Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Et puis, il y a ceux que l’on croise, que l’on connaît à peine, qui vous disent un mot, une phrase, vous accordent une minute, une demi-heure et changent le cours de votre vie.» Victor Hugo

Médecins en spécialisation : Les arriérés de bourses PROFOS persistent

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET | Par LEFASO.NET • mardi 23 avril 2019 à 16h00min
 Médecins en spécialisation :  Les arriérés de bourses PROFOS persistent

Ceci est une déclaration sur une situation qui persiste au ministère de la Santé, à savoir les arriérés de bourses des médecins pharmaciens et chirurgiens -dentistes en spécialisation. Tout en dénonçant « la précarisation des conditions de formation des boursiers », le Comité de suivi des résidents bénéficiaires de bourses de l’Etat burkinabè octroyées par le PROFOS invite ce dernier à payer les arriérés, au plus tard en fin avril 2019.

La situation des médecins pharmaciens et chirurgiens-dentistes boursiers va de mal en pis. Depuis le début de l’année académique 2018-2019, le Projet de formation de spécialistes (PROFOS) accumule des arriérés de bourses qu’il refuse de payer aux bénéficiaires. Tout est parti de la note du secrétaire général actuel du ministère de la Santé, en date du 5 décembre 2018, qui a pris la malheureuse décision de changer le mode de paiement des bourses au détriment des boursiers.

L’ancien mode de paiement permettait aux boursiers d’être dans de meilleures conditions de formation. Le ministère de la Santé a opté pour un nouveau mode de paiement et le ministère reconnait que ce mode de paiement détériore les conditions de formation des boursiers. Des gens qui ont fait 8 années d’études et qui veulent ajouter encore 5 ans de spécialisation pour certains, au lieu de les encourager, on cherche à les décourager en dégradant les conditions de formation.

En ce qui concerne les arriérés de bourses, le PROFOS et le ministère de la Santé ont d’abord nié l’existence des arriérés avant de se raviser et de reconnaitre l’existence des arriérés de bourses. Depuis le 5 mars 2019, il a alors été demandé au PROFOS de faire le point de la situation de virement de chaque boursier. A la date du 22 avril 2019, cela fait plus d’un mois que le PROFOS est incapable de faire la situation de chaque boursier. C’est sans doute la preuve de toute l’inconséquence avec laquelle le PROFOS gère les boursiers.

Une institution sérieuse qui a un minimum de rigueur dans le fonctionnement n’a pas besoin d’autant de temps pour faire le point d’activités de routine. Face à ces situations déplorables, les boursiers mobilisés au sein du comité ont marre du manque de sérieux, du tâtonnement et de la légèreté avec laquelle le PROFOS et le ministère de la Santé gèrent les bourses.

Le comité, tout en prenant l’opinion à témoin de la précarisation des conditions de formation des boursiers, invite :

1. le PROFOS à plus de sérieux et de rigueur dans la gestion des boursiers ;

2. le PROFOS à virer les arriérés des boursiers au plus tard en fin avril 2019 ;

3. le PROFOS et le ministère de la Santé à revenir au mode de paiement semestriel ;

4. les boursiers à se tenir prêts pour des actions de lutte que le manque de sérieux du PROFOS imposerait aux boursiers.

Chers boursiers, tous mobilisés et déterminés pour l’amélioration de nos conditions.

Ouagadougou, le 22 avril 2019

Pour le Comité
Dr SANON Bernard
Dr YAMEOGO Ousmane

Vos commentaires

  • Le 24 avril à 11:41, par HUG En réponse à : Médecins en spécialisation : Les arriérés de bourses PROFOS persistent

    Vous méritez des meilleures conditions de vie. Cela est normal mais où je ne suis d’accord avec vous c’est quand vous dites des gens qui ont fait 8 ans d’étude et......Avant de s’inscrire en médecine vous avez une idée sur le cursus à faire. Vrai ou faux ? La majorité de ceux qui partent en médecine ont les moyens de leur politique car on ne s’inscrit pas en médecine parce qu’on veut être médecin mais parce qu’on peut être médecin OK. Faire 8 ans et être sûr d’avoir un emploi à la fin et faire 3 ou 4 ans sans en avoir la certitude d’avoir un emploi. Que choisirez vous ? . Je pense que beaucoup font choisir la première option.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Crise humanitaire : Le Burkina a besoin de 187 millions de dollars
Entrepreneuriat : Le ProFeJeC outille 50 jeunes et femmes
Syndicat national des secrétaires du Burkina : Une grève de 96 heures pour exiger la reprise des négociations avec le gouvernement
Bobo-Dioulasso : Le ProFeJec renforce les capacités des jeunes en entrepreneuriat
Programme emplois-jeunes pour l’éducation nationale (PEJEN) : Les bénéficiaires pourront intégrer la Fonction publique
Reportage sur les déplacés internes de Sankondé : Le journaliste de Lefaso.net y retourne avec des vivres
Rencontre nationale de l’UAS : Les syndicats durcissent le ton face au gouvernement
An 2 du décès de Salif Diallo : Le MPP se souvient de son ancien président
Programme d’entrepreneuriat pour les jeunes du Sahel : La jeunesse bobolaise informée des opportunités offertes
FIIJA 2019 : Laïcité et dialogue interreligieux, gages du vivre-ensemble
Commune de Dori : L’esprit d’entreprenariat inculqué à 136 jeunes
Opération BARKHANE : Point de situation du 11 au 17 août 2019
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés