Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Si l’on bâtissait la maison du bonheur, la plus grandе рièсе sеrаit lа sаllе d’аttеntе.» Jules Renard

32e journée internationale de protection de la couche d’ozone : Le BNO mène une campagne de contrôle d’équipements et de réfrigérants auprès des importateurs

Accueil > Actualités > Environnement • LEFASO.NET | Par Yvette Zongo • mardi 17 septembre 2019 à 11h15min
32e journée internationale de protection de la couche d’ozone : Le BNO mène une campagne de contrôle d’équipements et de réfrigérants auprès des importateurs

Dans le cadre de la commémoration de la 32e journée internationale de protection de la couche d’ozone, le bureau national d’ozone (BNO) a mené une campagne de contrôle d’équipements et de réfrigérants auprès des importateurs. Objectif, sensibiliser les acteurs du secteur à faire tester la qualité des différentes substances importées afin de contribuer à la protection de la couche d’ozone. La cérémonie a été présidée par le directeur du cabinet du ministre en charge de l’environnement, Rasmané Ouédraogo. C’était ce lundi 16 septembre 2019 à Ouagadougou.

Le Burkina Faso à l’instar des autres pays du monde ont commémoré ce lundi 16 septembre 2019 la 32e journée internationale de protection de la couche d’ozone. Comme toujours, la tradition a été encore respectée au niveau du bureau national d’ozone (BNO). Pour cette année, le BNO a mené une campagne de contrôle d’équipements et de réfrigérants auprès des importations sur le terrain.

Rasmané Ouédraogo, directeur de cabinet du ministre en charge de l’environnement

Il s’est agi pour lui de se déplacer sur les lieux de vente pour tester la qualité des différentes substances vendues aux clients. Objectif, voir si les mesures exigées par la règlementation de l’amendement de Kigali au protocole de Montréal qui a été ratifié par le Burkina Faso et qui vise à réduire les HFC (hydrofluorocarbones) sont respectées. Une initiative saluée et appréciée par le directeur du cabinet du ministre en charge de l’environnement, Rasmané Ouédraogo. Car, selon lui, il ne s’agit pas seulement de ratifier les textes mais il faut aussi aller à la pratique qui consistera à lutter efficacement contre l’entrée de certaines substances toxiques dans notre pays.

« C’est pourquoi, je lance un appel à l’ensemble des acteurs d’usage afin que chacun joue sa partition. Ce qui nous permettra de gagner économiquement et c’est aussi l’environnement que nous participons à protéger ». Pour arriver à ce niveau, dit-il, il faut forcément un contrôle tout azimut pour que tous les acteurs puissent savoir ce qu’il faut éviter et ce qu’il faut laisser entrer.

Samuel Pare, représentant du bureau national d’ozone

Comme le directeur de cabinet, le représentant du BNO, Samuel Pare, a lui aussi invité les acteurs à venir prendre des conseils gratuits auprès dudit bureau afin d’éviter l’importation des substances toxiques. « Car c’est par ignorance que les acteurs utilisent des substances qui n’ont pas de bénéfice énorme mais qui contribuent à la destruction de la couche d’ozone et au changement climatique ». Tout en invitant également les clients à demander toujours aux vendeurs un papier du bureau national d’ozone qui atteste la qualité des substances avant tout achat. Car c’est en posant de tels actes que chacun contribuera à son niveau à la protection de la couche d’ozone, a-t-il précisé.

Pour l’un des vendeurs, Adams Kabore, qui a vu ses bouteilles de substance passer sous le contrôle du BNO, c’est une bonne chose, parce que cela permet de rassurer les clients sur la qualité des produits vendus. Mais cependant la seule difficulté que rencontrent les agents sur le terrain, c’est l’insuffisance des machines de contrôle pour pouvoir doter surtout les bureaux frontières et les grands bureaux de dédouanement, a fait savoir l’inspecteur divisionnaire de la douane, Souleymane Tou.

Yvette Zongo
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Promotion des droits humains à l’eau et à l’assainissement : 26 communicateurs à l’école de Fas’eau
Gestion des déchets ménagers à Ouagadougou : Les riverains du canal du Mogho Naaba appellent au secours !
Eau, hygiène et assainissement : La radio Buayaba enseigne les bonnes pratiques à Fada N’Gourma
Utilisation des pesticides : « Le légume qu’un insecte n’a pas touché n’est pas non plus bon pour un humain », dixit Manoé René Sanou
Sauvegarde environnementale et sociale : Les responsables d’universités publiques et privées outillées sur la question
Programme d’approvisionnement en eau et d’assainissement : Le comité de revue passe les activités à la loupe
Agence de l’eau du Nakanbé : Les membres du conseil d’administration s’informent sur leurs rôles et responsabilités
Dori : une journée de salubrité pour un rapprochement des FDS et population
Programme d’urgence pour le Sahel : Eau Vive fait un diagnostic de la communication
Gestion des boues de vidange : Des députés demandent la mise en œuvre urgente de la stratégie nationale
Environnement : Les ressources en eau souterraine du continent Africain pourraient être résilientes aux changements climatiques
Déclassement de la forêt de Kua : « Le gouvernement a tenu parole », selon le député Moussa Zerbo
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés