Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Il y a dans l’amour des hommes pour les bêtes tout l’amour des hommes pour lеur sеmblаblеs. Lеs bêtеs lе рrеssеntеnt, lеs hοmmеs lе рlus sοuvеnt l’ignοrent. » Fernando Barral

Télécommunications : Le Burkina Faso prend les commandes de l’ARTAO

Accueil > Actualités > Multimédia • LEFASO.NET | Par Nicole Ouédraogo • samedi 27 avril 2019 à 22h55min
Télécommunications : Le Burkina Faso prend les commandes de l’ARTAO

Débutés le 25 avril 2019 à Ouagadougou, les travaux de la 16e Assemblée générale des régulateurs de l’espace CEDEAO ont pris fin ce vendredi 26 avril 2019. Porté à la tête de l’Assemblée des régulateurs de télécommunications de l’Afrique de l’Ouest (ARTAO), au cours de cette rencontre annuelle, le Burkina a placé son mandat sous le sceau de l’action et des résultats.

Après deux jours d’échanges, le tout nouveau président de l’ARTAO, Tontama Charles Millogo, par ailleurs président de l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (ARCEP) du Burkina, dit garder en souvenir des débats francs, directs et constructifs. De cette rencontre qui vise à redynamiser l’Assemblée des régulateurs de télécommunications de l’Afrique de l’Ouest et à fédérer les autorités de régulation de la CEDEAO dans l’esprit de la libre circulation des personnes et des biens, Tontama Charles Millogo, estime qu’il faut au préalable instaurer des politiques communes de régulation.

C’est ce qu’illustre d’ailleurs la convention signée entre quatre pays frontaliers que sont la Côte d’ivoire, le Libéria, la Sierra Léone et la Guinée, à l’issue de cette rencontre annuelle. « Nous régulons des espaces avec des frontières physiques, mais le numérique ne connait pas de frontières et il est important qu’au niveau des différentes frontières, les autorités puissent coordonner leurs actions afin d’améliorer les services », a indiqué le président de l’ARCEP.

« Nous avons les mêmes préoccupations »

Convaincu qu’au-delà des différences au plan institutionnel, toutes les instances de régulation ont les mêmes préoccupations, le président de l’ARTAO a placé son mandat sous le sceau de l’action et des résultats. « L’action, parce que les textes législatifs et règlementaires donnent aux autorités de régulation des pouvoirs pour pleinement assumer leur rôle », a signifié Tontama Charles Millogo , précisant que la réflexion est déjà engagée à travers les différentes discussions en vue de faire des propositions concrètes et insuffler un souffle nouveau de dynamisme à l’ARTAO.

Aussi, poursuit-il, l’action doit se traduire par des résultats qui impactent le vécu quotidien des populations. « Les réalités des Etats sont différentes, mais les préoccupations des consommateurs restent les mêmes car il s’agit de créer un espace numérique ouest- africain ; ils veulent soit une meilleure qualité de service, soit un meilleur prix ou parfois les deux en même temps » a-t-il soutenu.

Notons que la présente Assemblée générale annuelle a été marquée par l’adoption du rapport d’activités de l’année 2018, le programme d’activités de l’année en cours ainsi que le budget. A ce sujet, le secrétariat exécutif de l’ARTAO a souhaité que la cotisation par pays membre soit portée à 20 mille dollars US (11 784 036.79 francs CFA) et aussi , la mise en place d’un budget triennal pour faire face aux retards sur la tenue des Assemblées générales qui doivent avoir lieu en début d’année.[ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

Nicole Ouédraogo
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Régulation des médias : Le CSC établit sa feuille de route à Fada N’Gourma
Médias et lutte contre le terrorisme : La liberté d’expression donne-t-elle le droit de tout dire ?
Médias et lutte contre le terrorisme : Vers l’instauration d’un climat de confiance entre les acteurs
Projet de révision du code pénal au Burkina : Une atteinte à la liberté de la presse, selon les organisations professionnelles des médias
Médias et lutte contre le terrorisme : Les journalistes ont « une importante partition à jouer », rappelle Roch Kaboré
Médias et sécurité : « Nous nous intéressons à la lutte contre le terrorisme par devoir professionnel », dixit Mahamadi Tiégna (SG du GEPPAO)
Salon de l’innovation digitale et de la sécurité numérique : La deuxième édition a tenu toutes ses promesses
Africa Digital Space : Zoom sur les stands d’exposition de Lefaso.net, de l’ISCOM et de la police
Africa Digital Space : La 2e édition se penche sur la protection des données personnelles
Médias publics burkinabè : 3 heures d’arrêt de travail pour réclamer le passage à l’EPE
Carte de presse et laissez-passer : Le processus d’établissement expliqué aux journalistes à Dori
Béatrice Damiba au masterclass de l’ISCOM : « Sur le plan professionnel, être femme ne doit pas être considéré comme une faveur ou un inconvénient »
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés