Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Qui épouse facilement la foule connaît des jouissances fiévreuses.» Charles Baudelaire ; Le spleen de Paris, Les foules (posthume, 1869)

26e Journée de la liberté de la presse : « Le défi majeur est de préserver l’Etat de droit et le vivre-ensemble démocratique », déclare Boureima Ouédraogo

Accueil > Actualités > Multimédia • LEFASO.NET | Par Cryspin Masneang Laoundiki • vendredi 3 mai 2019 à 23h10min
26e Journée de la liberté de la presse : « Le défi majeur est de préserver l’Etat de droit et le vivre-ensemble démocratique », déclare Boureima Ouédraogo

Le Burkina Faso, à l’instar des autres pays, a commémoré la 26e Journée mondiale de la liberté de la presse, ce vendredi 3 mai 2019. A cette occasion, le Centre national de presse Norbert Zongo (CNP-NZ) a présenté son rapport sur l’état de la liberté de la presse 2018 au Burkina Faso. Ce rapport est suivi d’une étude sur les médias et les conflits intercommunautaires.

La célébration de cette 26e Journée mondiale de la liberté de la presse intervient dans un contexte mondial de dégradation de la liberté de la presse, selon l’ONG Reporters sans frontières (RSF). Cette dégradation se manifeste entre autres par la « haine des journalistes, les attaques contre les reporters d’investigation, la censure, notamment sur Internet et les réseaux sociaux, les pressions économiques et judiciaires ».

Dans ce contexte, l’Afrique a enregistré des évolutions significatives, en termes de liberté de la presse. Le Burkina Faso est le cinquième pays à réaliser le meilleur classement du continent en 2019. Ce progrès notable rappelle les défis auxquels le Burkina doit faire face. Selon le président du pilotage du Comité de Centre national de presse Norbert Zongo (CNP-NZ), Boureima Ouédraogo, « le défi majeur est ici de préserver l’Etat de droit et le vivre-ensemble démocratique ».

Ainsi, le thème retenu par l’UNESCO pour cette 26e Journée mondiale de la liberté de la presse est : « Rôle des médias dans les élections et la démocratie ». Fidèle à sa stratégie d’adapter chaque fois le thème international à l’actualité nationale, le CNP-NZ a choisi comme thème : « Médias et élections dans un contexte de crise sécuritaire et communautaire au Burkina Faso ».

Boureima Ouédraogo (au milieu) remettant un exemplaire du rapport au président du CSC (à droite)

« Le CNP-NZ veut à travers ce choix sensibiliser et interpeller la communauté nationale et particulièrement les professionnels des médias et les acteurs à tous les niveaux sur la sensibilité du contexte national en cette période préélectorale », a déclaré Boureima Ouédraogo.
Quant au président du Conseil supérieur de la communication (CSC), par ailleurs parrain de cette Journée, Mathias Tankoano, il a affirmé que le sous-thème du CNP-NZ de cette année est « une invite à la réflexion et à l’action ».

Médias et conflits au Burkina

Comme à l’accoutumée, le CNP-NZ a présenté son rapport sur l’état de la liberté de la presse au Burkina Faso. Pour l’année 2018, il ressort que tous les indicateurs donnent une « situation plutôt bonne » pour les cinq objectifs qui sont : protection et maintien de la liberté d’expression et de la presse ; promotion d’un journalisme professionnel satisfaisant aux normes de qualité ; offre d’informations objectives, fiables et diversifiées aux citoyens ; gestion viable des entreprises de presse ; et préservation et défense des intérêts professionnels. La moyenne globale de 2018 est de 2,68 contre 2,64 en 2017.

« En clair, le contexte d’exercice de la liberté de la presse n’a pas été des plus reluisants au cours de la période allant du deuxième trimestre de 2018 à celle du premier trimestre de 2019. (…) Pour la prévention de la liberté de parole et des intérêts professionnels des médias et des journalistes, les organisations professionnelles gagneraient à mieux se structurer afin d’être à la hauteur des défis qui sont les leurs (Ndlr) », dit le rapport.

Ce rapport est suivi d’une étude sur les médias et conflits intercommunautaires. « Médias et conflits intercommunautaires : vecteurs ou acteurs sensibles ? » C’est autour de cette problématique que l’étude a été menée. Trois conflits intercommunautaires ont été retenus pour l’étude. Il s’agit des conflits Koglweogo-population de Tialgo (18-19 mai 2017), Koglweogo-Dozos à Karangasso Vigué (12 septembre 2018) et Koglweogo-Peulhs à Yirgou (1er-2 janvier 2019).

Le rapport contient 137 pages

De ces trois conflits, le rapport indique que la presse burkinabè est « responsable, même si, parfois, par imprudence, elle s’illustre comme un instrument-relais de mots et de chiffres distillés par des acteurs gagnés par l’émotion ».

Selon Dr Koffi Amétépé, cette étude a couvert la période de mai 2018 à avril 2019.
Au cours de cette cérémonie, les concours Prix Norbert Zongo du journalisme d’investigation et de la Meilleure journaliste du Burkina 2019 ont été lancés.

Cryspin Masneang Laoundiki
LeFaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Conseil supérieur de la communication : Liste des entreprises de publicité agréées
Le Groupe Ecobank lance l’édition 2020 du Fintech Challenge
Développement numérique : Le directeur des opérations de la Banque mondiale touche du doigt le projet E-Burkina
TIC : Des ingénieurs se familiarisent au Cloud computing
Télévision nationale du Burkina : De nouveaux décors pour le studio JT et le studio production
Cloud computing : Cinq jours pour sensibiliser aux enjeux du Cloud et démystifier son utilisation au Burkina
Marché de la téléphonie mobile au Burkina : L’épidémie de coronavirus risque d’impacter les importations
Journée mondiale de la radio : « Rien ne peut battre la radio en matière de notoriété et de puissance, même pas les TIC »
Promotion de la paix : Les meilleures productions radiophoniques primées
Journée mondiale de la radio du 13 février 2020 : Message du ministre de la communication
Médias : Des journalistes lancent une initiative pour mieux traiter l’information parlementaire
Conseil supérieur de la communication : Des vœux pour affronter une année de défis
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés