capital international et le burkina n’échappe pas à ce yar international : la table ronde de paris de décembre 2016 pour vendre le PNDES du Burkina en est une illustration.

    Répondre à ce message

  • Le 15 octobre à 11:59, par warzat En réponse à : Affaire Charbon fin : L’audience de nouveau renvoyée au 17 décembre 2019

    Avec le rail privatisé, c’est le ’’charbon fin’’, avec l’aéroport de Dosin se sera des lingots d’or.

    Répondre à ce message

  • Le 15 octobre à 13:02, par Armel En réponse à : Affaire Charbon fin : L’audience de nouveau renvoyée au 17 décembre 2019

    Si l état a travers le ministre et les douaniers sont organisateur de cette fraude,ne vous attendez pas à la justice.Le fait que le ministre doit toujours en poste en dit long.Je suis un partisan du pouvoir,mais ici,je suis très déçu de lui.Je parie que si Salif vivait toujours, depuis ce ministre était devant la haute cour.Ces tergiversations font perdre des voies au MPP ,mais personne dans le parti n a le courage de le dire au président.Le MPP se dit qu avec beaucoup d argent,on se fait voter.Ce qui n est plus vrai avec les réseaux sociaux et les radios FM.A ce rythme,on n aura que nos yeux pour pleurer en 2020

    Répondre à ce message

    • Le 16 octobre à 04:04, par Un Burkinabê En réponse à : Affaire Charbon fin : L’audience de nouveau renvoyée au 17 décembre 2019

      Arrêtez d’amuser la galérie ici. Si cette histoire était vraie vous auriez vu des journalistes d’investigation canadiens ici au Faso. Des ONG canadiennes se seraient saisies de l’opportunité pour se faire entendre. Posez vous la question de savoir qui devrait recevoir cet or (si or brut il y en avait dans ces containers) au Canada ? Pensez vous que le Canada est aussi "corrompu" pour que ce traffic prospère ? Je ne vois pas comment une si grosse pillule aurait pu passer à travers les mailles au Canada (pays de destination des cargaisons incriminées).

      Répondre à ce message

  • Le 15 octobre à 13:10, par Bigbalè En réponse à : Affaire Charbon fin : L’audience de nouveau renvoyée au 17 décembre 2019

    On ne comprend pas pourquoi c’est les agents de la Douane Burkinabè et le groupe Bolloré qui sont à l’origine du renvoi de ce procès ? Les agents de la douane ne sont-ils pas sûrs d’avoir fait leur travail avec professionnalisme ou quoi ? Pour ce qui concerne le ministre, je ne vois pas pourquoi il va démissionner avant qu’il ne soit établi sa culpabilité ? Il sait qu’il mieux d’être déclaré coupable étant hors du gouvernement que condamné en étant en fonction ! S’il ne démissionne pas, c’est qu’il sait ce qu’il a fait et ne se reproche probablement rien. Ce qui est sûr et certain, c’est que les manigances et autres malhonnêtetés ne passeront pas cette fois-ci. Notre justice commence à retrouver ses repères et tous ceux qui ont triché dans cette affaire (qu’ils soient journalistes, fonctionnaires, particuliers) seront étalés dans la poussière et la honte devant tout le peuple. Dieu veille et veillera toujours sur le Burkina !

    Répondre à ce message

  • Le 15 octobre à 18:20, par Sacksida En réponse à : Affaire charbon fin : « Le temps ne changera rien aux faits », clame Me Rodrigue Bayala, conseil de l’Etat burkinabè

    Si l’on considere les declarations preelectorales 2015 du President Rock Marc Christian Kabore sur les questions de gouvernance vertueuse et de la lutte contre la corruption et les detournements de deniers publics ; ce Ministre des Mines IDANI dont de serieuses soupcons ou des doutes pesent sur sa sincerite devrait quitter le gouvernement. C’est une question de mesure concervatoire de Bonne Gestion. Mais si des DG comme celui de la Poste est toujours a leurs postes malgre des "malversations finacieres" ou "des indelicatesses" et la crise de confiance et sociale l’on est pas du tout etonne que ce Ministre soit toujours maintenu au gouvernement. Que Dieu aide le peuple Burkinabe. Salut.

    Répondre à ce message

  • Le 15 octobre à 20:01, par le pays va mieux En réponse à : Affaire charbon fin : « Le temps ne changera rien aux faits », clame Me Rodrigue Bayala, conseil de l’Etat burkinabè

    En fait il m’arrive de me poser la question de savoir si c’est Roch qui est incompétent à faire changer les choses ou c’est parce qu’il s’est entouré des personnes qui roulent contre lui. Quand je prends les exemples du charbon fin et de la situation de madame ROUGE À LÈVRES de la santé je me demande si Roch veut réellement un deuxième mandat.

    Répondre à ce message

    • Le 16 octobre à 04:35, par Un Burkinabê En réponse à : Affaire charbon fin : « Le temps ne changera rien aux faits », clame Me Rodrigue Bayala, conseil de l’Etat burkinabè

      Connaissez vous c’est quoi le charbon fin ? Savez vous comment l’obtient on et son importance dans l’industrie minière ? Tous les professionnels de l’industrie minière savent que ce qui a été rapporté par le "journaliste leveur du lièvre" n’est pas soutenable. Avez vous vu un journaliste spécialiste de l’industrie minière se saisir de ce dossier de charbon fin burkinabê comparativement au cas des concentrés aurifères tanzanien ? Ce qui me parait ridicule est le coût de ce procès que le contribuable burkinabê paiera au finish alors que cette somme aurait pu être dépensée dans la construction de salles de classe, csps ou de routes.

      Répondre à ce message

      • Le 16 octobre à 14:52, par Aya En réponse à : Affaire charbon fin : « Le temps ne changera rien aux faits », clame Me Rodrigue Bayala, conseil de l’Etat burkinabè

        Qu’est ce qui fait courir "Un Burkinabè" sur la toile comme çà ?
        Pour ta gouverne on peut mettre 10 000 francs dans une enquête de vol de 5 francs pour débusquer le fautif et en faire un cas d’école, afin d’éviter à l’avenir 10 000 vols de 5 francs. Donc épargnes nous de ta piteuse morale du "coût de ce procès que le contribuable burkinabè paiera au finish alors que cette somme aurait pu être dépensée dans la construction de salles de classe, csps ou de routes". Si on avait fait le procès de ce détournement depuis belle lurette (selon l’actuel ministre la pratique a lieu aussi sous certains de ses prédécesseurs), çà nous aurait éviter plusieurs fuites de plus 300 milliards chacune et les infrastructures auxquelles tu fais allusion seraient dans de meilleures situations aujourd’hui.
        Et je suis de ceux là qui pensent qu’il fallait démettre le ministre Idani, pour ne pas qu’il recrute des vouvouzéla de ton acabit pour essayer de brouiller les pistes.

        Répondre à ce message

  • Le 15 octobre à 21:09, par Burkinabè En réponse à : Affaire charbon fin : « Le temps ne changera rien aux faits », clame Me Rodrigue Bayala, conseil de l’Etat burkinabè

    Structuration de la gare de frein svp.
    Surtout la deventure

    Répondre à ce message

  • Le 16 octobre à 07:13, par Babloss En réponse à : Affaire charbon fin : « Le temps ne changera rien aux faits », clame Me Rodrigue Bayala, conseil de l’Etat burkinabè

    Voila une autre affaire qui ne facilite pas la vie a Rock. Qui selon vous est le premier beneficiaire de cette arnaque ? En plus des rails qu’on veut nous imposer.
    Il faut comprendre que le Burkina sera de plus en plus mis a l’epreuve a cause de ses richesses. C’est a nous Burkinabe de comprendre et de reagir avec intelligence. Avec intelligence j’insiste.

    Répondre à ce message

  • Le 16 octobre à 11:45, par ô pays mon beau peuple En réponse à : Affaire charbon fin : « Le temps ne changera rien aux faits », clame Me Rodrigue Bayala, conseil de l’Etat burkinabè

    Dossier vide. Il y a des problème plus sérieux à régler. Il faut un vrai novice des affaires pour croire à ces incantations là. Vous croyez que les société minières vont gâter leur nom pour des conneries comme ça ?

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Insécurité au Burkina : L’ambassade des Etats-Unis rapatrie les enfants de son personnel
Crise à La Poste : SYNAPOSTE, le nouveau syndicat pour « élargir le champ d’expression de tous les camarades »
Région du Centre-Est : La police de l’eau ferme des unités de production illégales
Violences basées sur le genre : Les femmes, premières victimes des normes socioculturelles
Région de la Boucle du Mouhoun : Rencontre des Organisations de la société civile alliées du Programme voix pour le changement
Renforcement des systèmes de santé et des politiques de lutte contre les maladies infectieuses : Des cadres africains outillés pour relever les défis
Ecole de santé Sainte-Julie de Dori : 76 agents prêts à servir
Burkina Faso : La campagne 2019-2020 de commercialisation du sésame est lancée
Mesures anti-tabac au Burkina : Quatre mois après, le constat est « satisfaisant », selon Afrique contre le Tabac
Tenkodogo : Les populations souffrent du manque d’eau potable
Burkina Faso : Une campagne de vaccination contre la rougeole et la rubéole du 22 au 28 novembre 2019
Convention relative aux droits de l’enfant : 30 ans après, le Burkina renouvelle son engagement
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés