Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Le succès est d’obtenir ce que vous voulez. Le bonheur est de vouloir ce que vous obtenez» Dale Carnegie

CAMES 2019 : La délégation burkinabè rentre au pays

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET | Par LEFASO.NET • mercredi 10 juillet 2019 à 13h24min
CAMES 2019 : La délégation burkinabè rentre au pays

La délégation du Burkina, composée d’enseignants-chercheurs et de chercheurs, qui devait participer aux travaux de la 41e session des Comités consultatifs interafricains à Bangui va rentrer au pays. Cette décision de boycott fait suite à la suspension du Pr Augustin Loada, président du CTS Sciences juridiques et politiques.

Mis en cause, entre autres griefs, par une plainte du Pr Abdoulaye Soma, le Pr Loada avait été suspendu, à titre conservatoire, par un arrêté du Secrétaire général du CAMES en date du 4 juillet. Une décision rejetée par le ministère burkinabè en charge de l’enseignement supérieur qui propose le candidat à ce poste.

Devant le refus du SG du CAMES d’annuler son arrêté de suspension du Pr Loada, la délégation burkinabè a décidé de rentrer au pays. Les candidats du Burkina Faso à la session 2019 du CAMES devraient donc être évalués en l’absence de membres burkinabè dans le jury.
Affaire à suivre

Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 10 juillet à 07:23, par Vla... En réponse à : CAMES 2019 : La délégation burkinabè rentre au pays

    @LeFaso.net, il y a un souci dans votre article. Ce n’est juste et vrai de dire---vous le faites depuis le début, pour quelles raisons ?---que suite à la plainte de Pr SOMA. Le communiqué du CAMES est quand même clair. La plainte de Pr SOMA est une des raisons, la dernière d’ailleurs. Nous sommes tous sous le choc mais soyez professionnels. Ne laissez pas vos accointances prendre le dessus sur la VERITE. Vous ne nous rendez pas service !

    Répondre à ce message

  • Le 10 juillet à 07:34, par Gongloma Sooké En réponse à : CAMES 2019 : La délégation burkinabè rentre au pays

    Attention, il n’ya jamais de petite querelle !
    La politique de la chaise vide n’est point la meilleure mais dans pareil situation, la solidarité de l’équipe burkinabè est louée.
    Pauvres institutions africaines. Chacun veut gérer comme dans son salon. On s’en fout des règles et c’est partout depuis les présidents avec la constitution jusqu’aux petits directeurs
    C’est dommages ?

    Répondre à ce message

  • Le 10 juillet à 07:43, par Ka En réponse à : CAMES 2019 : La délégation burkinabè rentre au pays

    Le patriotisme au pays des hommes intègres est génétique depuis la nuit du temps. Et ce boycott averti aux décideurs du CAMES, que le peuple Burkinabé et ses intellectuels sont souder derrière un homme de valeur. Bravo a la délégation, car, ce boycott est légitime et justifié.

    Répondre à ce message

  • Le 10 juillet à 07:51, par lemaitre En réponse à : CAMES 2019 : La délégation burkinabè rentre au pays

    Ce qui est décevant dans cette affaire c’est de laisser nos candidats à leur propre sort pour protéger une seule personne.Pourquoi pas laisser la délégation accompagner nos candidats et après voire ce qu’ils vont faire pour nous montrer que le PR est vraiment innocent dans cette affaire.C ’était la seule décision sage à prendre.Ce qui nous montre clairement que ce gouvernement préfère protéger l’intérêt d’un seul individu par rapport à plusieurs personnes.

    C’est très malheureux pour le pays des hommes intègres.

    Répondre à ce message

    • Le 10 juillet à 11:09, par Salif En réponse à : CAMES 2019 : La délégation burkinabè rentre au pays

      La réaction de la délégation du Burkina est pour préserver l’honneur du Burkina dans cette affaire. Ce n’est nullement pour protéger qui que ce soit. D’ailleurs, il est inconcevable que pour une plainte d’un candidat, qui plus est le conseiller juridique du SG du CAMES, on vienne à suspendre un président du jury (composé de sept personne et qui délibère par consensus) sous le prétexte fallacieux qu’il serait le cerveau d’un réseau de faussaires, sans pour autant chercher à entendre l’accusé.
      L’Université de Ouagadougou à un conseil scientifique qui délibère sur des questions aussi importantes que la plainte du MCF. SOMA et c’est un abus que d’user de sa position de conseiller juridique du SG du CAMES pour vilipender son compatriote.

      Répondre à ce message

  • Le 10 juillet à 08:27, par Intello En réponse à : CAMES 2019 : La délégation burkinabè rentre au pays

    Quelle irresponsabilité ? Pourquoi punir les candidats à cause d’une seule personne ? Si Loada estime qu’il a été sanctionné à tord, qu’il exerce les voies de recours prévues par les textes du CAMES. Cette attitude est partisane surtout que celui qui se plaint de " l’inconduite" de Loada est aussi burkinabé. Il faut un peu plus de neutralité et de responsabilité de la part de nos autorités dans la gestion ce certains dossiers ; la passion, le copinage, le parti pris ne servent pas l’intérêt général.

    Répondre à ce message

  • Le 10 juillet à 08:28, par caca En réponse à : CAMES 2019 : La délégation burkinabè rentre au pays

    Ceux qui défendaient au professeur Loada en tout vent sans même chercher à comprendre la plainte du Dr SOMA doivent maintenant que l’affaire est très sérieuse. Même le ministère s’est trompé de cible et ce retour est une honte pour notre pays. Mr propre contre la modification de l’article 37 n’est pas le même propre à l’étranger. L’exclusion de la délégation burkinabè est une insulte à Thomas Sankara qui voulait une intégrité. N’est ce pas le sens de la métaphore de Jésus qui s’applique ? "On vois facilement la paille dans l’œil du voisin et on oublie la poutre dans le sien. L’apôtre Paul dire que celui qui est débout prend-soin de tombé. Les éléphants se sont battus dans la forêt et se retrouvent dans la place du marché international.
    Mr Le propre où est votre intégrité ?

    Répondre à ce message

  • Le 10 juillet à 08:58, par Yamsoba En réponse à : CAMES 2019 : La délégation burkinabè rentre au pays

    Bonjour. Sans trop comprendre les coulisses de cette affaire, je pense que c’est une honte pour nos intellectuels de se conduire de la sorte. Le linge sale se lave en famille, mais qu’un Burkinabé traine un autre hors des frontières pour aller remettre à l’abattoir et se pavaner fièrement c’est le comble. Pire, je crois comprendre que l’auteur de ce scandale est quelqu’un qui prétend vouloir diriger ce pays. Franchement je m’étais trompé lourdement sur ce monsieur à qui j’accordais un grand estime. Le masque est tombé très tôt et les Burkinabé doivent se méfier de ce monsieur qui ne pourra rien faire de bon pour ce pays. C’est de la pure méchanceté voire un égoïsme maladif qui n’honore pas l’auteur de la plainte contre le Pr LOADA. Sincèrement je ne défend pas le mis en cause mais c’est la démarche qui m’attriste. Hummmmmmm où va ce pays avec des gens comme çà ?

    Répondre à ce message

    • Le 10 juillet à 10:41, par Alpha En réponse à : CAMES 2019 : La délégation burkinabè rentre au pays

      Mon ami, il faut chercher à comprendre le fond du problème ; quand des gens se plaisent à dire que"je suis le seul spécialiste dans tel domaine" et l’on va jusqu’à vouloir bloquer les autres injustement pour qu’ils se hissent pas au sommet, ça ne peut que donner ce que nous savons

      Répondre à ce message

    • Le 10 juillet à 12:21, par LE VILAIN En réponse à : CAMES 2019 : La délégation burkinabè rentre au pays

      "Le linge sale se lave en famille, mais qu’un Burkinabé traine un autre hors des frontières pour aller remettre à l’abattoir et se pavaner fièrement c’est le comble." Mon cher s’il a raison y a pas de soucis. Nous avons lancer un mendat d’arrêt international contre François COMPAORE et actuellement il a été arrêté à Paris. Lui, il n’est pas burkinabè ? Tout ce que moi, j’attends c’est la réaction du Professeur LAODA que je connais très bien et je l’apprécie très bien.

      Répondre à ce message

    • Le 10 juillet à 14:20, par Bantchandi En réponse à : CAMES 2019 : La délégation burkinabè rentre au pays

      Merci Yamsoba je pense la même chose que toi, j’avais commencé à avoir de l’estime pour SOMA, et il parait que le Pr. LOADA a beaucoup fait pour ce monsieur. Lui là PF on va tous finir à la cpi.

      Répondre à ce message

    • Le 12 juillet à 10:22, par COULIBALY En réponse à : CAMES 2019 : La délégation burkinabè rentre au pays

      Merci Yamsoba. J’ai le même sentiment que toi et l’acte de Mr SOMA m’écœure.

      Répondre à ce message

  • Le 10 juillet à 09:00, par Le fisl du pauvre En réponse à : CAMES 2019 : La délégation burkinabè rentre au pays

    Bravo Chers enseignants pour cette décision digne de chercheurs éclairés. Que la plainte du Pr. SOMA soit fondée ou non, une telle décision de notre délégation était le minimum, pour l’honneur du Burkina Faso qu’ils représentent dans cette instance !

    Répondre à ce message

  • Le 10 juillet à 09:00, par sidbénéré En réponse à : CAMES 2019 : La délégation burkinabè rentre au pays

    A ma connaissance,c’est pas le seul professeur Loada Augustin qui a été sactionné par le CAMES pour cette 41 ème Session.Si tous les pays dont un membre a été sanctionné se coalisent le quorum ne sera peut être pas atteint.La session sera peut être ajournée.Eclairer nous éminents Professeurs.

    Répondre à ce message

    • Le 10 juillet à 10:47, par Kouda En réponse à : CAMES 2019 : La délégation burkinabè rentre au pays

      sidbénéré
      Relisez bien tous les articles de presse.
      Augustin Loada n’a nullement été sanctionné par la commission d’éthique du CAMES. C’est le SG du CAMES, dont le conseiller juridique est Abdoulaye Soma, et contre qui (je parle du SG) Loada a porté plainte, qui a décidé seul de suspendre Loada de la 41ème session du CCI. Si nous étions dans un pays qui se respecte, le SG du CAMES Bertrand Mbatchi aurait plié bagages du Burkina Faso.

      Répondre à ce message

  • Le 10 juillet à 09:25, par Burkinabè En réponse à : CAMES 2019 : La délégation burkinabè rentre au pays

    En voilà une décision courageuse !

    L’honneur et la dignité de nos enseignants - chercheurs intègres n’est pas à vendre.

    Quand à l’autre qui se trouve à l’origine de ceci, il tirera les conséquences avec son mentor qui devrait quitter la barque pour garder également son honneur.
    Son fieul me semble trop pressé avec une surdose d’orgueil.

    Il est bien connu pourtant que l’orgueil précède la chute.

    Savoir doit rimer avec sagesse !

    Cordialement.

    Répondre à ce message

  • Le 10 juillet à 09:40, par LG En réponse à : CAMES 2019 : La délégation burkinabè rentre au pays

    Je pense qu’il faut analyser cette situation sans passion. Une personne se sent piétiner, elle a eu le courage d’utiliser les voies légales pour se faire justice au lieu d’attendre la décision du CAMES on veux encore le noyer. Il faut que les burkinabè qui se disent intègrent se réveillent. ce sont des attitudes pareilles qui ont amené les gens à passer par les Kolgwéogo pour résoudre leur problème. Comment des hommes de droits peuvent fuir le chemin tracé par le droit pour réclamer justice ?. On peut faire retarder la vérité mais tôt ou tard elle se fera savoir.

    Répondre à ce message

  • Le 10 juillet à 09:42, par Tom En réponse à : CAMES 2019 : La délégation burkinabè rentre au pays

    C’est la plus irresponsable des decisions qu’un pays puisse prendre. Que le Burkina decide de CAMES aurait à mon avis été plus responsable que de sacrifier une cinquantaine de candidats pour soit disant laver l’honneur d’un individu qui n’est peut être pas si innocent que ca. Les voies de recours existent et sont bien connues par les uns et les autres et LOADA n’a pas attendu pour porter plainte.
    Que ferez-vous de ces 50 candidats si par mesure de représailles le CAMES décidait de mettre de coté leurs candidatures ? Que ferez-vous de ceux qui vont être déclarés inscrits sur les listes d’aptitude les dossiers sont examinés ? Les conséquences de cette decision pourraient être plus dramatiques que le problème qu’elle est sensée régler. Décidément, il y a des gens qui sont prêts même à bruler ce pays pour réchauffer leur tasse de café.

    Répondre à ce message

  • Le 10 juillet à 09:51, par ST En réponse à : CAMES 2019 : La délégation burkinabè rentre au pays

    Pourquoi les gens s’agriffent uniquement sur la plainte du Pr Soma il me semble qu’il y a d’autre plaintes contre lui. Agissons avec objectivité dans cette affaire.

    Répondre à ce message

  • Le 10 juillet à 09:54, par Minnayi En réponse à : CAMES 2019 : La délégation burkinabè rentre au pays

    Le drame actuel de notre pays c’est que chacun se permet de tenir une position sur une affaire dont il est totalement ignorant. Tous ceux qui insultent le Pr LOADA ou qui condamnent le boycott de la délégation ne connaissent absolument rien de l’affaire. Ce serait vraiment bien pour notre pays que les uns soient humbles sur certains sujets dont ils n’ont pas assez d’informations.

    D’abord, ceux qui disent que le Pr LOADA n’est pas le seul à être sanctionné font déjà une grave confusion. Il est bien le seul membre d’un CTS (de surcroit le Président) à être sanctionné alors que les autres qui ont été sanctionnés sont des candidats à des titres (d’avancement) au CAMES.

    Ensuite, comment suspendre un seul membre d’un CTS (même s’il en est le président) alors que la décision d’un CTS est toujours prise de façon collégiale ? En tant que président du CTS, il ne décide pas tout seul. S’il y a des raisons de soupçonner la partialité par rapport à une décision c’est tout le CTS et non le président seul.

    De plus, c’est toujours bien de s’informer avant réagir sur certains aspects. Pour ceux qui connaissent bien le milieu savent que le Dr SOMA en veut au Pr LOADA pour des raisons autres que scientifiques. Et tous ceux qui observent la situation depuis un moment (Transition) peuvent avoir une idée de ces raisons.

    Enfin, la délégation a décidé de ce boycott en raison de la gravité de la situation. Ceux qui parlent de politique de chaise vide se trompent car le milieu scientifique n’est pas comme le milieu politique. Même vide, aucune chaise ne peut être occupée indûment dans le milieu scientifique comme on le ferait dans d’autres milieux.Et mieux, il faut savoir que la candidature au poste de président du CTS SJP revient au Burkina.
    Bref, j’ai eu simplement mal au coeur quand j’ai lu quelques réactions par simple ignorance ou méconnaissance des faits. Apprenons à ne pas parler des choses dont on n’a pas assez d’informations, c’est pour le bien de notre pays. Merci.

    Répondre à ce message

    • Le 10 juillet à 10:55, par Kouda En réponse à : CAMES 2019 : La délégation burkinabè rentre au pays

      Cher Minnayi,
      ainsi va le Burkina.
      Les gens se prononcent sur des sujets dont ils ignorent complètement les tenants et les aboutissants. En outre, vous verrez des gens interpréter ou dire des paroles complètement fausses alors que la réalité est sous leurs yeux. Dans la décision de suspension de Loada par le SG du CAMES, il est dit qu’une plainte a été déposée contre Loada et elle doit être examinée par la commission d’éthique du CAMES. Ce qui signifie qu’à ce jour, cette commission d’éthique n’a pas encore examiné la plainte contre Loada. Ensuite, il est dit dans la même décision que Loada a porté plainte contre le SG du CAMES. Cela signifie que le SG devient juge et partie puisque c’est lui qui dirige la commission d’éthique du CAMES. Ce qui me révolte dans la décision de suspension de Loada, c’est que ce n’est pas la commission d’éthique qui a décidé de suspendre Loada mais c’est le SG seul qui a pris cette lourde décision.
      Je pense sincèrement qu’il est temps que le SG Bertrand Mbatchi plie ses bagages du CAMES et il partira.

      Répondre à ce message

    • Le 11 juillet à 09:57, par Student En réponse à : CAMES 2019 : La délégation burkinabè rentre au pays

      Merci bien Minnayi pour ce post plein de sagesse . Tout le monde devrait lire ça avant de faire un commentaire sur quoi que ce soit et ce tout le temps. Et je pense que c’est avec ce genre de comportement que l’on pourra bâtir notre chère nation le BURKINA FASO et L’AFRIQUE en général. Encore merci et merci le sage.

      Répondre à ce message

  • Le 10 juillet à 09:55, par Shalom En réponse à : CAMES 2019 : La délégation burkinabè rentre au pays

    Si notre Ministre en charge de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique apporte son soutien au Prof. LOADA, c’est bien en connaissance de cause. Je souhaite que la résolution de cette affaire serve de point de départ pour assainir le CAMES en mettant en lumière le système de corruption mis en place par le SG. Mais, un tel travail de salubrité publique ne peut pas se faire avec l’actuel SG. Il est la base de tous les problèmes (relisez les posts de la semaine dernière sur ce problème). Il est illégitime et corrompu. Quand au fameux Dr SOMA, je pense qu’il mérite d’être radié des effectifs des enseignants-chercheurs de l’Université Ouaga II. Je demande à nos journaux d’investigation de se saisir de cette affaire afin de nous éclairer davantage.

    Répondre à ce message

  • Le 10 juillet à 10:08, par la sage rage En réponse à : CAMES 2019 : La délégation burkinabè rentre au pays

    donc comme ça vous abandonné les pauvres candidats pour une mesure conservatoire. la je comprend que vous êtes des profs vendus. mon pays va très mal

    Répondre à ce message

  • Le 10 juillet à 10:21, par Up ! En réponse à : CAMES 2019 : La délégation burkinabè rentre au pays

    Article 10 du code d’éthique et de déontologie du CAMES : ‘’ Tout Membre du CAMES ou participant à ses programmes est tenu, de manière stricte, à une obligation de réserve et d’indépendance à l’égard des Gouvernements des États Membres. Il s’abstient de tout acte incompatible avec sa situation et ne sollicite, ni n’accepte aucune instruction d’aucune autorité, gouvernementale ou autre’’.
    Je ne peux pas accepter cet amateurisme à un tel niveau de responsabilités.

    Répondre à ce message

  • Le 10 juillet à 10:22, par Impartial En réponse à : CAMES 2019 : La délégation burkinabè rentre au pays

    Pour ceux qui s’inquiètent de l’abandon des candidats Burkinabès, il n’y a pas lieu de s’affoler. En principe, l’absence des membres d’un pays fera tout au plus 1/10 des membres absents. Cela ne peut pas empêcher les CTS de se tenir. D’ailleurs pour l’objectivité des CTS, les candidats d’un pays X ne devraient pas être évalués par les membres de son propres pays.

    Répondre à ce message

  • Le 10 juillet à 10:25, par Kôrô Yamyélé En réponse à : CAMES 2019 : La délégation burkinabè rentre au pays

    - Tout ceci montre que le Pr LOADA lui-même n’a pas une bonne attitude et doit se reprocher quelque chose. Sinon moi à sa place j’aurais dit à mes compatriotes, ’’Non, restez sinon il sera dit que c’est parce que je suis votre compatriote que vous agissez ainsi. Je ne me repoche rien et je suis sûr que la justice va trancher. Restez’’. Et comme c’est aussi un burkinabè qui a déposé la plainte contre lui, il n’y aurait pas d’hypocrisie en dessous. Mais il a laissé faire. Donc il n’est certainement pas très propre dans cette affaire.

    Pat Kôrô Yamyélé

    Répondre à ce message

    • Le 10 juillet à 13:59, par Shalom En réponse à : CAMES 2019 : La délégation burkinabè rentre au pays

      Bonjour Koro. Notre Ministre avait donné des instructions aux membres brukinabé aux travaux du CAMES avant leur départ pour Bangui. Il leur a demandé de revenir au bercail si le SG du CAMES persiste dans sa volonté à maintenir la suspension du Prof. LOADA.

      Répondre à ce message

    • Le 10 juillet à 14:54, par Shalom En réponse à : CAMES 2019 : La délégation burkinabè rentre au pays

      Le Ministre en charge de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique du Burkina Faso a convoqué tous les candidats burkinabè au CAMES cette année à une rencontre demain à 14 h à l’Université Joseph KI-ZERBO. Nous en saurons donc plus demain, Dieu voulant.

      Répondre à ce message

    • Le 12 juillet à 09:21, par Taryam En réponse à : CAMES 2019 : La délégation burkinabè rentre au pays

      Je pense que vous n’êtes pas un proche du Pr Loada pour savoir ce qu’il a pu dire ou non au ministre ou à la délégation. Je vous informe qu’il a été refoulé à l’aéroport de Bangui et n’a pas eu l’occasion d’échanger avec la délégation encore moins avec le ministre avant qu’ils décident de ne pas participer aux travaux.
      Et de toutes les façons, les membres de la délégation Burkinabé tout comme le ministre sont majeurs et maîtres de leurs décisions. Ce n’est pas de la responsabilité du Pr Loada de leur dire ce qu’ils doivent faire ou non.

      Répondre à ce message

  • Le 10 juillet à 10:43, par Ledroitier En réponse à : CAMES 2019 : La délégation burkinabè rentre au pays

    Je pense que le gouvernement devrait penser plus à l’intérêt des pauvres étudiants qui n’ont pas de profs plutôt que de défendre la tête d’un individu. Et plus abandonner les candidats à leur sort au lieu de leur porter son soutien. Revenir n’est pas la solution car il y a des procédures à suivre et le Burkina ne peut pas ignorer cela. Nous ne sommes pas dans une négociation ou il faut quitter la table de négociation quand ça ne nous arrange pas mais une organisation qui va décider du destin des gens qui ont croupis sous la misère pour pouvoir présenter un travail de longue haleine .Internautes je vous en prive penser à l’intérêt général plutôt que de penser à suivre nos fans comme si on était en politique.

    Répondre à ce message

  • Le 10 juillet à 10:43, par Kôrô Yamyélé En réponse à : CAMES 2019 : La délégation burkinabè rentre au pays

    - Minnayi, toi qui connait aussi tu es resté sombre dans certains aspects. Donc tu es comme nous. Et si on ne sait pas, on se tait. OK ? Pourquoi tu ne nous dit pas clairement ce qu’il y a entre Prs Soma et Loada et tu nous renvois à la Transition ? Dit tout si tu veux être plus crédible, sinon circule tranquillement. On n’est pas des charlatans pour imaginer ce qu’il y a sous le pagne ou la culotte.

    Et puis quelque soit Alpha, si les burkinabè membres de la délégation voulaient être sincères et honnêtes avec leur compatriote Loada, ils seraient restés et auraient demandé une intervention préalable à leur participation et c’est quand on va leur refuser cette intervention qu’ils devraient vider la salle et s’en aller. Dans cette intervention il devraient dire à l’Assemblée : ’’Chers tous, vous êtes tous au courant de la sanction qui frappe notre confrère Loada. Sachez que nous burkinabè celà nous touche directement. Nous participerons à ce travail même si nous sommes meurtris. Nous attendons seulement la décision de la justice. Et soyez sûrs que s’il advenait que la justice blachisse à notre compatriote Loada, on devra tous tirer les conséquences et un nettoyage complet et total de la CAMES s’imposera. Nous les burkinabè prenons l’engagement ici devant vous d’y oeuvrer mais de manière ferme pour que jamais le CAMES soit intègre. Nous vous remercions’’. Ce serait plus intègre, plus burkindi et plus PATRIOTIQUE à mon avis. Mais ce même Loada aussi se tait et laisse les gens s’en aller !!!

    Par Kôrô Yamyélé

    Répondre à ce message

    • Le 10 juillet à 11:12, par Kouda En réponse à : CAMES 2019 : La délégation burkinabè rentre au pays

      Kôrô Yamyélé,
      ce n’est pas la justice qui doit juger de cette affaire.
      C’est la commission d’éthique du CAMES qui doit juger de l’affaire et cette commission d’éthique est présidé par le SG du CAMES contre qui Loada a porté plainte. Vous voyez que pour plus d’impartialité et pour éviter tout conflit d’intérêt, le SG ne doit pas diriger la commission d’éthique lorsqu’elle jugera de l’affaire.

      Répondre à ce message

  • Le 10 juillet à 10:48, par Ka En réponse à : CAMES 2019 : La délégation burkinabè rentre au pays

    Caca, on peut être un partisan inconditionnel de Blaise Compaoré, mais on peut aussi être franc pour un de nos intellectuel qui connait bien le droit, et qui a prouver que la lettre et l’esprit de l’article 37 de notre constitution était intouchable et qui a fait fuir celui que tu voue sans condition. Pour les jeunes et surtout le peuple Burkinabé qui ont vécu la bataille pour dire a Blaise Compaporé de ne pas tripatouiller l’article 37, le prof. Loada fut un de ces hommes publics qui plaçaient leurs actions au service des autres dans un souci permanent de promouvoir une société fraternelle, solidaire, capable de rendre aux plus faibles, à ceux que la vie a durement éprouvés leur dignité.

    Répondre à ce message

    • Le 11 juillet à 11:21, par caca En réponse à : CAMES 2019 : La délégation burkinabè rentre au pays

      Ka, c’est le début de la descente aux enfers pour ceux qui ont trahis le peuple burkinabè. Je vois que votre âge de la troisième âge trahi également votre conscience. On peut affirmer il y a 4 ans que le projet de modifier l’article 37 était bien un péché originel pour un homme qui se veut exemplaire morale-éthique de responsabilité personnelle), mais sur le plan légal, il n’y avait rien qui empêchait cette modification. Le professeur Loada qui a bénéficié les largesses du SEM Blaise Compaoré le sait bien. Voyez vous aujourd’hui que les choses tournent mal pour notre pays. Vous le savez bien que le traitre fini par être trahi lui-même. Quand dans un monde corrompu par le péché et certains veulent jouer le rôle de Mr Propre devaient prendre garde d’eux-même pour y demeurer dans cette voie de sainteté. C’est le début pour clarifier enfin comment nos jeunes intellectuels sont arriver au sommet. Si c’est par mérite tant mieux pour eux, mais s’il s’agit de magouille, Dieu est le seul qui récompense l’œuvre de chacun.

      Répondre à ce message

      • Le 11 juillet à 14:14, par Ka En réponse à : CAMES 2019 : La délégation burkinabè rentre au pays

        Caca : Pour ton vieux Ka, l’important en 2014 c’était l’alternance politique voulu par le peuple et la jeunesse : Parmi cette jeunesse mes enfants qui me disaient toujours, ’’vous étiez aussi des jeunes, permettez-nous de prouver ce qu’on peut faire.’’ Aujourd’hui que Loada a quelque chose à se reprocher, ou si des personnes en veulent a sa peau, pour moi ça ne change pas. Je retiens de lui un juriste qui a pu convaincre au peuple, que les tripatouilleurs des articles de loi ne pouvaient pas toucher à la lettre et l’esprit de l’article 37, et qui a abouti à un changement pour demeurer l’alternance politique, en souhaitant que la jeunesse puisse en profiter pleinement dans les années à venir, et construire un Burkina émergeant selon leur génération comme nous l’étions dans les années 80. Si tu as remarqué, plus de 60% des intervenants dans cette analyse saluent le patriotisme des Burkinabé et leurs autorités pour la solidarité avec le prof. Loada. Alors, comme tu le confirme, Dieu est le seul juge dans des situations de ce genre.

        Répondre à ce message

  • Le 10 juillet à 11:13, par SAAFI En réponse à : CAMES 2019 : La délégation burkinabè rentre au pays

    Ce sont des gens comme ça qui vont que l’Afrique ne décolle pas. Ils veulent rester seul et rien que pour l’argent.

    Répondre à ce message

  • Le 10 juillet à 11:22, par Le Paysant En réponse à : CAMES 2019 : La délégation burkinabè rentre au pays

    Ah oui ! Bravo à mon Wack man !
    Je vs le dis ici et maintenant que cette crise des intellos Burkinabè est l’oeuvre de mon Wack man.Tout simplement, parce que ces égoïstes ont décidé de boycotter l’enseignement supérieur public du Burkina Faso où nous les pauvres nos enfants allaient devenir comme eux.Ils ont choisit volontairement de tuer les Universités publiques au profit des privées.Comment comprendre et admettre que des bacheliers de 2018 ne sont pas encore en première année parce qu’ils sont les enfants des pauvres ? Alors que ces Professeurs et autres Docteurs ont été formés en leur temps dans les Universités publiques grâce à l’impot de capitation des misérables Burkinabè.Ils vont chier des pointes ici.J’irai donner mon chien noir à mon wack man afin qu’il aggrave leur situation.

    Répondre à ce message

  • Le 10 juillet à 11:52, par Sage En réponse à : CAMES 2019 : La délégation burkinabè rentre au pays

    Mr Minnayi.
    Toi qui semble tout savoir, tu aurais dû dire à Fasonet de retirer l’article puisqu’il s’agit d’un sujet d’initiés.
    Tu déclares que Soma est contre Loada et tu ne dis pas pourquoi ? par ailleurs, tu ne dis pas si aussi Loada n’est pas contre Soma, toi qui sait tout Mdrrrrr. Ca enlève tout crédit à ton écrit ; du n’importe pour quelqu’un qui se croit savant.
    Pour ce qui est du fond, je crois que Loada n’est pas sanctionné pour le moment. Par contre, nous avons appris la sanction par le CAMES récemment, de professeurs venant du Bénin, du Togo et de la Côte d’Ivoire. Si chacun doit boycotter par ce qu’on a touché à un de ses citoyens, arrêtons cette farce d’organisation commune et que chacun se débrouille dans son pays.
    Avec des raisonnements pareils, on commence par mon pays ou rien, dans le pays c’est mon ethnie ou rien, après c’est ma région ou rien, mon village ou rien, ma famille ou rien et moi ou rien. Un vrai responsable doit être au-dessus. On ne doit pas dire on est du même pays un point c’est tout, on ne doit pas le questionner ; ceux qui font cela, sont le plus souvent, des régionalistes dans leur pays.

    Répondre à ce message

    • Le 11 juillet à 19:21, par Kiriki En réponse à : CAMES 2019 : La délégation burkinabè rentre au pays

      Le Sage et bien d’autres. Sachez que je suis heureux tien s de vous lire et de me sentir moins bête. Laissez moi vous rappeller une immense Sagesse de cette mésaventure. La Delegation burkinabe a tres tres bien fait. Cest ça la famille. C’est comme ça que ça devait se faire. Et je vous dus je suus fière de cette délégation meme si Oui, cest regrettable. Et pour finir, Dieu merci, l incident laisse au contraire intact les chances de nos candidats qui vont livrer une bataille sans les leurs. Cest NICKEL

      Répondre à ce message

  • Le 10 juillet à 11:59, par RV En réponse à : CAMES 2019 : La délégation burkinabè rentre au pays

    Est-ce que les textes du CAMES prévoit le boycott ?! Si non, pourquoi ne pas respecter les procédures de recours. Il n’est pas bien de se soustraire à ces obligations. J’ai constaté que les Hommes de Droit sont ceux-là qui respectent le moins le Droit.

    Répondre à ce message

  • Le 10 juillet à 12:16, par Thomas En réponse à : CAMES 2019 : La délégation burkinabè rentre au pays

    1- « Le Secrétaire Général, après consultation du Président en exercice du Conseil des Ministres, prend toutes mesures conservatoires destinées à empêcher la personne impliquée dans la procédure de prendre part, pendant la durée de celle-ci, aux programmes du Conseil Africain et Malgache pour l’Enseignement Supérieur  », Article 31 nouveau du Code d’éthique et de déontologie modifiée par la 36e session du Conseil des Ministres du CAMES.

    2- VU la décision n° SO-CM/2019-010 du 30 mai 2019 du Conseil des Ministres du CAMES, portant sanction pour non-respect du Code d’éthique et de déontologie (CED) du CAMES, prononcée à l’encontre de Madame Dandi GNAMOU ;

    3- VU la décision n° SO-CM/2019-012 du 30 mai 2019 du Conseil des Ministres du CAMES, portant sanction pour non-respect du Code d’éthique et de déontologie (CED) du CAMES, prononcée à l’encontre de Monsieur Adama KPODAR ;

    4- VU la décision n° SO-CM/2019-013 du 30 mai 2019 du Conseil des Ministres du CAMES, portant sanction pour non-respect du Code d’éthique et de déontologie (CED) du CAMES, prononcée à l’encontre de Monsieur Djedjro Francisco MELEDJE ;

    5- VU la Lettre du Dr Abdoulaye SOMA du 28 juin 2018 adressée au Ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et de l’Innovation du Burkina Faso, avec ampliation au Secrétaire Général du CAMES. Par ladite lettre, Dr Abdoulaye SOMA saisit son Ministre de tutelle, dans le but de l’informer et appeler sa responsabilité dans la gestion du Comité Technique Spécialisé des Sciences Juridiques et Politiques (CTS/SJP) et de récuser le manque d’objectivité, de neutralité, de scientificité et d’impartialité du Président du CTS/SJP, le Pr Augustin Marie-Gervais LOADA.

    La plainte de SOMA n’est que la partie visible de l’iceberg.

    Répondre à ce message

  • Le 10 juillet à 13:21, par Bôbangré En réponse à : CAMES 2019 : La délégation burkinabè rentre au pays

    Chers professeurs juristes éclairer nous : Que veut dire "Suspendu à titre conservatoire" ?
    A ma connaissance, M. Dodzi KOKOROKO Professeur Titulaire, Président de l’Université de Lomé, M. Adama Professeur Titulaire, etc. sont suspendus pour 03 ans. Il ne sont pas en situation d’avancement de grades comme le prétend Minnayi qui affirme que "le Pr LOADA est bien le seul membre d’un CTS (de surcroit le Président) à être sanctionné alors que les autres qui ont été sanctionnés sont des candidats à des titres (d’avancement) au CAMES". Ne faisons pas d’amalgame.

    Répondre à ce message

  • Le 10 juillet à 13:29, par Tougma En réponse à : CAMES 2019 : La délégation burkinabè rentre au pays

    Monsieur Loada est un juriste et s’il se sent lésé qu’il introduit un recours juridique. Pour la délégation, c’est encore une preuve qu’il leur faut encore étudier l’objectivité. Je ne pense pas qu’il existe un recours juridique de cette nature (le boycott) dans le règlement du CAMES. Enfin, je suppose qu’ils ne vont pas accepter les indemnités et frais de missions qui étaient prévus pour le travail technique auquel ils avaient la charge.

    Répondre à ce message

  • Le 10 juillet à 14:24, par Nuee En réponse à : CAMES 2019 : La délégation burkinabè rentre au pays

    Le Ministre de l’enseignement supérieur devrait démissionné pour mauvaise gestion de cette crise. Le problème concerne la seule section droit et le cames reste et demeure une institution autonome. En demandant à toute la délégation burkinabé de plier bagage alors les autres sections ne sont pas concernés, c’est commettre une grosse faute qu’un ministre devrait pas faire. c’est donné raison à ceux qui croient que le ministre des enseignements supérieures est téléguidé par des mains invisibles pour des intérêts égoïstes au détriment des candidats qui n’ont rien à voir dans cette affaire.

    Répondre à ce message

  • Le 10 juillet à 15:02, par ERNEST DABIRE En réponse à : CAMES 2019 : La délégation burkinabè rentre au pays

    Merci atous ceux qui connaissent dilligemment les auspices de cette grosse affaires et qui essaient de faire la lumière pour les profannes qui se jettent à l’eau .Mais parmi tous es commentaires plus ’un sont à caractèere politique que scientiique enore mois juridique et le spiriuel est hors terrain d’analyse pour dire à quel point l’impatience embrase les coeurs pour les pousser vers les propos haineux violents denigrants ravageux excitant la violence sans reflexion ou la torence est zero meme ma de repis pour savoir raison garder pour des eplications objectives visant la raison ou la reclamation pour la reparation du tors meme juridique on en plus du temps pour rendre justice par que chacun se croit avoir raison poussé par des legions ’esprits malveillants près à en decoudre et je crains que meme si cette affaire arrive au juge celestre c’est à dire AU DIEU CREATEUR des gens tenaces et feroces douteront toujours de son impartialité comme si eux meme sont créés juges irroprochables sans péchés sans erreurs sans faille .c’est domage que l’esprit de jungle tente toujours e suplomber l’esprit patriotique qui a debousolé et debouté l’ex -persident BLAISE COMPAORE hors du FASO et si cela etait une source d’immense joie on saurait mieu s’adapter à toute situation dans l’union et l’esprit patriotique mais si cette joie ne devient qu’une utopie alrs il sera très dificile de vivre ensemble et se proteger contre tout escalde et cela sera une des plus grosses follies nationales pas moins que l’hommosualité dont on se tague ne jamais admettre son existence aux portes de nos pays.Quand le terrorisme etait loin on se disait unis et patriotique mais quand tout à coup les djadistes ont endeuillé le pays il ya bien de personnes pas des moindre qui ont trahi la nation trahis leurs frères t soeurs leurs parents et tout devient politique or tout le monde ne faisait pas de politique avant et tout le monde ne parlait pas dans n’importe quel sujet brulant ou pas chacun pensait etre sure et désinterressé jusqu’à ce que nous voyos que tous les citoyens sont venus au monde avec chacun un decrt de loi un arrété une proposition ou une loi individuelle bre chacun evient legislateur et veut legiferer à tort ou raison dans tout sujet d’actualité chacun invente tout sans savoir les principes juridiques et les sanctions dans tout ce que nous proferons alors je vous INFINIMENT PARDONS pardons ils ya des millions de BURKINABE qui vous suivent partout dans le monde on vous analyse en profondeur pour sasoir votre changement profon avec les valeurs intrinsètes d’etre fier d’ètre burkinabé et quans je considère tout cela me fait peur surtout quand quelqu’un qui vit à l’exterieur du pays s’il analyse bien on sent bien des rancoeurs et des reglements de comptes dans bien de propos dna tous les sujets qu’on aborde au BURKINA or il ya des millions e burkinabès vivants à l’eterieur du pays qui contribuent déjà au developpement
    du BURKINA FASO partout dans le monde avec l’espoir de rentrer contribuer au developpement du BURKINA FASO. ALORS QUE VOULEZ VOUS AU JUSTE MONTRER AU MONDE ??? NATURE OU DENATURE ???

    Répondre à ce message

  • Le 10 juillet à 17:44, par Harouna En réponse à : CAMES 2019 : La délégation burkinabè rentre au pays

    Tout se paye sur terre .tous ceux qui ont mal géré ce pays où créé des problèmes depuis 2014 auront la honte de leur vie. Loada le donneur de leçons est dans le petrin. Ce qui est sûr il n’ ya pas de fumée sans feu.

    Répondre à ce message

  • Le 10 juillet à 18:42, par Chasseur d’insurrescrocs En réponse à : CAMES 2019 : La délégation burkinabè rentre au pays

    C’est tout à fait normal que le MESRSI soutienne le sieur LOADA puisque est l’un des hommes de main qui ont manipulé le droit pour favoriser l’arrivée du MPP au pouvoir. Le MESRSI n’est-il pas l’une des éminences grises du MPP ? Aussi, revisitez le fonctionnement de la transition pour comprendre ce qui se passe. LOADA est allé défendre la fameuse loi Chérif devant les instances de la CEDEAO où il a mordu la poussière avec ses acolytes KAM et BAGORO. Après la décision de la cour de justice de la CEDEAO, il vous souviendra que le jeune et ambitieux SOMA avait préconisé l’application pleine entière de cette décision qui avait donné tord aux autorités de la transition. Le grand Pr LOADA et les insurrescrocs de tous poils ont passé outre et ont tenu à appliquer leur loi d’exclusion. Dès lors, le jeune SOMA était dans le collimateur de tous les insurrescrocs qui ne manquent aucune occasion pour lui faire payer son outrecuidance. Cette affaire de CAMES n’est que la partie visible du gros iceberg. A bas la méchanceté gratuite. A bas les insurrescrocs.

    Répondre à ce message

  • Le 10 juillet à 19:05, par gnazon En réponse à : CAMES 2019 : La délégation burkinabè rentre au pays

    SOMA Abdoulaye, pour ceux qui le connaissent, sans connaitre le fond de l’affaire n’en voudront pas au prof LOADA.
    Lui SOMA a été agrégé comment ?
    Quelle position LOADA ne lui a t-il pas donné ?
    Soma crie à la victime. Peut-il compter ses victimes à lui ? Ses jeunes collègues à qui il a fait du mal, est-ce qu’il peut les compter ?
    Si tout le monde devait utiliser ses réseaux relationnelles pour accéder à des positions et faire du mal, je pense que certains auraient fuit le pays sans attendre.
    SOMA sait qu’il est vomi de la communauté universitaire pour tout le mal qu’il fait.
    Qu’il s’en prenne à lui même.

    Répondre à ce message

  • Le 10 juillet à 22:02, par Warzat En réponse à : CAMES 2019 : La délégation burkinabè rentre au pays

    Solidarité dans le malheur, Oui. Mais solidarité dans le mal, Non. Que Soma et Loada règlent proprement leurs affaires et l’ont saura qui à tort ou raison dans cette affaire. Il est inconcevable et même inadmissible que les moyens de l’Etat soient utilisés pour appuyer l’une des parties. Ces juristes savent très bien se défendre. Cette intrusion étatique est donc malvenue et pourrait s’apparenter à une caution au vandalisme intellectuel car c’est l’objet du litige présent. Alors, non à la solidarité pour le mal.

    Répondre à ce message

  • Le 10 juillet à 22:28, par patarbtale En réponse à : CAMES 2019 : La délégation burkinabè rentre au pays

    javoue que je comprend pas nos supposes intellectuels : Ya til une raison suffisante pour boycotter cette instance ? Il fallait ne meme pas prendre lavion. En plus que ce des billets davion qui sortent des poches du contribuable. Foutaise. En plus, je pense que le dossier suivra son cours dans les juridictions competentes sil ya lieu. Vous decidez de vous meme de qui a tord et qui a raison. Vraimrnt jai honte de vous.

    Répondre à ce message

  • Le 10 juillet à 22:39, par Lucky En réponse à : CAMES 2019 : La délégation burkinabè rentre au pays

    Rappelez vous que ce sont des juristes. Si le boycott est une des voies de recours prevues par les textes du CAMES, felicitations, sinon c’est de l’egoisme, de l’irresponsabilite qui cache mal un sentiment de culpabilite qui est loin d ,etre de la solidarite.

    Répondre à ce message

  • Le 11 juillet à 06:34, par warzat En réponse à : CAMES 2019 : La délégation burkinabè rentre au pays

    Je ne suis pas au pays et de loin je lis ce qui se passe. Je vous en prie n’emprunter pas mon pseudo pour écrire et donner un point de vue qui n’est pas le mien sur cette affaire. I’ll be back soon.

    Répondre à ce message

  • Le 11 juillet à 10:56, par Mathurin BAZIE En réponse à : CAMES 2019 : La délégation burkinabè rentre au pays

    Un membre de la délégation : « Le Conseil des ministres du CAMES n’a pas sanctionné Loada. Son cas n’a pas été évoqué par le comité d’éthique. Ce sont des décisions propres au SG qui ne veut pas voir Loada depuis Niamey en 2018. Ce n’est pas que le ministre roule pour Loada au détriment de Soma. Loin de là ; mais c’est la manière de vouloir s’opposer à notre ministre qui pose problème. Il se fout du pays. C’est le commissaire de police de l’aéroport en personne qui a interpellé Loada à notre arrivée à Bangui. Il lui a demandé de reprendre le prochain vol. Ce n’est plus de l’Académie. »

    Répondre à ce message

    • Le 11 juillet à 19:54, par Kiriki En réponse à : CAMES 2019 : La délégation burkinabè rentre au pays

      Que Dieu vous benisse Monsieur Bazie Mathurin. J’avais felicite déjà lattitude de la délégation burkinabe avant même de lire ce que vous rapportez au public. Mais Comment le SG a pu manqué de discernement a ce poibt la ? Si un SG de je ne sais quoi s’arrange a mettre a dos un représentant de gouvernement sur une question qui se règle entre élites parce que ce nest pas nimporte quel monde mais un monde d’élites, des responsables duniversites. , vous vous croyez qu on samuser a avaler la couleuvre comme ça ? ? Et puis juridiquement parlant, cet homme a vraiment manqué de discernement ( discernement ) puisque LE PROFESSEUR LOADA ne fait pas encore l’objet de sanction. Et puis la sanction est rendu par le comité dethuque. Lui il avait tout cela devant lui. Mais pour avoir engagé un bras de fer avec le ministre qui lui a dit de surseoir a sa decision ? Quelqun ’ l’ a dit plus haut le SG s’est empressé de prendre une décision grave au lieu de mettre à nu les griefs reprochés au PROFESSEUR en suivant toutes les procedures. Jai mal parce la délégation n’a pas pu participer mais cest mieux ainsi. Il faut donner des leçons a des gens comme ce SG. Si le PROFESSEUR LOADA doit etre confronté bien sûr qu’il le sera. Mais pourquoi toute une pagaille ? Je defends pas le Professeur. Loin de là. Le SG a déconné

      Répondre à ce message

  • Le 15 juillet à 14:23, par Tionobi En réponse à : CAMES 2019 : La délégation burkinabè rentre au pays

    C’est dommage que cette affaire prenne une allure politique et non juridique.On a l’impression de vivre une sorte de stratégie de mobilisation autour de quelqu’un dont l’innocence n’est pas démontrée.Le problème ici est que de tous ceux qui s’agitent, loin sont ceux qui connaissent les textes qui régissent le fonctionnement de l’institution CAMES.C’est dommage que dans la SCIENCE , on ait de comportements de ce type.Que le Professeur LOADA sorte et dise aux gens ce qui se passe en réalité surtout que LUI connait les textes de l’institution dont il est Président CTS/SJP. En réalité , ici il faut laisser le Droit faire son travail.Le Professeur SOMA n’a fait qu’ utiliser
    le recours juridique pour se faire entendre . Je ne le défend POINT mais j’approuve sa démarche.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Situation sécuritaire au Sahel : L’appel "pressant" des conférences épiscopales Burkina-Niger, du Mali, de la Côte d’Ivoire et du Ghana
Burkina : La ville de Djibo ravitaillée avec succès en carburant par les FDS
Crise humanitaire au Burkina : La commune de Aribinda lance un SOS
« Kunadia O’ » : 576 et 628, les deux numéros tirés au sort
Amicale des femmes de la BOA : Un dîner-gala pour célébrer la solidarité entre les femmes de la banque
Ecole privée de santé Sainte Julie de Tenkodogo : 187 diplômés prêts à servir dans les centres de santé
Région du Centre-Est : L’excellence à l’école primaire célébrée pour la 13e fois
Bobo-Dioulasso : L’Amicale des femmes de la Bank of Africa vole au secours des personnes démunies
3e édition du forum international francophone de l’évaluation (FIFE) : Le REBUSE plaide pour l’institutionnalisation de l’évaluation au Burkina Faso
Journée mondiale du diabète 2019 : « La lutte concerne chaque famille » (Léonie Lougué, ministre de la Santé)
Diabète au Burkina Faso : Plus d’un million de personnes touchées
Recrutement à la CNSS : « Nous avons foi que la lumière sera faite dans ce dossier et que les responsabilités seront situées », dixit le Réseau national de lutte anti-corruption
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés