Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Si vous fermez la porte à tous les échecs,le succès restera dehors.» Jim Rohn

Recherche : Le quinoa, une plante pour s’adapter aux changements climatiques

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Recherches et innovations • LEFASO.NET | Par Haoua Touré • mercredi 20 février 2019 à 14h40min
Recherche : Le quinoa, une plante pour s’adapter aux changements climatiques

Dans le cadre des recherches pour sa thèse portant sur le quinoa, le doctorant Jorge Alvar Beltran a présenté, le lundi 18 février 2019 à Bobo-Dioulasso, les résultats partiels de ses travaux réalisés en collaboration avec l’Institut de l’environnement et de recherches agricoles (INERA). L’objectif à terme est de promouvoir la culture du quinoa au Burkina, pour s’adapter au changement climatique.

Suite à une collaboration entre l’Université de Florence en Italie et l’Institut de l’environnement et de recherches agricoles (INERA), Jorge Alvar Beltran, doctorant à l’Université de Florence, a entrepris, depuis 2017, des recherches sur les cultures qui sont capables de bien s’adapter au changement climatique et au sol burkinabè. Son choix s’est porté sur le quinoa. Ainsi, le lundi 18 février 2018 à Bobo-Dioulasso, Jorge Alvar Beltran a présenté les résultats partiels de ses recherches sur l’adaptabilité et la performance du quinoa face aux stress abiotiques, en présence de chercheurs, enseignants, étudiants, restaurateurs, transformateurs agricoles…

plante Quinoa

Cette présentation avait entre autres pour objectifs d’améliorer l’état de connaissance du Burkina Faso sur le quinoa et de présenter des pistes d’opportunités agricoles pour la mitigation du changement climatique.

Le quinoa (Chenopodium quinoa willd) est une plante herbacée originaire d’Amérique latine qui s’adapte très bien aux différentes zones agro-écologiques. Il est cultivé dans plus de 100 pays et ne nécessite pas beaucoup d’eau, résiste à la température, s’associe à la culture de maraîchage et s’adapte aux sols pauvres.

Mets Quinoa

En plus, le quinoa a des vertus nutritionnelles (lutte contre la malnutrition, ballonnement). Il est riche en vitamines, en acides aminés dépassant les valeurs établies par la FAO pour les enfants de 3 à 10 ans, en protéines et il ne contient pas de gluten. De ce fait, depuis 2014, la FAO s’investit à vulgariser la culture du quinoa pour lutter contre la malnutrition.

Le quinoa est consommable sous plusieurs formes : les feuilles peuvent être utilisées dans les mets locaux tels que le gnongon, le gnougou ou pour une sauce feuilles. Quant aux graines, elles peuvent être transformées en farine (bouillie, pain…) ou préparées comme du riz ou sous forme d’attieké avec de la crudité.

Jorge Alvar Beltran, après sa présentation, a remercié la population burkinabè et bobolaise en particulier pour son hospitalité. Il a également remercié l’INERA qui lui a facilité les séances d’expérimentation sur le site de Farakoba et a mis à sa disposition des stagiaires pour conduire les enquêtes. Il n’a pas manqué d’exprimer sa gratitude à AGRODEV Service qui a initié cet atelier de présentation.

Docteur Abdallah Dao

Selon le docteur Abdallah Dao, chercheur à l’INERA, « c’est une nouvelle culture qui pourrait intéresser le Burkina. Certaines plantes ne pourront pas résister aux changements et par conséquent, nous voulons diversifier les cultures. Le quinoa peut donc aider dans cette quête car les résultats obtenus étaient très bons ».[ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

Haoua Touré
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Recherche scientifique : Le ministre Alkassoum Maïga dans les champs de l’INERA
Institut 2iE : Le Cercle des DRH s’informe sur le « Master international assainissement non-collectif »
Communication dans la promotion des bonnes pratiques culturales et agronomique du maïs au Burkina Faso : cas des producteurs de la province du Boulkiemdé
Education au Burkina : L’avenir se trouve dans l’enseignement bilingue, selon des chercheurs
Université Joseph Ki-Zerbo : Des chercheurs s’intéressent aux politiques agricoles en faveur des femmes
Financement de la recherche : Le FONRID octroie 182 millions de F CFA à trois universités et des instituts de recherche
Les ambiguïtés de la politique de transport urbain à Ouagadougou : le cas des taxis verts
Institut des sciences et des sociétés : Une doctorante décortique l’institution chef de file de l’opposition
Soutenance de thèse unique : Mention très honorable pour le Dr Bazombié Yidain Jacob Daboué
ENAM : Huit opérateurs économiques reçoivent des toges de reconnaissance
Championnat international du débat francophone : Mathilde Zerbo félicitée par son établissement l’USTA
Communication et Journalisme : Tiga Cheick Hamed Sawadogo s’intéresse aux koglwéogo dans une recherche
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés