Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Nous aurions souvent honte de nos plus belles actions si le monde vοyаit tοus lеs mοtifs qui lеs рrοduisеnt.» Duc François de La Rochefoucauld

Secteur de la santé au Burkina : Les acteurs en conclave pour dénouer la crise

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET | Par Issoufou Ouédraogo • samedi 12 octobre 2019 à 00h15min
  Secteur de la santé au Burkina : Les acteurs en conclave pour dénouer la crise

Secoué depuis le mois d’avril par de multiples crises, le ministère de la Santé a organisé, ce 11 octobre 2019 à Ouagadougou, une rencontre avec ses partenaires sociaux, notamment les syndicats, pour renouer avec le fil du dialogue. Cette rencontre vise à montrer aux partenaires sociaux ce que le gouvernement a déjà entrepris comme actions pour résoudre la crise. Les conclusions des échanges doivent permettre dès la semaine prochaine de ramener tous les acteurs du secteur de la santé autour de la table. Une Occasion pour le ministère de la Santé de lancer un appel aux acteurs sociaux à sursoir les mouvements de grève pendant que les échanges se poursuivent.

Depuis le mois d’avril, le secteur de la santé au Burkina traverse une zone turbulences avec les mouvements des acteurs sociaux, notamment les syndicats. Cette attitude a occasionné des difficultés dans la prise en charge des malades. En vue de trouver une solution à la crise, le ministère en charge de la santé a initié une rencontre avec tous les acteurs du domaine. Cette rencontre vise à renouer le fil du dialogue avec les acteurs sociaux notamment les syndicats et porter à la connaissance des syndicats les efforts entrepris par le gouvernement pour satisfaire leurs doléances.

Le S.G du ministère de la santé Wilfrid Ouédraogo

Le ministère de la Santé a cité des engagements entamés par le gouvernement pour une sortie de crise à travers la prise en compte du protocole d’accord avec les syndicats signé en mars 2017, notamment la question de carrière, des condition de travail et des indemnités et la participation des travailleurs au contrôle des services et à la gestion.

Ainsi plusieurs textes ont été adoptés portant notamment sur le classement indiciaire de la fonction publique hospitalière, le reversement des agents contractuels permanents, les modalités d’octroi et de répartition de la prime de motivation, etc. Tous ces textes adoptés s’inscrivent dans le cadre de la prise en compte des doléances des syndicats, selon le ministère.

Mahamadi Konfé du SYNSHA

Dans l’attente que les procédures aboutissent, le ministère de la Santé a souhaité que les syndicats suspendent les mouvements de grève afin que les populations puissent bénéficier des soins de qualité. Pour le ministère de la Santé, les conclusions de cette rencontre doivent permettre dès la semaine prochaine de ramener tous les acteurs du secteur de la santé autour de la table pour une sortie de crise. Le secrétaire général du ministère, Wilfrid Ouédraogo, estime que « le gouvernement a fourni des efforts sur la question des carrières, des conditions de travail afin de rendre effective la fonction publique hospitalière au sein des hôpitaux ».

En ce qui concerne la mise en application des textes, le ministère demande un peu plus de temps pour permettre le paramétrage du système de paiement des salaires pour que les uns et les autres puissent bénéficier des incidences financières. Le secrétaire général du ministère a poursuivi en rassurant les acteurs que sur la question des carrières, le gouvernement ne remet en cause aucun acquis et a affirmé qu’avant la fin de l’année, certains agents de la santé ressentiront des incidences financières grâce à la prise en compte de leurs doléances par le gouvernement.

Présent à cette rencontre, un des représentants du Syndicat national de la santé humaine et animale (SYNSHA), Mahamadi Konfé ,a saisi la balle au bond pour fustiger le gouvernement car selon lui, cette crise leur a été imposée par le gouvernement du fait qu’il refuse d’appliquer tout simplement le protocole d’accord.

Il souhaite que vivement l’on puisse conjuguer au passé cette crise mais trouve que le début de cette rencontre est inquiétant. « Il y a un protocole d’accord avec le gouvernement. Nous voulons l’application du protocole d’accord que nous avons ensemble signé », a martelé Mahamadi konfé.

En attendant les conclusions de cette rencontre, le gouvernement demande aux syndicats de suspendre les mouvements de grève car dès la semaine.

Issoufou Ouédraogo
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 12 octobre 2019 à 10:31, par KNZ En réponse à : Secteur de la santé au Burkina : Les acteurs en conclave pour dénouer la crise

    Soyez vigilants et prudents chers délégués du SYNTSHA. CE GOUVERNEMENT EST DEVENU PROFESSIONNEL DES COUPS BAS ET DU NON RESPECT DE LA PAROLE DONNÉE. DONC PRUDANCE ET VIGILANCE. ON VOUS CROÎT, ON VOUS SUIT.

    Répondre à ce message

  • Le 13 octobre 2019 à 09:51, par Wendkuni En réponse à : Secteur de la santé au Burkina : Les acteurs en conclave pour dénouer la crise

    Tous les protagonistes, jouez balle à terre. Malgré un nombre étoffé de cadres de santé, le ministère souffre d’une insuffisance de leadership. La gouvernance du ministère est en dessous de la moyenne. Les membres Syntsha , vos revendications sont justes, votre syndicat est puissant, on le sait, mais le contexte ne sied pas pour vous d’être aussi radical. Le fait de suspendre la grève ne signifie pas votre faiblesse. Un syndicat de masse n’agit pas de la sorte. S’il n y a pas d’autres motivations comme le disent certains, ça suffit ....les populations ont trop souffert...l’estime des agents de santé n’est plus au RV.

    Répondre à ce message

  • Le 14 octobre 2019 à 05:32, par Mon oeil En réponse à : Secteur de la santé au Burkina : Les acteurs en conclave pour dénouer la crise

    Les coupures annoncées divisent sérieusement les militants du syndicat de la santé dont je partie.IL est alors urgent qu’on mette fin à cette forme de lutte

    Répondre à ce message

  • Le 14 octobre 2019 à 08:34, par HUG En réponse à : Secteur de la santé au Burkina : Les acteurs en conclave pour dénouer la crise

    Certains agents de la santé ne veulent pas une fin de crise car le blocage actuel leur profite bien. On a chanté sur tout les toits qu’on soigne les malades cadeau mais quand vous partez on vous dit qu’il n’ a y a de réactifs pour les examen. Certains vous disent que vous pouvez donner l’argent pour qu’on fasse les prélèvements et aller faire les examens dans une clinique en ville. Deux hypothèses se dégagent :
    - soit les réactifs sont disponibles mais on fait croire qu’il n y a pas et quand vous donnez votre argent et ils font les examens à leur niveau et ils empochent l’argent ;
    - soit ils travaillent avec des cliniques privés et ils font les prélèvements pour les envoyer là-bas et ils obtiennent quelque chose en retour.
    Pire certains sont dans les hopitaux et ils sont en train de tourner mais ne travaillent pas et ils passent leur temps à orienter les patients dans des cliniques où ils auront quelque chose.
    Mais cela est arrivé parce que on a signé des accords populistes et on se rend compte après qu’on ne peut les mettre en oeuvre. Le problème est que le président n’est pas entouré par des gens beaucoup visionnaires c’est cela notre véritable problème dans ce pays.
    Combien de personnes ont rendu l’âme par ces mouvements d’humeurs ? Mais quand tout va rentrer dans l’ordre chacun fera son examen de conscience. La population ne mérite pas cela.

    Répondre à ce message

  • Le 14 octobre 2019 à 10:16, par yacouba En réponse à : Secteur de la santé au Burkina : Les acteurs en conclave pour dénouer la crise

    je ne sais pas pourquoi les gens s’inquiètent des coupures , la vie est simple car comportement du mouton réaction du berger

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Dossier foncier à Garghin : « Les vrais terroristes se trouvent en notre propre sein … », regrette Moustapha Nikiéma, porte-parole de mécontents
Extension de l’IUTS aux fonctionnaires : Le Mouvement patriotique pour le salut refuse le "nivellement par le bas"
Appel de Manéga : Les sages annoncent une feuille de route pour contribuer à la réconciliation nationale
EDUCO : Trois régions bénéficient d’équipements bureautiques et de registres pour les services d’état civil
Transports routiers au Burkina : Une faîtière unique dans un mois …
Réconciliation nationale : Safiatou Lopez et ses co-équipiers prennent leur bâton de pèlerin
Transition à la direction de 2ie : L’institution « renaît de ses cendres »
Santé : Près de 40% des infirmiers exercent illégalement dans la région du Centre
Restriction de circulation de grosses cylindrées au Centre-nord : A Kaya, la gendarmerie traque les contrevenants
Conférence épiscopale Burkina-Niger : Les évêques notent une « situation sécuritaire préoccupante et inquiétante »
Journée mondiale des toilettes : Redoubler d’efforts pour améliorer le taux d’assainissement
Lutte contre l’extrémisme violent : Les ministres en charge de la Culture de l’espace G5 Sahel adoptent la Déclaration de Ouagadougou
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés