Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Le plus grand obstacle à la découverte n’est pas l’ignorance, c’est l’illusion de la connaissance» Daniel J. Boorstin

Mouvement populaire de défense contre le terrorisme : « C’est une bombe à retardement », selon Laurent Kibora, expert en sécurité et développement

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET | Par Dimitri OUEDRAOGO • lundi 14 octobre 2019 à 00h15min
Mouvement populaire de défense contre le terrorisme : « C’est une bombe à retardement », selon Laurent Kibora, expert en sécurité et développement

Dans la province du Bam, région du Centre-Nord, les populations, excédées par les exactions terroristes, veulent s’organiser pour assurer leur propre défense. Elles réclament même des armes. Mais selon l’expert en sécurité et développement Laurent Kibora, cela est une mauvaise idée. Au cours d’une interview qu’il nous a accordée le 9 octobre 2019 dernier, il a estimé que cela constituait une bombe à retardement. Il se prononce également sur d’autres questions. Entretien !

Lefaso.net : Présentez-vous aux lecteurs de Lefaso.net.

Laurent Kibora : Je suis Laurent Kibora. Je suis expert en sécurité et développement. Je suis le directeur général du Cabinet de management stratégique en sécurité et développement. Je suis également membre de la commission d’élaboration de la politique nationale de sécurité.

Vous avez certainement eu vent de l’actualité qui prévaut actuellement dans la province du Bam. Des populations excédées par les attaques terroristes veulent s’organiser pour s’auto-défendre. Quel est votre point de vue en tant qu’expert ?

Les populations du Bam, face aux multiples exactions des groupes terroristes, ont effectivement décidé de se défendre. Quand elles sont sorties pour barrer les routes, elles ont dit qu’elles ne sont pas des affamés. Ce qu’elles veulent, c’est la sécurité ; c’est être protégées contre les groupes terroristes. A défaut de l’Etat pour les protéger, ces populations ont décidé de prendre une initiative qu’elles ont appelée « mouvement populaire de résistance au Bam ». Ce mouvement, pour moi, c’est la 3e plus grande erreur de notre pays.

Vous estimez que c’est la 3e plus grande erreur. Avant de développer cette question, expliquez-nous d’abord les deux autres précédentes erreurs.

La première grande erreur est venue des autorités politiques. Elles n’ont pas su prendre la menace terroriste au sérieux dès le début. Elles n’ont pas su prendre des mesures fortes, des engagements forts avec des solutions à ces problèmes dès le départ. On a l’impression que le problème a été plus ou moins négligé par nos autorités politiques.

La deuxième grande erreur est venue de notre système de défense. C’est-à-dire l’armée. Quand nos forces de défense et de sécurité ont commencé à vouloir lutter contre ces terroristes, elles ont vu qu’elles n’avaient pas les compétences. C’est une guerre asymétrique. Ce n’est pas une guerre conventionnelle. Le système de défense et de sécurité n’a pas fait un effort suffisant. Ils n’ont pas manifesté un engagement à la hauteur de la menace.

Cela consistait à chercher rapidement à identifier ceux qui nous attaquent ; quelles sont leurs forces et leurs faiblesses et comment nous devrons les combattre. Est-ce qu’il n’y a pas lieu de revoir nos formations, les compétences dont nous disposons ? Est-ce que nous avons la logistique nécessaire ? Est-ce que notre système de renseignement est efficace ? Je pense que le côté sécuritaire, on n’a pas pris le taureau par les cornes.

Alors nous revenons à la 3e grande erreur qui est l’autodéfense. Pourquoi vous estimez que c’est une erreur ?

La 3e grande erreur et la plus grave, c’est le fait que les populations veulent prendre des armes pour se défendre elles-mêmes. Dans la stratégie des groupes terroristes, ils sont toujours en avance sur nos Etats. Ils nous poussent à commettre des erreurs. Dans les médias, on a parlé de couteau à double tranchant en voulant qualifier cette résistance populaire. Moi, je dirai que c’est une bombe à retardement. Cette bombe ne va pas servir pour détruire les terroristes, mais pour nous détruire nous-même. C’est comme si nous creusions notre tombe nous-même.

A vous entendre, il n’y a pas du positif dans cette volonté populaire.

Si. Il faut aussi saluer ces initiatives. Au-delà des dangers qu’elles comportent, il y a surtout la chose la plus positive et la plus extraordinaire qu’est le rejet du terrorisme. Si les populations sont capables de se révolter, de vouloir prendre les armes, ça veut dire qu’elles ont rejeté catégoriquement le terrorisme. Elles l’ont dit elles-mêmes. Elles ont appelé leurs frères qui sont dans les groupes terroristes à déposer les armes.

Finalement, comment les choses doivent être gérées ?

Les choses doivent être gérées stratégiquement, avec des longueurs d’avance, avec des anticipations. Nous devons nous poser des questions. Si nous prenons la résistance française avec Jean Moulin, Charles de Gaulle, c’est une résistance qui était organisée. C’est une résistance qui savait qui était l’adversaire, comment il se déplaçait, quelles étaient ses forces et ses faiblesses. Chez nous, c’est une guerre asymétrique. Ils frappent et ils disparaissent.

Comment faire une résistance et vouloir prendre des armes contre ces personnes ? Il y a la menace sur les droits humains. Il risque d’avoir des exécutions sommaires. Quand le peuple se rend justice, cette justice est toujours contraire aux droits humains. Le pays va maintenant basculer dans le chaos. C’est ce que les groupes terroristes recherchent.

On peut certainement exploiter cette initiative. Vous ne pensez pas ?

Il y avait les brigades populaires de vigilance pendant la Révolution (août 1983-octobre 1987). Elles ont été instaurées par le président Sankara et ses collaborateurs. Elles consistaient à faire de tout citoyen un acteur de renseignement. Tout le monde se connaît. Tout le monde sait qui est qui. Quand il y a des informations qui remettent en cause la cohésion, l’intégrité humaine, qui remet en cause le pouvoir en place, rapidement l’information remonte à la Permanence.

La Permanence transmet ensuite ces informations à qui de droit et des actions étaient prises. Donc, nous aurons beaucoup à gagner à aller dans ce sens. Un sens de résolution pacifique et non une résolution violente. Ceux-là même qui sont chargés de les combattre, ils ont du mal à venir à bout de ces groupes. Ce ne sont pas les populations qui vont prendre des armes qui vont y arriver. C’est pour ça que je dis qu’il faudrait que nous essayions de baliser et de ne pas laisser les choses aller dans tous les sens.

Jusque-là, il y a peu de revendications des auteurs des différentes attaques. En tant qu’expert de la sécurité, dites-nous quels sont les groupes terroristes qui nous attaquent.

Ces groupes terroristes ont envoyé un message dans leur réseau, sur Internet, il y a deux mois. Ils ont dit clairement ce qu’ils reprochent au Burkina. Ils reprochent au Burkina d’être un collaborateur fantoche des puissances coloniales. Ils disent que nos armées sont des armées de façade, de location, et qu’ils vont discipliner nos armées. Ils disent que les puissances occidentales viennent nous faire la force, qu’elles pillent nos richesses.

Ils disent qu’ils ne sont pas des terroristes mais des djihadistes. Ils disent qu’ils se battent pour protéger les musulmans. Pour eux, cette appellation de terroriste est injuste et incorrecte. Ils disent que le régime actuel est illégitime. Pour eux, l’ancien régime a été victime d’un coup d’Etat. Donc, c’est une injustice. Ils disent qu’au-delà de cette injustice, le régime est corrompu. Ce régime va même dans le sens contraire des valeurs même de bonne gouvernance et des valeurs démocratiques. Clairement, ils ont exprimé leurs griefs. C’est le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM).

Finalement, quels sont les groupes qui opèrent au Burkina ?

Il y a deux axes de groupes terroristes qui opèrent au Burkina. Il y a l’axe Al-Qaeda et le groupe Etat islamique. L’axe Al-Qaeda, avec à sa tête le GSIM dont le patron est Iyad Ag Ghali. Dans ce groupe, il y a le Front de libération du Macina de Amadou Koufa, Al-Mourabitoune de Mokhtar Belmokhtar, le Moujao, la Katiba de Keïta. En dessous de ces groupes, il y a des groupuscules qui sont là, qui tirent profit de cette situation de chaos. Ce sont les coupeurs de routes, les braconniers, les trafiquants de drogue et de cigarettes. Il y a ceux qui sont dans le business de la migration.

Qui est donc le groupe Etat islamique ?

L’Etat islamique est en train de se propager dans les pays sous-développés. C’est l’Etat islamique au Grand Sahara (EIGS). Son patron est Adnan Al Sharawy. Sa tête est mise à prix à hauteur de 5 millions par l’Etat américain. Lui, il a aussi ses Katibas. Dans ce groupe, il y a les coupeurs de routes, les braconniers… surtout que lui, il intervient au niveau du Triangle de la mort. Ce sont les trois frontières : Burkina, Niger et Mali.

L’Est du Burkina étant très boisé, des groupes ont profité pour faire leurs trafics. Certaines formations sont gratuites. Si vous avez le besoin, vous venez avec vos hommes. Au niveau du Mali, il y a des zones comme Ménaka, inaccessibles à l’armée malienne. Il y un marché d’armes. On dit même que la kalachnikov est à 60 000 F. Ce sont ces groupes qui interviennent au Burkina. Il y a même le groupe Ansarul Islam qui est dans cet axe. Ces groupes souvent se rendent service. Il existe des passerelles entre ces groupes.

Pour venir à bout du phénomène du terrorisme, que préconisez-vous ?

J’ai toujours préconisé, dans ce problème, une solution pacifique, une solution non-violente. Le problème du terrorisme, les grandes puissances l’ont démontré : les Etats-Unis, malgré leur puissance militaire, n’arrivent pas à vaincre les Talibans en Afghanistan. Malgré la force Barkhane, la MINUSMA au Mali dans notre sous-région, les terroristes continuent à frapper peut-être même plus fort. Si vous prenez les attaques des camps de Mondoro et de Boulkessy, le GSIM avec ses alliés ont délogé l’armée malienne.

Il a fallu que la force Barkhane et la MINUSMA les pilonnent pour que les Maliens puissent réintégrer les camps. Ça veut dire que ce problème, ce n’est pas par la violence, par la force militaire que nous viendrons à bout. Il faut de la responsabilité citoyenne de tout un chacun. Chaque Burkinabè doit se dire que qu’il est responsable, qu’il est engagé contre le terrorisme, qu’il dit non à l’extrémisme violent, qu’il dit non à la stigmatisation.

Etre Peulh n’est pas égal à être terroriste. Chaque Burkinabè doit se dire : je ne vais pas m’enrôler dans des groupes terroristes pour tuer mes frères burkinabè. Chaque Burkinabè doit se dire qu’il ne doit pas être un facilitateur pour les groupes terroristes. Si vous prenez par exemple, dans une province éloignée, on dit qu’un infirmier a demandé une avance de salaire. Il n’a pas eu et il est allé monnayer ses compétences dans un groupe terroriste parce qu’il paie bien. Où est la responsabilité citoyenne du Burkina dans de tels cas de figure ? Pour venir à bout du terrorisme, c’est un assemblage de solutions. La solution n’est pas unique, ni univoque, encore moins rectiligne.

Il faut créer des emplois pour les jeunes. Il faut prendre au sérieux la question des Peulhs et arrêter de les stigmatiser. Le problème de Yirgou est une chose qui ne doit plus se répéter. On doit prêter une oreille attentive aux cadets sociaux. Ce sont les femmes, les jeunes. Il y a beaucoup de droits qui sont refusés aux femmes en milieu rural. Il faut tenir compte des minorités ethniques. L’éleveur et l’agriculture doivent pouvoir cohabiter.

Le Peulh et le Dogon doivent pouvoir cohabiter. Nous devons revenir sur nos valeurs sociales de résolution de conflit pacifique qui passe par la parenté à plaisanterie, la chefferie. En dernier lieu, la solution à ce problème est politique et diplomatique. Si vous voyez des pays comme l’Algérie, la Mauritanie, des pays même que vous ne pouvez pas soupçonner de parlementer avec les terroristes, le font en cachette. Le Burkina Faso était inscrit un peu dans cette dynamique plus ou moins dans les temps passés. Donc, ce dialogue doit être noué avec ces groupes-là.

Ce n’est un pas un dialogue qui est fait par n’importe qui. Nos dirigeants devraient commencer à chercher des personnes qui ont les qualités, qui ont les ressources, qui sont écoutées. Peut-être qu’il arrivera un moment où on n’aura plus de choix que de négocier alors qu’on n’a pas un bon système de négociation. Chaque fois qu’un problème se pose, on voit qu’on n’a pas la bonne solution. Notre armée est en difficulté devant les terroristes parce que nous n’avons pas anticipé pour dire face à cette menace, voilà comment vous devez former les gens, voilà comment vous devez les déployer...

Il y a des critiques contre les puissances occidentales. Ce seraient elles qui soutiennent les groupes terroristes.

Moi je dirai que ces critiques sont une aberration. Ces critiques sont carrément fausses. Ces pays n’ont pas intérêt à voir nous, nos pays, s’écrouler. Ces pays font le commerce avec les pays sous-développés. Ces pays ont besoin de débouchés. Ils ont besoin des marchés pour écouler ce qu’ils produisent. Si nous allons dans ces considérations, nous ne nous en sortirons jamais. Actuellement la France a son linge sale, les Etats-Unis aussi.

Ce sont des pays qui ont des difficultés chez eux et qui ne sont pas à l’abri du terrorisme. N’allez pas me dire que ce sont les Etats-Unis qui sont allés créer un Ben Laden pour venir bombarder leurs Tours jumelles. N’allez pas me dire que la France va créer des terroristes pour venir les attaquer au Bataclan ou à Charlie Hebdo ! L’analyse que nous pouvons faire, c’est que les puissances occidentales tirent profit de ces groupes terroristes.

Moi je dirai que c’est de bonne guerre. Comme Charles de Gaulle l’a dit, la France n’a pas d’ennemis, elle n’a que des intérêts. Cela est valable pour tous. Chacun prêche pour sa chapelle. Chacun défend son patrimoine. Chacun cherche à se développer et, souvent, malheureusement au détriment de l’autre. Chaque pays essaie de tirer le maximum de profit de toute situation qui se présente.

Des pays du Golfe aussi sont souvent cités comme les bras financiers des groupes terroristes.

J’ai suivi une émission dans une chaîne de télé où ils ont retracé l’historique du soutien de l’Arabie Saoudite aux groupes terroristes. Cela, jusqu’à ce que, eux-mêmes arrivent à être les victimes des terroristes. C’est là qu’ils ont compris le danger, la menace que, eux, ils soutenaient. C’est en ce moment qu’ils ont commencé à collaborer avec les Etats-Unis. Ils étaient les plus grands pourvoyeurs de renseignement.

Le terrorisme est un business sous une autre forme, sous un autre visage. Dans ce business, il y a les trafiquants d’armes, il y a les trafiquants de drogue, il y a les hommes politiques qui les utilisent pour leurs fins. Il y a des opérateurs économiques qui veulent s’enrichir. Chacun tire profit de cela. C’est pour ça je dis qu’aller avec des armes pour combattre les terrorismes, vous n’arrivez pas avec les forces en place.

Entretien réalisé par Dimitri OUEDRAOGO
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 12 octobre à 15:04, par Fils En réponse à : Mouvement populaire de défense contre le terrorisme : « C’est une bombe à retardement », selon Laurent Kibora, expert en sécurité et développement

    Entre une bombe à retardement et la bombe qui est là tu préfères laquelle mon expert en critique soyez utile à votre pays en faisant des critiques sur vos propositions pour la lutte contre le terrorisme

    Répondre à ce message

  • Le 12 octobre à 15:24, par Bao-yam En réponse à : Mouvement populaire de défense contre le terrorisme : « C’est une bombe à retardement », selon Laurent Kibora, expert en sécurité et développement

    Ce mouvement, pour moi, c’est la 3e plus grande erreur de notre pays.

    Je dois avouer que je fais un effort pour contenir ma colère devant des propos aussi désinvoltes de la part de ce Monsieur qui ne réalise pas qu’il n’aurait jamais tenu ces propos s’il faisait partis de ceux qui ont vu leurs frères tués ou obligés de quitter précipitamment leurs domiciles pour dormir dehors, frappés par la pluie de l’hivernage parce que la ville de Kongoussi n’a même pas assez d’abris pour couvrir 40 milles déplacés.

    A votre avis, ils devraient en fait se laisser tués sans réagir parce que s’organiser est une « erreur ». C’est vraiment révoltant que ce Monsieur se considère expert en sécurité parce qu’il faut avoir au moins un cerveau d’abord avant d’être expert en quoi que ce soit.

    Je comprends un peu l’idée mal véhiculée de sa part : des mouvements de résistance pourraient être incontrôlables. Mais à qui la faute ? C’est à l’État qui jusqu’à présent n’a même pas déployé un seul gendarme supplémentaire dans la province, à plus forte raison des soldats. La création du mouvement n’est pas l’erreur. C’est l’incapacité de l’État qui est l’erreur ! La population ne va pas continuer à s’aligner pour se faire égorger tour à tour parce que se défendre serait une « 3ième » erreur.

    Répondre à ce message

  • Le 12 octobre à 15:56, par Sy Boubakar En réponse à : Mouvement populaire de défense contre le terrorisme : « C’est une bombe à retardement », selon Laurent Kibora, expert en sécurité et développement

    Ce qu’il y’a de "bien" avec les experts "classiques " de lutte contre le terrorisme c’est qu’ils ont bien assimilé leur leçon qui grosso modo met en avant la "faillite "(sic) de nos États dans la lutte contre le terrorisme et préconise une résistance à dimension à la fois sociale ,économique et militaire face au phénomène sans historiciser celui-ci pour comprendre ces véritables tenants et aboutissants. Un bref rappel historique nous permet en effet d’affirmer que le terrorisme est né dans l’espace sahelo saharienne au lendemain de la chute du mur de Berlin qui a ouvert la voie à d’autres formes de prédation dans l’espace Ouest africain. Dans le même temps les états membres de la cedeao posaient le débat d’une monnaie unique qui viendrait remplacer le CFA. Deux menaces sérieuses pour la France dans son pré carré toutes choses qui commandait pour elle de revoir sa diplomatie pour transformer celle ci en "diplomatie de guerre " et endiguer ainsi ces deux menaces. On a vu que le premier pays frappé par le terrorisme fut le Nigeria ce pays étant du fait de sa puissance la tête de proue naturelle des politiques d’intégration. Par la suite ,le problème de l’Azawad qui était en sourdine depuis 1980 a resurgi comme par enchantement avec plus de virulence plongeant le Mali dans l’oeil du cyclone avec des "no mans land " comme Kidal à l’intérieur du pays .En sautant le verrou libyen ,Sarkozy a de ce fait étendu le fléau à toute la zone avec les conséquences qui l’on sait aujourd’hui. Nous avons donc à faire à une guerre impérialiste avec les terroristes comme supplétifs des forces impérialistes. Quant à la rhétorique que ceux-ci développent en direction de la France c’est ce que les marxistes appelént de "l’agit prop " .S’agissant du danger d’armer les civils il est reel avec des risques de dérapage et de règlements de comptes mais c’est un moindre mal face aux exactions et massacre d’innocentes populations par des bandits de grands chemin. Comme le dit notre expert ils se connaissent tous dans la zone ,et bien encadrés les civils peuvent avoir des bons résultats et "équilibrer " la terreur dans la zone. La résistance populaire est donc la seule voie face à cette guerre impérialiste qui n’est pas près de s’arrêter et que nous gagnerons au prix de la sueur et du sang ainsi que des échecs comme nous le dit du reste le Ditanye

    Répondre à ce message

  • Le 12 octobre à 16:25, par ô pays mon beau peuple En réponse à : Mouvement populaire de défense contre le terrorisme : « C’est une bombe à retardement », selon Laurent Kibora, expert en sécurité et développement

    Bonsoir Monsieur l’Expert. Pouvez vous nous donner un exemple de pays que vous avez conseiller et qui a vaincu le terrorisme ? Donc vous dites que la résistance de Gaulle étais pacifique ? Vous prenez l’exemple des CDR pendant la révolution, les CDR n’étaient donc pas armée ? Aux Etats Unis la majorité de la population est armée malgré que le Pays soit lui même la première puissance du monde ; cela est il absurde alors ? Chez nous et dans nos pays frères voisins il y a les Dozzo qui sont des confréries qui sont bien armées mais je ne pense pas qu’ils utilisent leurs armes n’importe comment au point d’être votre fameuse "bombe à retardement". Votre problème, c’est que vous n’avez pas assez de respect pour nos parents du Bam et vous pensez que dès qu’ils ont des armes c’est pour massacrer des innocents. Les gens aux villages ont une conscience assez élevée et savent bien qu’il faut respecter la vie humaine sinon de la même manière que les terroristes font rentrer les armes ils peuvent le faire aussi et commencer a semer le foutoir partout. Si l’intention c’est de semer la merde vous n’alliez pas avoir vent de la formation d’un quelconque comité de défense. Le problème ce n’est les armes mais plutôt celui qui détient l’arme. Nous voulons la bombe à retardement que de voir nos parents tombés sous les balles assassines des terroristes.

    Répondre à ce message

  • Le 12 octobre à 16:36, par Goulgoulé En réponse à : Mouvement populaire de défense contre le terrorisme : « C’est une bombe à retardement », selon Laurent Kibora, expert en sécurité et développement

    Bonne analyse de la situation dans l’emsemble,. Cependant , omettre d’aborder la question Syrienne dans la liste de vos exemples, reste un indicateur majeur sur votre ignorance sur la lutte qui se mène là bas dépuis 2011. Pendant que vous nous encouragez à négocier avec des gens armés, sachant qu’au final c’est qui voudront s’imposer avec leur armes.

    Les Syriens ont su faire face à une horde de terroristes qui en plus de tuer, mangeaient le coeur de leur victimes à travers des vidéos diffusées sur les masses média. Comment peut on avoir une discussion courtoise avec cette idéologie mortifère ?

    Avec un peu de courage et d’unité, les Syriens se sont battus au prix de martyr pour faire face à cette barbarie, aussi grâce au soutien de ses allés. Aujourd’hui la dernière poche de resistance reste d’Idlib, qui fait l’objet de pourparler entre la Turquie, La Russie l’Iran et la Syrie,

    La stratégie gagnante en Syrie à été d’affaiblir les sources de financement ou de revenus. Des convois de citernes de pétrol ont été détruite, de meme que quasi totalité des installations de forage. Les routes de ravitaillement ont été reprises, Comme dans un jeu d’échec, la VIlle d’Idleb devient le dernier Bastion des terrosites, qui n’hésitaient pas à se raser les barbes et se déguiser en femme pour échapper à certains postes de controle.

    La Patrie ou la mort,
    nous vaincrons

    Répondre à ce message

  • Le 12 octobre à 17:15, par NICHOLAS En réponse à : Mouvement populaire de défense contre le terrorisme : « C’est une bombe à retardement », selon Laurent Kibora, expert en sécurité et développement

    Moi je penses qu’ils ont donnés l’alerte d’être prêt pour défendre leurs intérêts ,c’est aux autorités d’envoyer des professionnels pour
    leur l’encadrement.

    Répondre à ce message

  • Le 12 octobre à 20:15, par Dedegueba SANON En réponse à : Mouvement populaire de défense contre le terrorisme : « C’est une bombe à retardement », selon Laurent Kibora, expert en sécurité et développement

    Beaucoup de vérités dans cet entretien. Mais de belles vérités " théoriques " ou " rhétoriques" ,car sur le terrain le peuple ne va pas se laisser canarder tout le temps comme des perdreaux sans réagir non ? Même avec leurs propres moyens ?
    Nous avons certes devolu notre défense à nos FDS, mais force est de constater qu’elles sont en difficulté. Et en difficulté non pas qu’elles sont incompétentes, mais en difficulté du fait de la nature même asymétrique de cette guerre. On ne peut pas gagner une telle guerre sans l’adhésion du peuple. Reste à bien définir et encadrer le rôle que doit jouer ce peuple, pour éviter ce que vous qualifiez de bombe.
    Moi je suis cent pour cent pour, ces paumés sont fatigués de vivre, et jouent sur la peur de mourir des autres, si nous leur montrons que nous sommes prêts à mourir pour notre pays, ils iront chercher ailleurs.
    Vous n’avez pas remarqué que c’est rare qu’ils enlèvent des chinois ou des russes ? Même les américains ont cessé d’être leurs cibles. Parce que les américains, les russes et les chinois ne négocient pas avec eux.
    La vraie question reste le degré de patriotisme des populations du Nord, qui croupissent dans la misère pendant qu’à Ouagadougou les gens se "beurrent", en oubliant que les autres ne vont être des spectateurs éternels des gens qui se gavent sans eux. C’est tout cela qui fait le terreau du terrorisme. Maintenant si on y ajoute les traffics illicites en tout genre, avec le démantèlement de la Lybie, de la Syrie et de l’Irak, je ne serais pas étonné de voir des combattants européens dans les rangs de ceux qui nous attaquent, surtout s’il est avéré que la zone a un sous sol garni.

    Répondre à ce message

  • Le 13 octobre à 08:25, par To mi ta to zi. La to bangr daaré, to na san ! En réponse à : Mouvement populaire de défense contre le terrorisme : « C’est une bombe à retardement », selon Laurent Kibora, expert en sécurité et développement

    M. KIBORA, comme bon nombre de spécialistes Burkinabé, a bien appris la théorie de sa science. Mais il lui a manqué le terrain d’expérimentation. Et ce qu’il dit pourrait permettre d’avoir des points lors d’une évaluation en classe. Mais sur le terrain, si on l’applique, c’est la mort garantie pour les populations.

    Répondre à ce message

  • Le 13 octobre à 08:28, par Coulibaly Andté En réponse à : Mouvement populaire de défense contre le terrorisme : « C’est une bombe à retardement », selon Laurent Kibora, expert en sécurité et développement

    Où était notre expert quand les terroristes débutaient leurs attaques sur notre territoire ?L’expert avait-t-il porté le produit de ses réflexions à qui de droit ?S’il ne l’avait pas fait,qu’il cesse de nous ennuyer.Nous ne voulons pas de médecin après la mort.

    Répondre à ce message

  • Le 13 octobre à 09:57, par Bamosapsonic@gmail.com En réponse à : Mouvement populaire de défense contre le terrorisme : « C’est une bombe à retardement », selon Laurent Kibora, expert en sécurité et développement

    Bonjour justement nos intellectuels n ont rien appris que de s assoir saboter des initiatives. Quand ces terroristes tu les honnêtes citoyens où êtes vous. Moi je crois que nos "intellectuels "doivent revenir sur TERRE. C est des gens qui ont fait l initiative parceque la population se sent abandonner. Allez voir ce qui se passe au nord au centre Nord. Eux n ont pas de droit ? C est le tard de nos soit disant intellectuels. Le verbiage en longueur de journée. En tout cas au Bam ils ont donné l exemple et vous allez voir que les choses vont changer.

    Répondre à ce message

  • Le 13 octobre à 11:12, par Ouedraog biiga En réponse à : Mouvement populaire de défense contre le terrorisme : « C’est une bombe à retardement », selon Laurent Kibora, expert en sécurité et développement

    Vous prônez la non violence, la compromission comme moyens de lutte contre les terroristes qui eux tirent à vue sur des populations innocentes ????
    Aussi, face à des ennemis qui sont en notre sein et qui bénéficieent de complicités diverses, pensez-vous que nos FDS seuls peuvent réussir ? Je ne suis pas spécialiste en sécurité mais ma conviction est sans responsabilisation des populations dans cette lutte, aucun succès n’est possible. Je dis donc félicitations aux populations fu Bam et que Dieu les assiste et protége tout le Burkina Faso.

    Répondre à ce message

  • Le 13 octobre à 11:23, par Noogo En réponse à : Mouvement populaire de défense contre le terrorisme : « C’est une bombe à retardement », selon Laurent Kibora, expert en sécurité et développement

    C’est facile de parler de « 3ième » erreur quand on est assis dans son bureau à Ouaga croyant que le Nord est un territoire lointain. Ceux qui se font tués ont aussi du sang dans les veines comme vous et aspirent à vivre. Ils ne resteront pas assis à se faire tuer pour faire plaisir à ceux qui à Ouaga ne laissent pas paraître le moindre signe de compassion.

    Répondre à ce message

  • Le 13 octobre à 11:46, par Moktar Kiemtoré En réponse à : Mouvement populaire de défense contre le terrorisme : « C’est une bombe à retardement », selon Laurent Kibora, expert en sécurité et développement

    J’ai l’impression que les gens n’ont pas lu l’entretien avant de commenter. Analyse très réaliste et à considérer pour le bien de tous.

    Répondre à ce message

  • Le 13 octobre à 12:21, par Jo En réponse à : Mouvement populaire de défense contre le terrorisme : « C’est une bombe à retardement », selon Laurent Kibora, expert en sécurité et développement

    Je vois une incohérence dans les propos de ce monsieur en abordant le sujet des puissances occidentales : tu dis que les puissances occidentales n ont pas intérêt à Ce que nos pays tombent portant tu parlent de multinationale et De leur intérêt dans nos pays ! De grâces réfléchis un peu Et vois toi même ! Qui finance les élections dans ses pays ? Qui gouverne ces pays ? Tu cite la France comme ex Et général De Gaulle : qui contrôle les actions des médias français aujourd’hui ? Tu as regardé une émission nous dis tu sans citer la source ! Tu es sérieux là expert ? De quelle chaîne monsieur ? Tu ne comprends pas que les médias c est une arme ? Cite moi la source de ton émission : je te dirais quel genre d’experts tu es.

    Répondre à ce message

  • Le 13 octobre à 13:13, par Boris En réponse à : Mouvement populaire de défense contre le terrorisme : « C’est une bombe à retardement », selon Laurent Kibora, expert en sécurité et développement

    Je suis très écœuré par l’analyse de cet « expert », vous pensez que le terrorisme, c’est une question de manque d’emploi ?, vous ne savez peut être pas qu’il y des gens qui ont abandonné leur emplois pour rejoindre les terroristes ?. Vous raisonnez comme si nous étions il y a trois ans de cela avec une menace circonscrite vers le sahel. Aujourd’hui, on ne peut pas compter sur seulement les FDS pour la sécurité. Ils sont débordés, fatigués et impuissant face aux assauts répétitifs de ces bandits. Quand ils attaquent dans un village, ils restent et attendent que les FDS soient alertés, en venant à la rescousse, ils tombent dans une embuscade. Comment ces FDS pourront-il sécuriser nos villages ? Et puis, sachez que l’objectif des attaques contre les villages visent a attirer les FDS dans des embuscades. A quoi ça sert de remonter l’informations sur une présence de djihadiste dans une localité, dont les route d’accès sont minées. C’est envoyer les FDS a l’abattoir. Ils l’ont compris, ils ne viendront pas. Les formes conventionnelles de lutte ne pourront jamais venir a bout du terrorisme qui passe par des stratégies non conventionnelles. La solution a mon avis, c’est de faire de chaque burkinabé, un combattant de la patrie. il faut que dans chaque village on organise des jeunes volontaires, on les forme en 1 mois et on les donne des kalach. Ces groupuscules qui attaquent les villageois, souvent, ils ne dépassent pas 5 personnes. Ayons honte de voir 5 personnes faire fuir, des villages entière de plus de 1000 âmes ? C’est la faute au système classique d’organisation des Etats où la force relève du monopole du corps des FDS. nous sommes au limite de cette conception de l’Etat. Les populations sont capables de faire face a des terroristes, s’elles ont des armes, parce qu’il s’agit de défendre son village, sa famille, ses biens. C’est vrai, il ya des risques, mais, a l’étape où nous sommes, il s’agit de choisir le moindre mal

    Répondre à ce message

  • Le 13 octobre à 14:52, par Wendyam En réponse à : Mouvement populaire de défense contre le terrorisme : « C’est une bombe à retardement », selon Laurent Kibora, expert en sécurité et développement

    Je doute vraiment de votre titre d’expert. Je ne suis pas expert mais occulter le fait que ces bandits/criminels soient soutenus par les grandes puissances occidentales c’est faire preuve de naivete et j’ai bien peur que M. Kibora n’est fait des etudes pour rien. Vous etes completement passe a cote de la plaque.

    Répondre à ce message

  • Le 13 octobre à 14:56, par yesman En réponse à : Mouvement populaire de défense contre le terrorisme : « C’est une bombe à retardement », selon Laurent Kibora, expert en sécurité et développement

    Du tout sauf de l’expertise,quelqu’un vient violer ta femme et tue une une partie de ta famille et au lieu de te battre pour sauver le peut qui te reste tu choisis de négocier avec le malfrat . La mairie à décorer un citoyen qui a sauver une femme emportée avec sa voiture par l’eau ; on vient encore de décorer un sapeur pompier pour avoir sauver des occupants d’un car de noyade....ces gens n’ont jamais négocier avec l’eau au contraire il l’ont affronter.Gardes ton expertise et laisses nous nous battre.Que nous nous battions nous allons tous mourir ; que nous ne battions pas nous allons tous mourir, alors battons nous et mourir.Vas enseigner ta théorie de lâcheté sous d’autre cieux : Ici même un Grand Home disait"l’esclave qui ne...................ne mérite pas qu’.............."
    La patrie ou la mort nous vaincrons !

    Répondre à ce message

  • Le 13 octobre à 15:02, par Legis En réponse à : Mouvement populaire de défense contre le terrorisme : « C’est une bombe à retardement », selon Laurent Kibora, expert en sécurité et développement

    Négocier avec les terroristes ??? oui peut-être mais après les avoir vraiment affaiblis dans leurs fondements par des actions miliaires offensives fortes, bien ciblées et méthodiques, impliquant les populations correctement encadrées.
    Celà suppose qu’au plan global, l’armée aie l’initiatives des opérations coup de poing, coups de main et autres opérations spéciales, grâce à une connaissance plus fine de la structuration et de la cartographie des terroristes et leur traçage par les renseignements.Aussi, revoir nos partenaires stratégiques dans cette guère est un impératif. Voyez donc l’exemple des actions énergiques menées de concert en Syrie par Hafez El Assad et la Russie....au nez et à la barbe des occidentaux !
    Là est l’urgence. En clair, le fantôme est déjà dans la maison et le rétablissement de l’ordre et de la sécurité reste la priorité des priorités, les actions de développement en dépendant consubstantiellement.

    Répondre à ce message

  • Le 13 octobre à 15:11, par Le convaincu En réponse à : Mouvement populaire de défense contre le terrorisme : « C’est une bombe à retardement », selon Laurent Kibora, expert en sécurité et développement

    La guerre que vie les burkinabé actuellement est une guerre du système Roch et compagnies. Ce sont eux qui ont commencé la provocation, ils ont promis de terroriser les terroristes, ils ont promis de mettre le feu sur eux, pour nous on avait la garantie.
    Mais au jour d’aujourd’hui on voit que c’est compliqué, ce qui peut mettre fin a cette guerre, c’est la démission pur et simple de Roch et de son système, on remet d’autres interlocuteurs et on recommence a négocier, le système Compaoré était meilleur par rapport à ce que ces incapables nous propose.

    Roch doit absolument partir pour que le pays retrouve la paix, c’est lui le véritable problème. Il faut que les FDS aussi le comprennent, ce n’est pas à coup de chars et autres que nous allons trouver la solution.

    Les pays amis nous donneront des armes pour nous battre, mais ce n’est pas du tout ça la solution, en recevant des armes pour la bataille nous ne faisons qu’aggraver notre situation, les autres diront qu’ils nous ont aidé avec des armes, mais très sincèrement on nous enfonce davantage.

    Roch démissionne parce que tu as raté carrément, il n’y a plus de solution.

    Répondre à ce message

  • Le 13 octobre à 16:52, par warzat En réponse à : Mouvement populaire de défense contre le terrorisme : « C’est une bombe à retardement », selon Laurent Kibora, expert en sécurité et développement

    Nous avons tous lu que le leader chez nous du terrorisme est un certain Mallam Dicko. Il n’a pas fait long feu, car rapidement anéanti par nos FDS. Dans aucun pays, on a vu une décapitation aussi rapide d’un leader terroriste.Alors comment se fait-il que la terreur ait pris une telle ampleur chez nous ? Ces forces de la terreur ont d’autres objectifs que le djihad proprement dit par leurs pratiques : assassinats sans distinction, technique de la terre brulée en assassinant des paisibles populations rurales, en les chassant pour les empêcher de récolter leurs cultures pour créer une tragédie humanitaire par des déplacements de populations et des famines.
    Les terroristes ont commis ainsi une grave erreur qui les perdra au Burkina parce que les populations chassées ne veulent pas et ne se contenteront pas de l’assistanat, des aides dites ’’humanitaires’’. C’est des gens habitués à vivre du fruit de leur labeur. Etre assisté, s’aligner pour prendre sa nourriture est une honte. Ces populations, au regard des faits savent que seule une veille citoyenne et un appui prompt de nos FDS leur permettront de retourner chez eux.
    Les théories et autres stratégies de défense scolaires auront des difficultés à produire le désir des populations le plus vite possible et éviter l’enlisement. Du reste ces stratégies sont connues des terroristes et ils s’attendent à ce type d’écrit ’’dit de spécialiste de la sécurité’’. Cependant, la stratégie d’une population est une somme de stratégie individuelle et donc imprévisible avec ses forces et ses faiblesses.
    Il faut donc que les populations se défendent. Déjà, on constatera qu’avec cette approche, la peur changera de camp.

    Répondre à ce message

  • Le 13 octobre à 17:19, par Le sage En réponse à : Mouvement populaire de défense contre le terrorisme : « C’est une bombe à retardement », selon Laurent Kibora, expert en sécurité et développement

    J’adhère à ce que le convaincu a dit. LA SOLUTION à la situation du pays est la DÉMISSION du président actuel avec tout son système.
    Le pays deviendra comme l’Irak si on n’y prend garde.

    Nous ne sommes plus à la gestion trop classique des pays, ce sont des gestions de managements, alors que le président actuel n’a pas du tout cette carrure, et autour de lui on a que des profiteurs, des louseurs.

    En tout état de cause ce n’est pas un prophétie, mais si Roch ne démissionne pas d’ici les mois a venir nous serons tous en train de chercher des terres d’accueils ou on sera sous tutelle ennemis.
    Ce qui arrive aux autres n’est pas du fait du hasard, c’est simple une incapacité de prévoir

    Le Burkina a besoin d’un régime fort actuellement pour sortir de la crise. Un vrai gouvernement de transition avec des hommes et de femmes de caractères ayant le sens de la boussole et sachant comment le monde fonctionne. Ce gouvernement doit composer avec tout le monde et surtout le président. COMPAORE qui a mieux compris les choses.

    Répondre à ce message

  • Le 13 octobre à 17:39, par Tienoufou En réponse à : Mouvement populaire de défense contre le terrorisme : « C’est une bombe à retardement », selon Laurent Kibora, expert en sécurité et développement

    Ce Monsieur ne sait pas ce qu’il dit. Il est tout sauf un expert.

    Répondre à ce message

  • Le 13 octobre à 22:01, par EBENEZER En réponse à : Mouvement populaire de défense contre le terrorisme : « C’est une bombe à retardement », selon Laurent Kibora, expert en sécurité et développement

    Voilâ encrore un françafricain.
    Selon ce monsieur,pendant que les terroristes attaquent l’armeè devait se contenter seulement de metrre en prendre ses services de renseignement et lâ c’est sûr que les terroristes seraient dèjà à Ouagadougou
    M. Kibora Laurent n’est pas seulement un expert en sècuritè Mais un archi super expert en sècuritè.Et comme l’excés nuit, M. Kibora est entiérement disqualifië

    Répondre à ce message

  • Le 14 octobre à 06:55, par Ka En réponse à : Mouvement populaire de défense contre le terrorisme : « C’est une bombe à retardement », selon Laurent Kibora, expert en sécurité et développement

    Monsieur Kibora : vous qui êtes expert des problèmes de sécurité et de développement, je trouve votre analyse pertinente mais manque de connaissance sur le terrorisme déguisés : quand vous nous dites que ‘’’’’’’Les populations du Bam, face aux multiples exactions des groupes terroristes, ont effectivement décidé de se défendre. Quand elles sont sorties pour barrer les routes, elles ont dit qu’elles ne sont pas des affamés. Ce qu’elles veulent, c’est la sécurité ; c’est être protégé contre les groupes terroristes. A défaut de l’Etat pour les protéger, ces populations ont décidé de prendre une initiative qu’elles ont appelée « mouvement populaire de résistance au Bam ». Ce mouvement, pour c’est la 3e plus grande erreur de notre pays. La première grande erreur est venue des autorités politiques. Elles n’ont pas su prendre la menace terroriste au sérieux dès le début. Elles n’ont pas su prendre des mesures fortes, des engagements forts avec des solutions à ces problèmes dès le départ.

    Monsieur Kibora : C’est trop facile de dire cela une fois que l’événement s’est produit. Car, les populations du BAM savent que l’état Burkinabé ne peut pas jeter la suspicion sur tout le monde et quadriller le moindre mètre carré de terrain avec des forces de l’ordre en armes. Le propre du terrorisme c’est de frapper n’importe où n’importe quoi n’importe comment, en particulier là où personne ne s’y attend et les habitants du BAM l’on parfaitement comprit.
    Notre état était dans la même situation comme tous les états ou les communautés internationales qui ont commencé à combattre le terrorisme en commettant des erreurs comme les états Unis avec Ben Laden et leurs tours Jumelles : Oui ! Moi Ka Je ne sais pas aussi pourquoi la chasse contre les terroristes et les rebelles au Mali s’était arrêtée sans les poursuivre jusqu’à dans leur dernier retranchement qui était une énorme erreur. Il fallait une bonne coordination de tous. Pendant que la France et la CEDEAO les traquaient au Nord du Mali vers le désert, l’Algérie devrait les traquer vers le Sud. Cette abandon a permis aux terroristes de profiter du laxisme des Etats et de leurs dirigeants pour s’étendre jusqu’ à notre pays.

    Monsieur Kibora, toutes ces erreurs sont la base de tous les groupes qui prennent les armes pour se défendre, et qui est légitime et vous appelez cela une bombe à retardement. Non ces personnes ont parfaitement raison quand on va un pays le plus puissant du monde qui est les Etats qui n’a pas éviter qu’on détruise ses tours avec des milliers de morts : Ou si vous connaissez notre état-major situer au milieu d’Ouagadougou personne n’aurait osé imaginer une telle attaque dans ce lieu bien protégé, surtout un lieu stratégique pour notre pays. On aurait plutôt attendu une attaque à l’aéroport, dans un centre commercial, dans une gare routière, à la cité administrative ou dans un lieu de ce genre, mais un état-major et une puissante ambassade de France au milieu de la capitale sont imaginables.

    Voyant l’impuissance des états, les habitant du BAM ont raison de se protéger légitiment. Bien sûr que vous voyez ces personnes des cibles faciles pour les terroristes, et surtout non seulement c’est trop facile, mais cela apparaît comme une cible plutôt dérisoire au regard des intérêts géostratégiques pour tout le pays qui deviendra une bombe a retardement. Mais pour Ka, c’est une des solutions. Et nous ne pouvons pas comme vous faites donner des leçons a posteriori à ces personnes, ça me semble tout aussi dérisoire. Car, "un fou, à toujours peur d’un autre fou plus fou que lui, et les habitants du BAM ont compris que ces terroristes déguisés, sont des individus malades ou des fous dans leurs têtes qui cherchent des prétextes pour évacuer leur violence personnelle, même leur propre suicide.
    Et pour moi, la situation des terroristes déguisés, demande des réponses communautaire comme ceux du BAM dont certains connaissent leurs mouvements et peuvent les surprendre comme ils nous surprennent à tout moment comme tout dernièrement en tuant dans une mosquée leurs propres frères musulmans. Ceux qui prétendent nous aider avec des miettes d’armes peuvent se constituer avec une réponse planétaire qui sera avec une puissante armée mondiale dont toutes les forces coalisées se regroupent en une seule comme ce fut le cas contre Hitler.

    Monsieur Kibora, quelques-unes des points dont vous soulevez dans votre analyse, ressemblent des points que mon ami Kôrò Yamyélé et moi sur ce même forum de Lefaso.net après la mort de Ben Laden nous disons que l’indolence de la Communauté internationale a permis aux Djihadistes de renforcer leur position et de s’étendre.
    D’autres personnes sur ce forum nous prenaient pour des fous quand on disait que les graines du prosélytisme salafiste financé aujourd’hui par deux pays tombent sur un terreau fertile où elles ont été entretenues par des prédicateurs radicaux." On nous en voulait a mort pour cette vérité qui rougit les yeux sans les casser. La presse occidentale a toujours fustigé le rôle de ces deux pays que je ne citerai pas de nom dans ses soutiens aux groupes terroristes, depuis Ben Laden. C’est à croire que leur opulence est dédié à financer ces croisades. On relève que l’intégrisme islamiste est à la base du terrorisme. Certainement religieusement pure au départ dans leurs intentions de conquêtes islamistes. Mais, on constate que cela a vite été récupéré par d’autres très malsains. Nous avons attiré vivement l’attention sur deux types de terreaux : ‘’’L’un relevant de la délinquance juvénile, de la pauvreté et de l’absence d’éducation des parents qui laissent leurs enfants à la merci des imams radicaux avec des miettes.

    L’autre relevant qui est la conclusion de mon auto critique, ’’c’est le manque de dialogue avec les musulmans, handicapé par l’absence de partenaires représentatifs. Effectivement l’absence de partenaire représentative (Pape pour le catholicisme ; La reine d’Angleterre/Arche bishop de Canterburry pour les Anglican ou le Dallai Lama pour des Bouddhistes ou Patriarches Orthodoxe etc.) est un sérieux handicap pour la religion musulman dans la mesure où cela ne fournit un point de départ pour la transmission des messages/dialogues dans l’espoir d’un ’effet domino’ vers les fidèles musulmans dans le monde. Cela laisse la place à une interprétation, un message ou une communication effritée, désorganisée et voire à la tête de qui veut ou qui peut mieux. Les premiers leaders de la communauté Musulmane y avaient songé et élisant un Calife (leader religieux) ; mais suite aux conflits de succession cette notion a donné place à une pagaille depuis le dernier vrai califat sous l’empire Ottoman. De nos jours comme vous les citez, les autos proclames calife (El Bagdadi) ne sont que les usurpateurs qui causent tout ce carnage que nous vivons aujourd’hui. Je ne sais pas comment cela va se résoudre mais il s’avère impérative qu’un leadership ou même un comité dirigeant prenne forme pour mener/diriger les débats et être un point de contact pour une conversation/dialogue avec la communauté musulmane au sens large. Et je peux confirmer que ces débats au sein de la communauté musulmane ont lieu mais ils sont hélas encore désordonnés. Et c’est ce désordre d’une part et l’existence de terrain fertile au radicalisme qui donnent de la voie à ce phénomène selon moi. Oppose à cela le manque de coordination, à travers un représentant ou un comité, qui fait que la communauté musulmane a sens large ne fait pas le poids devant cette propension à la violence et en est la plus grande victime. Beaucoup de penseurs et islamologues en appel à ce point unique de contact pour la communauté Musulmane. Merci d’avoir soulever un problèmes qui demande une réflexion par toutes et tous.

    Répondre à ce message

  • Le 14 octobre à 11:38, par ILBOUDO En réponse à : Mouvement populaire de défense contre le terrorisme : « C’est une bombe à retardement », selon Laurent Kibora, expert en sécurité et développement

    ce monsieur est un porte parole des terroristes.Tu es entrain de défendre les terroristes.Quand les terroristes te dit qu’ils protègent les musulmans et tu les croie vraiment.En quoi ils nous protègent ? au contraire ils ont causé du tort à l’islam et aux musulmans.
    MAINTENANT QUE NOUS AVONS SU COMMENT VAINCRE LE TERRORISME TOI SOIT DISANT EXPERT TU VEUX NOUS DEMOTIVER.

    Répondre à ce message

  • Le 14 octobre à 13:27, par WEDER En réponse à : Mouvement populaire de défense contre le terrorisme : « C’est une bombe à retardement », selon Laurent Kibora, expert en sécurité et développement

    Ce qui m’étonne, ce sont les plates solutions que nous donne notre EXPERT « une solution pacifique, une solution non-violente ». Est-ce que ce monsieur est vraiment un EXPERT ? Ce monsieur compare la résistance des talibans en Afghanistan contre une puissance étrangère à la guérilla terroriste au Burkina : Il est sérieux ce monsieur ? Cet EXPERT nous sort comme solution « Il faut de la responsabilité citoyenne de tout un chacun », comme une dissertation philosophique face à un problème aussi sérieux que l’attaque d’une population par des extrémistes radicaux. Il préconise qu’ « Il faut créer des emplois pour les jeunes » pour lutter contre le terrorisme au Burkina. Franchement, vous trouver logique ce raisonnement face à une telle situation. Je vous explique ce qui se passe : une population majoritairement musulmane est attaquée, tuée par une bande armée djihadiste qui lui demande de quitter son village. Qu’est-ce qu’on fait ? Cette partie ultra majoritaire de la population qui est chassée a aussi des problèmes d’emploi comme tout le Burkina et est aussi musulmane comme le revendique ces terroristes. Cette guerre n’est rien d’autre qu’une guerre des idéologues extrémistes salafistes qui la sous-traite à des bandits qui recherchent des intérêts immédiats à savoir un no man’s land pour toute sorte de trafics. Pas besoins d’être EXPERT pour comprendre que la seule manière de les vaincre, c’est de se défendre par des armes et aussi violemment que les attaques. La défense est le DROIT légitime de l’homme. Quand, on se défendra et que l’ennemi sera affaibli, on pourra négocier et ensuite faire DES SEANCES DE FORMATION SUR LA RESPONSABILITE CITOYENNE.
    Aussi quand je regarde les griefs des terroristes que nous sort notre EXPERT, on dirait un fourretout de revendications syndicales. Soyons sérieux, il faut plutôt analyser ses revendications et comprendre que la seule solution immédiate est la lutte armée et cette lutte passe par l’implication des populations locales qui rejettent ces actions. Cette population qui dans le passé a assuré sa défense doit être organisée pour se défendre avec des armes.
    En ce qui concerne l’intérêt de la France dans cette situation, il faut que notre EXPERT comprenne que c’est dans une situation de guerre que les vrais contrats peuvent se négocier à notre défaveur. La France à intérêt à garder cette situation dans le but de mieux négocier des futurs contrats d’exploitations de nos sous-sols au détriment de la CHINE. Les minéraux en RDC sont exploités malgré une situation de guérilla.
    Il faut qu’on comprenne ici au Burkina, que nous devrons vivre avec ce nouveau facteur conjoncturel que nous impose l’idéologie géopolitique des puissances occidentales et éviter de tomber dans de petits raisonnements et assurer notre survie face à cette nouvelle situation.
    Imaginer un peu cette même situation aux USA avec une armée réduite et faible………………..

    Répondre à ce message

  • Le 14 octobre à 13:28, par Dignité En réponse à : Mouvement populaire de défense contre le terrorisme : « C’est une bombe à retardement », selon Laurent Kibora, expert en sécurité et développement

    Là où je trouve que cet expert fait preuve d’une naïveté incroyable, c’est affirmer que les pays occidentaux commercent avec nos pays sous-développés et à ce titre ont besoin de nous et ne voudrons donc pas la disparition de nos états ! Vraiment incroyable ! Qu’est-ce que la géo politique ou la géostratégie pour vous ?
    Dans cette guerre, c’est du tout bénéf pour les pays occidentaux et disons-lé tout net, pour la France ! Pourquoi ?
    On donne quelques armes au terroristes, ils viennent terroriser un détachement militaire et les populations civiles ; qu’est-ce qu’un état normal fait ? Il cherchera à acheter des armes plus sophistiqués que celles des terroristes ? Où il ira acheter ? Auprès de ces pays ! Les terroristes partirons aussi acheter d’autres armes plus performantes, .......
    Ensuite, quand un impérialiste veux une portion de ton territoire ou veux signer un contrat avec un état qui semble en défaveur de cet état, quand l’état en question refuse, qu’est-ce que l’impérialiste fait ? On cré le désordre (dont le terrorisme) dans l’état en question ! On arme don les bandits qu’on appelle terroristes, ils viennent vous menacer jusqu’à ce que tu cours vers celui avec qui tu as refusé de signer l’accord hier, et tu lui donnes tout ce qu’il veut cadeau pour qu’il te protège ! ....................................................
    Prenons maintenant les faits ! Irak, Afganistan, Syri, Mali, Lybie, ...... tous ces pays ont connu des désordres sous la houlette des puissances impérialistes sous un faux pretexte de démocratie ou de je ne sais quoi ; les gens se sont mis à se battre et pendant ce temps, eux (les puissances occidentales) pompaient le pétrole, le gaz, les richesses de ces pays ! Combien de morts à la clé !
    M. KIBORA, vous êtes un frère, mais revoyez votre COPIE !
    Là où je peux être d’accord avec vous, de façon stratégie, lorsqu’on sait qu’on est pas fort aujourd’hui, quand on te provoque, tu négocie la paix pour mieux te préparer pour faire face à ton ennemie ! Au moins on sauvera beaucoup de vies !

    Répondre à ce message

  • Le 15 octobre à 15:12, par Oneljr2 En réponse à : Mouvement populaire de défense contre le terrorisme : « C’est une bombe à retardement », selon Laurent Kibora, expert en sécurité et développement

    Je ne suis pas expert en ce domaine, mais pour ma petite contribution et spécifiquement pour le cas de l’agent de santé dont vous parlez ( qu’il soit du public ou du privé) il faut peut être rentrer dans les détails pour comprendre ce qui s’est passé. Sinon à priori si il y’a un terme pour désigner quelqu’un de plus méchant qu’un terroriste alors on pourrait dire que son employeur est plus méchant que le terroriste. Ne dit on pas que l’ouvrier mérite son salaire ? Je ne le justifie pas mais l’action de son employeur dépasse le terrorisme

    Répondre à ce message

  • Le 17 octobre à 22:44, par Wedmous En réponse à : Mouvement populaire de défense contre le terrorisme : « C’est une bombe à retardement », selon Laurent Kibora, expert en sécurité et développement

    Désolé pour ce genre d’analyse en pareil situation où des gens sont choisis à là volet et tués comme des poulets. En l’absence des FDS pour les défendre, ils n’ont pas le droit de s’organiser pour se défendre et vivre comme vous.
    Votre thèse ne repose sur aucune théorie. Vous faite un buzz dangereux. Le jour où vous allez perdre vos parents j’espère vous revoir dans ces sortes d’analyses.
    Pauvre intellectuel

    Répondre à ce message

  • Le 18 octobre à 05:51, par Daouda En réponse à : Mouvement populaire de défense contre le terrorisme : « C’est une bombe à retardement », selon Laurent Kibora, expert en sécurité et développement

    Je vous lisais avec amour mais dès que vous avez dit que ce ne sont pas les États-Unis qui ont fabriqué Ben Laden, j’ai arrêté. Vous n’êtes pas un vrai expert en sécurité. Prière lire les relations de Ben Laden et les États Unis en 1975. Et cultivez vous davantage svp !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Naïm Touré est accusé de tentatives de démoralisation des forces de défense et de sécurité
Burkina Faso : « Il faut que les Burkinabè acceptent de se pardonner », prêche Me Bénéwendé Stanislas Sankara
Burkina : Le pape François demande la protection des populations vulnérables
Programme budgétaire « Etat civil » : Un taux d’exécution des activités de 34,54% en 2018
Burkina : Naïm Touré interpellé dans le cadre d’une enquête en cours, selon la Police nationale
Recrutement de volontaires pour la défense de la patrie : Les populations invitées à attendre les orientations des forces de défense et de sécurité
Burkina Faso : L’activiste Naïm Touré enlevé à son domicile ?
La Poste Burkina Faso : Le syndicat interpelle le président du Faso sur la gestion de la société
Lutte contre la faim : Des techniques de production d’engrais bio, prônées par le Larlé Naaba Tigré, expliquées dans huit langues nationales
Modernisation de l’administration douanière : Sydonia World, la nouvelle plateforme de dédouanement
Rentrée scolaire en toute sécurité routière : « Que chaque membre du gouvernement pilote un club dans un lycée pour soutenir ce secteur », souhaite Vincent T. Dabilgou.
Promotion des produits locaux : Le Conseil régional du Centre se prépare à accueillir le forum international Burkina-Brésil-France
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés