Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «En fait d’imperfections, nous sommes des aigles pour voir celles d’аutrui, еt dеs tаuреs рοur vοir lеs nôtrеs. » Saint François de Sales

Conseil national de l’eau : Les membres en session à Bobo-Dioulasso

Accueil > Actualités > Environnement • LEFASO.NET | Par Romuald Dofini • jeudi 28 mars 2019 à 19h53min
Conseil national de l’eau : Les membres  en session à Bobo-Dioulasso

Les membres du Conseil national de l’eau (CNEau) tiennent, les 28 et 29 mars 2019 à Bobo-Dioulasso, leur 35e session ordinaire. Au cours de cette session, le conseil aura à examiner un certain nombre de textes relatifs à l’eau et à l’assainissement. La cérémonie d’ouverture des travaux a eu lieu ce jeudi 28 mars sous la présidence du secrétaire général de la région des Hauts-Bassins, représentant le gouverneur Antoine Atiou.

Le Conseil national de l’eau (CNEau) est un cadre de concertation et de promotion de l’approche participative en matière de gestion de l’eau et de l’assainissement au Burkina Faso. Il a pour mission de se prononcer sur les dossiers qui lui sont soumis par le gouvernement ou par auto-saisine ; de contribuer à la définition des objectifs généraux et des orientations de la politique nationale de l’eau relative à une gestion durable de l’eau et de l’assainissement et de formuler, à la demande de tout membre ou de toute structure du gouvernement ou de sa propre initiative, des propositions en matière de recherche, d’enseignement, de formation, de communication et d’information de nature à améliorer la gestion de l’eau et de l’assainissement. Selon le président du Conseil national de l’eau, André Patindé Nonguierma, le CNEau est un instrument efficace et incontournable de dialogue et d’accompagnement du gouvernement en matière de gestion de l’eau.

Le président du conseil national de l’eau, André Patindé Nonguierma

L’eau est une ressource qui est au centre de toutes les activités socio-économiques de l’homme. Alors, pour atteindre les objectifs de développement durable, il est indispensable de garantir des ressources en eau en quantité suffisante et de qualité pour les usages socio-économiques et environnementaux. Au Burkina Faso, la ressource eau se raréfie au fil des années du fait des aléas climatiques et de la forte pression anthropique sur cette ressource.

C’est dans ce contexte que le Burkina Faso s’est engagé dans la Gestion intégrée des ressources en eau (GIRE) en vue de permettre une gestion rationnelle et équilibrée de nos ressources. Pour ce faire, un certain nombre d’outils et d’instruments ont été mis en place dont le Service police de l’eau, objet de la présente session du CNEau.

En effet, au cours de cette session, le Conseil aura à examiner un certain nombre de textes relatifs à l’eau et à l’assainissement, à savoir entre autres, une étude portant sur la classification des barrages, la contribution financière en matière d’AEPA, la stratégie nationale de gestion de la filière de l’assainissement familial des eaux usées et excréta. Le CNEau se penchera également sur la question de la Police de l’eau en vue de contribuer, par des propositions, à un meilleur fonctionnement de ce service.

« Cette session va aborder un certain nombre de textes conformément à sa mission qui est un instant consultatif des gouvernants sur les questions liées à l’eau et l’assainissement. Nous allons examiner principalement cinq documents à savoir la police de l’eau, la classification des barrages, la contribution financière de l’eau, la stratégie nationale de gestion des boues et vidanges et excrétas. Ces documents seront soumis au Conseil pour validation avant de les faire adopter par l’instance suprême », a laissé entendre André Patindé Nonguierma.

Le secrétaire permanent pour la gestion intégrée des ressources en eau, Moustapha Congo

A en croire le président du CNEau, la police de l’eau a été créée en juillet 2008 afin d’étoffer le dispositif règlementaire en matière de gestion intégrée des ressources en eau dans notre pays et constitue un rempart contre les dommages causés aux ressources en eau. Elle assure la coordination des actions entreprises par les différents corps (gendarmerie, police nationale, police municipale, autres agents assermentés) ayant des compétences en matière de protection des ressources en eau.

Son objectif est d’assurer l’application de l’ensemble des règlementations visant à limiter les atteintes quantitatives et qualitatives à l’équilibre de la gestion des ressources en eau superficielles et souterraines ainsi qu’aux milieux aquatiques, du domaine public et privé. Le premier Service de la police de l’eau (SPE) a été créé en août 2014 dans les Hauts-Bassins, dans l’espace de compétence de l’Agence de l’eau de Mouhoun. Aujourd’hui, le service de la police de l’eau existe dans toutes les 13 régions du Burkina Faso.[ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

Romuald Dofini
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Gestion des boues de vidange : Des députés demandent la mise en œuvre urgente de la stratégie nationale
Déclassement de la forêt de Kua : « Le gouvernement a tenu parole », selon le député Moussa Zerbo
Festivités du 11-Décembre : La Mission Fas’eau plaide pour l’amélioration des investissements liés à l’eau
Récupérations des terres dégradées : L’expérience du Burkina présentée aux acteurs agricoles de la sous-région
32e journée internationale de protection de la couche d’ozone : Le BNO mène une campagne de contrôle d’équipements et de réfrigérants auprès des importateurs
Opérations de reboisement : « Chaque fois, nous prenons la précaution d’inviter les gens à planter et non à enterrer les arbres », dixit Pascal Rouamba
Eau et assainissement : Le SPONG expose les résultats d’un projet mis en œuvre à Dédougou et Nouna
Lutte contre le changement climatique : Le Burkina Faso s’apprête à valider ses « droits carbone »
Ceinture verte de Ouagadougou : La BICIAB met 500 plants en terre
Ouagadougou : Lancement officiel de l’opération de lutte contre la divagation des animaux
Lutte contre la dégradation des sols : Les producteurs de Wavoussé délaissent l’engrais chimique pour le compost bio
Opération 10 000 plants du FPDCT : 14 000 arbres plantés à Saaba
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés