Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «C’EST plus facile d’enseigner que d’éduquer, parce que pour enseigner il suffit de savoir, alors que pour eduquer vous devez l’être» A.Hurtado

Crise au ministère de la Fonction publique : Vers « une déstructuration de notre Administration publique », prévient un cadre

Accueil > Actualités > Opinions • Par Wango Nobila Issa, cadre administratif • lundi 26 août 2019 à 21h40min
Crise au ministère de la Fonction publique : Vers « une déstructuration de notre Administration publique », prévient un cadre

Depuis mai 2019, on assiste à un ralentissement des activités dans les administrations en charge de la gestion des ressources humaines dans les ministères et institutions publiques. A observer de près, cette démotivation serait la résultante de la non satisfaction des engagements pris par le gouvernement dans le cadre de leur protocole d’accord signé avec lui en date du 04 août 2017.

Les gestionnaires estiment que l’attitude du ministre de la Fonction publique, du travail et de la protection sociale est contraire à l’engagement du chef du gouvernement d’apurer tous les passifs contractés par l’Etat dans le cadre des protocoles d’accords sectoriels signés avant 2018 à moins que le gouvernement ne veuille se renier lui-même, auquel cas cela constituerait un danger pour notre pays. Ils en veulent pour preuve le fait que, jusqu’à ce jour, le cadre de travail qui devrait permettre de trouver des solutions coconstruites à leurs préoccupations n’a jamais été opérationnalisé alors que dans le même temps la quasi-totalité des partenaires sociaux qui avaient des protocoles d’accord et qui ont mis le gouvernement face à ses responsabilités ont soit trouvé satisfaction, soit sont en cours de négociation avec leur ministre de tutelle.

C’est ainsi que, contrairement à l’instruction faite par le Premier ministre, chef du gouvernement, à tous les ministres de trouver avec les partenaires sociaux des solutions sectorielles pour le respect des engagements pris par le gouvernement, le ministre de la Fonction publique s’est engagé dans une chasse aux sorcières en voulant écarter ses proches qui ne partagent pas sa gestion de la crise qui se vit au sein de son département.

Cela s’est d’autant traduit par la « sanction » en conseil des ministres du 25 juillet 2019, du Directeur de l’Organisation des Concours (DOC) par ailleurs secrétaire général du Syndicat national des gestionnaires des ressources humaines de l’administration publique (SYNAGRH) pour son supposé manquement au non-respect du secret professionnel auquel il était astreint dans le cadre de l’exercice de ses fonctions en affirmant sur les ondes de 3TV et de Wat FM que : « les concours sont organisés sur la base des textes déjà dépassés…Il y a eu trop de problèmes l’année dernière avec la correction électronique des concours. Si je dois réellement décrire ces conditions, je crois que tous les candidats vont se mettre à protester ».

Plutôt que d’apporter un démenti officiel aux propos tenus par le Secrétaire général du SYNAGRH sur le plateau du « Tribunal de l’actualité » afin de rassurer les nombreux jeunes Burkinabè, sur la crédibilité et l’intégrité des opérations de concours session 2018 et 2019, le ministre a préféré faire dans la diversion en demandant au conseil des ministres l’autorisation de diligenter une mission de l’ASCE-LC pour selon lui s’assurer du fonctionnement des services de son ministère. Tout cela montre que le ministre veut masquer ses lacunes.

A cette bavure s’ajoute le fait qu’une délégation du ministère de la Fonction publique, du travail et de la protection sociale, conduite par le ministre lui-même, se soit rendue à l’Agence générale de recrutement de l’Etat (AGRE), où des propos menaçants et intimidants ont été tenus à l’endroit des agents. Toute chose qui a contribué à radicaliser les positions.

Contre toute attente, les gestionnaires disent être heureux de savoir qu’il existe encore dans ce pays des hommes à l’image de l’Ex -DOC par ailleurs Secrétaire général du SYNAGRH qui place le dévouement au-dessus de l’ambition et l’intégrité au-dessus de l’opportunité en acceptant de perdre son poste pour défendre la vérité. Nos ministres sont loin d’être ceux qui veulent aider son Excellence Monsieur le Président du Faso. Car, « on ne secoue pas le pied lorsqu’on piétine des défécations ». Il faut le laver.

Le ministre de la Fonction publique actuellement en panne d’inspiration et de génie (…) passe par tous les moyens pour intimider ses collaborateurs. La conclusion que les agents du MFPTPS tirent de ces agissements, est que le ministre Ouédraogo fait perdre au gouvernement du temps et de l’argent dans la mesure où on ne saurait régler un problème structurel à travers des menaces et intimidations.

Il vous souviendra que ce mode de gestion aux antipodes des théories modernes du management de monsieur Ouédraogo qui avait déjà fait l’objet de dénonciation plus tôt au cours de l’année par le SYNACIT ( Syndicat autonome des inspecteurs et contrôleurs du travail) est aussi déploré par les secrétaires du MFPTPS à travers le SYNASEB ( Syndicat national des secrétaires du Burkina) qui prévoit une série d’actions notamment une grève pour compter du 02 septembre 2019.

Tout ceci montre que le ministre, au-delà de son titre de Professeur titulaire en droit, n’est pas en mesure de porter le dialogue social dont il est tributaire eu égard aux attributions de son ministère et ce n’est pas l’UAS qui dira le contraire dans la mesure où depuis l’accession de monsieur Ouédraogo à la tête d’un département aussi stratégique pour l’apaisement du climat social avec les partenaires, aucun cadre de dialogue aussi bien au niveau sectoriel qu’au niveau national n’est fonctionnel.

L’organisation des concours est l’une des activités phares du MFPTPS, qui suscite l’intérêt d’une grande partie de la population. Seulement, cette année, les concours sont organisés dans des conditions calamiteuses avec un risque énorme de fraudes avec pour conséquence de ternir l’image du ministère de la Fonction publique que ses prédécesseurs ont travaillé à redorer et cela même au-delà de nos frontières nationales compte tenu de la crédibilité, l’intégrité et le professionnalisme avec lesquels étaient organisés les concours de notre fonction publique, premier pourvoyeur d’emplois pour les nombreux jeunes diplômés.

De plus, il faut rappeler que le processus de recrutement de l’agent public prend fin à son intégration ou à son reclassement constaté soit par un arrêté d’intégration pour les admis au concours directs, soit par un arrêté de reclassement pour les admis au concours professionnels. Sans oublier les problèmes de contentieux liés aux concours qui viendraient à naitre vu les conditions catastrophiques dans lesquelles ils sont organisés (cas de l’épineuse question de l’appel des candidats de la liste d’attente du concours de la GSP qui jusqu’à ce jour n’a connu de solution).

Tous ces éléments mis ensemble ne sont pas de nature à garantir la crédibilité du processus, ouvrant ainsi la porte à des cas de fraudes pouvant déboucher sur une éventuelle crise sociale dans un contexte sécuritaire déjà marqué par la montée du terrorisme provoquant des centaines de milliers de familles de déplacées en interne.

Pour les agents du MFPTPS, la posture actuelle du ministre de la Fonction publique consiste à organiser les activités de concours quand bien même elles seront mal réalisées, quitte à ce que le gouvernement prenne à l’avenir des mesures pour corriger ses erreurs. Ils estiment que monsieur le ministre devrait s’inscrire dans une posture d’homme d’Etat où ses actions ne sapent pas les actions du gouvernement dont il est lui-même membre et éviter au maximum de compromettre la gestion des gouvernements futurs de par son incompétence.

Tout ceci montre que le ministre de la Fonction publique méconnait les attributions de son département, ce qui n’est pas étonnant dans la mesure où ses activités académiques qu’il a opposées au chef de l’Etat pour négocier son salaire de ministre comme condition première pour servir son pays, prennent le dessus sur sa fonction de ministre de la république. Ce désintéressement pour les missions dévolues au MFPTPS l’amène à faire une fixation sur la seule activité d’organisation des concours comme si c’était la seule activité de son département.

Monsieur le ministre Ouédraogo ne s’est pas encore rendu compte que son incompétence à bien gérer son département ministériel impacte négativement le bon fonctionnement des autres ministères et institutions publiques et partant de toute l’administration étant donné que la fonction ressources humaines est une matière transversale et interministérielle. Pour preuve, de nombreux actes de carrière sont de nos jours en souffrance dans les structures de gestion des ressources humaines parmi lesquels :

-  les difficultés d’opérationnalisation de la loi portant fonction publique hospitalière où le personnel régi par le périmètre de la loi n°081 doit être « détaché » dans les formations sanitaires ;

-  l’adoption et la mise en œuvre du statut valorisant du MENAPLN et des statuts particuliers des autres départements ministériels surtout celui de la santé sans lequel il faut craindre de nouvelles pertes en vies humaines ;

-  la bonification d’échelon accordé à titre exceptionnel au personnel du MENAPLN ;

-  le reversement des GSP et des greffiers dans leurs nouveaux tableaux de reversements ;

-  plus de dix mille (10.000) actes d’intégration et de reclassement à élaborer au profit des sortants des écoles et centres de formation professionnelle sans lesquels les intéressés ne peuvent percevoir de salaires ;

-  les corrections de salaires, des indemnités, des allocations familiales, etc. ;

-  plusieurs milliers d’actes de sortie temporaire ou définitive à élaborer ;

-  une centaine de demandes de régularisations de situation administrative sans lesquelles les intéressés ne peuvent percevoir de salaires ;

-  les retards d’avancement des années 2015, 2016, 2017 pour ne citer que ceux-là ;

-  plus de cent mille (100.000) agents à avancer sur la période 2017-2018 ;

-  le bouleversement du calendrier de la rentrée dans les écoles et centres de formation professionnelle ;

-  plusieurs milliards d’impayés que le gouvernement va traîner au cours des prochaines années ;

-  etc.

Par ailleurs, pour une question de délai accordé par la CNSE au gouvernement pour constater l’incidence financière de la bonification d’échelon, le ministre de la Fonction publique a foulé aux pieds les règles de base de la pratique administrative qui commande, pour pouvoir bénéficier des effets financiers d’un acte, qu’ il faut que celui-ci existe physiquement.

C’est ainsi que plusieurs agents du MENAPLN ont pu constater sur leurs bulletins de salaires l’incidence financière de la bonification d’échelon accordée à titre exceptionnel alors que l’acte physique n’existe pas. Etant donné que ces agents se retrouvent sans un acte physique indiquant leurs dernières situations administratives, cela est la naissance d’un contentieux de carrière par le simple fait du ministre de la fonction publique et les agents se trouvant malheureusement dans cette situation ne pourront pas se prévaloir d’un certain nombre de leurs droits notamment celui à l’avancement.

Le même contentieux existe pour le personnel de la santé qui se retrouverait dans une formation sanitaire sans acte de détachement qui à leur retraite auront toutes les difficultés pour justifier cette irrégularité.

L’entêtement du ministre de la fonction publique à ignorer les conséquences de ses agissements malgré les nombreuses interpellations faites par les acteurs métiers, ses proches collaborateurs et quelques membres du gouvernement, ont amené les gestionnaires, en toute responsabilité, à se démarquer des agissements fautifs d’un ministre dépourvu du sens de l’Etat dans la mesure où assurer la continuité du service public dans les meilleures conditions n’est nullement sa priorité. Pour ce faire, toute situation administrative irrégulière due à l’entêtement et aux mesures de contournements pendant cette période de démotivation généralisée des agents ne saurait être régularisée par ces derniers.

Ce n’est plus un secret pour personne, il faut simplement se rendre à l’évidence. Les agissements du ministre de la fonction publique sont loin de rendre service à la gouvernance actuelle dans la mesure où c’est sous la gouvernance de l’actuel parti au pouvoir qu’on assistera à une déstructuration de notre administration publique prise en tant que système. C’est connu de tous, le privé ne peut pas rendre le service public et si aujourd’hui notre administration venait à se déstructurer, c’est tout le pays qui en pâtirait.

Malgré le contexte sécuritaire assez préoccupant, laisser le ministre de la fonction publique dans cette cavale suicidaire et sans issue favorable au régime actuel ne saurait justifier l’inaction du chef de l’Etat et du chef du gouvernement à interpeller monsieur Ouédraogo. Car l’incompétence d’un seul homme à bien gérer son département ne devrait saper tous les efforts faits par le gouvernement pour sortir notre pays à tous de la spirale négative dans laquelle il se trouve.

Mon écrit vise à interpeller leurs Excellences messieurs le Premier Ministre et le Président du Faso sur les agissements de certains ministres, dont le Pr Séni Ouédraogo, qui handicapent les actions de tout le gouvernement. Notre pays n’a pas besoin de tant de remous dans nos administrations. Si au niveau sécuritaire les choses s’améliorent difficilement, alors au niveau administratif il faut que nos ministres soient des modèles.

Ceci est un cri du cœur d’un cadre du ministère de la Fonction publique, du travail et de la protection sociale qui ne peut rester sans dénoncer cette pratique d’un ministre. Au-delà de mes 20 ans de service, j’en appelle à l’implication du Premier ministre pour juguler la crise au MFPTPS entre le ministre et les syndicats dudit ministère dont le SYNAGRH. Car, les agents et les usagers dudit département en payent les frais impunément.

Wango Nobila Issa, cadre administratif

Vos commentaires

  • Le 26 août à 11:29, par Le juste En réponse à : Crise au ministère de la Fonction publique : Vers « une déstructuration de notre Administration publique », prévient un cadre

    « Messieurs », les GRH, le problème n’est plus LD ministre mais vous qui voulez mettre le pays à genoux. On a pas besoin de faire une analyse profonde, votre personnel détaché dans les secteurs ministériels traduise à bien égard le népotisme administratif de notre administration D’ailleurs, votre camarade étant SG d’un syndicat ne devrait pas s’attendre à être toujours Directeur technique. SVP ne travailler plus, même vous vous n’aurez plus de Salaire. Du n’importe quoi dans ce pays vivement qu’une révolution nous surprenne et on verra qui est Patriote.

    Répondre à ce message

  • Le 26 août à 11:33, par PIONG YANG En réponse à : Crise au ministère de la Fonction publique : Vers « une déstructuration de notre Administration publique », prévient un cadre

    Décidément hein... Vous oubliez de mentionner que pendant des décennies, vous avez exiger que les fonctionnaires déposent des "cailloux" sur leurs dossier avant traitement. Que les problèmes que vous imputez au ministre existaient belle bien avant et que le ministre est contraint de contourner vos blocages pour permettre que les choses bougent. Franchement il faut même une refonte de la fonction publique pour qu’on l’axe sur la qualité du service rendu et non sur le fait d’avoir tout cour un numéro matricule.

    Répondre à ce message

  • Le 26 août à 12:01, par HUG En réponse à : Crise au ministère de la Fonction publique : Vers « une déstructuration de notre Administration publique », prévient un cadre

    Les enseignants ont menacé de ne pas faire les examens, ils ont gain de cause, la santé est en grève déguisée avec des morts certainement, ils vont avoir gain de cause,des GSP avaient bloqué les jugements car ne conduisant pas les prisonniers , ils ont eu gain de cause, les policiers ont dit un jour, nous on ne travaille pas, ils ont gain de cause. Les financiers avaient bloqué le travail avec un perte avoisinant 300 milliard de franc CFA selon le gouvernement, ils ont eu gain de cause Les GRH prennent en otage la vie des plusieurs fonctionnaires, ils vont avoir gain de cause. .....je me pose des questions : Pourquoi le pouvoir de MPP satisfait aux revendications des grévistes après les avoir laissé causer trop de dégâts ? Pourquoi ne pas satisfaire a tant les revendications en épargnant les usagers des désagréments ? Qu’est ce qui se passe avec la remise à plat des salaires des fonctionnaires ?

    Répondre à ce message

  • Le 26 août à 12:09, par Papou En réponse à : Crise au ministère de la Fonction publique : Vers « une déstructuration de notre Administration publique », prévient un cadre

    Visiblement la crise au mfptps est très profonde, mais le ministre lui fait une lecture biaisée. Le pouvoir doit savoir choisir ses Ministres. Si ce cadre qui a 20 ans de service en appelle au chef du gvt, il est temps que notre PM et PF fassent entrendre raison à certains Ministres. Meme si on sait que ce monsieur Seni serait un parent du PF, il doit pas saper l’image du PF. Un ministère où tous tes syndicats denoncent ta gestion, c’est que réellement tu ne peux pas. Alors tu laisse le ministère et tu retourne au campus avec ton titre de Pr de surcroit en droit administratif. J’ai honte en lisant l’article.

    Répondre à ce message

  • Le 26 août à 12:47, par Lakos En réponse à : Crise au ministère de la Fonction publique : Vers « une déstructuration de notre Administration publique », prévient un cadre

    C’est bien vrai qu’il existe des problèmes mais l’incompétence d’un ministre ou d’une directeur n’incombe pas au premier responsable de la structure mais c’est de la responsabilité de tous les agents placés sous sa direction.Les problèmes que évoquez existaient avant la prise de fonction de ce ministre mais à cette époque qu’avez fait comme agent pour palier à ces problèmes ?. A vrai dire l’inefficacité d’un service quelconque implique du planton au premier responsable.Que chacun fasse bien son travail selon son niveau de responsabilité,ainsi on aura un plus.

    Répondre à ce message

  • Le 26 août à 12:50, par Mon avis En réponse à : Crise au ministère de la Fonction publique : Vers « une déstructuration de notre Administration publique », prévient un cadre

    Vous n’arrivez pas à cacher votre haine vis-à-vis de votre ministre. Vous menez un mouvement dit d’humeur que le Conseil d’Etat lui meme vient de qualifier d’illégal et vous voulez que le ministre ne se débrouille pas pour organiser les concours pendant que les classes sont libres pour accueillir les candidats ? Pourquoi vous ne faites pas la gève courageusement ?

    Passée cette période des vacances,quand voulez vous organiser lesdits concours de la fonction publique ? Ramollissez votre position pour donner la chance à ceux qui veulent passer les concours. Acceptez dialoguer pour trouver une solution à vos préoccupations. Le jusqu’au boutisme vous coutera aussi. Pouvez vous jurer que des GRH ne se sont pas inscrits en ligne pour passer les concours professionnels ? Si le Ministre n’avait pas essayé un plan B, où serions nous aujourd’hui ? Persistez dans le mouvement d’humeur et vous tirez toutes les conséquences.

    Les concours auront bel et bien lieu et les dossiers seront traités avec ou sans vous. Le temps est l’autre nom de Dieu. Meme si Seni partait aujourdhui, quel ministre peut venir vous satisfaire et organiser les concours manuellement avec vous avant la rentrée scolaire d’octobre ? Retournez à la table du dialogue et vous verrez que tout le monde aime ce pays. Dans le cas contraire, allons seulement.

    Répondre à ce message

  • Le 26 août à 13:28, par L’impertubable En réponse à : Crise au ministère de la Fonction publique : Vers « une déstructuration de notre Administration publique », prévient un cadre

    Ce ministre doit partir afin que le ministère ne sombre pas dans le chaos total. Depuis son arrivée au ministère de la fonction publique, ils ne fait que accumuler des échecs. Quelqu’un qui n’arrive même pas à gérer l’ENAM on le nomme ministre. Rien ne va au ministère, c’est la mascarade dans toutes les activités.

    Répondre à ce message

  • Le 26 août à 13:41, par John En réponse à : Crise au ministère de la Fonction publique : Vers « une déstructuration de notre Administration publique », prévient un cadre

    Très belle et bonne analyse de la situation qui prevaut au ministère de la fonction publique.Vivement que le premier ministre rappele au ministre Seni ce que c’est que d’être le ministre en charge de la fonction publique !

    Répondre à ce message

    • Le 26 août à 16:36, par TENGA En réponse à : Crise au ministère de la Fonction publique : Vers « une déstructuration de notre Administration publique », prévient un cadre

      Mon ami, c’est une analyse très partial ; donc dans tout vous , vous n’êtes aucunement responsables ? C’est Séni qui a bloqué la carrière des agents, c’est lui de par ses deux mains a refusé de traiter les dossiers, etc... Honnêtement, vous n’avez rien à vous reprocher ? C’est le ministre qu’on doit recadrer, pas vous ?
      On doit croiser les bras vous laisser bloquer toute la carrière des agents de l’Etat ? et vous n’avez pas le courage d’aller en grève parce que vous voulez continuer à toucher votre salaire qui devient haram parce que vous ne méritez pas ?
      Vous faites pitié ! C’est quelle éducation vous donnez à vos enfants ?
      Je demande à l’Etat d’être intransigeant ! couper le salaire de tous ceux qui refusent de travailler !
      Si tu pars au champ et tu fais mouvement d"humeur refusant de bien cultiver, à la fin de la saison tu vas récolter quoi ? de l’HERBE !
      Donc vivement qu’on ne paye plus ceux qui font les mouvements d’humeur et on verra s’ils vont continuer pendant des mois.

      Répondre à ce message

  • Le 26 août à 14:00, par uriel En réponse à : Crise au ministère de la Fonction publique : Vers « une déstructuration de notre Administration publique », prévient un cadre

    La situation que nous vivons presentement est due au laxiste de nos autorites ,pourquoi elle n’avait pas sanctionne les fonctionnaires qui s’adonnaient a ce machin dit mouvement d’humeur ,je crois que les syndicats doivent etre responsables dans leurs actes ,soit vous partez en greve et supporter les consequences soit vous travailler on ne peut pas se permettre de travailler et etre le premier pour toucher son salaire.Tous ceux qui feront une greve sauvage doivent etre sanctionnes par les coupures de salaire,hier c’etait le sit-in qui etait a la mode ,aujourd’hui ce sont les mouvements d’humeurs ,qu’est que les syndicats nous reservent demain dans leur strategique sauvage. Au gouvenement aussi de savoir anticiper les choses.Que Dieu benisse le Burkina Faso

    Répondre à ce message

  • Le 26 août à 14:21, par Manuel En réponse à : Crise au ministère de la Fonction publique : Vers « une déstructuration de notre Administration publique », prévient un cadre

    Bonjour,
    Merci pour les propos qui traduisent un état d’esprit actuel qui est de bafouiller les règles et les lois du pays. Tous les fonctionnaires savent que l’intégrité n’était pas le slogan chez vous et aux finances, deux ministères gangrénés par la corruption et le vol.
    Les concours auront lieu et si il y’a fraude , on recommencera et on mettra les fraudeurs à la Maco.
    Svp ayez honte, on ne peut pas être un directeur nommé en conseil de ministres et en même temps être secrétaire général d’un syndicat, cela montre le peu de sérieux et le manque d’intégrité d’un individu qui veut jouer ces deux rôles.
    Respectez les Burkinabé car ce sont eux qui payent vos salaires

    Répondre à ce message

  • Le 26 août à 14:41, par fanade En réponse à : Crise au ministère de la Fonction publique : Vers « une déstructuration de notre Administration publique », prévient un cadre

    c’est vraiment propre. on perd du temps et de l’argent.Quand ya un problème, on trouve une solution. On ne déplace pas le problème. le plan B pour les concours n’est pas
    une solution au problème. IL a juste déplacé le problème.

    Répondre à ce message

  • Le 26 août à 14:52, par Kuuda En réponse à : Crise au ministère de la Fonction publique : Vers « une déstructuration de notre Administration publique », prévient un cadre

    Ministre et syndicat ! Vous avez intérêt à vous entendre pour que les choses redeviennent à la normale. Des agents ont quitté l’école et depuis trois ans, toujours pas de reclassement donc pas de salaires pour certains et d’indemnités pour d’autres ! Dans cette misère est ce qu’on peut être efficace ? Le jour où j’arriverai plus à survivre je viendrai mettre le feu à votre bâtiment ! Ainsi vous arrêterez de vous quereller et moi j’arrêterai de me plaindre. Y’en à mare maintenant ! Et puis, vous accusez le ministre d’être là source des problèmes du ministère. Les agents qui attendent leur reclassement depuis plus de trois ans, c’est de sa faute ? Dites plutôt que vous êtes incompétents ou bien vous êtes de mauvaise foi !

    Répondre à ce message

  • Le 26 août à 15:04, par Kuuda En réponse à : Crise au ministère de la Fonction publique : Vers « une déstructuration de notre Administration publique », prévient un cadre

    L’administration publique est trop laxiste. Comment tout une direction avec des chefs services et des agents sont en place, rien ne bouge et aucune action de correction est prise ? C’est à croire que le directeur ne suit pas ce que font les services, les chefs services ne suivent pas ce que font leurs agents, etc ! Trop laxiste.
    Comment un agent peut il initier un acte jusqu’à signature avec des erreurs ? Une fois on peut comprendre ! Deux fois, trois fois, s’en est trop (ex : certificat de prise de service, correction du certificat de prise de service, correction de la correction de prise de service) ! Est-ce de la carence ? Revoyez votre copie et vous pourrez réclamer monts et vallées !
    Vous êtes assis sur les dossiers des pauvres agents espérant qu’ils vous soudoient ou bien que les dossiers s’accumulent au point que vous exigez un atelier à Koudougou et depuis peu à Dedougou pour les traiter !
    Changez !

    Répondre à ce message

  • Le 26 août à 15:04, par Scofield En réponse à : Crise au ministère de la Fonction publique : Vers « une déstructuration de notre Administration publique », prévient un cadre

    C’est vraiment déplorable la situation que vivent les fonctionnaires en général et ceux qui travaillent au ministère de la fonction publique en particulier. Lorsque dans un ministère tous les corps scandent l’irresponsabilité et l’entêtement raide du premier responsable, celui doit se poser des questions. Mieux on s’interroge sur l’utilité de ses conseillers techniques. D’abord les GRH, ensuite les secrétaires, puis l’UAS qui désapprouvent les agissements du ministre. C’est sous le règne de celui-ci que les rencontres gouvernement-syndicats ne voient plus le jour, que le sit-in est remis en question, que des acquis sont remis en cause, que le dialogue est rompu à la fonction publique.C’est trop monsieur le connaisseur. Les anciens disaient que vous ne pouvez pas être le seul contre tous et avoir tout de même raison. Votre intelligence fut-elle façonnée par de hautes études en droit, ne peut quand même pas être au dessus de plus d’un millier d’autres d’agents qui ont aussi fait des études. On a l’impression que l’attitude du ministre est plutôt une haine personnelle à l’endroit de certains corps et à des personnes, au point de remettre en cause l’intérêt général. Le forcing du ministre en organisant les concours est juste un stratagème pour remonter les chercheurs d’emploi et l’opinion nationale contre ses détracteurs. Mais un regard posé comprendrait le jeu de monsieur le ministre et de son gouvernement. Ceux-ci ne se soucient pas du bien être de qui que se soit. Il poursuivent uniquement leurs intérêts en signant des contrats en lieu et place de salaires des ministres qui sont fixés clairement par décret. Seul Dieu sauvera l’agent public en général. Ce ministre est venu pour réduire le fonctionnaire en misérable, en oubliant que si ses devanciers s’étaient comportés de la sorte, lui même n’allait pas bénéficier de moyens dont tout le monde connait la source pour aller se former et devenir le Pr en "Droit" dont il si fier.

    Répondre à ce message

  • Le 26 août à 15:19, par Alcofribass Nassier En réponse à : Crise au ministère de la Fonction publique : Vers « une déstructuration de notre Administration publique », prévient un cadre

    Quand je fais un petit retour en arrière je me rappelle bien que ce sont vos responsables syndicaux qui tenaient les sacs du ministre Ouedraogo pour l’accompagner à la conférence de remise à plat des salaires. Vos responsables syndicaux sans aucune vision et aucune capacité d’analyse ont accompagné ce processus, contre les principes même de la lutte syndicale. Votre seul espoir et votre objectif principal était de participer activement à la messe qui devrait consacrer la "destruction" des financiers. Cela en ignorant les avantages non négligeables que vous avez déjà dans votre corps. Maintenant que les choses ne se passent pas comme vous l’aviez souhaité, vous trouvez maintenant tous les défauts du monde à celui qui était, il n’y a pas très longtemps votre allié inconditionnel. Vous allez apprendre dans la douleur que le politicien n’a pas d’amis mais des intérêts. Le politicien est celui qui est capable de retourner sa veste en moins de 30 mn si cela va dans ses intérêts. Courage et félicitations au ministre Ouedraogo pour avoir tout mis en œuvre pour que vos intentions malsaines ne se réalisent pas.

    Répondre à ce message

  • Le 26 août à 15:19, par le reservé En réponse à : Crise au ministère de la Fonction publique : Vers « une déstructuration de notre Administration publique », prévient un cadre

    Vous avez vu juste.
    Très belle et bonne analyse de la situation qui prevaut au ministère de la fonction publique. j’admire sincèrement votre courage mais j’aurais aimé cette analyse vienne plutôt tout compte fait encore félicitation.
    Si seulement certains doyens du ministère prenaient exemple sur vous on n’en serait pas là mais hélas mille hèlas.

    Répondre à ce message

  • Le 26 août à 15:39, par kapak needa En réponse à : Crise au ministère de la Fonction publique : Vers « une déstructuration de notre Administration publique », prévient un cadre

    Les enfants chouchou du gouvernement,personne ne peut mettre sa bouche dedans.

    Répondre à ce message

  • Le 26 août à 15:49, par Sidnooma En réponse à : Crise au ministère de la Fonction publique : Vers « une déstructuration de notre Administration publique », prévient un cadre

    Quand un gouvernement avec à la tête du ministère en charge de la fonction publique, un professeur de droit public se permet de violer la loi 081 pour octroyer des avantages à un groupe de fonctionnaires, c’est la catastrophe.

    Répondre à ce message

  • Le 26 août à 15:50, par un Burkinbila hakika En réponse à : Crise au ministère de la Fonction publique : Vers « une déstructuration de notre Administration publique », prévient un cadre

    Le mal de notre pays,c’est que beaucoup sont sous informés et c’est grave.voici l’un des plus nuls que le MFPTPS ait connu.Le monsieur veut gérer les agents de ce ministère comme le campus.Cette gestion est aux antipodes des temps moderne.Pour ceux qui l’on suivi les quelques fois sur les chaines de télévisions,vous remarquez très rapidement l’égoïsme qui l’anime.Personne au monde ,je dis bien personne ne peut être animé d’un tel égoïsme et réussir.Voilà pourquoi tout est en train de chavirer sur son passage.Pour ceux qui se rappellent,son passage à l’Enam fut un échec,je sais pas pourquoi ,si ce ne un gouvernement qui manque d’inspiration qui va aller chercher ce genre de personne ,soit disant un technocrate.Vous vous souvenez qu’il a négocié son salaire ,ce qui est en contradiction avec le décret de 2008 portant rémunération des hautes autorité du pays.Et ça se dit patriote.kariiiça.Ceux qui s’attaquent présentement aux Grh n’ont pas vraiment la bonne info.On prend un exemple tout court la règle de l’administration ,pour avoir une incidence financière ,il faut forcement que cet acte existe physiquement,le gars a violé ,après on se verra ici.

    Répondre à ce message

  • Le 26 août à 16:02, par Le bon En réponse à : Crise au ministère de la Fonction publique : Vers « une déstructuration de notre Administration publique », prévient un cadre

    Ce Pr est entrain de ternir l’image des vrais Pr. Comment tout un ministre du dialogue social refuse catégoriquement le dialogue et ça de Pr. Le president doit pouvoir enfin assumer ses responsabilités.

    Répondre à ce message

  • Le 26 août à 16:09, par YEM-SA-FAA En réponse à : Crise au ministère de la Fonction publique : Vers « une déstructuration de notre Administration publique », prévient un cadre

    Vous pensez que c’est à cause du ministre de la Fonction Publique que des fonctionnaires souffrent parce que leurs salaires stagnent. Pensez-vous que c’est le ministre qui est responsable des vies qui seront fauchées dans les centres de santé ? Pensez-vous que c’est M. le ministre qui est responsable de la non intégration des nouveaux agents de la FP ? C’est VOUS au contraire ! Voulez-vous que je parte en grève pour mériter mon avancement de 2017, mon reclassement de 2018. Savez-vous comment certains fonctionnaires espèrent sur cet argent pour envoyer leurs progénitures à l’école à la rentrée scolaire prochaine ?

    Répondre à ce message

  • Le 26 août à 16:14, par Collegue En réponse à : Crise au ministère de la Fonction publique : Vers « une déstructuration de notre Administration publique », prévient un cadre

    Bonsoir
    Moi je veux juste dire à mon cher Pr ceci : "appelle les enfants et parle avec eux" C’est simple et responsable que de continuer à bomber la poitrine pendant que toute l’administration publique dont vous avez la charge se désaxe de jour en jour à tous les niveaux. Vous ne tirerez aucun mérite ni aucun exploit à maintenir un bras de fer inutile avec vos collaborateurs. Vous devriez faire front commun pour face à la fronde sociale qui germe partout. Si celui qui doit sépare une palabre est lui même en palabre, c’est grave à mon avis. Quand on a l’occasion d’accéder à un certain niveau de responsabilité, on oublie sa personne et on enterre son orgueil par moment pour avancer. on ne le fait pas par faiblesse mais par devoir de responsabilité, du sacrifice et de l’intérêt général. Un dirigeant n’est jamais assez fort pour réussir sans ses bras techniques. Je dis donc cher Prof, vous êtes jeunes, rentrez dans l’histoire avec de bonnes notes, travaillez à laisser des acquis pour la postérité. Quel bilan voulez vous laisser après votre passage dans ce ministère ? Posez vous cette question, elle est essentielle pour vous, pour le régime MPP et pour notre administration. Je pense qu’il est encore temps de jouer balle à terre. Merci

    Répondre à ce message

  • Le 26 août à 16:17, par Sacksida En réponse à : Crise au ministère de la Fonction publique : Vers « une déstructuration de notre Administration publique », prévient un cadre

    A vrai dire, sur la question du traitement ou des salaires des fonctionnaires, tant qu’il n’y’aura pas de mise a plat de la grille de la fonction publique concernant tous ceux qui emargent au Budget de l’Etat, aucun probleme ne peut trouver de solution. De meme, il faut revoir toute la structure des depenses de l’Etat relatives aux emoluments et aux avantages multiples des Dirigeants Publiques, Presidents d’institutions, membres gouvernementaux de d’Etat afin de corriger les injustices sociales et la supression de certaines institutions budgetivores inutiles. Il faut une dose de courage et de volonte politique qui depassent le cadre du seul Ministre de la fonction publique. Courage et Salut.

    Répondre à ce message

  • Le 26 août à 16:24, par Scofield En réponse à : Crise au ministère de la Fonction publique : Vers « une déstructuration de notre Administration publique », prévient un cadre

    Vivement que le gouvernement recadre le ministre de la fonction publique pour le bien de tous.

    Répondre à ce message

  • Le 26 août à 16:39, par citoyen LAMBDA En réponse à : Crise au ministère de la Fonction publique : Vers « une déstructuration de notre Administration publique », prévient un cadre

    Certes ,on peut avoir quelques petites reproches à faire au Syndicat des gestionnaires des ressources humaines de l’Etat . Mais ce syndicats ne fait pas partie des syndicats extrémistes .
    Objectivement ,il faut reconnaitre que ce ministre n’est pas à la hauteur de la noblesse et des valeurs de la haute fonction d’homme d’Etat . Regardez comment il a entrainé le gouvernement dans cette affaire de mise à plat des rémunérations que maintenant le même gouvernement n’arrive pas à mettre en œuvre les recommandations et est retombé dans le traitement au cas par cas . Il en est de même pour le contrôle des diplômes des fonctionnaires . Toujours des faits d’effet d’annonce pour donner l’impression qu’on innove ,alors qu’il n’ y a rien de bien réfléchi avant d’amener le dossier en Conseil des ministres . Ailleurs un ministre qui induit tout un conseil de ministre en erreur est tout simplement viré. Hélas au BURKINA FASO d’aujourd’hui , se gargarisant d’une part , d’être un proche parent du Président du Faso et d’autre part ,d’être Professeur de droit et enseignant d’université ,ce monsieur croit être sorti de la cuisse de Jupiter avec un narcissisme maladif et surdimensionné qui l’amène à se croire omniscient, le Monsieur je connais tout .Or ,la gestion des hommes n’est pas forcément liée aux diplômes, pas plus que le sens de l’Etat et du dialogue social . Un bon manager ne méprise pas les partenaires sociaux même quand il veut effectuer des changements . Bien au contraire, il doit pouvoir convaincre même les plus réticents au changement de l’intérêt à aller au changement qu’il propose pour le bonheur et des travailleurs eux -mêmes et de l’Etat qui est notre bien commun .On oppose pas les changements structurels aux intérêts des travailleurs ,on les concilie .
    Du reste, ce ministre n’est pas le seul à être nul en management et de gestion des structures et des hommes ,malgré leurs diplômes ronflants.

    Répondre à ce message

  • Le 26 août à 16:57, par TOERE En réponse à : Crise au ministère de la Fonction publique : Vers « une déstructuration de notre Administration publique », prévient un cadre

    Le ministre SENI OUEDRAOGO devrait s’inspirer de l’excellent interview de son ami et collaborateur DG de l’ENAM le DR ALAWOU Ouédraogo paru dans le Faso. net la semaine dernière ,interview qui lui apprendra comment on apporte un changement dans une structure avec l’adhésion de tous les travailleurs et travailleuses de la structure sans grandes difficultés . S’il a lu cette interview ,il comprendra que tout changement qui est entamé sans l’approche participative des autres acteurs et sans démontrer clairement la valeur ajoutée qu’apporte le dit changement est voué à l’échec . Le 21ème siècle est le siècle de l’administration de management et non de celui de commandement . Si les rapports d’un ministre sont très mauvais avec les partenaires sociaux, c’est que le dit ministre aussi n’a pas pu avoir la bonne approche de ces partenaires sociaux à son arrivée au ministère .

    Répondre à ce message

  • Le 26 août à 18:27, par @ContreChangement En réponse à : Crise au ministère de la Fonction publique : Vers « une déstructuration de notre Administration publique », prévient un cadre

    Ces monsieurs de j’ai 20 ou 40 ans d’experience, ce sont ceux au Burkina qui parlent de changement sans vouloir changer. Allons, on va lutter pour changer les autres mais nous on reste comme hier et comme il y a 20 ans.

    Les syndicats au Burkina luttent maintenant pour apprauvrir le pays. Combien pourcent de burkinabe sont fonctionnaires pour que vous paralysez le pays pendant 5 cinq a cause de revendications cupide et qui peuvent trouver solutions dans le temps mais pas toute suite et maintenant. Si le syndicat burkinabe est au caurant de cantines d’argent que le regime de Blaise et Francoise a laisser pour partage, il n’ont cas simplement reclamer ces cantines. La bravoure ne se trouve pas dans la lutte pour se partager la richesse mais plutot dans la creation de la richesse. Quelle quantite de richesse les syndicats en creee ? Presque zero si on sait que l’administration est le refuge de blocage, corruption, detournement et autres et meme souvent de conivence avec le gouvernement.

    Na lara an sara : doit etre debout pour creer et se partage la richesse
    Na lara an sara : ne doit pas etre mobilisons pour partager le peu existe.
    Pauvre Burkina !

    Répondre à ce message

  • Le 26 août à 20:42, par Kendra En réponse à : Crise au ministère de la Fonction publique : Vers « une déstructuration de notre Administration publique », prévient un cadre

    À toutes ces personnes qui disent que les GRH réclament de l argent pour traiter les dossiers des fonctionnaires, sachez que dans tout groupe professionnel il y a des brebis galeuses et de plus dans les directions des ressources humaines il y a des non GRH qui sont affectés.Donc vous pouvez trouver aussi des non GRH qui font des dégâts dans les DRH.Dites nous dans quel corps il n existe pas ces genres de fonctionnaires ?Svp des commentaires constructifs sont attendus à travers les écrits publiés. Le mouvement d humeur n est pas une création des GRH.On se demande si Monsieur le ministre souhaite trouver une solution à la crise comment une rencontre qui avait été prévue le 24 juin avec le SYNAGRH peut elle être reportée sans être reprogrammer jusqu’à présent.Sans dialogue peut on trouver une solution à une crise ? Quelle partie bloque les choses sérieusement parlant ?Au MENA et à la Santé est ce sans dialogue que la situation a été changée ?

    Répondre à ce message

  • Le 26 août à 21:22, par aboubacar En réponse à : Crise au ministère de la Fonction publique : Vers « une déstructuration de notre Administration publique », prévient un cadre

    Je me suis toujours demandé s’il y avait un collectif gouvernemental. Je me rends compte que chaque Ministre fait ce qu’il veut. Des Ministres juristes qui foulent allègrement les règlements aux pieds. Ils n’ont jamais de position claire si ce n’est pour intimider.
    Un Ministre qui a voulu mettre le syndicat de son côté avec la compromission du SG du SYNAGRH. Mais le Ministre se rend compte que le syndicat a grandi et dépassé le cercle d’amis du SG/SYNAGRH. Il se débarasse du fardeau à la première occasion.
    Les GRH jouent un rôle délicat ces temps-ci. Ils n’ont pas la même force de frappe que les financiers qui eux ont le dos large. Leur mouvement d’humeur ne touche pas le portefeuille du gouvernement. On a trouvé moyen d’administrer les concours sans eux ou avec quelques uns d’entre eux. Il leur faut consentir des sacrifices s’ils veulent aussi des primes de défiance de l’autorité de l’Etat comme les financiers.
    Le Ministre Séni a dû déjà demander d’être remplacé parce qu’il agit comme s’il n’avait rien à perdre et il a raison. Quand on lance une réforme aussi capitale que la refonte des salaires et on vient réduire autant d’engagements qui vous valent des inimitiés pour ne pas dire des malédictions de certains, à néant, vous vous dites que vous pouvez agir seul en attendant le prochain remaniement s’il y a remaniement avant fin 2020.
    On nous a rassuré qu’il a de solides soutiens au niveau le plus élevé. Ceci peut expliquer également son comportement actuel.
    Il est malheureux de constater que ses plus proches collaborateurs sont eux-mêmes voués aux gémonies soit par lui-même soit par les GRH.
    Alors, ce n’est pas le 1er cas, ce ne sera pas le dernier, appelons les GRH à la résilience.
    L’artiste du nord

    Répondre à ce message

  • Le 26 août à 23:01, par Jean-Paul En réponse à : Crise au ministère de la Fonction publique : Vers « une déstructuration de notre Administration publique », prévient un cadre

    Le jour où les ressources minières (notamment l’or) seront épuisées, je me demande ce que deviendra ce pays, avec sa masse salariale des fonctionnaires qui gruge près de 70% des recettes du pays. Vous vous êtes rués sur l’or, délaissant du même coup la production du coton, qui était notre premier produit d’exportation. Pour que ce pays soit viable à l’avenir on sera obligé de le rattacher à la Côte d’Ivoire ou au Ghana.

    Répondre à ce message

  • Le 27 août à 06:18, par Ouonogo Abdoul fataho En réponse à : Crise au ministère de la Fonction publique : Vers « une déstructuration de notre Administration publique », prévient un cadre

    Mr Wango après 20 ans de service, c’est comme cela que vous analysez la situation ? C’est grave dès. Ehhhh.vous trouvez le directeur des concours a été sanctionné...n’est ce pas la conséquence de son acte. Vous dites que le ministre est incompétent parce qu’il na pas satisfait à vos revendications. Vous êtes combien dans ce corps et à vouloir prendre le pays en otage ?
    Vous avez oublié que vous avez menacé de prendre les concours en otage ? On vous contourne....vous parlez de fraude à venir.... Après 20 ans de service, il est malhonnête d’écrire comme ça. On sait que vous avez menacé les ministres Loada et Clément Sawadogo. Les medecins n’ont pas vu leurs revendications satisfaites, travaillent. vous êtes mieux qu’eux au point de pas travailler. Quand on aime son pays on fait pas ca.on a entendu dire que vous êtes puissant.nul n’est indispensable. Après 20 ans de service, on insulte pas son chef....l’expérience rime avec sagesse....
    Le conseil d’État vous dit que la forme de vôtre grève n’est pas bonne, arrêté ça

    Répondre à ce message

  • Le 27 août à 08:47, par Ratamalgré En réponse à : Crise au ministère de la Fonction publique : Vers « une déstructuration de notre Administration publique », prévient un cadre

    Ministre comme collaborateurs, pourquoi ne pas dialoguer ? Si les agents veulent dialoguer, que le ministre accepte les appeler puis échanger. Un 1er responsable doit proner le dialogue. C’est le seul et unique moyen de sortie de toute crise !!! Que Dieu protège le Burkina Faso

    Répondre à ce message

  • Le 27 août à 09:52, par Mo’a En réponse à : Crise au ministère de la Fonction publique : Vers « une déstructuration de notre Administration publique », prévient un cadre

    Le SG pourquoi depuis ton constat que l’organisation des concours de l’année passée a été cahotique, en tant que bon responsable tu devrais rendre le tablier bien à avant !

    Répondre à ce message

  • Le 27 août à 10:41, par BALGUINTOGSBA En réponse à : Crise au ministère de la Fonction publique : Vers « une déstructuration de notre Administration publique », prévient un cadre

    SEULEMENT FAIRE COMPRENDRE QUE LA SITUATION EST CATASTROPHIQUE A TOUS LES NIVEAUX AU PAYS. LE REMÈDE A TOUTES CES SITUATION EST L’INSTAURATION D’UNE VRAI ÉQUITÉ A TOUS LES NIVEAUX. SANS QUOI LE PIRE RESTE A VENIR.
    UNION DE PRIÈRE !

    Répondre à ce message

  • Le 27 août à 11:43, par le citoyen En réponse à : Crise au ministère de la Fonction publique : Vers « une déstructuration de notre Administration publique », prévient un cadre

    Au début, vous travailliez en tandem avec votre ministre de tutelle technique pour supprimer le FC et mettre à plat les salaire des magistrats par haine et pur jalousie. Maintenant que le projet diabolique de SENI a échoué, vous demandez prime de motivation.
    Vous êtes incohérents et irresponsables.
    Dans peu, tous les DRH qui participent ou encouragent d’une manière ou d’une autre ce mouvement seront relevés, bandes d’aigris.
    La gestion des RH ne se limite pas à cliquer dans le SIGASPE. Mais la majorité des GRH n’ont pas compris ça ; Il faut de vrais juristes initiés à la GRH pour occuper ces postes et non des sacs au dos qui confondent détachement et mise à disposition, loi organique et loi ordinaire, qui ne comprennent rien de la loi 081 et des autres textes qui régissent la GRH dans notre pays.

    Répondre à ce message

  • Le 27 août à 12:31, par le citoyen En réponse à : Crise au ministère de la Fonction publique : Vers « une déstructuration de notre Administration publique », prévient un cadre

    Au début, vous travailliez en tandem avec votre ministre de tutelle technique pour supprimer le FC et mettre à plat les salaires des magistrats par haine et pure jalousie. Maintenant que le projet diabolique de SENI a échoué, vous demandez prime de motivation.
    Vous êtes incohérents et irresponsables.
    Dans peu, tous les DRH qui participent ou encouragent d’une manière ou d’une autre ce mouvement seront relevés, bandes d’aigris.
    La gestion des RH ne se limite pas à cliquer dans le SIGASPE. Mais la majorité des GRH n’ont pas compris ça ; Il faut de vrais juristes initiés à la GRH pour occuper ces postes et non des sacs au dos qui confondent détachement et mise à disposition, loi organique et loi ordinaire, qui ne comprennent rien de la loi 081 et des autres textes qui régissent la GRH dans notre pays.

    Répondre à ce message

  • Le 27 août à 13:00, par intélo En réponse à : Crise au ministère de la Fonction publique : Vers « une déstructuration de notre Administration publique », prévient un cadre

    vous avez fini par exiger le dialogue. C’est bien. Mais dialogue avec qui ? ZOROME ? Impossible.

    Répondre à ce message

  • Le 27 août à 15:52, par Nestor HEMA En réponse à : Crise au ministère de la Fonction publique : Vers « une déstructuration de notre Administration publique », prévient un cadre

    Les GRH constituent au Burkina Faso le véritable problème de l’administration publique. Corruption, vols, blocages des dossiers des agents, collusion avec les ministres pour sanctionner même les syndicalistes des autres ministères,rôle prépondérant dans les décorations terroristes et les nominations les plus farfelues. Ils courent toujours derrière tout ministre pour conserver leurs postes de Directeur. Aucun cadre de dialogue ne fonctionne dans un ministère à cause des GRH. Ils sont même opposés à ces dialogues. Tenez-vous tranquille il revient dans nos échanges qu’un DRH a encouragé son ministre a sanctionné des grévistes honnêtes et courageux car eux n’étaient pas en mouvement d’humeur. Et ce DRH est devenu le principal conseiller de son ministre pour les nominations farfelues. Devenu DRH à peine à 03 ans de fonction ( nomination régionaliste ) il a traversé toutes les époques ( Blaise ; Zida ; Kafando et Rock ). Quelle personnalité ? Arrêtez de vouloir donner des leçons aux honnêtes traveilleurs.

    Répondre à ce message

  • Le 27 août à 16:11, par Naran En réponse à : Crise au ministère de la Fonction publique : Vers « une déstructuration de notre Administration publique », prévient un cadre

    Quand tu fais grève, tu laisses le patron, l’employeur et les usagers constater les dommages. Mais si vous savez les conséquences, quelle fierté de les exhiber si ce n’est un chantage ? Je vous conseille de continuer votre mouvement d’humeur, de payer le tribut pour cela et revenir attaquer le Gouvernement pour les fraudes à venir dans les concours. À l’état actuel, présumer de fraudes n’est pas objectif et révèle un désespoir apparent. Je ne porte pas de jugement sur les revendications des GRH mais j’estime que chaque acteur doit jouer son rôle et sa mission. Demander le départ d’un ministre parce qu’il refuse le dialogue n’est pas juste. Utilisez plutôt votre arme de grève mais arrêter les menaces ! Si le Gouvernement estime que les services de la fonction publique n’ont pas un fonctionnement optimal, il interpellera le ministre et jugera l’opportunité de le démettre de ses fonctions. Continuez votre mouvement d’humeur seulement.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Commémoration du 15-Octobre : « Thomas Sankara, une fierté africaine »
L’Afrique doit basculer à la mécanisation pour atteindre les objectifs de développement durable
Burkina Faso : « Ces incohérences de nos politiciens ! »
Burkina Faso : « L’inefficacité de la démocratie fait le lit de la tyrannie »
Situation sécuritaire au Burkina : « Organiser la résistance populaire pour contrer le terrorisme »
Evacuations sanitaires : « Ces braves Burkinabé qui ne sont pas égaux aux autres ! »
Politique : « Quid de l’opportunité des sanctions récentes prises au CDP » ?
Province du Soum : Arrêtons de nous faire peur réciproquement !
Lutte contre le terrorisme : « Privilégier l’option des forces spéciales aux opérations d’envergure »
Lettre ouverte au ministre de la culture des arts et du tourisme
Lettre de Léonce Koné au président du CDP : « Une publicité faite à dessein malveillant », selon Mahamoudou Soulama
Racisme dans le football européen : « Les singes ne ressemblent-ils vraiment qu’aux seuls Noirs ? »
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés