Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Le plus grand secret pour le bonheur, c’est d’être biеn аvес sοi.» Bernard Le Bovier de Fontenelle

Statue de Thomas Sankara : « On veut quelque chose de parfait », déclare John Jerry Rawlings

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET | Par LEFASO.NET • vendredi 19 juillet 2019 à 23h35min
Statue de Thomas Sankara : « On veut quelque chose de parfait »,  déclare John Jerry Rawlings

Le Premier ministre Christophe Dabiré a reçu en audience, l’ancien président ghanéen Rawlings, le jeudi 18 juillet 2019. Les échanges avaient trait au Mémorial Thomas Sankara.

La statue de Thomas Sankara n’est pas encore refaite, après que le comité de pilotage du projet du Mémorial a donné deux mois pour finir le travail. Pour en discuter et trouver une solution afin d’améliorer certains aspects relatifs au travail du comité, l’ancien président ghanéen John Jerry Rawlings a été reçu le jeudi 18 juillet, en audience par Christophe Dabiré, le Premier ministre burkinabè.

« Le but de notre visite est de voir comment nous pourrions améliorer certaines choses pour rendre plus efficace et plus efficient le comité de travail relatif au Mémorial Thomas Sankara, » a déclaré Jerry Rawlings, ancien président du Ghana et président d’honneur du comité de pilotage du Mémorial Thomas Sankara.

Le président du comité avait trouvé que la réalisation du projet du Mémorial Thomas Sankara prenait beaucoup de temps. Mais à sa sortie d’audience, il s’est dit soulagé par rapport aux propositions qui ont été faites. « C’est très dommage que ça ait pris autant de temps pour pouvoir se mettre en place, mais nous sommes venus échanger avec le premier ministre qui a eu plusieurs suggestions qui nous ont soulagé, qui font que nous quittons cet endroit beaucoup plus léger que nous ne sommes venus. Nous sommes certains que dorénavant avec les propositions qui ont été faites, une structure très efficace va être mise en place qui va permettre de faire avancer les choses de façon plus rapide », confié M. Jerry Rawlings.

Concernant le retard dans la reprise de la statue de Thomas Sankara, M. Rawlings a indiqué qu’il faut éviter la précipitation, l’objectif étant de faire un travail irréprochable. Il veut que qu’à la fin du projet, tout le monde s’accorde pour dire que la statue, c’est Thomas Sankara, en apparence et en esprit .

Lire aussi : Statue géante de Thomas Sankara : Le Comité international mémorial demande pardon et promet une œuvre finale parfaite

« Lorsqu’on parle de la statue de Sankara, on veut quelque chose de parfait. On veut que quand on le regarde, de n’importe quel côté, qu’on reconnaisse Sankara. On pense que le fait de vouloir se précipiter pour tenir des délais, peut être quelque chose qui va encore nous faire sortir quelque chose qui n’est pas parfait. On prendra le temps qu’il faut, il n’y a pas d’urgence mais on peut vous rassurer que les choses sont en très bonne voie. Nous n’allons pas nous laisser imposer un délai. Il faut que la prochaine fois que cette statut sorte, qu’il n’y ait pas de débat, que tout le monde soit d’accord que c’est Thomas Sankara et qu’on a bien capturer non seulement son apparence mais également l’esprit qui l’animait. Il faut que les deux soient liés, l’apparence et l’esprit. Les gens viendront du monde entier pour le voir. C’est vrai que deux mois sont largement dépassés mais qu’est-ce que deux mois pour l’éternité d’un mémorial ? », a expliqué le président Rawlings. Avant d’ajouter : « On ne peut pas reproduire quelque chose qui ne soit pas parfait, on veut quelque chose au-delà même de la statue ; de ce qu’il représentait, qui est encore plus important pour nous et pour les générations futures. Ce sont les valeurs pour lesquelles il s’est battu, les valeurs pour lesquelles il est tombé. »

Avant de terminer, l’ancien président n’a pas oublié de mentionner que le Mémorial Thomas Sankara est une affaire de tous, car Thomas Sankara était un modèle pour le monde entier. « Je rappelle à chacun, que de par les valeurs qu’il incarnait, par les valeurs qu’il vivait, les valeurs de justice, de liberté, Sankara était un modèle pour beaucoup de gens, pas seulement au Burkina Faso, pas seulement en Afrique, mais pour le monde entier. Il est donc important que tout un chacun comprenne que Sankara ne peut pas appartenir seulement à un petit groupe de personnes, ou à un petit noyau de personnes, il appartient au monde entier. Il ne faut jamais l’oublier. Donc, naturellement quand on gère un projet qui est dédié à une telle personnalité, cela nécessite de bien travailler les bases » , a conclu John Jerry Rawlings.

A lire aussi : Mémorial Thomas Sankara : La statue géante dévoilée, la machine en marche

Korotoumou DJILLA (Stagiaire)
Lefaos.net

Vos commentaires

  • Le 19 juillet à 13:53, par jan jan En réponse à : Statue de Thomas Sankara : « On veut quelque chose de parfait », déclare John Jerry Rawlings

    M le Président Rawlings, dans ce lieu dédié au Conseil de l’Entente de la sous région, il ne peut y avoir une statue "parfaite" de Sankara, car ce n’est pas lui seul qui est mort dans ce endroit destiné à l’entente des pays de la sous région, transformé en camps de tuerie des fils du pays. Sankara à l’avènement de la "révolution" a exécuté de façon sommaire des fils de ce pays et vous voulez que ce soit lui et ses compagnons d’infortune qui soient seulement célébré, et les autres personnes qu’il a fait tuer dans ce lieu, eux n’ont-ils pas le droit d’être célébré ??? Voilà pourquoi la première statue a été ratée, la deuxième aussi sera pareille, changez de lieu et votre problème sera résolu.

    Répondre à ce message

  • Le 19 juillet à 15:12, par réactionnaire En réponse à : Statue de Thomas Sankara : « On veut quelque chose de parfait », déclare John Jerry Rawlings

    SANKARA combattait le culte de la personnalité. cette statue ne le ressemblera jamais.
    Ceux que la révolution a détruit veulent aussi que justice leur soit faite.

    Répondre à ce message

  • Le 19 juillet à 17:08, par Bonjour En réponse à : Statue de Thomas Sankara : « On veut quelque chose de parfait », déclare John Jerry Rawlings

    Many thanks JJR.
    Merci pour votre indéfectible amitié. Et votre sens de la mémoire.

    Répondre à ce message

  • Le 19 juillet à 20:25, par Burkina En réponse à : Statue de Thomas Sankara : « On veut quelque chose de parfait », déclare John Jerry Rawlings

    N’allons pas si loin dans l’irrationnel. La statue est imparfaite parce qu’elle est confiée à des gens qui ne sont pas à la hauteur de la tâche mais qu’on n’a pas non plus le courage de décharger. Quand on ne peut pas on ne peut pas. J’ai honte quand je regarde la plupart de nos monuments. C’est trop d’amateurisme, peu concurrentiel. On ne doit pas rapiécer la Statue du Président SANKARA ! Retirez le marché, ouvrez-le véritablement et acceptez d’y mettre le prix et vous verrez ce que des artistes du monde vont nous sortir.

    Répondre à ce message

  • Le 19 juillet à 23:41, par Sacksida En réponse à : Statue de Thomas Sankara : « On veut quelque chose de parfait », déclare John Jerry Rawlings

    D’abord, il faut retablir la verite sur certains morts sous la Revolution d’Aout 1983, car meme des adversaires contre la politique revolutionnaites de l’epoque ne peuvent attester que Thomas Sankara a expresement donne l’ordre de tuer qui que ce soit. On peut dire que en tant que "President du Faso" et du CNR a l’epoque il doit assumer cette responsabilite. Du reste, pour les jeunes qui veulent s’informer sur l’histoire politique Burkinabe de 1982 a 2006, il faut se procurer le livre de Vincent Ouatara intitule : L’ere Compaore, Crimes, Politique et Gestion du Pouvoir ; l’essentiel des evenements y sont consignes avec beaucoup de precision. En outre, concernant la statue du chef de la revolution Burkinabe dont beaucoup de personalites nstionales, africaines et notament le President Rawlings qui est un ami et camarade africain et revolutionnaire de notre illustre disparu, cette statue doit etre sans reproche et refletant l’esprit et la vision de ce panafricaniste et revolutionnaire intransigeant. Ghana and Burkina Faso, same fighting.

    Répondre à ce message

  • Le 20 juillet à 01:13, par Markus En réponse à : Statue de Thomas Sankara : « On veut quelque chose de parfait », déclare John Jerry Rawlings

    Jan Jan, vous n’aimez pas feu Sankara, c’est votre droit. Mais l’accuser de ce que vous ne maîtrisez pas, est inconcevable. Sankara n’est pas sanguinaire. Renseigne toi bien. Il était le président certe. Mais le pays était dirigé à l’époque par quarte personnes. Le numéro deux et ministre de la justice fut celui qui l’a assassiné. Cette même personne fut en même temps, le commandant du CNEC (Centre National d’Entraînement Commandos) de Pô. Ceux la même, qui ont assassiné les Burkinabè pendant et après Sankara.

    L’homme peut toujours mentir mais, l’histoire ne ment jamais.

    Répondre à ce message

    • Le 21 juillet à 16:53, par jan jan En réponse à : Statue de Thomas Sankara : « On veut quelque chose de parfait », déclare John Jerry Rawlings

      @Markus, vous n’avez rien a m’apprendre, j’ai vecu la revo en life, ils etaient 4 certe, mais qui etait le PF ?? Un PF qui ne maitrise pas ses sujets n’a qu’a demissionner. Si il est PF, c’est lui le responsable des crimes commis sous son mandat point barre. Aujourd’hui Rock est PF, tout burkinabe sait ke c’est un trio, Simon, Salif et Rock ki ont eu le pouvoir et kil ont mis Rock comme PF, mais quand il y a des bavures c’est Rock ki porte le chapeau, car etre PF c’est ca.

      Répondre à ce message

    • Le 21 juillet à 17:16, par jan jan En réponse à : Statue de Thomas Sankara : « On veut quelque chose de parfait », déclare John Jerry Rawlings

      @Markus, quant on est a la tete d’un quatior de bandits tueurs, est-on un ange ? NON, on n’est de la meme graine que les autres. Votre aveuglement de faire de Sankara un ange vous empeche une analyse reelle des crimes de sang commis sous la "revolution". Sankara pendant son mandat de PF a-t-il rendu visite aux familles des victimes ? NON, a-t-il dedommage ces familles endeuillees ? NON. L’ange Sankara c’est seulement dans vos reves.

      Répondre à ce message

    • Le 21 juillet à 17:38, par jan jan En réponse à : Statue de Thomas Sankara : « On veut quelque chose de parfait », déclare John Jerry Rawlings

      @Markus, votre Sankara, n’etait qu’un illumine plein d’arrogance vis a vis de ses aines, renseignez vous sur un de ses face a face avec Saye Zerbo qui l’avait fait ministre. Il a prefere demissionner pour aller chercher des loups qui lui ressemblent afin de faire un coup d’etat. Et bien il les a bien trouve ces loups ki ont fini par le devorer.

      Répondre à ce message

  • Le 20 juillet à 01:49, par Mechtilde Guirma En réponse à : Statue de Thomas Sankara : « On veut quelque chose de parfait », déclare John Jerry Rawlings

    Ce que je ne comprends pas dans cette histoire, c’est ce Jerry rowlings qui a massacré force de ses concitoyens et qui, je ne sais par quelle magie, a obtenu l’omerta de la population du Ghana et du milieu occulte, qui vient se fourrer le nez dans les affaires intérieures de notre Nation.

    Sa politique n’est rien d’autre que de maintenir les mauvais souvenirs et la haine dans notre pays en attisant le feu du fait de l’injustice dans les traitements des dossiers, afin de couvrir ce qu’il a de mafieux pour préparer sa propre déification dans l’Afrique de l’Ouest. Sir Rowling, ça ne passera pas, car Dieu dans sa miséricorde vous observe attentivement.

    Que Dieu vous bénisse et vous donne à la place du « roc » un coeur de chair.

    Cher caca, laisse-le Dieu s’occupera de son sort pas nous les humains.

    Répondre à ce message

  • Le 20 juillet à 04:01, par 10sur10 En réponse à : Statue de Thomas Sankara : « On veut quelque chose de parfait », déclare John Jerry Rawlings

    Cher Jan jan, je constate que vous êtes un modèle d’intellectuels qui préfèrent rester dans leur zone de confort sans une réelle capacité d’adaptation de réflexion au contexte ; c’est l’erreur mortelle de la plupart des africains ! Quand on croit à quelque chose, on y croit point barre ! Même si des événements viennent apporter des évidences contraires. Sinon des marchands d’illusions ne peuvent pas continuer à nous berner depuis des siècles avec des concepts creux. Sankara fait partie de ces grands esprits qui changent le destin du monde comme l’ont été des grands prophètes. C’est cette grandeur d’esprit qui place Sankara au-dessus des autres hommes.
    Pour ceux qui n’ont pas encore compris (camarades de classe, compagnons d’armes, révolutionnaires, pseudorevolutionnaires, réactionnaires...), arrêter vos campagnes de dénigrement contre cet grand homme ! Ceux qui l’ont éliminé ont utilisé des arguments ethncistes, mais plus de 30 ans après, l’ethnicité est la grande boulette qui risque de faire disparaître la nation burkinabé. Pour ceux qui n’ont rien compris, les grands combats de Sankara sont plus que d’actualité : dette, désertification, droits de la femme, lutte contre la corruption, la mauvaise gouvernance, la dignité de l’homme noir...
    Célébrer Sankara, n’est pas magnifié un homme mais la promotion des grandes valeurs de l’humanité qu’il incarnait.

    Répondre à ce message

  • Le 20 juillet à 08:11, par lapaz En réponse à : Statue de Thomas Sankara : « On veut quelque chose de parfait », déclare John Jerry Rawlings

    Je trouves pathétique ces débats sur Sankara, la révolution et autres. Au vu de ce qu’est devenu "l’homme intègre" je crois à mon humble avis que les gens devrait être moins arrogant et parlé de moins en moins de Sankara car nous ne reflétons en rien une quelconque intégrité et ce, de la tète du pays jusqu’a l’oiseau rare ou lambda

    Répondre à ce message

    • Le 20 juillet à 12:38, par Adjara En réponse à : Statue de Thomas Sankara : « On veut quelque chose de parfait », déclare John Jerry Rawlings

      Lapaz, prend ton mal en patience. On me traite de folle à longueur de journée, et je ne cesse de m’entendre dire :
      "Pour qui se prend-elle ?, ce n’est pas le champ du papa de quelqu’un ? Qu’elle aille faire la morale à ses enfants".

      N’abandonne pas Lapaz !
      Ce laisser-aller qui fut l’âme du régime de Compaoré, accompagné par un certain échec humain total Frédéric Fernand
      Guirma, a énormément mis nos efforts à terre.
      Mais ce Rock me surprend par moment et agréablement. Je pense qu’il est plus courageux qu’on ne le pensait.
      Ne désespère donc pas Lapaz !

      Répondre à ce message

  • Le 20 juillet à 15:39, par Bonjour En réponse à : Statue de Thomas Sankara : « On veut quelque chose de parfait », déclare John Jerry Rawlings

    Au Ghana, ils ont fait un vrai travail de mémoire au début des années 90. Ils se sont dit la vérité, les premières autorités en tête et ont mis en place des institutions solides. M. RAWLINGS n’a pas cherché à ruser avec son peuple et gagner du temps, comme cela a été le cas chez nous.
    Nous avons perdu énormément de temps dans des mensonges éhontés, indignes de gens qui dirigent un pays.
    Et malheureusement beaucoup de gens se voilaient la face, chez nous pour des raisons alimentaires.

    Répondre à ce message

  • Le 21 juillet à 09:50, par zemosse En réponse à : Statue de Thomas Sankara : « On veut quelque chose de parfait », déclare John Jerry Rawlings

    Vous avez tous raison en exprimant sincèrement vos ressentiments. Thomas Sankara est " admiré " partout dans le monde, non pour l’Homme, mais pour ce qu’il a véhiculé et qu’il a traduit en acte. 10sur10 l’a si bien résumé : dette,désertification, droit de la femme, lutte contre la corruption, dignité etc.. J’ai soutenu Sankara pour sa conception de la vie de l’homme africain. Il était en avance sur son temps hélas ! Il ya eu des erreurs, Même son ami Blaise ne l’a pas compris ! Sankara a lancé le fdf. Blaise l’a balancé. Une fois au pouvoir il a déroulé sa propre conception de la vie : "enrichissez vous, corrompez, volez,détournez,..." toujours vesté. Rock à relancé le fdf pour le moment. Vous verrez que si un autre président arrive en 2020, il rebalancera le fdf qui est pourtant une idée lumineuse. Qui vivra verra. Jerry du Ghana a certes tué. Mais il été absous par les ghaneens. Aujourd’hui il se ballade dans les rues au vu eu su de tous les ghaneens. Récemment on l’a vu règlementer la circulation en pleine rue à Accra ! Blaise peut il en faire autant à Ouaga ? Qui vivra verra

    Répondre à ce message

  • Le 21 juillet à 16:52, par Mechtilde Guirma En réponse à : Statue de Thomas Sankara : « On veut quelque chose de parfait », déclare John Jerry Rawlings

    Monsieur Zemous, permettez-moi de faire une petite rectification à votre litanie des biens qu’aurait fait Sankara : Eh bien sachez que tout ce vous récitez comme biens et que vous attribuez à votre idole, avait déjà été objets d’étude et dont les rapports avaient été consignés par notamment la Jeunesse Étudiante Catholique (et les autres mouvements sociaux de l’Église catholique : Les Guides, le Scouts, la JOC (Jeunesse ouvrière catholique), les Âmes vaillantes et les Cœurs vaillants etc.) et surtout pour les femmes guidées par leurs aumônières des lycées et collèges, dans les sessions de couture et de cuisine pendant les vacances et qui se terminaient toujours par des voyages d’investigation dans les régions du Burkina (notamment l’ouest, chez les tiefo, à karfigéla, à Banfora). Nous avons visité des sites et leurs populations : les pics de Sindou, les rivières tranquilles et les poissons nageant au gré du courant, au su et au vu de tout le monde, les grottes où les Ouattara se sont réfugiés pour fuir Samori Touré etc.), nous avons étudié les us et coutumes de ces régions. Nous avons défendu les cultures burkinabé, les habits à étoffe tissée, Eh bien sachez que le grand défenseur le Tribun en la matière était Louis Dominique Ouédraogo (Eh oui Son futur Excellence), et bien d’autres que vous ne pouvez même pas deviner. Nous en avons été les initiateurs par nos ballets et théâtres. Dans nos sessions nationales et internationales, nous avons été les pionniers-précurseurs de Vatican II sous la Direction de son Eminence le Cardinal Paul Zoungrana, de Mgr. Yougbaré et de Mgr. Denis Tanpsoba. Inutile de vous dire que la question de la femme avait été déjà examinée sous toutes ses coutures et cultures. Nous avions notre journal du nom d’« Élan », où nous exprimions nos idées surtout dans les perspectives d’avenir, par anticipation.

    Nos rapports ont été transmis au Gouvernement, malheureusement avec l’instabilité, ils n’ont jamais pu bénéficier d’exploitation appropriée.

    Plus tard dans la vie publique nous, les uns avec leurs épouses, les autres avec leurs maris, avons en tant que membres diplomatiques dans les pays d’accréditation, ou ministres avons négocié les contrats de développement.

    Les crédits et ressources engrangés étaient encore en instance lorsque la révolution est venue prétendre tout balayer pour, disait son chef charismatique, « recommencer tout à zéro ». Puis il détruisit toutes les archives comme s’il redoutait qu’elles ne puissent démentir vos affirmations erronées un jour donner un verdict contraire à ses prétendues œuvres.

    Soit dit en passant, que dans les mouvements d’actions catholiques y étaient admis des membres sympathisants : des musulmans, des protestants, des neutres pour dire que le dialogue inter-religieux a toujours été une donnée fondamentale de nos cultures. Vatican II nous la doit, cette notion, cette pensée par nos trois père de l’église cités plus haut.

    Si donc Jerry Rowlings a su dans son pays ramener la paix dans un dialogue franc malgré ses crimes, pourquoi, n’inciterait-il pas dans notre pays à cet apaisement ? Est-ce à dire qu’il pourrait se remettre en cause, au vu de la question Sankara-Blaise-Sigué-Kafando le tueur devenu député et dont on n’entend même plus et autres ? Y aurait-t-il quelque chose qui sourdrerait et qui risquerait de s’éclater un jour en l’éclaboussant lui Rawlings et en établissant la vérité qui pourrait permettre la réconciliation des burkinabé et l’absolution et le pardon de tous les crimes au Burkina ? Pourquoi Kérékou du Bénin n’a-t-il pas eu le même zèle que lui ? Walaï comme on dit chez nous, nul n’est prophète plus que Dieu Lui-même et je me garderais de me considérer comme telle. Seulement en témoin de quelques faits historiques. Heureusement.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Foire du 11 -décembre : Le Fonds permanent pour le développement des collectivités territoriales encouragé par Alassane Bala Sakandé
Festivités du 11-décembre à Tenkodogo : Il faut aussi compter avec les tensions autour des logements !
Syndicat national des commerçants du Burkina : Le bureau répond à l’accusation de gestion opaque
Perturbations des cours dans les établissements scolaires : Le maire de la ville de Ouagadougou interpelle les jeunes inciviques
8es Journées burkinabè de parasitologies : Un cadre de réflexion pour l’élimination des maladies parasitaires
11-Décembre dans le Centre-Est : L’Onatel contribue à la normalisation de l’école Bogaré B
Journée internationale des personnes handicapées dans le Kouritenga : Le prix de l’ONG Light for the World attribué à Edouard Kaboré
Ecole nationale de santé publique (ENSP) : La cuvée 2019 forte de 3010 nouvelles compétences est prête à servir
Burkina : Une nouvelle association pour promouvoir la paix
Lutte contre la corruption au Burkina : Une Nuit pour célébrer la transparence dans la gestion de la chose publique
Gaoua : Les femmes ont encore marché pour réclamer de l’eau
Commune de Niankorodougou : La société minière Wahgnion Gold Operation offre une adduction d’eau potable à la population
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés