Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Il faut avoir bien du jugement pour sentir que nous n’еn аvοns рοint.» Pierre Carlet de Chamblain de Marivaux

Dialogue inter-religieux pour la paix : « C’est la diversité des religions qui donne un sens à la religion » (préfet de Dédougou, Emile Hien)

Accueil > Actualités > Société • • mardi 23 janvier 2018 à 14h40min
Dialogue inter-religieux pour la paix : « C’est la diversité des religions qui donne un sens à la religion » (préfet de Dédougou, Emile Hien)

« Vivre en paix malgré nos divergences ». C’est sous ce thème que s’est tenue le samedi, 13 janvier 2018 à Dédougou, une conférence inter-religieuse pour la paix. L’activité, initiée la communauté islamique ahmadiyya du Burkina, a connu la participation de la chefferie coutumière, de la communauté catholique et de la communauté protestante qui ont adressé chacun un message de paix.

Une religion qui n’enseigne pas l’amour et le vivre ensemble ne mérite pas le statut d’être appelé religion. C’est en substance le message des différents intervenants à la conférence inter-religieuse pour la paix qui s‘est tenue le samedi 13 janvier 2018 à Dédougou, région de la Boucle du Mouhoun. L’objectif consiste, selon le Missionnaire régional de la Communauté islamique ahmadiyya, Abdoulaye Ouédraogo, à mettre en exergue le fait que les religions n’ont pas à se combattre ; parce qu’elles émanent toutes d’un même Dieu. Pour lui, la cohabitation religieuse au Burkina doit sans cesse être promue et consolidée par les leaders religieux et les aînés afin d’inculquer la dynamique à la jeune génération. C’est en cela pense-t-il que le dialogue, le raffermissement de la fraternité, la solidarité…sont des ingrédients indispensables à maintenir. D’où la pertinence du présent rendez-vous à la fois fraternel et spirituel autour du thème :« Vivre en paix malgré nos divergences ».

Plusieurs allocutions et communications ont marqué cette journée. La récente attaque perpétrée contre les gendarmes dans la région (Boucle du Mouhoun) motive également le choix de ce thème, selon Abdoulaye Ouédraogo. « Nous voulons donner notre soutien aux gens qui ont été attaqués et qui ont été meurtris dans leur cœur ; nous, jama’at islamique ahmadiyya, sommes solidaires avec eux. Ce qu’ils sont en train de faire n’est pas de l’islam. C’est purement de la barbarie, du banditisme de grand chemin », a-t-il fustigé avant d’appeler la jeunesse en particulier à demeurer vigilante pour ne pas se laisser prendre dans des actes ignobles, qui n’ont rien à avoir avec l’islam. Car, soutient-il également, le Coran stipule dans son chapitre 2 verset 257 qu’il n’y a point de contrainte en religion.

A l’Abbé Jean-Baptiste Davou, de renchérir en relevant que la conférence inter-religieuse est importante pour la culture de la paix, pour la connaissance de l’autre. « Quand on accepte d’échanger cela nous permet de mieux nous connaître, de mieux nous aimer, de mieux nous entraider. C’est le refus de dialoguer, d’échanger avec l’autre qui fait qu’on ne le connaît pas. Et quand on ne connaît pas quelque chose, on ne lui accorde pas beaucoup de valeur » a-t-il soutenu.

« La religion ne doit pas être une source de division, de violence »

Le préfet du département de Dédougou, Emile Hien, par ailleurs représentant le gouverneur, a, pour sa part, félicité et encouragé la tenue de cette conférence « de la culture de la paix et du dialogue ». Et de prodiguer des conseils : « la religion ne doit pas être une source de division, de violence. Elle doit être une opportunité pour renforcer le vivre ensemble ». Pour M. Hien, c’est la diversité des religions qui donne un sens à la religion. Soyons tous des artisans de paix, a-t-il lancé, s’engageant à soutenir cette initiative et à veiller à sa pérennisation dans la région.

Satisfécit également du côté de la chefferie coutumière. Elle estime que la conférence inter-religieuse pour la paix s’inscrit en droite ligne du principe fondateur de la ville de Dédougou qui est la paix.

En effet, argumente le notable Pierre Dakuo, il ne peut pas avoir de prospérité sans paix. Et tout ce qui va dans ce sens a le soutien total de la chefferie coutumière de Dédougou. Des administrateurs en passant par les conférenciers aux participants, tous ont souhaité la pérennité de la Conférence inter-religieuse pour la paix.

Ibrahima Traoré pour Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 23 janvier 2018 à 12:17, par Jonassan En réponse à : Dialogue inter-religieux pour la paix : « C’est la diversité des religions qui donne un sens à la religion » (préfet de Dédougou, Emile Hien)

    Une bonne chose ? D’accord mais est-ce que cela peut arrêter le terrorisme ? Peut-être que ceux qui sont présents à cette conférence ne vont jamais s’attaquer physiquement mais ceux qui sont dehors : les incrédules et les irréductibles.
    Ces fêtes de dialogue pourront-elles faire vraiment face à la réalité au Burkina comme ailleurs en Afrique de l’Ouest ?
    La communauté ahmadiyya, la persécutée des autres musulmans (les autres communautés musulmanes sont où quand vous organisez quelque chose ?), est peut-être sincère, la communauté catholique et la communauté protestante sont peut-être sincères MAIS cela n’est pas suffisant.
    Quand vous dites que le Coran chp.2, v.257 affirme qu’il n’y a pas de contrainte en religion, vous ne dites pas quelle conduite tenir si je trouve dans le Coran, l’Evangile, des versets qui affirment le contraire.
    Ce que je pense, il faut que les religieux (pas les chefs traditionnels parce que leurs sanctions ne concernent jamais ceux qui ne sont pas les fidèles de la confrérie) ; il faut donc que les religieux (musulmans : ahmaddiya comme les autres - chrétiens : catholiques comme protestants) AFFICHENT PUBLIQUEMENT pour ne pas dire PRETENT SERMENT PUBLIQUEMENT que tel verset ou tel verset invite CERTES au meurtre mais NOUS ET NOS ENFANTS les déclarent caduques. Et à défaut de ré-éditer un Coran et/ou une Bible, nous ajoutons cette INTERDICTION dans nos professions de foi. SI NOUS ARRIVONS A CE STADE (à commencer par le Sommet) ALORS SEULEMENT le terrorisme connaîtra un début de fin et une faillite certaine sinon le monde universel perd son temps à combattre les EI, AL QAIDA, AQMI et autres ; ils se reconstitueront toujours même si vous leur offrez de l’or en plus. MAIS, MAIS, QUI OSERA ? D’OU NOUS VIENDRA CE MESSIE ? QUEL TYPE OSERAIT SUR LA BASE DE SA FOI EXCLUSIVE EN DIEU, DENIER LES FONDEMENTS DE PLUSIEURS SIECLES de croyance et surtout REFONDER ces écritures dites saintes (Saintes ? elles devraient être parfaites, on a beau les tordre dans tous les sens, on n’arrive pas à y trouver ce que vous vous évertuez à démontrer, JE LE REGRETTE). Courage tout de même !

    Répondre à ce message

  • Le 23 janvier 2018 à 13:13, par Ka En réponse à : Dialogue inter-religieux pour la paix : « C’est la diversité des religions qui donne un sens à la religion » (préfet de Dédougou, Emile Hien)

    Une bonne prêche pour le vivre ensemble entre croyant : Mais à condition que chacun sache que la Foi ou la Croyance est une affaire strictement personnelle et chacun devrait s’accommoder de ses propres relations avec Dieu, ou la conception qu’il a de son ou de ses dieux, sans se laisser influencer par d’autres personnes, éventuellement manipulatrices.

    Malheureusement notre pays est devenu un lieu où les charlatans, ‘’’un coté les Imams radicaux avec leurs mosquées nid des terroristes, de l’autre côté les pasteurs avec des églises vendeurs d’âmes ou l’argent est devenu Dieu.’’’ Si nous arrivons à mettre tous ces imposteurs charlatans au trou et fermer leurs soi-disant mosquées et églises, la conquête de vivre ensemble sera une réalité. Fermer ces lieux où naissent les discordes est possible, à condition que nous appliquons la législation des pays comme les états Unis où en Europe qui qualifient les agissements de ces pasteurs vendeurs d’âmes et les imams radicaux des manipulateurs et peuvent être poursuivi d’escroquerie et abus de faiblesse.

    Ce qui est grave dans notre pays, c’est l’Islam qui est une religion de paix et de la tolérance, dont ces malfrats d’Imams radicaux ne servent que de prétexte à des actions de brigandage de grande envergure, car la plupart de ces terroristes étant ignorants en matière religieuse, mais hyper qualifiés en termes de délits de droits commun.

    La vérité de nos jours est de dire que l’Islam sur lequel ces malfaiteurs des temps modernes disent fonder leurs actions, n’enseigne jamais la haine ni la violence comme tentent de le faire croire les terroristes : pourtant derrière cette enseignement, leurs pigeons comprendront par la suite et dans la confusion, que cette enseignement ne traduit ni plus, ni moins, qu’une guerre de civilisation.

    Répondre à ce message

  • Le 23 janvier 2018 à 22:11, par Commandant Leger En réponse à : Dialogue inter-religieux pour la paix : « C’est la diversité des religions qui donne un sens à la religion » (préfet de Dédougou, Emile Hien)

    Certaines personnes de mauvaises intentions trouvent anormale que les musulmans et chretiens se retrouvent dans un cadre paisible main dans la main pour parler de la paix au Burkina. Personnellement, j’encourage cette initiave. Vive la paix entre les religieux au pays des hommes integres. Vive la paix au Burkina. Que Dieu brule les fesses de tous ceux qui veulent le mal de ce pays. Amina, Amen.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Fonction publique : Les administrateurs civils en grève de 96 heures à partir du 24 septembre 2019
Situation humanitaire dans le Centre-Nord : Le Cadre de concertation régional à la recherche de mesures urgentes
Recensement général 2019 au Burkina : L’INSD instruit des journalistes sur les modalités d’organisation
Forum national des jeunes : La contribution de la jeunesse burkinabè dans la lutte contre le terrorisme au cœur des échanges
Boussé : L’ambassadeur Athanase Boudo offre des vivres aux déplacés internes
Concours directs 2019 : 27 639 candidats composent dans la région du Sud-Ouest
Entreprenariat féminin : UNCDF renforce les capacités de 100 femmes à Ouagadougou
Concours directs 2019 : 1 247 751 candidatures pour 5 892 postes
Prostitution et MST au temps colonial : « Il fallait règlementer la prostitution pour qu’elle se passe dans des conditions qui puissent préserver un peu la morale », Dr Yacouba Banhoro
Crise foncière dans les arrondissements 3, 8 et 9 de Ouagadougou : Le cri du cœur d’une organisation de défense des acquis de l’insurrection populaire
Santé maternelle et infantile : Le ministère de la Santé veut tirer profit des résultats de la recherche
Fête du 11-Décembre 2020 : Les activités officiellement lancées à Banfora
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés