Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Il n’y a de dignité du travail que dans le travail librement accepté» Albert Camus

Commission électorale nationale indépendante : Newton Ahmed Barry rompt le silence

Accueil > Actualités > Politique • LEFASO.NET | Par • mardi 25 septembre 2018 à 22h45min
Commission électorale nationale indépendante :  Newton Ahmed Barry rompt le silence

"J’ai tous les défauts, mais Dieu m’a fait grâce de ne pas ajouter la cupidité et le matérialisme ", rassure le président la CENI, Newton Ahmed Barry, dans une déclaration ce mardi 25 septembre 2018, au siège de l’institution.

Cette sortie fait suite au mémorandum de certains commissaires rendu public la semaine passée et travers lequel, les signataires accusent leur président, entre autres, de gestion peu orthodoxe, notamment dans la passation de marchés publics.

Newton Ahmed Barry rejette toute gestion en solo, comme l’ont soulevé les commissaires. Le premier responsable de la CENI pense que cette situation est téléguidée de dehors.

"Le mémorandum des commissaires de l’opposition invitant le président de la CENI à se ressaisir avait déjà été prononcé dans les mêmes termes par la conférence de presse de l’UPC qui m’avait affublé de danger pour la démocratie", remarque le président de la CENI pour qui, ce document vient donner un supplément aux ragots sur les réseaux sociaux.

Après donné sa part de vérité, Newton Ahmed Barry a annoncé pour les jours à venir, des consultations avec des personnes-ressources aux fins de sauver la CENI.

"Il faut que la CENI reste et demeure en dehors des tumultes politiques. Cette préoccupation ne peut pas trouver solution en interne, puisqu’elle est alimentée et téléguidée de dehors", pense le premier responsable.

Lire aussi : Burkina : Des commissaires de la CENI invitent Newton Ahmed Barry à se « ressaisir »

Lefaso.net


Pour préserver absolument la CENI des tumultes politiques

Mesdames et Messieurs les journalistes !

Je vous remercie de vous être déplacé aussi nombreux ce matin à la CENI !
Depuis notre dernière plénière des Commissaires tenue ici même, à la CENI, le 24 août dernier où après avoir constaté :

-  Que le processus législatif concernant la révision du Code électoral, est allé à son terme.

-  Que le décret de promulgation a été pris par le président du FASO
Nous avons exposé aux commissaires la feuille de route qui devrait nous conduire à la révision du fichier électoral, à la tenue du référendum constitutionnel qui je le rappel était envisagé pour le 24 mars 2019. C’est juste une date, que le décret devrait venir statufier.

Enfin, le dernier point de la feuille de route, engager les préparatifs pour la participation des Burkinabè de l’étranger aux votes de 2020.

Avec ce chronogramme, j’ai indiqué à la plénière que conformément aux différentes délibérations de nos précédentes plénières sur le nouveau mode d’enrôlement des électeurs, j’allais engager la construction de la Plateforme multicanal que nous projetions réceptionner le 30 octobre 2018, pour que dès la mi-novembre 2018, si les décrets nécessaires sont adoptés, nous puissions procéder à la révision du fichier électoral.

C’est dès cet instant que la cabale, contre la CENI, dans un premier temps, puis contre ma personne a commencé.

Le mémorandum des commissaires de l’opposition invitant « le président de la CENI à se ressaisir », avait déjà été prononcé dans les mêmes termes par la conférence de presse de l’UPC qui m’avait affublé de « danger pour la démocratie ».

Ce mémorandum des commissaires de l’Opposition vient donner un supplément de fondements aux ragots sur les réseaux sociaux où il avait été dit que plusieurs DAF auraient démissionné à la CENI, parce que le président Newton Ahmed BARRY aurait, à leur insu, « donné plusieurs marchés de gré à gré à des prestataires ».

Ce serait la raison de la démission du Directeur des marchés publics également. La calomnie ne s’embarrasse pas de la vraisemblance ; elle fait dans l’outrance, puisque, dans le Burkina d’aujourd’hui, la dignité et l’intégrité ont disparu sur l’autel des cupidités. Je dis que la calomnie ne s’embarrasse pas de vraisemblance, puisque, toute personne qui a minimum de connaissance du fonctionnement des règles de la dépense publique, sait qu’un ordonnateur ne peut pas « octroyer un marché » à l’insu du DAF et du DMP. Mais comme disait, Charles Pasqua, en matière politique, il faut calomnier le plus possible, il en restera quelque chose.

Les commissaires de l’Opposition qui ont inspiré ces ragots, quand ils ont su que c’était un coup d’épée dans l’eau, cette première salve d’immondices, se sont résolus, à assurer eux-mêmes le service après-vente de leur calomnie. Souiller le président Newton Ahmed BARRY, pour qu’il regrette d’avoir tenu tête, dans la vérité, au président de l’UPC, au moment des discussions sur la révision du Code électoral.

Voilà un de ses passages symptomatiques : au cours des échanges devant le président du Faso, j’aurai eu l’outrecuidance de répondre à Monsieur Zéphirin Diabré, qui me demandait de combiner le recensement électoral et la plateforme technique en l’opérationnalisant au niveau des communes urbaines uniquement, « que je n’avais pas réfléchi à cette question et que je ne pouvais pas dire dans l’immédiat si je pouvais le faire, puisque je n’y ai pas réfléchi ». Si donc, je dois ramper devant le président du CFOP, Monsieur Diabré Zéphirin, qui n’est pas encore au pouvoir, que dois-je faire devant Roch Marc Christian Kaboré, président du Faso, m’étaler de toute ma longueur et me couvrir de poussière ?

Voilà un aperçu des immondices sous lesquels on voudrait ensevelir mon honneur et à ma dignité, pour espérer discréditer les reformes que je propose de conduire pour prévenir notre processus électoral des dangers post électoraux graves qui le menacent, si rien n’est fait dès à présent.

Je ne suis pas buté, je n’impose rien, j’explique et j’argumente toutes les propositions contenues dans les reformes. Cela, je le fais dans les instances statutaires de la CENI au niveau des plénières des commissaires et des réunions hebdomadaires du bureau permanent.

Les procès-verbaux de ces différentes délibérations sont là, produits du reste par les commissaires de l’opposition. Ils attestent les différentes discussions autour des reformes que nous mettons en œuvre.

Comme on dit, « le verbal s’envole et l’écrit demeure ». Ces textes sont-là, j’invite tous les journalistes d’investigation à venir les éplucher et à témoigner pour l’avenir.
Mais de ces ragots et de ces immondices, les allégations sur la mal gouvernance financière du président de la CENI constituent le point inacceptable.
Parce que l’intégrité pour moi est la ligne rouge.

L’intégrité du président une ligne rouge

Comme la femme de César, le président de la CENI, en matière de gestion des ressources financières, doit être irréprochable. Si je vole de l’argent pour moi, cela voudrait dire qu’en situation de délibération des élections je peux aussi voler des élections pour attribuer à X ou Y en fonction de ce que l’un ou l’autre m’offrirait.

Cette accusation ouverte et sibylline doit faire l’objet de contrôle par les instances habilitées. Si, il s’avère que j’ai d’une façon ou d’une autre manœuvré pour donner un marché à un proche ou un copain dans le but de recevoir des rétributions occultes, je deviens automatiquement indigne à diriger la CENI et j’en tirerais les conséquences en demandant à la Communauté musulmane de bien vouloir procéder à mon remplacement.

J’ai tous les défauts, mais Dieu m’a fait grâce de ne pas y ajouter la cupidité et le matérialisme.

C’est pour cela, devant les allégations de démission des DAF et du DMP parce que le président les aurait forcé la main pour passer des marchés de gré à gré, j’ai pris la décision par lettre d’inviter instamment la Cour des Comptes, instituée par le Code électoral en son article 4 du pouvoir de contrôle des comptes financiers de la CENI, de venir investiguer et statuer sur le fondement des accusations alléguées. Une telle diligence va restaurer l’autorité morale nécessaire à l’arbitrage impartiale du vote des Burkinabè. Cette même lettre invite a été adressée à l’ASCE/LC.

Si j’étais âpre au gain, de par la position que j’occupe, comme président de la CENI, je n’ai pas besoin de bidouiller quelques petits marchés d’une centaine de millions f CFA pour soutirer des subsides.

Depuis deux ans que je suis à la tête de la CENI, avec ces facilités que me procure ma position, j’ai dynamisé la mutuelle des travailleurs de la CENI, pour assurer à 329 personnes, les travailleurs, leurs conjoints et leurs enfants, une assurance maladie à 100%.

Depuis deux ans, quand un travailleur de la CENI tombe malade, il n’a pas à se préoccuper d’avoir de l’argent en poche. Il lui suffit de se débrouiller pour atteindre le centre de santé de son choix, même les cliniques huppées de Ouaga, il est pris en charge gratuitement. Cela vaut pour tout le personnel, du planton au commissaire.
Chaque année je réunis une cinquantaine de millions pour assurer cette assurance maladie à tous.

Ces ressources ne viennent pas du budget de l’Etat, j’y ai accès de par ma position. Si j’étais le cupide que le mémorandum des commissaires de l’opposition décrit, j’aurai pu, de façon tout à fait licite, utiliser ces ressources, bon gré malgré, une bonne centaine de millions depuis deux ans, à mon seul profit.
Moi j’ai un seul prix, il est inatteignable, la dignité et l’intégrité.

Chers compatriotes
Mesdames et Messieurs

Les luttes multiformes de notre peuple ont abouti à la création de la CENI depuis 1998. J’y ai modestement contribué, comme vous le savez auprès d’autres patriotes et démocrates, sans jamais rien demander. J’ai même démissionné de mon poste de fonctionnaire de l’Etat, pour me consacrer à cette lutte. De ces différentes luttes est née la CENI, un instrument robuste, indépendant et impartial pour gérer tout le processus électoral dans notre pays.

Depuis cette date, sous l’impulsion des démocrates et patriotes burkinabè, elle n’a cessé de s’améliorer pour offrir des élections chaque jour plus honnêtes reflétant la volonté des burkinabè.

Ce que nous avons entrepris avec les réformes structurelles au niveau de la constitution et de la gestion du fichier électoral entre en droite ligne de ce constant souci d’améliorer l’ingénierie électorale pour que le vote reflète effectivement, en tout temps et en tout lieu, la volonté des Burkinabè.

Les élections commencent par le fichier électoral. Il doit refléter l’état réel de la population. Le problème de notre processus électoral aujourd’hui, c’est que le fichier ne reflète pas l’état de la population.

Depuis 2012, le fichier électoral peine à dépasser 5 millions d’électeurs. Or toutes les informations qui font autorité, notamment celles de l’INSD, estiment que le Burkina devrait avoir un corps électoral d’au moins 9 millions.

Pourquoi malgré les opérations successives d’enrôlement de 2012, 2014 et 2015 le fichier électoral reste toujours squelettique, loin de réunir le maximum des électeurs qui devraient y figurer.

Notre diagnostic, confirmé par les avis avisés, est que le système actuel d’enrôlement des électeurs n’est pas bon. La manière de procéder pour enrôler n’est pas efficiente. Elle ne permet pas de toucher les niches où se trouve le gros des personnes à enrôler.

Les élections roue libre !

Si nous continuons avec ce système d’enrôlement des électeurs, nous mettons, à terme, la démocratie en danger. Un fichier squelettique et non intègre puisqu’il renferme et accumule des morts que le procédé d’enrôlement ne permet pas de soustraire.

Ainsi donc, pour les choix importants pour la nation comme l’élection du président du Faso, seulement 2 millions d’électeurs en réalité choisissent pour plus de 18 millions d’âmes. Une telle situation est structurellement grosse de danger pour toutes les équipes qui arrivent en responsabilité. Elles ne reposent pas sur un matelas de légitimité qui lui permet d’amortir les chocs des contestations « du troisième tour » électoral. Cette situation pourrait connaître un déséquilibre pervers avec l’entrée en vigueur du « collège électoral » de la diaspora.

Si rien ne change, le choix démocratique va être dévoyé à court terme. Les élections vont être discréditées. Le processus agira dès lors comme une roue libre. A intervalle, les élections, pour rien, vont être organisées.

Nous sommes donc en train d’instituer structurellement « des insurrections post-électorales ». Les partis politiques sont soucieux de gagner les élections et d’arriver au pouvoir. Notre légitime préoccupation est d’organiser des élections qui assurent la paix.

Un procédé gouffre de ressources financières !

En plus d’être inefficient, le procédé actuel coûte trop cher. L’opération seule d’enrôlement des électeurs coûte 9 milliards.

Avec la diaspora, il faut prévoir autour de 15 milliards, désormais.
Sur un cycle électoral, seulement pour la révision du fichier électoral, il faudra 30 milliards au minimum. Dans un pays où les hôpitaux ne peuvent pas s’équiper de simples appareils de dialyse à moins d’un milliard, perpétrer ce gaspillage est un crime monstrueux contre le peuple.

Déterminé mais pas butté !

Il est impossible de continuer longtemps avec le système actuel d’enrôlement des électeurs. C’est pourquoi, les réflexions que nous avons collégialement conduit au niveau de la CENI de décembre 2016 à février 2018, avec l’appui de l’OIF ont abouti à un procédé nouveau qui abandonne le recensement électoral pour adosser le fichier électoral sur la base de données de la carte d’identité nationale (CNIB).
Avec ce procédé, les niches inatteignables par les brefs déploiements sur le terrain, devront être touchées. Le nombre d’électeurs va être plus conforme à l’état de la population.

Le fichier électoral sera intègre et en ce moment le taux de participation va être un baromètre crédible de l’adhésion du peuple et de la forte légitimité des mandats.
Le nouveau système proposé préserve l’obligation du « consentement préalable » avant de figurer sur le fichier électoral. En effet, dans notre système électoral, le vote demeure libre. En conséquence, l’inscription sur le fichier électoral est aussi libre et volontaire. C’est pour satisfaire à cette obligation constitutionnelle, que le nouveau procédé intègre « une plateforme technique d’interaction » avec les personnes susceptibles de figurer sur le fichier électoral.

C’est un procédé qui exploite les nouvelles technologies de la communication et qui l’adapte aux divers publics qui pourraient être concernés.

Toutes les études et les évaluations à ce jour, avec ce nouveau procédé, ramène le coût de l’enrôlement autour de l, 5 milliards y compris avec la diaspora. Au lieu des 15 milliards évoqués plus haut, si avec l’ancien procédé on devrait enrôler la diaspora.

Mais le plus important, dans la nouvelle formule que nous proposons, c’est qu’à court terme, avec ce système, l’enrôlement devrait se faire sur le fil et ne devrait plus rien coûter à l’Etat.

Mais nous sommes conscients qu’il faut l’adhésion de l’ensemble des acteurs politiques pour légitimer le système.
L’ambiance actuelle, déjà délétère depuis les discussions qui ont précédé la révision du code électoral, ne semble pas permettre la mise en œuvre de la réforme.
Avec les acteurs traditionnels, le débat est devenu difficile, car toutes les initiatives sont arrivées à un point de blocage. Disons de rupture.

La stratégie de refus d’accepter la loi votée a mué en blocage de la CENI par une partie de la classe politique. Cette farouche détermination ne s’embarrasse plus du respect de l’esprit républicain.

Les acteurs du dehors vont jusqu’à pousser une partie des commissaires à violer leur serment.

Les contradictions politiques des acteurs peuvent être violentes. Elles le sont d’ailleurs, le plus souvent. Mais faut-il aller jusqu’à détruire les institutions pour assouvir des desseins ?

Il faut préserver la CENI.

C’est pourquoi depuis les polémiques autour de la révision du Code électoral, sur les documents de votation et le mode révision du fichier électoral, malgré les nombreuses sollicitations, j’ai refusé de prendre la parole publiquement, pour ne pas exposer la CENI.

Par contre, dans des instances habilitées, chaque fois que notre éclairage était sollicité, nous le faisions dans le strict respect de la vérité et de l’intérêt des élections. Nous sommes allés chaque fois à ces rendez-vous avec les deux vice-présidents de la CENI : un de la majorité, un de l’opposition. Cela montre notre constant souci d’inclusion et de collégialité. Mais nous sommes aujourd’hui presque dans l’impasse.

C’est pourquoi, j’en appelle aux patriotes et aux démocrates pour se saisir de cette question vitale pour la démocratie et pour l’avenir de la paix dans notre pays. Le vote bénéficie aux partis politiques, mais ce sont les citoyens qui l’exercent et qui, in fine, en subissent les conséquences, surtout quand les élections ne génèrent pas la paix.

Je voudrais, en considérant tout ce qui précède, entamer dans les jours avenir, avec des personnes ressources, les consultations nécessaires à sauver la CENI. Il faut que la CENI reste et demeure en dehors des tumultes politiques. Cette préoccupation ne peut pas trouver solution en interne, puisque elle est alimentée et téléguidée de dehors.

Chacun doit assumer ses responsabilités. Après cette étape je convoquerai une plénière des commissaires. Parce que, je le répète, sur l’ensemble des reformes proposées, aucun commissaire, et les procès-verbaux sont là pour l’attester, n’a jamais élevé d’objection. Pourtant, ensemble, nous y avons travaillé collégialement de décembre 2016 à mai 2018.

Quand les contradictions ont commencé à s’exacerber entre les acteurs politiques, à partir de juin 2018, les tumultes ont commencé à la CENI.

Nous avons hérité, malgré nous, des problèmes du dehors que les digues de nos serments n’ont pas suffi à arrêter.

Devant Dieu, devant le peuple et devant l’histoire, nous avons une responsabilité. Je suis déterminé à jouer pleinement la mienne.

Vive la CENI
Vive la démocratie !
Qu’ALLAH bénisse notre chère patrie, le Burkina Faso
Je vous remercie

Newton Ahmed BARRY
Président de la CENI

Vos commentaires

  • Le 25 septembre 2018 à 10:42, par aff En réponse à : Commission électorale nationale indépendante : Newton Ahmed Barry rompt le silence

    Vous pensez que ça va être facile, désillusionnez-vous. L’ennemi est partout et cherche à créer la chienlit au Faso avec toutes sortes d’attaques.

    Répondre à ce message

    • Le 25 septembre 2018 à 16:41, par PAK En réponse à : Commission électorale nationale indépendante : Newton Ahmed Barry rompt le silence

      Monsieur le Président de la CENI, toute ma crainte lors de votre avènement à la CENI est en train de se confirmer. Vous avez d’excellentes idées mais la réalité managériale pour les faire accepter par les autres commissaires semble vous faire défaut. Prenons le cas de la réduction des dépenses de la CENI qui vous préoccupe tant : votre proposition est intéressante ; mais face à une classe politique où l’essentiel des acteurs se connait depuis plusieurs décennies et se soupçonne régulièrement d’intentions frauduleuses, vous devriez accepter que seul le consensus puisse être la seule règle entre tous les commissaires de la CENI ; vous devriez vous transformer dans ce cas juste en porte-parole de votre institution. Vos prédécesseurs ont utilisé une telle stratégie pour s’en sortir dans leur mandat de président de la CENI. En aucun cas, vous ne devriez avoir sur votre viseur un parti politique comme vous le souligner pour l’UPC par ailleurs, parti du président du CFOP. C’est dommage qu’à l’épreuve de l’exercice du pouvoir, de tels problèmes inquiétants soient relevés à votre endroit.

      Répondre à ce message

  • Le 25 septembre 2018 à 11:07, par Teeltaaba En réponse à : Commission électorale nationale indépendante : Newton Ahmed Barry rompt le silence

    Mes couragements au président de la CENI pour cette sortie. Pour qui connaît le nommé Newton Ahmed BARRY pour sa rigueur et sa sincérité, on comprend bien que toutes ces accusations ne sont que des allégations montées contre sa personne et ne serait que l’oeuvre de politiciens apprentis. J’invite les politiciens à ne pas brûler le pays car le Président de la CENI a été choisi par la Communauté Musulmane et il fait respecter leur choix au lieu de vouloir le dénigrer. Ces attaques pourraient être comprises par certains esprits comme une insulte a la Communauté Musulmane et pourraient avoir des conséquences imprévisibles. Faisons attention pour notre vivre ensemble car les politiciens sont capables de brûler ce pays.

    Répondre à ce message

    • Le 25 septembre 2018 à 12:06, par Figo En réponse à : Commission électorale nationale indépendante : Newton Ahmed Barry rompt le silence

      Je pense que vous êtes un danger public en insinuant de tels propos. Qu’est-ce que la religion a à voir dedans. Faites vos prières et laissez le Tout Puissant vous juger. Malheur à qui veut amener le nom de Dieu dans la politique et les turpitudes des hommes.

      Répondre à ce message

      • Le 26 septembre 2018 à 17:30, par Daniele Massaro En réponse à : Commission électorale nationale indépendante : Newton Ahmed Barry rompt le silence

        Personne des soit-disants héritiers de NORBERT ZONGO nous ont montrés leur incapacité. Je croyais peu à Barry depuis qu’il a fait armes de tout pour parvenir à la Présidence de la CENI et surtout quand il a mis en avance "LA RELIGION". Pour quelqu’un qui se dirait un grand intellectuel, j’ai été choqué par son attitude car je savais qu’il était loin d’atteindre le cheville de Norbert ZONGO mais aller jusqu’à se rabaisser jusqu’à ce niveau, je ne m’y attendais aucunement. Bref, mais sachez que la Côte d’Ivoire a brûlé lorsque ADO a invoqué la religion pour atteindre ses fins. Newton qui depuis NZ jusqu’avant sa Présidence de la CENI, ne prononçait presque jamais ni dans ses discours ni ses écrits le nom de Dieu et encore moins l’expression "ALLAH", est devenu subitement le Muezzin à tout vent. Mon très cher BARRY, faîtes pardon et laissez la religion en dehors de vos comédies car même les djihadis avant de semer les carnages crient Allah avant de le faire. Nous n’avons pas besoin que quelqu’un crie Allah, Dieu, Jesus ou Mohamed pour nous montrer sa bonne foi et son honnêtété, sa franchise. On le voit dans tous vos gestes et actes de tous les jours. Vous les soit-disants "journalistes éclaireurs et engagés" on ne vous croit plus car Barry ne sera pas ni le 1er ni le dernier à nous trahir (Djandjinou par exemple). Je conseille Mr BARRY de faire ce qu’il veut faire et de travailler pour qui il veut mais de grâce et pardon laisse Allah en dehors de ça. Votre comportement est pitoyable car vous jouez trop sur les sentiments des réligieuses pour vous dédouaner. TRAVAILLEZ POUR LA CONSTRUCTION DE CE PAYS SI REELLEMENT VOUS L’AIMEZ ET SI VOUS ËTES CE QUE VOUS NOUS FAITES CROIRE. ET JE PREFERE QUE VOUS DITES DITES SANS HYPOCRISIE QUE "DIEU BENISSE LE BF CAR VOUS N’ËTES PAS PRESIDENT DE LA CENI D’UNE SEULE RELIGION MAIS DE TOUS LES BURKINABES". SOYEZ RICHEMENT BENI !

        Répondre à ce message

    • Le 25 septembre 2018 à 13:15, par Astrid En réponse à : Commission électorale nationale indépendante : Newton Ahmed Barry rompt le silence

      Pyromane ! Il n’y a que vous ici qui faites de telles insinuations. Jusqu’a cet instant I pour ma part j’ignorais que Newton Barry est de confession musulmane. Newton c’est-ce pas nom d’un savant occidental ca ?
      Qu’est ce que la religion a a voir dans tout ca ? Et meme s’il avait ete choisi et crone par la communaute musulmane, et puis quoi ? Cela lui donnerait-il une certaine immunite contre les critiques meme s’il a faute ? Vous etes grave, tres grave. Esprits sataniques qui veulent entrainer le pays dans une tragedie.

      Répondre à ce message

  • Le 25 septembre 2018 à 11:10, par yelmingaan blaan saa hien En réponse à : Commission électorale nationale indépendante : Newton Ahmed Barry rompt le silence

    "J’ai tous les défauts, mais Dieu m’a fait grâce de ne pas ajouter la cupidité et le matérialisme "oh blasphème !ainsi plaide "non coupable"le libre arbitre de NAB !

    Répondre à ce message

    • Le 26 septembre 2018 à 09:45, par a En réponse à : Commission électorale nationale indépendante : Newton Ahmed Barry rompt le silence

      Faisons attention à ce que nous disons. Pour qui connait ce Monsieur, vous pouvez effectivement tout lui reprocher mais pas la cupidité. La majorité de ceux qui parlent mal de Newton Ahmed Barry n’ont qu’à consulter les archives de la RTB télé pour voir qu’il était l’un des meilleurs journalistes ( s’il ne l’est même pas toujours) mais il a démissionné en fracas car n’ayant pas cautionné certaines pratiques. Mais je pense que NAB et tous ceux qui ont encore un peu d’intégrité doivent savoir que les "commissaires" frondeurs, habitués aux vols et autres détournements ne comprennent pas que le Président de la CENI veuille supprimer leur "gombo" en arrimant le recensement électoral à l’ONI (celà va leur priver de grosses missions à l’intérieur comme à l’extérieur du pays). Il faut qu’il (NAB) sache qu’il est presque seul à vouloir des élections transparentes et équitables, ces vieux bourreurs d’urnes ( ils se reconnaitrons ) autour du Président ne cherchent que les occasions pour prolonger la circonférence de leur embonpoint. L’autre aspect, comme le Président l’a souligné lui-même, c’est que ces esprits "malins" veulent préparer les esprits pour des contestations post-électorales. Mais nous disons qu’ils finiront par se faire démasquer avant longtemps. Je propose donc ceci :
      - Si c’est vrai que le Président est trempé dans une affaire quelconque de corruption ou de collusion, qu’il tire toutes les conséquences en se faisant immédiatement remplacé, mais
      - Si ces allégations se trouvaient être sans fondement après les vérifications de l’ASCE/LC et la Cours des comptes, qu’une plainte soit déposée contre ces imposteurs et que leur partie procèdent immédiatement à leur remplacement pour "moralité douteuse".

      Répondre à ce message

  • Le 25 septembre 2018 à 11:12, par RIBOU François En réponse à : Commission électorale nationale indépendante : Newton Ahmed Barry rompt le silence

    Bon courage à Newton Ahmed Barry pour la suite du combat ! S’il se rends à l’évidence à un moment donné que l’on veut mettre des bâtons dans ses roues notamment dans l’intention lugubre de ternir son image, le mieux serait alors de rendre le tablier. En attendant, bon courage !

    Répondre à ce message

    • Le 25 septembre 2018 à 12:01, par MS En réponse à : Commission électorale nationale indépendante : Newton Ahmed Barry rompt le silence

      Je me suis demandé, quand il a été désigné : "Qu’est-ce qu’il va chercher dans cette galère ?". Ensuite quand la campagne de discrétisation a commencé je me suis dit qu’il faut qu’il rende le tablier, parce que de toute évidence ses qualités -rigueur, honnêteté, et intégrité- empêchent aujourd’hui celui qui les a de réussir quoi ce soit. Mais, je me suis aussi demandé que se passera-t-il si tous les gens bien abandonnent le terrain... Qu’Allah le Tout Puissant préserve le Faso

      Répondre à ce message

    • Le 25 septembre 2018 à 17:25, par Tilaï En réponse à : Commission électorale nationale indépendante : Newton Ahmed Barry rompt le silence

      Non ! Il ne faut surtout pas vouloir qu’il démissionne parce qu’il ne fait pas l’affaire des politiciens ! Une mauvaise élection conduit à des crises... Une CENI performante garantit des élections crédibles... Faisons donc bloc pour exiger une bonne CENI au lieu de lui conseiller de démissionner pour laisser la place à ces cupides de politiciens (pouvoir comme opposition).
      Dieu bénisse le Burkina ! Amen !

      Répondre à ce message

  • Le 25 septembre 2018 à 11:49, par toudou En réponse à : Commission électorale nationale indépendante : Newton Ahmed Barry rompt le silence

    En lisant cette déclaration, je vois tout de suite un mensonge. Il di "Voilà un de ses passages symptomatiques : au cours des échanges devant le président du Faso, j’aurai eu l’outrecuidance de répondre à Monsieur Zéphirin Diabré, qui me demandait de combiner le recensement électoral et la plateforme technique en l’opérationnalisant au niveau des communes urbaines uniquement, « que je n’avais pas réfléchi à cette question et que je ne pouvais pas dire dans l’immédiat si je pouvais le faire, puisque je n’y ai pas réfléchi ». Si donc, je dois ramper devant le président du CFOP, Monsieur Diabré Zéphirin, qui n’est pas encore au pouvoir, que dois-je faire devant Roch Marc Christian Kaboré, président du Faso, m’étaler de toute ma longueur et me couvrir de poussière ?"
    Moi j’ai repris la déclaration des commissaires et nulle part je n’ai vu le nom de Zéphirin Diabré dans leur déclaration. Nulle part ! Si quelqu’un a une autre version de la déclaration qui mentionne le nom de Diabré, qu’ils me la donnent.
    Comment un adulte peut mentir comme cela ?

    Répondre à ce message

  • Le 25 septembre 2018 à 11:50, par Noraogo En réponse à : Commission électorale nationale indépendante : Newton Ahmed Barry rompt le silence

    Que le Président de la CENI saches que la CENI est une institution politique. Elle est sous le regard d’hommes politiques. Pourquoi y a-t-il des représentants de partis politique la-bas. Newton Ahmed Barry lui même a été nommé par le politique. C’est parce qu’il est du pouvoir qu’il a été nommé. Il dira qu’il ne fait pas la politique mais les preuves contre lui sont là. Sa nomination n’est pas fortuite. Au Burkina les religieux sont sollicités parfois pour résoudre des problèmes d’envergures nationales. Pourquoi n’ a-t-on pas demandé la communauté religieuse de désigner un membre pour diriger la CENI ?
    Il ne faut pas qu’il indexe l’UPC de l’avoir "affublé de danger pour la démocratie" et qu’il s’agit des mêmes termes que les commissaires auraient utilisés. Normal. Les commissaires demandent l’avis de leur parti avant de se prononcer sur des questions touchant le bon fonctionnement de la CENI. Politique ou pas, le Président de la CENI n’avait pas besoin de ce long texte journalistique pour se défendre. Il devrait se dire : " je ne me reproche de rien, je vais me taire, le peuple burkinabè le saura".

    Répondre à ce message

  • Le 25 septembre 2018 à 12:01, par FILSDUPAYS En réponse à : Commission électorale nationale indépendante : Newton Ahmed Barry rompt le silence

    Courage, vas de l’avant et laisses ces politicards qui ne cherchent qu’à nuire à toute bonne initiative qui sortira le peuple burkinabé de la souffrance. Et avec ça, ils disent vouloir nous gouverner. Que Dieu nous épargne de ces mercenaires qui ne pensent qu’à leurs seuls intérêts.
    Aucun burkinabé digne ne les suivrait dans leur égarement.
    Nous le peuple silencieux et insurgé vous encourage et vous soutient dans votre vision de recherche des solutions simples et efficaces pour que règne la paix au Faso.

    Répondre à ce message

  • Le 25 septembre 2018 à 12:08, par le paysan En réponse à : Commission électorale nationale indépendante : Newton Ahmed Barry rompt le silence

    Je pense que nos politiciens deviendront ce que veut le peuple. Vous voyez maintenant la version de Mr BARRY par rapport aux autres commissaires ? Il faudrait que nos politiciens changent de comportement et souvent aller aux informations au lieu de nous raconter des histoires à dormir débout. Que les commissaires se retrouvent entre eux et trouver un consensus au lieu de passer leur temps à nous stresser et à nous pourrir l’atmosphère. Laissez vos arrières pensées et laissez-vous guider par Dieu. Dans vos faits et gestes, la population vous observe et discernera. C’est dommage que des responsables se comportent ainsi. Mon seul problème, il faudrait que le Zeph assume pleinement son rôle de chef de file de l’opposition. Lorsqu’il y a des éléments concernant la politique, prenez votre courage à deux mains et aller chercher l’info en lieu sûr. Même si un ministre fait quelque chose de pas bien, pardon, allez voir directement soit le ministre concerné, soit le chef de gouvernement pour montrer votre indignation ou joie au lieu de lancer ça sur la voie publique. Logiquement même dans l’affaire de huit clos, vous devez aller voir le PAN et lui dire votre indignation sur le cas du ministre BOUDA (infanterie ???). Ce n’est pas normal, que l’on dise que c’est un huit clos et que des intellectuels se comportent en délinquants. Commencer dès maintenant car le milieu a besoin d’être assaini. J’espère me faire comprendre.
    Courage et bon vent à Mr BARRY. Surtout consultez toujours vos commissaires pour ne jamais prêter votre flanc.

    Répondre à ce message

  • Le 25 septembre 2018 à 12:08, par coalusion En réponse à : Commission électorale nationale indépendante : Newton Ahmed Barry rompt le silence

    Personnellement cette opposition va rester dans l’opposition pendant 50 ans. Le CFOP est dirigé par des individus mal intentionnés. Mes frères à la mairie comme à l’AN, ils boycottent les séances comme des bandits. Pourquoi tenez vous à lui créer des problèmes ? Je sais parmi les commissaires, il y a l’opposition. Qu’ALLAH accompagne les dignes fils du pays à avancer.

    Répondre à ce message

  • Le 25 septembre 2018 à 12:22, par sai En réponse à : Commission électorale nationale indépendante : Newton Ahmed Barry rompt le silence

    Du courage à NAB, sinon il y a un serpent dans la politique !

    Répondre à ce message

  • Le 25 septembre 2018 à 12:22, par INB En réponse à : Commission électorale nationale indépendante : Newton Ahmed Barry rompt le silence

    Au lieu d’un ’’nous’’ c’est des ’’je’’ que je lis.
    Non, les réformes au niveau de la CENI ne doit pas être des ’’Je’’. Je suis désolé NAB. Vous avez manqué des mots justes pour convaincre vos collaborateurs pour qu’ils adhérent a votre idée de rénover. On peut même dire que vous les avez imposé vos nouvelles réformes. C’est cela qui est grave.
    Et ma dernière question, comment s’est faite la sélection de celui qui doit concevoir votre plateforme ? En principe, on doit appeler toutes les compétences en la matière et chacun vient soumissionner. Je ne sais rien j’attends réponses i
    Qui a eu le marché de la plate forme les Diallo vos parents .
    quelles dates ont ils signé bien avant les dates dont le President parle a voir les contrats
    Assurance maladie dont vous payer la .Vous trouvez largent ou Asce et cours comptes

    Répondre à ce message

    • Le 25 septembre 2018 à 12:47, par Parfaitbf En réponse à : Commission électorale nationale indépendante : Newton Ahmed Barry rompt le silence

      Donc pour vous quand un KABORE ou un KABA décroche un marché public c’est automatiquement suspect ?

      Répondre à ce message

    • Le 25 septembre 2018 à 13:52, par l’incorruptible En réponse à : Commission électorale nationale indépendante : Newton Ahmed Barry rompt le silence

      tu as fait une observation tendancieuse.il a donné un marché un Diallo mais quand kaboré donne un marché à un kaboré tu ne dis rien.c’est le veritable probleme.aucun Diallo ne doit avoir un marché de la CENI parce que c’est un Barry qui est à la tete de la CENI.tes critiques ne sont pas objectives

      Répondre à ce message

    • Le 25 septembre 2018 à 16:11, par Figo En réponse à : Commission électorale nationale indépendante : Newton Ahmed Barry rompt le silence

      Mon cher ami, le Nous suppose une dilution de responsabilité dans certaines circonstances. Il parlait en qualité de 1er responsable de l’institution. En fait, on comprend tous ceux qui avaient des plans pour effectuer des missions dans le cadre de l’enrôlement ou qui avaient des plans pour exploiter illégalement le potentiel électoral de la diaspora. Les propos de Newton sont clairs : dans un pays comme le Burkina Faso (ou tout le monde est dans les contestations et les marches, certains en ont fait une profession), il y a le risque si on assainit pas le fichier, qu’un président soit élu par les compatriotes de l’extérieur, et chassé 3 mois après par les compatriotes de l’intérieur. Il faut donc faire participer massivement tout le monde pour assurer au président une bonne légitimité.

      Répondre à ce message

  • Le 25 septembre 2018 à 12:24, par Thom’s En réponse à : Commission électorale nationale indépendante : Newton Ahmed Barry rompt le silence

    Aux politiciens véreux et assoiffés de pouvoir, faites très attention pour ne pas brûler le pays à cause du pouvoir. Le pouvoir passe, les hommes restent.

    Répondre à ce message

  • Le 25 septembre 2018 à 12:27, par broo En réponse à : Commission électorale nationale indépendante : Newton Ahmed Barry rompt le silence

    EN TANT QUE JOURNALISME ET L’EXPÉRIENCE D’HOMME DE LA COMMUNICATION(FONDATEUR, presse privée et publique) IL A EU LE CADRE ET LES MOTS POUR SE REFENDRE ; BEAUCOUP DE RESPONSABLE ET D’ORDONNATEUR N’ONT PAS EU CES OPPORTUNITÉS ; L’HONNEUR ET L’IMAGE DE BEAUCOUP DE RESPONSABLES SONT DÉNIGRES ET VERSES SUR LA PLACE PUBLIQUE A TRAVERS LA PRESSE ET LES RESEAUX SOCIAUX SANS AUCUN FONDEMENT PAR DES INDIVIDUS ; EN GENERAL C’EST DES CONFLITS DE PERSONNE ; LA PRESSE NE VA PAS A LA SOURCE OU NE FAIT PAS UNE ANALYSE APROFONDIE ( YA BEAUCOUP D’AMATEUR DANS LES ORGANES DE PRESSE), C’EST DOMMAGE QUE NOTRE ADMINISTRATION NE PROTÈGE PAS SES AGENTS ; IL N’YA PLUS DE RESPECT DE L’AUTORITE DANS LES SERVICES PUBLIQUES ; DANS LES MINISTERES LES PRINCIPES SACROSAINTS SONT BAFOUES DANS L’ORGANISATION DES SERVICES SUR L’HOTEL DES INTERETS EGOISTES ; DU REGIONALISME...ON PERMET AUX INDIVIDUS SANS FOI NI LOI DE SEXPRIMER ALA TV OU DANS LES JOURNAUX ... SANS RECUEILLIR LAVIS DES PREMIERS RESPONSABLES CONCERNES

    Répondre à ce message

  • Le 25 septembre 2018 à 12:29, par Juste En réponse à : Commission électorale nationale indépendante : Newton Ahmed Barry rompt le silence

    Connaissant un peu Monsieur BARRY pour l’avoir approché dans le cadre de certaines luttes, je sais qu’il doit être énormément éprouvé par ces temps de crise à la CENI. Qu’est ce que vous voulez ? C’est ça aussi le Burkina des hommes politiques pyromanes. Certains politiciens sont à la limite devenus des DIEUX dans leur parti et cela, ils entendent l’exporter à l’ensemble du peuple Burkinabê et moi, cela ne m’étonne pas, connaissant d’où certaines personnes sont venues. Vous n’êtes même pas au pouvoir et c’est comme ça, le jour où vous allez prendre le destin de ce pays en main, il faudrait ouvrir grandement les frontières parce que ça ne sera pas facile. Les prochaines crises dans ce pays n’épargneront personne ; pour ceux qui pensent qu’ils peuvent monter les gens les uns contre les autres, ils se trompent. Nous allons vaincre ensemble ou périr ensemble.

    Répondre à ce message

  • Le 25 septembre 2018 à 12:37, par Le réaliste En réponse à : Commission électorale nationale indépendante : Newton Ahmed Barry rompt le silence

    Il faut rester réaliste car c’est malheureusement ce que le régime déchu a fabriqué du politicien Burkinabè surtout contre son adversaire et parfois entre même parti politique pour des intérêts individuels. Celui qui veut faire correctement son travail est à abattre et tout est mis en œuvre pour effectivement réussir à l’abattre. Dommage pour le Faso. Comment pour accéder au pouvoir il faut bruler le pays s’il le faut ? Dieu qui n’est jamais pressé s’occupera inévitablement de vous en temps opportun. Retenez l’exemple de l’homme fort du tout puissant Capitaine Abdoulaye DAO.

    Répondre à ce message

  • Le 25 septembre 2018 à 12:52, par amen En réponse à : Commission électorale nationale indépendante : Newton Ahmed Barry rompt le silence

    Newton Amed BARRY s’il te plait accepte l’évidence.Accepte ta part de responsabilité dans cette affaire au lieu de te faire passer comme un blanc sein. Tu es homme comme tous les KERE et autres présidents de la CENI passé. Chacun avait besoin d’assurer ses arrières. Il ny rien de mal a mettre de cote deux petits milliards pour ses vieux jours. Beaucoup l’ont fait avant toi. Ne t’en prime pas mais surtout la fermer.

    Répondre à ce message

    • Le 25 septembre 2018 à 16:28, par Raïssa En réponse à : Commission électorale nationale indépendante : Newton Ahmed Barry rompt le silence

      "Si j’étais le cupide que le mémorandum des commissaires de l’opposition décrit, j’aurai pu, de façon tout à fait licite, utiliser ces ressources, bon gré malgré, une bonne centaine de millions depuis deux ans, à mon seul profit.
      Moi j’ai un seul prix, il est inatteignable, la dignité et l’intégrité" dixit le Président de la CENI. c’est peut être trop fort pour vous ? ou pensez vous que comme vous tous les Burkinabè ont perdu de leur vrai Burkindlim ? C’est dommage

      Répondre à ce message

    • Le 25 septembre 2018 à 17:35, par idi En réponse à : Commission électorale nationale indépendante : Newton Ahmed Barry rompt le silence

      Mon ami amen, tu es sûr que sa responsabilité est établie ? envoie les preuves s’il te plaît ! Ce sont des gens comme vous qui, par des analyses raccourcis peuvent faire brûler le pays. Il a demandé aux organes de contrôle de venir investiguer et on verra bien !
      Je pense que ce sont les politiciens de l’opposition qui sont à la manoeuvre !
      S’il le faut, il faut constituer la CENI sans eux, car c’est très difficile de s’accorder avec eux, tellement ils ne sont pas sincères !
      Zeph qui sert de faire valoir à l’ancien régime, qui veut coûte que coûte emmener le pays dans une crise, quelque soit le prix !
      NAB, courage à toi ! tout le monde voit ce qui se passe ; ce n’est pas de ta faute ; que le Seigneur te soutienne !

      Répondre à ce message

      • Le 26 septembre 2018 à 11:04, par MS En réponse à : Commission électorale nationale indépendante : Newton Ahmed Barry rompt le silence

        "Zeph qui sert de faire valoir à l’ancien régime, qui veut coûte que coûte emmener le pays dans une crise, quelque soit le prix !".
        Parfaitement d’accord avec vous. Les responsables de l’UPC ne voient-ils vraiment pas que l’ancien régime (CDP) est entrain de les utiliser. Et comme vous l’avez si bien dit ils veulent coûte que coûte emmener le pays dans une crise, quelque soit le prix.

        Répondre à ce message

  • Le 25 septembre 2018 à 12:59, par Substance Grise En réponse à : Commission électorale nationale indépendante : Newton Ahmed Barry rompt le silence

    Faites l’éffort de gérér le pays de manière laique pour ne pas laisser des poudrières à nos enfants.
    Si vous allez continuer à donner les responsabilités sur des critères religieuses,ethniques,regionnalistes ,l’esprit republicain va foutre le camps
    Travaillons selon le mérite . On a trop senti cela pendant le passage de Zida comme PM
    Nous avons perdu Thomas Sankara qui a été victime entre autres raisons de son apparenance ethnique.
    A tous ces hommes politiques depuis les années 60 ,faites très attention car votre bilan est loin d’être reluisant. Mais de grâce le pays doit exister aprés vous
    Les crises futures sont toujours dues à la mauvaise gestion anterieure
    C’est le cas de la CI aprés Houphouet Boigny
    Malheureusement quand certains visionnistes arrivent pour corriger des idiots mettent tout en oeuvre pour les tuer : cas de Thomas Sankara,

    Répondre à ce message

  • Le 25 septembre 2018 à 13:06, par L’Homme de reo En réponse à : Commission électorale nationale indépendante : Newton Ahmed Barry rompt le silence

    "..au cours des échanges devant le président du Faso, j’aurai eu l’outrecuidance de répondre à Monsieur Zéphirin Diabré, qui me demandait de combiner le recensement électoral et la plateforme technique en l’opérationnalisant au niveau des communes urbaines uniquement, « que je n’avais pas réfléchi à cette question et que je ne pouvais pas dire dans l’immédiat si je pouvais le faire, puisque je n’y ai pas réfléchi ». Si donc, je dois ramper devant le président du CFOP, Monsieur Diabré Zéphirin, qui n’est pas encore au pouvoir, que dois-je faire devant Roch Marc Christian Kaboré, président du Faso, m’étaler de toute ma longueur et me couvrir de poussière ?"
    Voilà qui est dit. ZEPH n’aime pas la "CONTRADICTION" ; c’est ca son seul problème. Je donne maintenant raison aux SIMBORO et compagnie qui ont plié bagages le laisser lui seul avec ses ’béni-oui-oui’. En tout cas ;à cette allure notre "Eternel marcheur" a encor beaucoup de kilomètres devant lui à faire.

    Répondre à ce message

  • Le 25 septembre 2018 à 13:11, par Honron Baraka En réponse à : Commission électorale nationale indépendante : Newton Ahmed Barry rompt le silence

    Bonjour chers tous,
    Je pense que toute raison gardée, chacun de nous doit mesurer les biens fondés d’une électron qui génère la paix pour notre chère Patrie.
    Les acteurs doivent se surpasser pour une élection génératrice de paix.
    Tous les burkinabè ne sont pas des politiciens, la politique ne doit non plus être la profession de quelqu’un. Je pense que cela ne conduira pas à quelque chose de bon.
    Dans l’Histoire les grandes réformes qui méritent d’être menée ont toujours rencontré des oppositions farouches et difficiles à supporter.
    J’encourage le Président de la CENI et je Prie Allah pour une bonne attente entre tous les protagonistes.
    Puisse Allah bénir le BURKINA FASO inch’Allah .

    Répondre à ce message

  • Le 25 septembre 2018 à 13:33, par Tassouma dereke En réponse à : Commission électorale nationale indépendante : Newton Ahmed Barry rompt le silence

    J’ai bien peur que NAB n’oppose les communautés religieuses de ce pays : c’est de la communication, rien que par sa façon d’interpeller la communauté musulmane a procéder a son remplacement au cas ou il est effectivement mis en cause, je crois qu’il appelle les musulmans a réagir !
    Du reste, il n’a étalé que des principes généraux, il n’a pas apporté une preuve du contraire de ce que les commissaires frondeurs disent. A venir se plaindre du président de l’UPC et insinuer qu’il téléguide ces commissaires frondeurs est plutôt la preuve qu’il ne peut plus diriger de façon sereine la CENI. Il devient du coup un danger pour la démocratie !

    Répondre à ce message

  • Le 25 septembre 2018 à 13:52, par GUESSAD En réponse à : Commission électorale nationale indépendante : Newton Ahmed Barry rompt le silence

    Pour être sincère et honnête avec vous,c’est ce fichier électoral qui sera issu de la présente revision électorale qui va nous conduire directement à une crise post-électorale.
    Nous avons toujours utilisé une procédure pour la révision du fichier électoral qui n’a jamais été constesté ni par la mojorité,ni par l’opposition,donc je ne comprends pas pourquoi la changer brusquement ?
    Vous dites vouloir faire de l’économie d’argent pour construire des écoles,des hôpitaux et autres,mais sachez que la démocratie a un coût.Pourquoi ne pas préconiser qu’on suspendre seulement les élections ?
    A quoi sert d"economiser de l’argent pour construire des écoles et des hôpitaux si le processus actuel va ocassioner de nombreux morts d’enfants,de femmes et d’hommes pendant une crise post électorale ??
    Nous pensons qu’il faut continuer avec la procédure connue et acceptée de tous parce que avant tout des élections ont toujours coûté de l’argent.
    Il faut sauver vite le Burkina Faso d’une crise post électorale en créant une situation acceptée de tous.
    Que Dieu bénisse le Burkina Faso.

    Répondre à ce message

  • Le 25 septembre 2018 à 14:07, par Souleymane Ouedraogo En réponse à : Commission électorale nationale indépendante : Newton Ahmed Barry rompt le silence

    Donc il y a l’argent que tu as accès et on ne sait même pas d’où vient ? OK ! On va fouiller plus peut-être qu’il y a d’autres sous cachés à quelques part. le "je"du President de la CENI montre plus sa personnalité de dictateur .
    Donc la CENI a des fonds qui ne viennent pas du budget de l’ETAT dont le président seul a accès ? Huumm !
    Souley oued jai ecrit ce commentaire sur omega

    Répondre à ce message

  • Le 25 septembre 2018 à 14:08, par Jean-Jacques BONZI En réponse à : Commission électorale nationale indépendante : Newton Ahmed Barry rompt le silence

    Monsieur BARRY, dites nous ce que les 329 personnes bénéficiaires de votre assurance maladie ( couverture à 100%) font de particulier pour bénéficier d une telle faveur...qui n’est pas loin de l équivalent d un fonds commun ; vous vous fourvoyez en pensant que comme ce argent ne vient pas du budget de l ÉTAT , vous pouvez l utilisez comme bon vous semble
    Dites nous d ou vient l argent c est ça aussi la transparence que vous chérissiez
    A ce que je sache la CENI n est pas une entreprise qui génère des bénéfices qu elle employer selon la volonté de son ou de ses propriétaires
    Cette largesse est loin d être un acte de bonne gouvernance et je suis persuade qu’à terme des revendications se feront jour au sein d autres institutions de l État pour imiter la CENI
    Ayons toujours à l esprit que nous sommes 20 millions de burkinabé avec les mêmes droits
    À bon entendeur ....

    Répondre à ce message

  • Le 25 septembre 2018 à 14:27, par L’ANALYSTE TOMSON En réponse à : Commission électorale nationale indépendante : Newton Ahmed Barry rompt le silence

    En tant qu’analyste, à lire intelligemment les deux versions, celle des commissaires est la plus convaincante car, argumentation limpide, claire et ne souffre d’aucune ambiguïté, étayée d’exemples précis. Par contre, NAB en employant le ’’Je’’ montre qu’il y a eu effectivement des prises de position unipersonnelle, toute chose contraire aux principes de la CENI. Par conséquent, je l’invite à plus de communication, de dialogue avec ses commissaires dans toutes les initiatives qu’il entreprend et qui sont d’ailleurs pertinentes. Concernant la gestion financière, s’il est avéré que DAF et le DMP ont à la fois démissionné, quel que soit le motif, c’est qu’il y a suspicion à quelque part. Que la gendarmérie s’invite vite dans les enquêtes et rend son verdique car il ne faut pas que le Présid d’une institution comme la CENI fait l’objet d’un manque de confiance. Si c’est le cas, qu’il soit aussitôt relevé pour éviter les crises post-électorales. Pour terminer mon analyse, je dirai tout simple que je ne crois pas à une main extérieure politcienne. Au regard des versions exposées par les commissaires, leur sortie en valait la peine même si c’était un seul commissaire. Vive la CENI ; Vive le BURKINA FASO.

    Répondre à ce message

  • Le 25 septembre 2018 à 14:32, par GUISSOU K.Alexis En réponse à : Commission électorale nationale indépendante : Newton Ahmed Barry rompt le silence

    Le courage est l’arme qu’il faut pour affronter les pots de bananes.

    Répondre à ce message

  • Le 25 septembre 2018 à 14:38, par yly En réponse à : Commission électorale nationale indépendante : Newton Ahmed Barry rompt le silence

    Pauvre NAB !
    On vous connait pour votre rigueur, votre sincérité et l’amour que vous avez pour votre pays ! S’il vous plait, soyez très très prudent. Vous êtes sur un autre défi. Le terrain politique est tapissé de peaux de banane et de lib-lib. Je demande aux démocrates sincères et à tous ceux qui rêvent d’un Burkina meilleur de prier pour vous et de vous soutenir.
    Devant Dieu et devant le peuple, nous ne devons pas faillir.
    Que Dieu vous bénisse.
    Que Dieu bénisse le Burkina.

    Répondre à ce message

  • Le 25 septembre 2018 à 14:45, par j’aime mon pays En réponse à : Commission électorale nationale indépendante : Newton Ahmed Barry rompt le silence

    ,« » je deviens automatiquement indigne à diriger la CENI et j’en tirerais les conséquences en demandant à la Communauté musulmane de bien vouloir procéder à mon remplacement. »

    1- Monsieur Newton H. Barry, Est-ce la Communauté musulmane qui vous a nommé a la CENI ?
    2- Etes-vous a la CENI pour l’interet de la Communauté musulmane ?
    3- Si donc la communauté musulmane n’a rien en voir avec votre position a CENI, et que vous ne travaillez pas pour l’interet de la communauté musulmane, pourquoi donc faites-vous mention de la communauté musulmane ?
    4- Si vous n’avez pas vraiment de position favorable a un groupe d’individu appartenant a une religion quelconque, pour n’avez-vous pas dit « la communauté « religieuse », pour faire reference a toutes religion confondu ?
    6- S’il n’ya aucune raison quant a la mention de la communauté musulmane, alors, je pense que vous avez un projet caché dans l’esprit. Peut etre, etes vous entrain de conquerir la sympathie de la communauté musulmane comme Ablassé pour des projets cachés ?

    Personnellement, je pense que vous devez faire comprendre au peuple pourquoi vous avez mentionner la communauté musulmane.
    Mr. Barry, j’exige de vous des reponses car je vois en vous un ségrégationniste a travers ça.

    .

    Répondre à ce message

    • Le 25 septembre 2018 à 15:41, par AMKOULEL En réponse à : Commission électorale nationale indépendante : Newton Ahmed Barry rompt le silence

      @j’aime mon pays : Mr NAB est à la CENI pour le compte de la communauté musulmane. C’est la communauté musulmane qui l’a proposé comme son représentant et à cet effet, il a été élu président de la CENI dans le cadre de la présidence tournante à ce poste. Si tu ne connais pas quelque chose, évite à l’avenir de cracher de l’huile sur le feu. C’est normal que NAB fasse mention de la communauté musulmane. Et puis, une question à toi @j’aime mon pays : tu te crois plus intelligent que NAB pour savoir, à sa place, ce qu’il dit, ce qui l’engage...? Quand on est inutile à soi, il faut avoir le minimum d’intelligence pour ne déverser sur la communauté toute entière son inutilité.

      Répondre à ce message

  • Le 25 septembre 2018 à 14:52, par Le vigilant du Sahel En réponse à : Commission électorale nationale indépendante : Newton Ahmed Barry rompt le silence

    La dernière phrase de l’internaute 14, Juste, résume l’avenir de tout Burkinabè. "Il n’ y a pas d’avenir pour celui qui vit dans un pays qui n’en a pas lui même" dixit Norbert ZONGO. Faisons donc attention à nos paroles,faits et gestes.

    Répondre à ce message

  • Le 25 septembre 2018 à 14:54, par Le fils du pauvre En réponse à : Commission électorale nationale indépendante : Newton Ahmed Barry rompt le silence

    Suite "aux allégations" des commissaires, j’avais écrit un post pas du tout tendre avec NAB qui n’a curieusement pas été publié pour des raisons que j’ignore. Mais à la lecture du droit de réponse du Président de la CENI, je retiens humblement qu’il y a matière à réfléchir dans cette histoire. Je souhaite vivement que s’il n’en est rien comme veuille le démontrer NAB à travers cette déclaration, qu’il aille au bout de sa démarche, en saisissant tout simplement la justice pour calomnie et atteinte à son honneur. Je suis formellement attaché à la vérité et la justice, et crois qu’il est fort temps de rompre avec l’esprit de la facilité et la culture de la médiocrité. Vivement que la lumière soit dans cette affaire !

    Répondre à ce message

  • Le 25 septembre 2018 à 15:11, par koamsa En réponse à : Commission électorale nationale indépendante : Newton Ahmed Barry rompt le silence

    NAB aurait pu faire l’économie de la première partie où il se contorsionne pour se poser en victime parce que les arguments relèvent, pour beaucoup, de son interprétation des faits:c’est du genre "je suis honnête", "je dis la vérité", "je connais leurs intentions mauvaises",... C’est simplement très bas pour quelqu’un pour lui. Qu’il demande à ses avocats d’engager des procédures judiciaires en cas d’accusations dont il voudrait (et pourrait) se laver. Lui, il ne doit pas tomber dans les tentations populistes ; il doit rester serein et discret. Car ce qui ressemble à un diatribe contre l’UPC pourrait être un boulet pour lui ! Ses fonctions lui demande de rester "équilibré" quels que soient les éléments extérieurs.
    Pour le reste, merci pour le compte-rendu et le partage de ses visions pour une démocratie solide.

    Répondre à ce message

  • Le 25 septembre 2018 à 15:20, par joan En réponse à : Commission électorale nationale indépendante : Newton Ahmed Barry rompt le silence

    Pauvre Burkina, on aime les reformes mais lorsqu’il y a des propositions de reformes, elles sont tout de suite rejetées et on est à la case départ.

    Répondre à ce message

  • Le 25 septembre 2018 à 15:21, par Inquiet pour la suite En réponse à : Commission électorale nationale indépendante : Newton Ahmed Barry rompt le silence

    .
    Révision du fichier électoral

    Il se trouve qu’en 2019 va avoir lieu le 5e recensement de la population du pays. N’est-ce pas une formidable occasion pour supprimer les morts du fichier électoral actuel, et d’introduire tous ceux et celles qui sont en âge de voter ?

    Liberté de vote & inscription sur le fichier électoral

    Newton Ahmed Barry nous prend pour des buses quand il confond liberté de vote et liberté d’inscription sur le fichier électoral. La constitution prévoit la liberté de vote, en effet, mais jouer sur les mots pour rendre une situation irresoluble est extrêmement dangereux.

    Comment une plateforme permettrait-elle aux analphabètes de ce pays d’exprimer leur volonté d’être inscrit sur le fichier électoral ? Et que’est-ce que cela signifie pour ceux qui ne se seront pas manifestés sur cette plateforme ? Seront-ils rayés du fichier électoral ?

    Répondre à ce message

  • Le 25 septembre 2018 à 15:38, par YAAM SOBA En réponse à : Commission électorale nationale indépendante : Newton Ahmed Barry rompt le silence

    Newton Amhed Barry est sur la route des problèmes.
    Ce nouveau code électoral va engendrer une grave crise.

    Répondre à ce message

  • Le 25 septembre 2018 à 15:41, par YAAM SOBA En réponse à : Commission électorale nationale indépendante : Newton Ahmed Barry rompt le silence

    On croît connaître les gens jusqu’au jour où ils arrivent aux commandes ! moi qui croyait que ce journaliste à la belle plume était intègre, jusqu’à ce que j’apprenne qu’il a escroqué un directeur de publication togolais et qu’il a récruté de manière mouta-mouta des gens à la CENI. Je suis déçu de Newton Barry !

    Répondre à ce message

  • Le 25 septembre 2018 à 16:21, par RIGOBERT En réponse à : Commission électorale nationale indépendante : Newton Ahmed Barry rompt le silence

    Si Newton BARRY était un intellectuel indépendant n’acceptera jamais cette reculade démocratique. Depuis quand les enrôlements sur le fichier électoral se font par l’ONI et de surcroît par SMS, appel téléphonique ? Ce nouveau code électoral est une grosse merde ! Disons-le tout cru !

    Répondre à ce message

  • Le 25 septembre 2018 à 16:29, par KARL En réponse à : Commission électorale nationale indépendante : Newton Ahmed Barry rompt le silence

    Mr Barry ne dit pas la vérité, il est cent pour cent pour le nouveau code électoral qui n’est pas du tout transparent. Attention le peuple n’est pas idiot, tout ce qu’il déclare sur sa vie c’est du n’importe quoi, il est pour le MPP et fait tout pour le MPP. Le peuple ne sera jamais d’accord. Son discours est vide. Les Burkinabès doivent restés mobilisés pour une deuxième insurrection qui est imminente. NB : NAB dans son journalisme d’investigation était soutenu par le feu Salif Diallo. Svp, avons seulement.

    Répondre à ce message

  • Le 25 septembre 2018 à 16:59, par Tambi En réponse à : Commission électorale nationale indépendante : Newton Ahmed Barry rompt le silence

    Grand frère Newton Amed Barry, les faits qui vous sont reprochés par les 5 comissaires de l’opposition sont têtus :

    _des recrutements illégaux à la CENI

    _gestion opaque des finances de l’institution par des marchés par entente directes à coût de milliards

    _prise de position sans concerter les cadres de son institution

    _tripatouillage du code électoral

    _gaspillage des ressources publiques avec cet enrôlement via appels et sms qui coûtera 10 milliards

    Svp, Grand frère ! Il faut vous ressaisir le plus vite possible, car la stabilité du pays est entre vos mains !

    Répondre à ce message

  • Le 25 septembre 2018 à 17:02, par Ferkêbougou En réponse à : Commission électorale nationale indépendante : Newton Ahmed Barry rompt le silence

    Que le président de la CENIi sache qu’il est à la tête d’une institution qui est le fruit de rude combat mené par le collectif des masses . C’est une institution de consensus à cet le président Barry devrait s’assurer de prendre des décisions consensuelles. Il n’a qu’à enlever le nom de la communauté musulmane dans ces errements !

    Répondre à ce message

  • Le 25 septembre 2018 à 17:16, par LA VERITE SI JE MENTS En réponse à : Commission électorale nationale indépendante : Newton Ahmed Barry rompt le silence

    A travers une telle déclaration teintée d’émotions et de lamentations, on voie que NAB est aux abois, cherche des justificatifs et la sympathie des âmes faibles. Pour qui le connaît, l’homme à un melon terrible et un ego surdimensionné (il est du genre : je suis le plus beau, le plus intelligent, voire le plus malin, pourquoi on contesterait mes idées ?).
    Au lieu de vous évertuer à répondre aux griefs soulevés contre vous, vous versez dans la description de votre personnage et de vos états d’âme faits en somme de narcissisme.
    Revenez sur terre Cher Monsieur, et surtout ne chercher pas à rendre certains services que le MPP ne vous demande même pas. Comme dirait l’autre, "si on vous envoie, il faut savoir vous envoyer". Ressaisissez-vous !

    Répondre à ce message

  • Le 25 septembre 2018 à 17:22, par African lion En réponse à : Commission électorale nationale indépendante : Newton Ahmed Barry rompt le silence

    Je crois fermement que le tumulte global qui est observe actuellement au Burkina, obeit a un agenda bien prepare par les forces du mal.
    Le bien finira par triompher. Courage Mr le President

    Répondre à ce message

  • Le 25 septembre 2018 à 17:39, par Wermi En réponse à : Commission électorale nationale indépendante : Newton Ahmed Barry rompt le silence

    Mais quel injustice notoire !!!!Les agents de la CENI sont t’ils des supers fonctionnaires pour beneficier d’une couverture assurance maladie de 100℅ peut importe le centre de santé ?
    Pendant que le peuple se meurt dans nos hopitaux qui sont devenus des mouroirs faute souvent de produits de 1 ères nécessité,d’autre ont une couverture sanitaire de 50 millions et se plaignent toujours.
    Walay que le Burkina est injuste
    vous voulez achetez leur silence par ce don de 50millions par an .justifier dabord ces 50millions face à la loi anti corruption ! Comment avez vous passez le marché .

    Répondre à ce message

  • Le 25 septembre 2018 à 18:39, par DU CALME DU CALME En réponse à : Commission électorale nationale indépendante : Newton Ahmed Barry rompt le silence

    RIEN N’EST FACILE.
    SURTOUT QUAND VOUS PROPOSE DES SCHÉMA QUI NE FONT PAS MANGER.
    MAIS RESTE INTÈGRE.
    AGIT EN TOUTE CONSCIENCE POUR L’INTÉRÊT DU PEUPLE.
    AU BESOIN, PARLE. NE LAISSE PAS LA RUMEUR PRENDRE LE PAS.
    IL EXISTE TOUJOURS DES BONNES GRAINES. ELLES TE CROIRONT.
    ET DIEU TE BÉNIRA.
    QUE DIEU T’ACCOMPAGNE.

    Répondre à ce message

  • Le 25 septembre 2018 à 18:53, par Laguna En réponse à : Commission électorale nationale indépendante : Newton Ahmed Barry rompt le silence

    Mr NAB , tout ce qui vous est reproché est vrai. Plus cupide et matérialiste que ce Mr, tu meurs. Aucune communauté musulmane n’ a proposé ce Mr. C’ est son mentor Salif Diallo qui l’ a imposé. NAB , vous êtes très matérialiste . Vous avez à l’ époque demandé une voiture à une personnalité du CDP . Quand ce dernier a refusé , votre prochain journal portait sa photo à la une avec des calomnies à l’ interieur. Donc vous êtes cupide.

    Répondre à ce message

  • Le 25 septembre 2018 à 19:09, par jeunedame seret En réponse à : Commission électorale nationale indépendante : Newton Ahmed Barry rompt le silence

    « … j’en tirerais les conséquences en demandant à la Communauté musulmane de bien vouloir procéder à mon remplacement. »
    Donc seule la communauté musulmane est auteure de la démocratie et mérite présidence à vie dans la CENI ? Pourquoi n’as-tu pas considéré cela comme échec de cette communauté et donc appelé les animistes de procéder à ton remplacement ? Veux-tu inviter les musulmans à la révolte et casse de notre démocratie ? Tu sais que c’est la grande masse des illettrés bornés et personnes de rue chez nous ; et nous ne voulons pas que toi NAB, tu insuffles les troubles ou autres services aux terroristes avec ces propos dangereux. Tu as une belle littérature de journaliste ; mais avec un préjudice intellectuel ; et tu risques d’être alors un virus aux troubles de comportements inhumains. Où est ta foi en cas de cas ?

    Répondre à ce message

    • Le 26 septembre 2018 à 09:27, par Grotto En réponse à : Commission électorale nationale indépendante : Newton Ahmed Barry rompt le silence

      jeunedame, vous n’avez pas compris et vous ne connaissez pas la composition de la CENI. la CENI a 15 commissiares : 5 désignés par les partis politiques de la majorité, 5 désignés par les partis politiques de l’opposition et 5 désignés par la société. Parmi la société civile qui peut désigner des representants, on a : un est désigné par la communauté musulmane, un par les catholiques, un par les protestants, un par les coutumiers et le cinquième par les OSC militant dans le domaine des droits humains. Le président de la CENI est issu de la société civile, et on a une présidence tournante de fait. si Mr Barry parle de communauté musulmane, c’est parce qu’il est à la CENI au titre de cette composante et donc s’il venait à démissionné, c’est la communauté musulmane qui va désigner son remplaçant. et ensuite on va procéder à l’élection du nouveau président qui se fait par les 15 commissaires. mais seul les 5 représentants de la société civile.
      c’est de cela il parle parce qu’il sait de quoi il en est. j’espère avoir contribué à vous éclairer sur ce pan. Cordialement.

      Répondre à ce message

  • Le 25 septembre 2018 à 19:25, par Ka En réponse à : Commission électorale nationale indépendante : Newton Ahmed Barry rompt le silence

    Barry, mains dans les mains nous avons plusieurs fois manifesté contre l’injustice. Aujourd’hui tu as décidé d’être responsable d’une institution ou son développement dépend de l’injustice. Et pour moi, comme je le dis souvent, ces affaires de commission électorale ne sont que de la foutaise. Il n’y a qu’en Afrique qu’on trouve cela. Dans tous les pays démocratiquement évolués, les élections sont organisées par le Ministère de l’Intérieur du gouvernement en place et personne n’y trouve à redire. On n’a jamais demandé à réformer les ministères de l’intérieur de ces pays avant les élections sous prétexte qu’ils ne seraient pas "équilibrés". IL n’y a pas besoin de faire de "réforme" pour nommer de nouveaux membres de la CENI en remplacement de ceux dont le mandat est très largement écoulé. Il ne serait pas raisonnable de changer la règle du jeu alors que les prochains scrutins sont aussi proches. Je te demande de quitter ce face à face mortel avec tes ennemis, et aide le Burkina a avancer, et mieux évolué en supprimant la CENI. Pour que les candidats tripatouilleurs aux élections cessent de penser qu’on a le droit ou la possibilité d’influer sur le résultat des votes démo-cratiques en jouant sur la composition de l’organisme chargé de l’organiser suprimons la CENI point barre.

    Répondre à ce message

  • Le 25 septembre 2018 à 20:17, par Votant En réponse à : Commission électorale nationale indépendante : Newton Ahmed Barry rompt le silence

    NAB est sûr de lui. S’il appel les limiers à venir fouiner à la CENI a lors laissons la cour des comptes et l’ASCE/LC éplucher l’argument des deux parties et nous situer.

    Répondre à ce message

  • Le 25 septembre 2018 à 20:42, par Bougoumbarga En réponse à : Commission électorale nationale indépendante : Newton Ahmed Barry rompt le silence

    Monsieur le Président de la CENI, pensez-vous que cette réaction de votre part est bien opportune dans ce contexte national flou et embrouillé ? Retenez que c’est celui qui se sen morveux qui se mouche. Si oui que ce qu’on vous reproche ne tient absolument de rien, pourquoi une telle réponse justificative que vous avez distillé. Ceci est une erreur et prête à interprétation. Or, il connu que la personne nommée à ce poste que vous occupez, sensé gérer un/des problèmes d’ensemble ne devrait appartenir à aucune tendance. Autrement, vous risquez de vous retrouver dans les rétroviseurs comme partisan à qui que ce soit lors de la pose de vos actions régaliennes. Faites bien attention car, "se taire n’est pas toujours et surtout, du tout, être responsable et fautif de ce qu’on reproche". Pensez-y et revoyez vos comportements pour les temps à venir.

    Répondre à ce message

  • Le 25 septembre 2018 à 23:49, par Benito Abapori En réponse à : Commission électorale nationale indépendante : Newton Ahmed Barry rompt le silence

    "Feu de tout bois"
    Faisons "Feu de tout bois", c’est triste et malheureux de ne penser qu’à son petit pouvoir au détriment de l’avenir de la DÉMOCRATIE.
    Mais c’est quoi ce machin ? quand nous voulons restés la tête de rat plutôt que la queue de lion, dans cette savane à trois baobab !
    Pour garder leur position et faire croire que le peuple a eu tord de ne pas leur accorder leur suffrage, ils font "feu de tout bois", font des "propositions" et s’offusquent lorsque ceux qui gouvernent prennent des décisions qui en fonction de leur programme ou de leur "vision".
    Le pays est pris en otage par des terroristes qui ne respectent pas les conventions en matière de droits humains, des individus qui tuent sans but précis, des individus qui ne connaissent ni frontières ni pays et qui arrivent à donner de l’insomnie aux plus puissantes armées aussi bien dans les pays développés que dans le nôtre, on crie "si l’équipe de Rock, Simon et Salif ne peut pas gérer alors qu’elle libère le planché". Sans donner de leçons à qui que ce soit, je pense qu’il n’est pas opportun de mépriser les efforts des gouvernants alors que l’on aspire soit même à gouverner un jour. Cela est un suicide politique......
    LE TERRORISME N’EST PAS UN JEU POLITIQUE ENCORE MOINS UN ALLIE POLITIQUE, IL NE FERA PAS L’AFFAIRE D’AUCUN POLITICIEN QU’IL SOIT DE L’OPPOSITION OU DE LA MAJORITÉ, ALORS UNISSEZ-VOUS !.
    "Ils sont au pouvoir et nous à l’opposition, alors nous nous opposons".
    Tout changement a un prix, et le changement effraie, le changement est "nocif" et tous ceux qui portent le changement doivent être combattus.
    Ils se promènent avec des CNIB et des Passeports, et quand on leur dit que le fichier de base de ces documents va servir de base donnée à la liste électorale, ils crient au SCANDAL,
    "nous sommes au pouvoir alors nous décidons" que la balle soit à terre et que les passes se fassent en tenant compte que face au péril général, l’opposition et le pouvoir doivent regarder dans la même direction.

    Répondre à ce message

  • Le 26 septembre 2018 à 08:56, par Clément En réponse à : Commission électorale nationale indépendante : Newton Ahmed Barry rompt le silence

    Merci beaucoup pour cet éclairage M. Barry. Vous connaissant et connaissant les causes justes pour lesquelles vous êtes toujours battu, beaucoup étaient d’entre tes compatriote étaient bouleversés par les accusations portées contre vous. Ne vous laisser pas distraire par ceux dont l’égo surdimensionné les aveugle au point d’oublier notre bien commun ; notre cher Faso. Dieu bénisse le Burkina Faso

    Répondre à ce message

  • Le 26 septembre 2018 à 09:33, par sniper En réponse à : Commission électorale nationale indépendante : Newton Ahmed Barry rompt le silence

    En s’amusant à gripper la CENI, l’opposition politique et ses commissaires à la CENI risquent d’aménager un mandat de 7 ans à RMCK, car il sera impossible d’organiser des élections avant 2022. A qui cela profiterait-il en fin de compte ? Si c’est pour, coute que coute, participer à un gouvernement dit d’union nationale, alors là on aura tout compris.

    Répondre à ce message

  • Le 26 septembre 2018 à 11:40, par L’argile En réponse à : Commission électorale nationale indépendante : Newton Ahmed Barry rompt le silence

    Monsieur le Président,
    Je suis un de vos admirateurs du fait de votre courage et malgré les erreurs que vous commettez (du reste qui n’en commet pas ?). Je vous ai lu avec attention, suis d’accord avec vous sur certains aspects et vous comprends sur d’autres. Toutefois, la seule fausse note, à mon avis, c’est le passage suivant : "Qu’ALLAH bénisse notre chère patrie, le Burkina Faso". Vous auriez dû dire Dieu tout court. Sinon, le jour qu’un officiel dira "Que Jésus veille sur le Faso" ou que "Les mânes des ancêtres veillent sur le Burkina", il ne faudra pas que quelqu’un s’en offusque. Or, j’en connais qui en feront leur problème et celui de Dieu comme si ce dernier a besoin d’être défendu.

    Répondre à ce message

  • Le 26 septembre 2018 à 12:06, par Podio En réponse à : Commission électorale nationale indépendante : Newton Ahmed Barry rompt le silence

    Si on n’y prend pas garde, c’est la Politique Politicienne (qui n’a rien de noble contrairement à faire la Politique, la vraie et qui consiste en la recherche des voies et moyens pour assurer un bien être, un bon vivre ensemble selon une vision en accord avec les aspirations de son peuple) qui va finir de plonger ce beau pays dans le chaos ! Faisons attention aux actes que nous posons (en termes de légitimité ou de légalité), gardons un œil sur tout pourrait constituer l’intérêt général, bannissons l’égoïsme, la fourberie, la mesquinerie et la méchanceté ! et le Burkina terre des hommes intègres s’en portera mieux !

    Répondre à ce message

  • Le 26 septembre 2018 à 12:27, par le citoyen En réponse à : Commission électorale nationale indépendante : Newton Ahmed Barry rompt le silence

    ceux qui vous en veulent on les connait c’est l’opposition politique et ses alliés.
    échec à eux
    vive les institutions de la république

    Répondre à ce message

  • Le 26 septembre 2018 à 17:38, par l’oeil de l’aigle En réponse à : Commission électorale nationale indépendante : Newton Ahmed Barry rompt le silence

    Félicitations à Monsieur BARRY pour ses réponses très claires avec des preuves des PV à l’appui.Les critiques sont adressées à ceux qui posent des actes. Félicitation à BARRY car 2 millions de votants au BFA la vraie semblance est très loin d’être acquise au vu des 18 millions. Le chien aboie la caravane passe. Ne vous décourager surtout pas. L’histoire retiendra et surtout la jeunesse à travers les actes et les innovations que vous laisserai pour la postérité.

    Répondre à ce message

  • Le 27 septembre 2018 à 18:00, par Sacksida En réponse à : Commission électorale nationale indépendante : Newton Ahmed Barry rompt le silence

    D’abord, pour pouvoir diriger une structure démocratique et consensuelle comme la CENI, il faut des qualités managériales confirmées et vraiment intègre . C’est à dire, être doté de savoir, de savoir-faire et de savoir être, car sans cette triptyque de la gestion moderne, il est pratiquement impossible d’être efficace dans sa fonction générale. Malheureusement, beaucoup de nos responsables propulsés à des postes publics comme la CENI n’ont que leur savoir et manque cruellement de savoir faire et de savoir être, ce qui peut conduire à la catastrophe. Pour le cas de ce Monsieur, il semble avoir un problème existentiel et se prend souvent pour le nombril du monde. A mon avis, il faut revoir le recrutement du Président de la CENI en proposant au moins trois noms dont les intéressés doivent être soumis à une évaluation par un cabinet sur leur capacité réelle pour occuper un tel poste très important. Courage et que Dieu aide ma patrie.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Chef de file de l’opposition politique : Les résultats de l’audit organisationnel et fonctionnel passés à la loupe
Gestion au ministère de la Défense : L’opposition insiste sur la nécessité de lever le secret-défense
Lutte contre l’insécurité : L’opposition politique salue l’action des Forces de défense et de sécurité
CDP : Le congrès extraordinaire du 22 septembre 2019 reconnu par le ministère de l’Administration territoriale
Drame de Hantoukoura : Le MPP invite le gouvernement à accélérer le processus de recrutement de volontaires
Burkina : Les jeunes veulent proposer un avant-projet de loi sur leur participation politique
Burkina : La NAFA condamne "les propos calomnieux et diffamatoires" de Clément Sawadogo à l’encontre de Djibrill Bassolé
Burkina : « Prochainement, le MPP tiendra les extraterrestres pour responsables de son inqualifiable échec », Pr Mamoudou Dicko président de la NAFA
Burkina : Le CDP convoque un congrès extraordinaire pour rapporter les sanctions disciplinaires
Lutte contre le terrorisme : Les partis de la majorité déplorent une incoordination des partenaires
Demande d’audition de Simon Compaoré : Les partis de la majorité répondent à Eddie Komboïgo
Bala Sakandé au siège de la NAFA : La santé de Djibril Bassolé sur la table des échanges
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés