Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Les idées ont une durée de vie courte. Vous devez agir avant qu’elles n’expirent.» John C. Maxwell

Crise au ministère de la santé : Le Président du Faso devrait user de son pouvoir régalien pour préserver la santé des populations

Accueil > Actualités > DOSSIERS > CAMEG • Opinion • vendredi 7 octobre 2016 à 00h20min
Crise au ministère de la santé : Le Président du Faso devrait user de son pouvoir régalien pour préserver la santé des populations

Les conflits de personnes au ministère de la santé avec d’interminables rebondissements judiciaires sont en train de compromettre la politique sanitaire du Président du Faso, S.E.M Roch Marc Christian Kaboré. Le Président ne devrait pas se laisser piéger par des prétextes d’indépendance de la magistrature pour faire perdurer le pourrissement de ce conflit qui compromet la santé des populations. Son pouvoir régalien lui donne droit d’agir dans l’intérêt supérieur de la nation sans empêcher la poursuite du dossier en justice.

Monsieur le Président du Faso,

Vous conviendrez que sous la IVè République, le comportement d’aucun ministre n’aura suscité une indignation populaire comme celui de l’actuel ministre de la santé. Les faits sont parlants. Un ministre qui décide pour des raisons inavouées de mettre fin avant terme au contrat du directeur général de la CAMEG et de son conseil d’administration ! Cela a suscité légitimement un tollé et des procès à rebondissements de nature à créer un blocage dans l’approvisionnement des services de santé en médicaments.

Cette situation, naturellement, compromet la politique de gratuité de soins pour les enfants de moins de 5 ans que vous avez initiée et qui est bien appréciée par les populations à faible pouvoir économique, cette grande catégorie des citoyens burkinabè.

Monsieur le Président du Faso,

Vos pouvoirs régaliens vous donnent la latitude de réagir par deux possibilités :
-  limoger le ministre de la santé pour abus d’autorité et le remplacer par un autre ministre plus consensuel et sage ;
-  décider du maintien en place de l’équipe de gestion actuelle de la CAMEG pendant le temps restant imparti au DG et au Conseil d’administration. Cela permettra d’engager les réformes nécessaires pour asseoir la CAMEG sur de bonnes bases et préparer avant la fin du mandat restant de cette équipe, la procédure d’appels à candidatures pour le choix d’un nouveau DG et la mise en place d’un nouveau conseil d’administration. Cela permettra de corriger certaines irrégularités dans les textes de la CAMEG qui ont perduré une décennie durant.

Cette procédure aura l’avantage d’être plus légitime à l’opposée de la méthode du ministre de la santé qui veut forcer les choses pour installer à la CAMEG ses partisans comme s’il s’agissait d’une entreprise personnelle. Cela redonnera confiance aux partenaires techniques et financiers de la CAMEG qui ne savent plus actuellement à quel saint se vouer et qui fustigent la politisation de la CAMEG avec des soupçons de corruption.

Ces deux mesures ne sauraient aucunement entraver les actions en cours à la justice. Le droit pourra être dit et ceux qui seront reconnus victimes pourront se prévaloir de leurs droits légaux en termes de dédommagement raisonnable en fonction du temps de service rendu.

Monsieur le Président du Faso,

L’attitude du ministre de la santé devrait vous inspirer qu’il s’agit d’un personnage qui agit en dépit du bon sens et des normes règlementaires de l’administration publique. Il a fini de convaincre l’opinion publique que ses actions sont mues par des intérêts financiers et personnels. En effet, pendant que le conflit d’intérêts et de personnes qu’il a créé à la CAMEG n’est pas encore solutionné, le ministre vient encore d’outrepasser ses prérogatives lors du conseil des ministres du 5 Octobre 2016 en procédant à des nominations massives de gestionnaires des services financiers (DAAF et autres ) d’Etablissements Publics de Santé (EPS).Ce n’est pas le rôle du ministre de choisir directement des DAAF pour les directions générales des services de santé concernés. Les DAAF sont nommés d’habitude sur propositions des DG avant leurs nominations en conseil des ministres après approbation ou observations du ministère de la santé. En faisant fi de cette procédure, le ministre de la santé persiste encore dans sa détermination aveugle à nommer ses amis et partisans aux postes financiers du département de la santé pour des raisons que les gens ont fini d’imaginer.

Monsieur le Président du Faso,

On ne peut pas tromper tout le peuple tout le temps. Le peuple est suffisamment indigné et révolté par les agissements à l’emporte-pièces du ministre de la santé. Il vous appartient de prendre vos responsabilités car, vous savez que de tels comportements sont de nature à ternir l’image de votre pouvoir, par le fait de certains de vos partisans hypocrites qui clameront ensuite que vous avez échoué.

Vous n’avez pas encore échoué, pourvu que vous sachiez être ferme quand il le faut face à certaines dérives dans la gouvernance administrative et politique.

Par Issa Fidèle Coulibaly

Vos commentaires

  • Le 6 octobre 2016 à 18:39, par Indjaba En réponse à : Crise au ministère de la santé : Le Président du Faso devrait user de son pouvoir régalien pour préserver la santé des populations

    Sans la CAMEG les autres opérateurs privés de médicaments feront rentrer des génériques de qualité dans ce pays que nous payeront moins chers. Arrêter de vous faire peur.

    Répondre à ce message

    • Le 7 octobre 2016 à 05:02, par 10sur10 En réponse à : Crise au ministère de la santé : Le Président du Faso devrait user de son pouvoir régalien pour préserver la santé des populations

      J’espère que vous comprenez ce que vous écrivez. C’est facile de détruire mais difficile d’en proposer. Les Centrales d’achat sont des outils stratégiques comme une banque centrale pour reguler l’approvisionnement en médicaments d’un pays. Tous les modèles ont été expérimentés et le Burkina Faso est l’un des rares pays francophones à réussir avec la forme associative. Les autres sont restés dans les locaux de 1960 avec un seul camion, souvent en mauvais état pour desservir tout le pays en attendant les hypothétiques dons des PTF.
      La CAMEG est aujourd’hui une fierté nationale. Elle constitue aujourd’hui avec la DGPML les 2 structures du ministère de la santé qui inspirent les autres pays. Smaila et Kargougou n’ont pas trouvé mieux que de procéder à la décapitation de ces 2 structures : pathétique !
      Décidément il faut que nous ayons recours aux ancêtres pour maudire tout ceux qui utilisent leur intelligence, leur pouvoir et leur pour maintenir ce pays dans la misère et le désespoir !

      Répondre à ce message

      • Le 7 octobre 2016 à 11:15, par Kélémassa En réponse à : Crise au ministère de la santé : Le Président du Faso devrait user de son pouvoir régalien pour préserver la santé des populations

        Nous comprenons tous l’intérêt de cette structure pour le système sanitaire de notre pays. Ce que personnellement je ne comprend pas c’est quand des gens, qui se disent défendre une cause juste, demandent au Président du Faso d’intervenir dans une affaire interne qui est déjà dans les mains de la justice, alors que ce sont ces mêmes gens qui revendiquent l’indépendance de la justice. Soyons raisonnables mes chers. Même si le président doit user de son pouvoir régalien ce sera après que la justice ait tiré l’affaire au claire pour que le citoyen lambda que je suis et comme beaucoup d’autre d’ailleurs, puissent savoir ce qui s’est réellement passé pour qu’on a arrive là. Le Ministre de la santé, c’est quelqu’un doué de raison, le président de l’ancien conseil d’administration et son équipe ce sont également des gens doué de raison, sans oublier le chef du gouvernement et l’ensemble de son équipe. Si les deux premiers cités se tiraillent et le troisième assiste c’est que ce dernier ne voit pas claire dans cette histoire et seule la justice peut nous éclaircir la situation et situer les responsabilités.
        Ecoutez, cessons de traiter les questions délicates d’intérêt national à l’amiable. C’est cette pratique qui a plongé notre pays dans la situation que nous connaissons tous depuis fin 2014. J’ai fois à la justice dans sa forme actuelle et j’ai fois aussi à la sagesse du Président du Faso pour prendre les décisions qu’il faut pour préserver l’intérêt national après avoir pris connaissance de la vérité.
        Tournons la page aux accusations infondées et aux règlements de compte personnels par presse interposée.
        C’est ensemble et dans la transparence que l’on construira ce pays. Retenons seulement que les "Hommes forts" n’ont plus leur place dans ce pays des "Hommes intègres" post insurrectionnel. Laissons la justice faire son travail.

        Répondre à ce message

    • Le 12 octobre 2016 à 18:59, par 89 En réponse à : Crise au ministère de la santé : Le Président du Faso devrait user de son pouvoir régalien pour préserver la santé des populations

      Monsieur le ministre de la santé comment peux-tu mettre en place un comité technique chargé de la relecture des statuts de la CAMEG sans la participation de l’organe dirigeant de la CAMEG.
      Liste de ceux qui sont chargés de mettre fin à l’existence de la CAMEG et de pouvoir vendre leurs produits frauduleuses au peuple du BF. Honte à vous
      Président : Pr. Innocent GUISSOU
      Vice président : Le secrétaire général du ministère de la Santé
      Rapporteurs : Dr. Aminata P. NACOULMA
      DR. Ragomzinga Frank Edgard ZONGO

      Répondre à ce message

  • Le 6 octobre 2016 à 18:42, par Alexio En réponse à : Crise au ministère de la santé : Le Président du Faso devrait user de son pouvoir régalien pour préserver la santé des populations

    Mr Coulibaly en vous vos reclamations sur l intervention du President pour resoudre cette crise en congediant le Ministre de la sante en utilisant son pouvoir regalien est illicite, puiqu il n est le chef du gouvernement, et cela releve de la responsabilite du Premier ministre. Lui il pouvait sieger une urgente conseil d administraction pour reguler la pendule a l heure.

    Vous accusez deja un Ministre d avoir cree des conflits d interets financiers sans nous deposes les preuves tangibles de votre allegation.

    On compose toujours et meme dans l avenir par les memes criteres une equipe ou les elements qui la forme sont connus et non inconnus. D ailleurs c est la regle generale et universelle. Le doute est admis sur la competance de ses elements. Car dans notre contexte actuel, il faudrait a lhomme a la place qu il le merite. Pour eviter le favoritisme politique dans notre administraction publique. Le peuple Burikinabe l a deja exprimer par les innssuretions du 30-31Otobre 2014.

    Répondre à ce message

  • Le 6 octobre 2016 à 18:48, par Jacques André En réponse à : Crise au ministère de la santé : Le Président du Faso devrait user de son pouvoir régalien pour préserver la santé des populations

    lol. moi je n’ai pas le fond de l’affaire. mais je sens que la CAMEG est remplie de gens qui ne veulent pas dire toute la vérité. sans vouloir supporter le ministre je pense qu’il est mieux d’attendre la fin de la procédure judiciaire. ya un truc pas clair en dessous. plus qu’une histoire de ministre qui veut faire la force.

    Répondre à ce message

  • Le 6 octobre 2016 à 18:58, par SID PAWALEMDE En réponse à : Crise au ministère de la santé : Le Président du Faso devrait user de son pouvoir régalien pour préserver la santé des populations

    J’invite l’ensemble du gouvernement, les ONG et les Associations, les personnes ressources, tout simplement tous ceux qui peuvent aider le jeune Ministre de la santé à sortir de cette jungle.

    Quand on observe les écrits comme celui-ci et bien tant d’autres on sent que c’est la mafia

    Tout le Gouvernement THIEBA et toutes les institutions du Burkina Faso, notamment la Gendarmerie Nationale, la Police Nationale, toutes institutions intervenant dans le domaine de la santé se doivent d’aider le jeune ministre de la santé à mettre définitivement fin à la compaorose au sein de ce ministère. Il y va de l’avenir même de ce ministère qui doit révolutionner tout le système de santé au profit de la large majorité du peuple burkinabé. Le jeune Ministre est dans une jungle. Comment comprendre que le PCA soit un Conseiller du Ministre de la Santé et ça se passe ainsi. La CAMEG est comme les autres (SONABHY, SONABEL ....) où les plus grands fournisseurs de services de la boîte sont les agents en interne sous des entreprises prêtent noms. Le PCA, le DG et bon nombres d’agents ont peur du changement car la liste des fournisseurs sera renouvelée. C’est l’impression qu’on a de toutes ces gesticulations. Des gens ont fuit ce pays depuis fin 2014 et ils mangent toujours à la CAMEG. La société civile doit se saisir du dossier et procéder au remplacement de tous les décideurs à la CAMEG. Pourvu que le Ministre nomme des Burkinabè mais pas des étrangers.

    Répondre à ce message

  • Le 6 octobre 2016 à 19:13, par Le fils En réponse à : Crise au ministère de la santé : Le Président du Faso devrait user de son pouvoir régalien pour préserver la santé des populations

    Est ce qu’il peut mon ami ? Roch n’est pas fou comme toi car il sait qui l’a mis a Kossyam. IL prefere voir le system sanitaire detruit et garder son poste. Tant que le vrai president le voudra il en Sera ainsi a la Sante.

    Répondre à ce message

  • Le 6 octobre 2016 à 19:13, par Un soutien du PF En réponse à : Crise au ministère de la santé : Le Président du Faso devrait user de son pouvoir régalien pour préserver la santé des populations

    Ce comportement est une incompétence managériale dans le Département de la santé qui peut frustrer les DGs dont il n’a pas tenu compte de leur avis pour les désigner un collaborateur.
    Ceci est d’ailleurs à l’image du Département des Mines et de l’Energie où le Ministre se disant connaisseur en tout est devenu le seul à proposer et à décider. Ce dernier en voulant tromper les décideurs a emporter tout le monde dans la proposition noble de la transition énergétique . Malheureusement il a une méconnaissance du secteur.
    En tant que soutien sincère du PF, je suggère que le 1er Ministre diligente une enquête pour découvrir le contenu et les limites de l’interprétation de la transition énergétique que les petits chercheurs en font ( l’énergie ce n’est pas l’électricité seulement) et même ils méconnaissent le métier de l’électricité .
    Ou avez vous vu des reformes qui ont été menées dans un secteur aussi sensible sans études si ce n’est pas au Ministère des Mines et de l’énergie.
    Même au temps de régime décrié , cela ne faisait pas.
    De grâce, les décideurs on vous demande rien autre que sauver le secteur aux mains des petits chercheurs qui nous conduisent droit dans le mur.
    Pourquoi fasse au problème réel de l’énergie , Mr le Ministre a rejeté la tenue des états généraux sur l’énergie programmés pendant la transition ?

    Répondre à ce message

  • Le 6 octobre 2016 à 19:13, par citoyen En réponse à : Crise au ministère de la santé : Le Président du Faso devrait user de son pouvoir régalien pour préserver la santé des populations

    Je crois vraiment que vous nous pomper l’air maintenant avec ces genres de publications. On a tous compris que l’Etat a travers le Ministère de la santé a vraiment raison de vouloir mettre de l’ordre au niveau de la cameg. En plus on a l’impression que vous ne voulez pas le changement. Laissez le gouvernement mettre en oeuvre son programme. La conspiration contre le jeune Ministre de la santé ne marchera pas. Si votre ex DG se souciait vraiment des populations il serait parti depuis longtemps au lieu de faire un bras de fer contre un pouvoir démocratiquement élu. Arrêtez de pleurnicher car la population connait désormais la vérité sur cette affaire de Cameg.

    Répondre à ce message

  • Le 6 octobre 2016 à 19:15, par Un soutien du PF En réponse à : Crise au ministère de la santé : Le Président du Faso devrait user de son pouvoir régalien pour préserver la santé des populations

    Ce comportement est une incompétence managériale dans le Département de la santé qui peut frustrer les DGs dont il n’a pas tenu compte de leur avis pour les désigner un collaborateur.
    Ceci est d’ailleurs à l’image du Département des Mines et de l’Energie où le Ministre se disant connaisseur en tout est devenu le seul à proposer et à décider. Ce dernier en voulant tromper les décideurs a emporter tout le monde dans la proposition noble de la transition énergétique . Malheureusement il a une méconnaissance du secteur.
    En tant que soutien sincère du PF, je suggère que le 1er Ministre diligente une enquête pour découvrir le contenu et les limites de l’interprétation de la transition énergétique que les petits chercheurs en font ( l’énergie ce n’est pas l’électricité seulement) et même ils méconnaissent le métier de l’électricité .
    Ou avez vous vu des reformes qui ont été menées dans un secteur aussi sensible sans études si ce n’est pas au Ministère des Mines et de l’énergie.
    Même au temps de régime décrié , cela ne faisait pas.
    De grâce, les décideurs on vous demande rien autre que sauver le secteur aux mains des petits chercheurs qui nous conduisent droit dans le mur.
    Pourquoi fasse au problème réel de l’énergie , Mr le Ministre a rejeté la tenue des états généraux sur l’énergie programmés pendant la transition ?

    Répondre à ce message

  • Le 6 octobre 2016 à 19:57, par Emile En réponse à : Crise au ministère de la santé : Le Président du Faso devrait user de son pouvoir régalien pour préserver la santé des populations

    Mon type pour toi là c’est de la jalousie. Pourquoi tu demande à ce que l’on décharge le ministre de la santé tout en laissant le dossier judiciaire poursuivre son cours ? Et si après les différents jugements il s’avère que c’est lui qui avait raison ? Comment t’y prendra tu pour dire au Président du Faso que tu t’étais tromper.
    Tu aurais mieux fait d’écrire au Président pour lui signifier que tu n’aimes pas la tête de son ministre de la santé donc il n’a qu’a le changer, plus tôt que de rentrer dans dossiers que tu ne maîtrise pas pour le calomnier et demander son remplacement.
    A propos, concernant la nomination des DAF, c’est quel texte en question qui oriente la nomination de ces derniers dans les Établissements Publics de Santé ? Éclairez nous s’il vous plaît.
    Votre écrit est creux et est fondé sur de la jalousie ou de la vengeance.

    Répondre à ce message

  • Le 6 octobre 2016 à 20:03, par LY En réponse à : Crise au ministère de la santé : Le Président du Faso devrait user de son pouvoir régalien pour préserver la santé des populations

    Je suis en parfait accord avec votre analyse et vos propositions M. Coulibaly.
    La justice pourra continuer ses procédures et ses conclusions devront être respectées.
    L’audit actuel de la CAMEG par l’ASCE dont les conclusions pourraient être utilisées pour légitimer à posteriori l’éviction du DG de la CAMEG, n’augure rien de bon. En effet il serait fort étonnant que des irrégularités ne soient pas constatés par l’ASCE quand on sait le mode gestion de la période anté insurrectionnelle et même durant la transition vu les précédents rapports produits par rapport aux commandes publiques. Cet audit aurait du être demandé avant l’éviction du DG si le motif de son remplacement était lié à la mauvaise gouvernance. De plus qu’est ce qui justifie la création d’une nouvelle CAMEG en 24h chrono !!!

    Répondre à ce message

  • Le 6 octobre 2016 à 20:16, par Jonas En réponse à : Crise au ministère de la santé : Le Président du Faso devrait user de son pouvoir régalien pour préserver la santé des populations

    Il y a tellement de dossiers infectés dans le département de la santé : trafic de médicament par Kadeba à la CAMEG, détournements de fonds au niveau des hôpitaux , surfacturation des prix des matériels médicaux, falsification des coupons de la gratuité, ect...Monsieur le Président, représentant du peuple et responsable du bien être de l’ensemble des burkinabé, ne laissez pas ces voleurs boire le sang des burkinabé je vous en prie. Soutenez ce ministre s’il vous plaît , le peuple saura la vérité et vous remerciera.

    Répondre à ce message

  • Le 6 octobre 2016 à 20:19, par Le peuple En réponse à : Crise au ministère de la santé : Le Président du Faso devrait user de son pouvoir régalien pour préserver la santé des populations

    Un ex DG prend en otage le système de santé, il s’accroche a un fauteuil, mène une campagne de dénigrement du Ministre de la santé, nargue le gouvernement, manipule l’opinion publique et on trouve cela normal. C est vraiment le Faso post insurrectionnel : défiance de l’autorité de l’État, incivisme... Il est temps que ce Gouvernement mette de l’ordre dans le pays. C’est la politique sanitaire du Président mis en oeuvre par le Ministre de la santé ou bien c est la politique sanitaire de Kadeba mis en oeuvre par le gouvernement ? Ya y’a boin ??

    Répondre à ce message

  • Le 6 octobre 2016 à 20:54, par le sage En réponse à : Crise au ministère de la santé : Le Président du Faso devrait user de son pouvoir régalien pour préserver la santé des populations

    Bandes de naifs. Les nominations sont faites en conseil des ministres sous la presidence de Rock.
    Donc il apprpve comme Blaise a approuver les decisions du dernier conseil des ministres qui a precipiter sa fin !

    Que dieu benisse le Burkina Faso

    Répondre à ce message

  • Le 6 octobre 2016 à 21:51, par oncle sam En réponse à : Crise au ministère de la santé : Le Président du Faso devrait user de son pouvoir régalien pour préserver la santé des populations

    Ce monsieur Coulibaly parle gros français mais connait mal le problème de la cameg. Pour dementeler un réseau mafieux c’est très douloureux. Le jeune ministre a remué une fourmilière : la cameg : chasse gardée de l’ancien régime. Il était temps. Monsieur le ministre, vous avez été très très courageux et le temps nous montre que vous avez eu raison. On comprend beaucoup de choses a présent. Le changement est vraiment en marche au Faso. Ne vous arrêtez pas en si bon chemin.

    Répondre à ce message

  • Le 6 octobre 2016 à 22:37, par Sylvanus En réponse à : Crise au ministère de la santé : Le Président du Faso devrait user de son pouvoir régalien pour préserver la santé des populations

    Bravo Mr COULIBALY ! Vs pourriez faire un meilleur PF que notre cher Président actuel ! C’est la totale quoi !

    Mais pour qui vous vous prenez, vous tous qui pensez connaître les vraies motivations du MS, et croyez que l’UNIQUE solution acceptable est le limogeage du MS actuel ? Moi je ne connais pas personnellement le MS et je doute fort que mon intervention aux allures de soutien lui fasse chaud ou froid. Mais je doute fort également que la personnalité du PF RMCK soit si faible qu’il subisse le diktat d’un ministre de son gouvernement et son supposé mentor sans broncher, au point même de les laisser continuer le sabotage de son programme par des nominations "illégitimes et illégales" sous son nez et sa barbe.

    Souffrez qu’il soit possible que le MS ait convaincu le PF sur la pertinence des actions menées au niveau de son département, notamment en ce qui concerne la CAMEG. Ne dit-on pas qu’on ne peut pas faire des omelettes sans casser des œufs ? C’est qui le Président de la République même ? C’est qui dont le mandant sera à terme passé à la loupe de la société burkinabé ? Ou bien vous pensez qu’un Président, c’est celui que tout le monde a décidé de nommer à cette fonction, et après il n’a qu’à se tenir tranquille et suivre à la lettre tout ce qu’il vous plaira de lui dicter sans émettre d’opinion ? Désolé, non ! Un président, c’est celui qui a su convaincre la majorité qu’il est le meilleur des candidats, n’en déplaise à ses détracteurs, et nonobstant ses innombrables défauts. Et pour cela, il s’attend à ce qu’on le laisse choisir ses collaborateurs pour dérouler son programme ; et en cas de pépins, c’est lui qui choisit le moment de s’en débarrasser s’il perçoit en eux un quelconque désagrément. Et ce qui s’applique au PF s’applique aux ministres, aux DG, etc, qui reçoivent par transitivité leur mandat du peuple.

    Je me demande pourquoi les voix ne se lèvent pas pour réclamer ici et maintenant la mise à nue s’il y a lieu, du système qui semble poser problème au MS, et qu’il semble vouloir combattre à travers ces mesures ? Réclamez plutôt la mise à l’écart de toutes les instances actuelles de la CAMEG qui sera mise d’office sous un régime transitoire, puis la commission d’un audit indépendant ou impliquant toutes les parties (Gouvernement, Société civile, syndicat des travailleurs, syndicats des secteurs de la santé, PTF, etc.). Ainsi, celui qui veut la vérité et le bien de la population s’en tiendra strictement aux conclusions et recommandations issues de l’audit, et travaillera à accélérer leurs mise en œuvre, tandis que celui qui poursuit des intérêts personnels et égoïstes ne pourra que se faire remarquer négativement face à elles.

    Pour finir, je lance une réflexion à tout vent, puisqu’il y a des gens qui sont versés dans l’art de la disserte :
    - Pourquoi des gens pensent (et c’est surtout le cas de ceux qui avancent que l’unique solution, c’est le limogeage du MS) que le seul "inconscient", c’est le MS parce qu’il fait durer la crise qui joue fortement sur l’approvisionnement en MEG, et donc met en danger la vie et la santé des populations ?
    - Je crois savoir que ceux qui sont appelés à partir par le MS sont aussi des professionnels de la santé, qui sont soumis à une déontologie des plus strictes surtout en ce qui concerne le respect de la vie humaine. Donc il ne devrait pas être difficile pour eux de "laisser tomber pour eux-là" par fidélité à leur serment, quitte à intenter individuellement après des procès contre l’État (ou je ne sais qui) pour licenciement abusif s’ils pensent être personnellement lésés. Autrement, ne serait-ce pas des intérêts égoïstes qu’ils poursuivent ? Ce n’est pas la première fois que des employés assignent leurs employeurs en justice pour licenciement abusif et gagnent leur procès, et l’État n’en fait pas exception. Si tu es sûr d’être fondé dans ton droit, tu libères la place et tu pars en procès. Si tu gagnes, l’État n’aura de choix que de se retourner contre celui qui lui aura fait perdre son temps et des millions ; et au cas contraire c’est le peuple qui avisera. En procédant ainsi, tu montres d’abord aux yeux de l’opinion que tu ne poursuis nullement un intérêt personnel en bloquant inutilement une institution utile et nécessaire à la société, et ensuite tu montres à ceux qui s’acharnent sur toi que tu tiens à ta réputation et que tu ne laisses personne te piétiner impunément.
    - Qu’est-ce qui prouve même que ce n’est pas le sentiment d’être incompris sans pouvoir/vouloir se justifier autrement (alors qu’ils pensent peut-être travailler à enrayer une pourriture au sein de la CAMEG), qui fait que le MS et ses potentiels soutiens se comportent ainsi en espérant qu’au bout du rouleau la justice clora l’affaire dans le sens qu’ils souhaitent, ce qui aurait le mérite d’effacer le passé d’incompréhensions ?

    Répondre à ce message

  • Le 6 octobre 2016 à 23:56, par Moi aussi En réponse à : Crise au ministère de la santé : Le Président du Faso devrait user de son pouvoir régalien pour préserver la santé des populations

    J’ai suivi le long feuilleton qui se joue au ministère de la Santé et c’est partant de cela que j’ai décidé de publier mon post. Il résume une opinion qui prend en compte l’esprit, la moralité, la mentalité, les pratiques et la nature de malheureusement 98% des burkinabè (j’exagère peut-être). Elle part également d’une profonde réflexion et d’observations.
    De ce long processus, j’ai appris à lire entre les lignes et j’ai retenu une constante qui est qu’au Burkina, la bonté est inversement proportionnelle à la popularité. Curieux dans une société saine n’est-ce pas ? Autrement dit, plus on est impopulaire, plus on est bon, juste et honnête.

    Ma trajectoire de raisonnement empruntera le raisonnement par l’absurde, méthode de raisonnement que les ‘‘matheux’’ connaissent très bien.
    Sur cette plate-forme, des internautes ont régulièrement dit à tort ou à raison que ‘‘le burkinabè est mauvais’’ et cette assertion n’est pas fortuite. En effet, je constate que le burkinabè aime les passe-droits, l’affairisme, le favoritisme, la concussion, la magouille, la délation, le laxisme, la corruption tant qu’il est l’heureux bénéficiaire et devient instantanément aigre et un farouchement dénonciateur de tout cela quand il n’en est pas bénéficiaire. Tout se passe comme si le burkinabè avait un sens du jugement sélectif.

    Considérons cela comme un postulat. S’il est admis, il va sans dire que quand dans votre service, que vous soyez chef ou simple agent, si vous combattez ces vices de notre société, vous vous mettrez immanquablement tous les collègues sur votre dos.
    Je vais être plus concret par l’exemple d’un Directeur de service qui décide :
    -  Que les agents de son service doivent être à l’heure au service et partir seulement après la descente,
    -  Que pour le voir, il faut une audience afin qu’il puisse respecter le planning qu’il s’est imposé pour évacuer ses propres tâches,
    -  Que les absences pour raisons sociales seront contrôlées afin que le service reste performant dans ses obligations,
    -  Que les sorties avec les véhicules de service se feront désormais après autorisation accordée par lui et lui seul, parce que ceux qui ont cette charge sont laxistes,
    -  Que la gestion du carburant du service se fera désormais également sous son contrôle exclusif,
    -  Que chaque trimestre, il fera une évaluation du rendement de chaque agent, évaluations qui concourront à la notation et à l’avancement des agents.
    Vous pouvez être sûr qu’il ne sera plus en odeur de sainteté avec son personnel. Alors, il trouvera des amulettes, des gris-gris ou des talismans au seuil de son bureau ou à la portière de sa voiture. Il connaîtra toute forme d’intimidation, de pressions psychologiques, de railleries ainsi que les potins les plus abjects sur lui.
    De ce qui précède, il apparaît que quand quelqu’un est unanimement contesté ou désaimé dans son service, il y a de très fortes probabilités qu’il soit contre le laxisme et les vices cités plus haut. Même s’il y a de rares personnes qui le soutiennent, ces derniers subiront à leur tour des intimidations et des isolements à tel point qu’ils se raviseront ou feront profil bas.
    J’ai appris donc à acter quand j’arrive dans un service, que l’avant-gardiste, le progressiste et l’ami du Peuple est celui sur qui tout le monde tire. A contrario, la personne adulée est une pourriture de la pire espèce du point de vue de la gouvernance, de l’équité, de la loyauté envers l’Etat, son employeur et le Peuple qu’il sert.

    Et comme culturellement, notre société encense les personnes supposés aimés et les plébiscite au quart de tour, on a vite fait de voir des couards préférer laisser faire pour être appréciés. Ils préfèrent rompre leur devoir vis-à-vis de l’Etat que d’être frappés d’isolement par leurs collègues. Ces lâches tiennent plus à une vie peinarde qu’à une vie où ils sont voués aux gémonies.
    Résultat, démarquons-nous de tous ceux qui sont adoubés dans les services.

    La chute de mon propos est alors la suivante, si on accepte le postulat, des gens mauvais ne peuvent pas aimer quelqu’un qui ne partage pas leurs visions. Ainsi, si ‘‘le burkinabè est mauvais’’, celui qu’ils aiment est forcément mauvais. Simple logique mathématique. Et si notre pays grouillait de gens bons au sens religieux, nous ne côtoierons pas cette misère.

    C’est pourquoi, ‘‘l’impopularité’’ du Ministre de la Santé que je ne connais pas, suscite en moi des interrogations. En effet, si le jeune et volontariste Ministre veut bousculer les pratiques anciennes afin d’instaurer un nouvel ordre, vertueux celui-là, dans l’intérêt supérieur de nos masses laborieuses, il devra faire face à des moulins à vents. Actons que si ce qui a été fait jusqu’aujourd’hui était vertueux, ça se saurait et il n’aurait pas eu d’insurrection. Et si la pratique d’hier manquait de vertu, il faut croire que la nouvelle qu’il incarne pêchera moins ! Aussi, je lui tire mon chapeau et lui souhaite beaucoup de courage et d’abnégation. Qu’il sache que, se sacrifier pour l’intérêt de la majorité, c’est se hisser au rang des personnes dont la vie a eu un sens et il doit en être fier. Notre pays n’a malheureusement pas connu beaucoup d’hommes politiques de cette trempe.

    Désolé d’être à contre-courant de la pensée majoritaire mais je suis certain que certains burkinabè iront dans mon sens. Surtout ceux qui refusent de se mentir.

    Répondre à ce message

    • Le 7 octobre 2016 à 08:13, par verité En réponse à : Crise au ministère de la santé : Le Président du Faso devrait user de son pouvoir régalien pour préserver la santé des populations

      Absolument, "Moi aussi" je valide entièrement vos propos .C’est ainsi que le Burkina est devenu:Plus tu es vertueux, tu défend l’intérêt général , plus tu as tout le monde sur ton dos ; tu es isolé, stigmatisé, mis sous pressions, mis de coté tout court.
      Malheureusement comme vous l’avez si bien dit, c’est le règne des intérêts égoïstes, le règne de la médiocrité au détriment des bonnes volontés qui veulent faire avancer le pays , de ceux qui ont de la pitié pour la misère de leur peuple.
      Vivement que Dieu, ou les ancêtres (pour ceux qui ne croient pas) donne la force au peu de personnes qui veulent faire progresser le pays afin qu’ils combattent les pratiques qui bloquent le développement de notre pays.

      Répondre à ce message

    • Le 7 octobre 2016 à 09:13, par un responsable de ce pays En réponse à : Crise au ministère de la santé : Le Président du Faso devrait user de son pouvoir régalien pour préserver la santé des populations

      Mon cher, vous avez fait une excellente analyse. L’Etat devrait accompagner les administrations déconcentrées dans leur rôle de surveillance et de contrôle pour soulager les responsables vertueux. Chacun laisse le bateau couler parce qu’il n’appartient pas à sa famille. Les vrais constructeurs de la nation sont détestés, encore faut-il que les dirigeants abandonnent le favoritisme politique qui est néanmoins du favoritisme pour donner un exemple aux burkinabè. Vous pouriez en faire une lettre ouverte à Simon COMPAOREpour qu’il s’assume.

      Répondre à ce message

    • Le 7 octobre 2016 à 09:28, par hamid En réponse à : Crise au ministère de la santé : Le Président du Faso devrait user de son pouvoir régalien pour préserver la santé des populations

      Bonjour
      Merci pour ton analyse qui englobe la réalité de notre peuple. Je suis chaque fois tenter de dire que nous n’avons pas de valeurs. L’histoire de l’homme intègre est fausse pour moi.

      Répondre à ce message

      • Le 7 octobre 2016 à 13:36, par 10sur10 En réponse à : Crise au ministère de la santé : Le Président du Faso devrait user de son pouvoir régalien pour préserver la santé des populations

        Bon raisonnement mais de cas d’espèce, vous êtes passé complètement à côté de la plaque car ce ministre a tout de suite fait l’unanimitécontre lui par qu’il manque d’humilité, de stratégie et d’approche managériale. Il affirme partout que c’est lui qui a rédigé le programme santé du président et que ses prédécesseurs sont nuls car n’ont fait que ressasser les mêmes choses pendant plus de 20 ans. Ces premières nominations concernent ses amis, promotionnaires, camarades de parti et frères de Ouahigouya. Comme fait d’arme, le renvoi le très intègre DGPML Pr Semdé et le conseiller le plus respecté Dr Bocar Kouyaté pour s’attaquer à la seule structure solide et crédible du ministère, la CAMEG qui est une référence en Afrique.

        Répondre à ce message

    • Le 7 octobre 2016 à 12:07, par Tapsoba R(de H) En réponse à : Crise au ministère de la santé : Le Président du Faso devrait user de son pouvoir régalien pour préserver la santé des populations

      Absolument ! Sans commentaire.« La plupart des relations humaines sont empoisonnées par le défaut de sincérité. La parole n’y est point l’interprète du cœur, la parole n’en est que le masque qui le cache et qui le déguise. » Jean-Baptiste Massillon,Maximes et pensées

      Répondre à ce message

    • Le 7 octobre 2016 à 12:32, par Al pacino En réponse à : Crise au ministère de la santé : Le Président du Faso devrait user de son pouvoir régalien pour préserver la santé des populations

      "Moi aussi" Bingoooo ! tu as tapé dans le mil.Le ministère de la santé n’avait pas du tout été affecté par l’insurrection.Au fait ce département ministériel était et est un véritable nid de bandits de grands chemin et je pèse mes mots.Le jeune ministre a observé tous les deals de ces cancres de l’extérieur et veut maintenant y apporter de l’ordre,mais les mafieux ne l’entendent pas de cette oreille.
      La nomination du jeune a surpris tout ce beau monde qui avait espéré le maintien de leurs Homme de main au poste de ministre.
      L’atout de ce jeune,c’est qu’il n’a jamais été ni DR,ni MCD,donc il ne doit rien aux hiboux aux gluants.Mieux,il est indépendant et a un esprit indépendant qui agace certains qui se croyaient incontournables et se mettent maintenant à vociférer.
      Tenez,un médecin de santé public qui se dit une des chevilles ouvrières du système de santé du pays,dans sa haine viscérale contre le ministre a osé déclaré publiquement que la gratuité des soins est mauvaise et allait augmenter la mortalité car cela a été remarqué dans un pays tiers qui expérimente la gratuité ;il continu dans ses" ablasseries "en affirmant que le système de santé de district doit être démantelé car il n’a plus sa raison d’être car la base de ce système est le recouvrement des coûts.J’avais honte à sa place.En effet,avec la gratuité la mortalité peut augmenter car les gens qui mourraient dans la communauté faute de moyens seront conduits dans les formations sanitaires,quant au système de santé de district,son rôle premier est la décentralisation des services ,le recouvrement des coût venant après.IL a raconté ses contre vérités simplement parce qu’il hait le ministre qui s’est affranchi d’eux.

      Répondre à ce message

  • Le 7 octobre 2016 à 00:20, par bouba En réponse à : Crise au ministère de la santé : Le Président du Faso devrait user de son pouvoir régalien pour préserver la santé des populations

    Faut-il en rire ou en pleurer. Ce président grand et gros physiquement n’est qu’une petite marionnette à la solde de Salif Diallo, de Alassane Ouattara, de Blaise compaoré, de Soro, etc. L’accueil de bas niveau dont il a bénéficié en France témoigne de son rang et de combien il pèse. Quand au premier ministre, il est encore pire. Les nominations dont tout le monde dénonce la méthode sont l’œuvre de Salif Diallo. Tout le monde connait ses méthodes. Tout le monde sait combien l’homme il est mauvais et combien il a fait du mal a ce pays de puis près de 30 ans. Les morts d’hommes que l’on a vues lors des dernières municipales, c’est les conséquences de ce méthodes qui consistent à imposer des gens partout au mépris des règles, sans tenir de leur compétences, de la popularité et de la concertation utile. La politisation de l’administration il en a toujours été le vrai instigateur. Regarder la manière dont il a imposer le NAB à la CENI à la surprise générale en utlisant la communauté musulmane. Regardez comment il a imposer des ministres incompétents et sans expérience dans le gouvernement. regarder à l’assemblée les jeunes qu’ils ont promu à l’assemblée : aucun modèle, tous des anciens gâteaux qui ont un passé lugubre sur les campus universitaire pour saboter les luttes des étudiants pour de meilleures conditions d’études.

    Répondre à ce message

  • Le 7 octobre 2016 à 00:52, par gohoga En réponse à : Crise au ministère de la santé : Le Président du Faso devrait user de son pouvoir régalien pour préserver la santé des populations

    Monsieur le Ministre du courage la mafia est difficile déboulonner tout le peuple vous soutien.

    Répondre à ce message

  • Le 7 octobre 2016 à 05:37, par Namani En réponse à : Crise au ministère de la santé : Le Président du Faso devrait user de son pouvoir régalien pour préserver la santé des populations

    Le ministre place ses pions dans les directions centrales.
    Le dg nomme ses amis dr, daf,...
    Le dr nomme ses copins mcd qui, eux forment le cercle vicieux des majors.
    Le salut des gratuites viendra de toute la pyramide sanitaire et non de Kadeba, ni de Koussoube.

    Répondre à ce message

  • Le 7 octobre 2016 à 06:31, par Ali En réponse à : Crise au ministère de la santé : Le Président du Faso devrait user de son pouvoir régalien pour préserver la santé des populations

    À l’internaute 15 Bouba, le pouvoir n est pas ce que vous croyez, la diplomatie non plus. La réalité est tout autre chose :il y a toujours un rapport de force qui détermine l issu des pourparlers diplomatique. Gabon, RDCongo, Israël Palestine, France Lybie, USA Syrie Russie etc... Le Burkina représente quoi dans ce monde, si on a du coeur on a qu à bosser et développer le pays au lieu de saccager son économie par des coups tordus des instrumentalisàtion médiatique. Peut onforcer la CI à livrer Blaise ???? Les Burkinabé de Côté d Ivoire sont plus de 4 millions, la crise ivoirienne qui a assassiné nos frères , et il y a eu quoi ?? Je crois que nous devons travailler carpar exemple la Chine a obtenue sa souverrainete politiquement, diplomatiquement parce qu’ elle est économiquement puissante.

    Répondre à ce message

  • Le 7 octobre 2016 à 07:38, par Juriste En réponse à : Crise au ministère de la santé : Le Président du Faso devrait user de son pouvoir régalien pour préserver la santé des populations

    Je voudrais interpeller les autorités (Président du Faso, Premier ministre, Président de l’Assemblée nationale) et la classe politique burkinabè sur des actes récurrents de violation de la Constitution dont le ministre de la santé se rend coupable. Tenez, l’article 1 de la constitution stipule que les discriminations de toutes sortes, notamment celles basées sur la race, l’ethnie, la région, les opinions politiques… sont prohibées. Or, le ministre de la santé se distingue sans cesse par son esprit régionaliste du Yatenga (Ouahigouya) et politicien du MPP sur la base duquel, il fonde ses nominations aux postes de responsabilités du ministère de la santé. Pourquoi vouloir transformer le C HR de Ouahigouya en CHU sachant bien que les conditions ne sont pas réunies pour cela. Le CHR de Koudougou qui dispose d’une université bien connue est mieux indiquée pour sa mutation en CHU. Pour ce faire, il n’y a de raison valable à retarder l’ouverture de l’UFR de médecine à Koudougou au profit de Ouahigouya. Pour des raisons subjectives, le ministre étant en conflit avec le DG du CHR de Koudougou, il cherche à l’éjecter par tous les moyens, en dépit de son mandat d’appels à candidatures. Les OSC et les partis politiques ne doivent pas rester silencieux face à cette dérive régionaliste et politicienne du ministre de la santé. Ce sont de tels actes qui conduisent à des querelles régionalistes, ethniques et sécessionnistes d’un pays. Trop c’est trop. Pourquoi laisser persister un seul ministre dans des actes dangereux pour la santé des populations et la cohésion nationale ?

    Répondre à ce message

  • Le 7 octobre 2016 à 08:19, par nikemsongo En réponse à : Crise au ministère de la santé : Le Président du Faso devrait user de son pouvoir régalien pour préserver la santé des populations

    Il est temps vraiment que le Président siffle la fin de la récréation à la CAMEG. Monsieur le Président du Faso, ne restez pas sourd à la clameur de désapprobation du peuple face à la forfaiture qui est en train de s’opérer à la CAMEG. Si non vous serez surpris par le volcan que ce dossier risque d’allumer à travers tout le Burkina. Vous ne pourrez pas dire alors comme un certain Blaise COMPAORE "Je ne savais pas que la bourse au bénéfice des garçons a été supprimée"......

    Répondre à ce message

  • Le 7 octobre 2016 à 08:20, par Moise OUEDRAOGO En réponse à : Crise au ministère de la santé : Le Président du Faso devrait user de son pouvoir régalien pour préserver la santé des populations

    Bonjour a tous ; concernant l’histoire de la CAMEG moi je pense qu’il ya un deal que les uns et les autres cache et ne veulent pas le perdre. Pendant la transition ZIDA avait nommé le Docteur COMPAORE que le personnel avait refusé. maintenant on veut changer l"équipe dirigeante , ce même personnel refuse. Soit la CAMEG est sous la tutelle du Ministère de la santé ou bien elle est carrément indépendante. Même si on met de coté le volet judiciaire il faut que l’état ait un droit de regard sur des entreprises comme la CAMEG. si le Ministre doit partir, toute l’équipe ( CA , DG et DAF et autres doivent suivre. il faut qu’il ai peaux neuve a la CAMEG. Quant des gens demandent au Président du Faso d’intervenir , c’est vrais mais quant il va mettre sa bouche dans cette affaire c’est vous encore qui allez dire que y a ingérence de l’exécutif dans la justice. Soignons tolérant et acceptons certaines choses.

    Répondre à ce message

  • Le 7 octobre 2016 à 08:20, par Gourounga En réponse à : Crise au ministère de la santé : Le Président du Faso devrait user de son pouvoir régalien pour préserver la santé des populations

    Hé ! il faut chasser tout le monde. Ministre, ancien DG ho, nouveau DG ho, ancien et nouveau PCA ho. Point-barre ! et la vie continue.

    Répondre à ce message

  • Le 7 octobre 2016 à 08:50, par Georges En réponse à : Crise au ministère de la santé : Le Président du Faso devrait user de son pouvoir régalien pour préserver la santé des populations

    Je voudrais vite alerter l’opinion publique sur l’avalanche des gaffes du ministre de la santé. Après avoir crée sciemment une crise à la CAMEG qui expose actuellement les services de santé en ruptures de médicaments, le ministre vient encore de foncer tête baisée dans ses actes de blocages des services de santé. En effet, en conseil des ministres le 5 octobre 2016, il vient une fois de récidiver dans ses nominations partisanes et régionalistes de DAAF d’Etablissements Publics de Santé(EPS).Il s’ingère ainsi dans le fonctionnement de ces services en lieu et place des SG, DG, ce qui met à nu son manque d’esprit d’équipe et son mépris pour ses collaborateurs. Comme le ministre avait tenté vainement de révoquer certains DG de ces EPS (ex : CHR de Koudougou, Tenkodogo…), il veut passer à présent par les nominations de ses copains snipers aux postes de DAAF, pour susciter des blocages dans ces services afin de fabriquer des alibis fautes lourdes, pour tenter encore d’éjecter des DG, malgré leurs désignations par appels à candidatures pour des contrats axés sur des résultats triennaux. Il est temps que le peuple se lève pour mettre un terme au génocide que ce ministre est train de créer dans le système sanitaire national, juste pour assouvir ses intérêts bassement matériels par les blocages qu’il orchestre partout. Que se passe t-il réellement pour que le Chef de l’Etat et le Premier ministre se laissent trop souvent rouler dans la farine par ce ministre le plus décrié du gouvernement ? Les DAAF ne peuvent pas être tous mauvais à la fois pour qu’on les change en même temps. C’est du jamais vu dans un ministère.

    Répondre à ce message

  • Le 7 octobre 2016 à 08:52, par la femme battante En réponse à : Crise au ministère de la santé : Le Président du Faso devrait user de son pouvoir régalien pour préserver la santé des populations

    Bravo internaute 16 ’ moi aussi’, depuis le début de cette affaire de cameg j’ai dit aux gens d’éviter d’aller vite en besogne, il faut connaitre le fond d’un sujet avant de donner son avis. Bravo, s’il vous plait peuple burkinabé, ressaisis vous et fais preuve d’analyse.

    Répondre à ce message

  • Le 7 octobre 2016 à 09:13, par Voltaïque En réponse à : Crise au ministère de la santé : Le Président du Faso devrait user de son pouvoir régalien pour préserver la santé des populations

    La CAMEG n’est pas une propriété de l’état et le PF n’a aucune prerogative pour imposer une solution à la CAMEG. La solution viendra de l’application des textes de la CAMEG qui est une association. Le PF ne peut également pas intervenir dans un différent qui est pendant en justice ce qui violerait le sacro-saint principe de séparation des pouvoirs.
    Votre proposition est irréaliste et laisse penser à une ignorance du fonctionnement des institutions : le PF n’a pas un pouvoir absolu.

    Répondre à ce message

  • Le 7 octobre 2016 à 09:15, par ngoonga En réponse à : Crise au ministère de la santé : Le Président du Faso devrait user de son pouvoir régalien pour préserver la santé des populations

    Mr ISSA ; est ce que ce n’est pas des intérêts inavoués que vs chercher à défendre vaille que vaille. En quoi le limogeage du Ministre peut il régler ce problème ? qui a des dessous. Si le gouverenement vs suit il crée un précédent car des indisciplinés peuvent se lever et réclamer le départ de n’importe quelle autorité.

    Répondre à ce message

  • Le 7 octobre 2016 à 09:34, par Ali En réponse à : Crise au ministère de la santé : Le Président du Faso devrait user de son pouvoir régalien pour préserver la santé des populations

    Internaute 21 juriste, vos arguments sont en carton. Le problème est que le département de la santé est pourri. Personne ne peut le nier, allez simplement voir ce qui se passe dans les hôpitaux : corruption, détournement de fonds, arnaque des malades, abus d autorité, ect... Vous savez il faudra soigner le mal par le mal. On ne peut continuer à tolérer tout ça sous prétexte que des personnes sont protégées par un contrat sinon on dira que le ministère de la santé est incapable. Reconnaissons que le ministre Smaila O. est compétent, il bouge les lignes malgré l opposition des corrompus de son département. Ça doit être comme cela, on le soutient .

    Répondre à ce message

  • Le 7 octobre 2016 à 09:35, par Le martyr En réponse à : Crise au ministère de la santé : Le Président du Faso devrait user de son pouvoir régalien pour préserver la santé des populations

    Mr Coulibaly, il n’y a pas de crise au ministère de la santé mais une crise à la CAMEG.
    Ce qui se passe c’est que le groupuscule mafieux qui écumait ce ministère refuse de se laisser démanteler. Tenez beaucoup au ministère de la santé ont été surpris de l’avènement de ce jeune à la tête du département car son prédécesseur, mafieux devant l’éternel aurait été consulté en son temps pour le poste. Mieux le jeune le ministre de la santé s’est affranchi de ce groupuscule qui en réalité gérait le ministère. Il venait alors de signer son arrêt de mort, car la qualité première de la mafia reste la solidarité légendaire qui uni les mafioso. C’est pourquoi la tête de Smaila est mise à prix et vous Mr Coulibaly de bonne ou de mauvaise foi contribuez à cela.
    Mr le ministre n’est pas tout à fait défendable sur certains points car son cabinet est toujours truffé de traitres comme bocar Kouyaté. Tout le problème de la CAMEG est né du fait que ce Mr, conseiller et PCA de la CAMEG donc au courant des ambitions du jeune pour la CAMEG s’est empressé de convoquer un conseil d’administration pour nommer Mr Kadeba Homme de main du clan mafieux. Pourtant, le ministre a gardé Djeneba Sanou membre du même clan comme conseiller et je suis que tout se qui se discute au cabinet est connu du clan. En outre Mr le ministre tarde à apporter le changement aux niveaux intermédiaire et périphérique.

    Répondre à ce message

  • Le 7 octobre 2016 à 09:38, par Changement En réponse à : Crise au ministère de la santé : Le Président du Faso devrait user de son pouvoir régalien pour préserver la santé des populations

    Depuis l’insurrection populaire ,la passion semble avoir totalement aveugler le raisonnement des burkinabé . Ainsi face à un dossier , la réflexion intellectuelle honnête et sincère ne sont plus de mise .Toutes les positions ,notamment dans les réseaux sociaux ,sont prises n’ont pas en fonction du droit, du bon sens ,de la logique , de la suggestion constructive, mais toujours par rapport à des personnes , des appartenances politiques ou régionalistes ,des calculs d’intérêts personnels et égoïstes ,sans aucun égard sur les conséquences potentielles immédiates ou lointaines des actes ou décisions de telle ou telle autorité . Ainsi ,dans ces divers dossiers du ministère de la santé évoqués par l’auteur de ce article ,si certains contempteurs du ministre de la santé en font peut être un peu trop ,il faut reconnaître également que les laudateurs du ministre de la santé ont malheureusement une conception trop simpliste de la notion de changement que la plupart ramène à " remplacer Pierre par Paul " et qu’ils invoquent comme argument pour soutenir les diverses décisions à polémique de leur mentor .En droit ,on dit que la forme peut entacher le fond et vous faire perdre un procès .En matière de changement la méthodologie employée peut vous conduire à un succès ou à un échec sans adhésion des agents de votre département à votre politique de changement .Dans la vie un décideur au delà des pouvoirs que lui procure un texte doit aussi être parfois guidé par le bon sens . En procédant de la manière dont le ministre procédé pour changer tous les DAF des Hôpitaux et autres structures de la santé ,sauf au CHR de KAYA pour des raisons connues de tous ,sans aucun égard pour les DG des dits hôpitaux et autres il est manifeste que l’intention du ministre à de créer des conflits au sein de ces structures donc des potentiels blocages de leur bon fonctionnement peu importe le coût humain et financier qui en découlera .Ah Machiavel est aussi BURKINA Faso . Mais .................boomerang

    Répondre à ce message

  • Le 7 octobre 2016 à 10:33, par Issa En réponse à : Crise au ministère de la santé : Le Président du Faso devrait user de son pouvoir régalien pour préserver la santé des populations

    Chers internautes au delà de tout parti pris, reconnaissons objectivement que ,l’affaire CAMEG ,le remplacement subi de tous les DAF des établissements de santé en même temps et à l’insu total des premiers responsables de ces établissements , la transformation du CHR de Ouahigouya en CHU , le non remplacement du seul DAF du CHR de KAYA dirigé par une ressortissante de Ouahigouya ,avouons chers internautes ,que toutes ces coïncidences jettent le discrédit et la suspicion sur les vraies intentions du ministre de la santé .Avait il vraiment besoin de créer encore un autre sujet à polémique, sans attendre le verdict final du dossier CAMEG et que la tempête engendrée par le dit dossier passa ?C’est simplement une question de bon sens . En plus des victimes ,que dire des martyrs anonymes du dossier CAMEG comme dirait Mr Sammne , veut il créer aussi créer les martyrs des hôpitaux, lorsqu’un hôpital sera pris dans un blocage total du fait de difficultés de collaboration entre un DG fort de son contrat qui le protège solidement des intentions du ministère et un DAF zélé comprenant très mal son rôle et ses pouvoirs , envoyé en mission de sabotage ? Au prix de combien de cadavres Mr Super Soum compte t’il finalement parvenir à ses fins diaboliquement sataniques .? Et croire certains internautes de service ne perçoivent pas tout cela c’est vraiment triste ,très triste .

    Répondre à ce message

  • Le 7 octobre 2016 à 11:50, par O Daouda En réponse à : Crise au ministère de la santé : Le Président du Faso devrait user de son pouvoir régalien pour préserver la santé des populations

    Le problème de la CAMEG n’est pas aussi simple que ca. mais a mon avis cela ne nécessite pas l’intervention du PF. C’est vrai que le jeune ministre de la santé est un peut fougueux. En agissant sans ménagement des anciens, il à prête très souvent le flanc aux "dinosaures" d’une autre époque. Cependant tous n’est pas mauvais dans ces actions. La CAMEG en situation de monopole, brassent beaucoup d’argent collectés surtout auprès des populations les plus démunies en les rendant service bien sûre(mise à disposition des médicaments génériques de qualité). Mais les bénéfice colossaux engrangé ne profite pas forcement à l’Etat ou aux populations. Pour une association à but non lucratif ca pose problème mais cela est du au fait que cette centrale est gérée par des texte flous comme un entreprise privée ni plus ni moins. Bref, l’ancienne équipe, que dis je, a donné suffisamment de raisons au ministre de douter de leur bonne fois à agir pour l’intérêt de la CAMEG. Cette équipe s’est donnée le luxe de vouloir renouveler le mandant du DG arrivé à terme lors d’un conseil d’administration dont l’ordre du jour ne comportait même pas ce point. Dans un Etat de droit c’est chose bizarre. Et tous les travailleurs veulent le maintient de ce DG ; Qu’a t’il fait pour eux ou pour la CAMEG ??? juste pour savoir et les remercier et féliciter au besoin ; Après on peu faire des tours de passe passes juridiques, de vice de procédure en vice de procédure mais cela ne changera pas l’état d’esprit dont cette équipe à témoignée en voulant régulariser la situation du DG en catimini. Soyons courageux pour opérer ou accepter le changement.

    Répondre à ce message

  • Le 7 octobre 2016 à 12:10, par Bob En réponse à : Crise au ministère de la santé : Le Président du Faso devrait user de son pouvoir régalien pour préserver la santé des populations

    Pourquoi il y aurait blocage ? S’il y a blocage ce serait parce qu’ un D.G souhaiterait utiliser les deniers publics comme il utilise son porte monnaie. Il y a de la mauvaise gestion de la part des hôpitaux, il y a des sommes allouées par les premiers responsables de ces structures à des domaines inutiles au lieu des dépenses à caractère sanitaire : missions, perdiems, séminaires etc... . alors que ses dépenses sont inutiles pour la.santé des malades. Avec de nouveàux DAF qui sont sincères dans leur démarche, on évitera la saignée financière des structures hospitalières et on oeuvrera réellement pour la santé de la population. C est ça qui est la vérité

    Répondre à ce message

  • Le 7 octobre 2016 à 12:27, par Sidpawalmde En réponse à : Crise au ministère de la santé : Le Président du Faso devrait user de son pouvoir régalien pour préserver la santé des populations

    Le ministre de la santé super Soum, conseiller idiotement par son Dircab zélé , regionaliste et parvenu vont conduire la santé du Burkina aux abîmes. Ceux là meme qui prone la bonne Gestion, se pavanne avec les voitures de service, alors qu’ils sont arrivés a pieds au ministere.
    Le ministre est un poste de management et non une entreprise a actionnaire unique que decide à tout va. Mr le president RMCK, Mr le premiers Ministre , prenez vos responsabilité. Car vous responsable et co responsable de ce qui pourrait advenir.

    Répondre à ce message

  • Le 7 octobre 2016 à 12:51, par Moise OUEDRAOGO En réponse à : Crise au ministère de la santé : Le Président du Faso devrait user de son pouvoir régalien pour préserver la santé des populations

    Vous savez les gars tout changement est douloureux. Laisser le Ministre mettre les gens avec lesquels il peut travailler. il a obligation de résultats. S’il devait tenir compte des DG et MCD qui ne travaillent pas bien qui détournent ou qui font du népotisme en recrutant leur parents et chassent les autres a la moindre erreur, actuellement tous les responsables allaient être des nouveaux. On connait des DG de CHU qui ont mis leurs parents en position d’attente et qui veut les embaucher avant leur départ de fin de mandat. Mais on attend de voir on les denoncera en temps oportun.

    Répondre à ce message

    • Le 7 octobre 2016 à 14:53, par Neekre En réponse à : Crise au ministère de la santé : Le Président du Faso devrait user de son pouvoir régalien pour préserver la santé des populations

      Oui pour des gens animés de bonnes intentions, il y’aurait pas de problèmes. mais le problème est que la CAMEG risque de devenir la vache à lait des partis politiques forts du moment. Et cela n’est n’est pas normale. Pourquoi des OSC et des PTF ont un œil sur la CAMEG ? C’est parce que beaucoup d’argent circule et ça ne peut pas être gerées comme certaines sociétés d’etat l’ont été.
      Smaila doit être super competent et intègre alors. Tellement competent que la justice, le personnel de la CAMEG, le syndicat des pharamciens, la puissante CGTB sont contre lui. Non, prenez nous un peu au sérieux. Il doit revoir sa copie. dans tous les cas, l’equipe de Ibriga est au trvail et on attend leurs conclusions sur la gestion de la CAMEG.

      Répondre à ce message

  • Le 7 octobre 2016 à 13:59, par JO En réponse à : Crise au ministère de la santé : Le Président du Faso devrait user de son pouvoir régalien pour préserver la santé des populations

    Bon courage au ministre de la santé ! La masse comprend rarement les grands hommes ! 10000% soutien au ministre de la santé ! VIVE les jeunes courageux, !!!! Après la CAMEG, passe au CNTS,

    Répondre à ce message

  • Le 7 octobre 2016 à 14:44, par O Daouda En réponse à : Crise au ministère de la santé : Le Président du Faso devrait user de son pouvoir régalien pour préserver la santé des populations

    Le problème de la CAMEG n’est pas aussi simple que ca. mais a mon avis cela ne nécessite pas l’intervention du PF. C’est vrai que le jeune ministre de la santé est un peut fougueux. En agissant sans ménagement des anciens, il à prête très souvent le flanc aux "dinosaures" d’une autre époque. Cependant tous n’est pas mauvais dans ces actions. La CAMEG en situation de monopole, brassent beaucoup d’argent collectés surtout auprès des populations les plus démunies en les rendant service bien sûre(mise à disposition des médicaments génériques de qualité). Mais les bénéfice colossaux engrangé ne profite pas forcement à l’Etat ou aux populations. Pour une association à but non lucratif ca pose problème mais cela est du au fait que cette centrale est gérée par des texte flous comme un entreprise privée ni plus ni moins. Bref, l’ancienne équipe, que dis je, a donné suffisamment de raisons au ministre de douter de leur bonne fois à agir pour l’intérêt de la CAMEG. Cette équipe s’est donnée le luxe de vouloir renouveler le mandant du DG arrivé à terme lors d’un conseil d’administration dont l’ordre du jour ne comportait même pas ce point. Dans un Etat de droit c’est chose bizarre. Et tous les travailleurs veulent le maintient de ce DG ; Qu’a t’il fait pour eux ou pour la CAMEG ??? juste pour savoir et les remercier et féliciter au besoin ; Après on peu faire des tours de passe passes juridiques, de vice de procédure en vice de procédure mais cela ne changera pas l’état d’esprit dont cette équipe à témoignée en voulant régulariser la situation du DG en catimini. Soyons courageux pour opérer ou accepter le changement.

    Répondre à ce message

  • Le 8 octobre 2016 à 09:17, par 10sur10 En réponse à : Crise au ministère de la santé : Le Président du Faso devrait user de son pouvoir régalien pour préserver la santé des populations

    Je persiste et je signe un système de santé à terre ne peut pas être redressé par les 15 mille milliards du PNDES ! Or par méconnaissance, par incompétence et par arrogance, le ministre de la santé et ses amis sont entrain de planifier la liquidation du système de santé au BF. Le système de santé est déjà malade mais la thérapeutique politicienne sera désastreuse ! Pour les partisans du ministre quand on veut un changement de qualité, pourquoi s’attaquer à ce qui marche (DGPML, CAMEG ) ? Alors que nos hôpitaux sont insalubres et manquent de tout : quand vous avez un cas compliqué, c’est la mort ou la ruine économique !

    Répondre à ce message

  • Le 8 octobre 2016 à 12:39, par yirba En réponse à : Crise au ministère de la santé : Le Président du Faso devrait user de son pouvoir régalien pour préserver la santé des populations

    Mr le Ministre courage. Il faut agir rapidement au niveau des Districts Sanitaires. Celui de Dano est pourri jusqu’à l’ os. Des MCD corrompus et manipulateurs avec la bénédiction du DR de la santé. Donc on attend impatiemment. venez nous sauver dans le sud ouest c’est très très urgent.

    Répondre à ce message

  • Le 8 octobre 2016 à 13:39, par honorable En réponse à : Crise au ministère de la santé : Le Président du Faso devrait user de son pouvoir régalien pour préserver la santé des populations

    Au fait je crois que il faut être visionnaire pour gouverner ! actuellement c’est l’elaboration du budget 2017 dans les structures donc on nomme des DAF en cette période ? Bon on me dira que l’administration est une continuité ! Mais c’est pas propice car cela provoquera un hiatus.

    Répondre à ce message

  • Le 8 octobre 2016 à 18:04, par Ouatt En réponse à : Crise au ministère de la santé : Le Président du Faso devrait user de son pouvoir régalien pour préserver la santé des populations

    Monsieur le ministre, nous te soutenons. Les gens veulent le changement mais ne veulent pas eux même changer. Courage à toi.

    Répondre à ce message

  • Le 8 octobre 2016 à 20:52, par Agents impôts En réponse à : Crise au ministère de la santé : Le Président du Faso devrait user de son pouvoir régalien pour préserver la santé des populations

    A l’allure où vont les choses par la caporalisation des activités du ministère de la santé par un ministre affairiste et son clan régionaliste, on tend vers une cascade de procès dans le département à l’instar de l’affaire CAMEG. La raison, la chasse aux sorcières que le ministre de la santé veut mener contre des DG des EPS et Hôpitaux qu’il considère comme n’étant pas ses DG, parce qu’il ne les a pas nommés, va entraîner à coups sûrs des procès pour ruptures abusives de contrats de DG choisis par appels à candidatures. En effet, en procédant à une nomination de masse de DAAF d’Etablissements Publics de Santé(EPS) lors du conseil des ministres du 5 Octobre 2016, le ministre vise à créer des conflits entre les DG et ses DAAF snipers qu’il va instrumentaliser. Comme le ministre agit par passion et zèle sans tenir compte des règles de droit, il oublie que ce sont les textes légaux des EPE et autres sociétés d’Etat qui accordent aux DG, des prérogatives d’ordonner les dépenses. Les DAAF ne sont pas habilités pour cela et ne sauraient imposer des dépenses futiles téléguidées par un ministre. Aux dernières AG des EPE et sociétés d’Etat en 2016, le Premier ministre Kaba a insisté pour que les DG de ces structures n’ordonnent sous la pression de quiconque, des dépenses qui sont contraires aux règles des dépenses publiques. Les alibis de fautes lourdes qu’il utilise maladroitement, vont juridiquement se retourner contre lui avec comme conséquences, des droits légaux et dédommagements à hauteur de millions, voire de milliards à payer à des DG abusivement sanctionnés. Nous agents des impôts dont nos revendications ne sont pas satisfaites pour nos droits légitimes de fonds communs, mettons d’ores et déjà en garde, la ministre des Finances si le gouvernement laisse opérer une saignée insensée sur les finances publiques pour des dédommagements judiciaires dûs à des querelles de personnes du ministère de la santé décrié .Il faut que le gouvernement soit conséquent avec lui-même en ne cautionnant pas des dérives administratives qui ponctionnent injustement le trésor public. Le ministre de la santé peut-il prétendre être le seul homme qui travaille mieux que tout le monde au ministère de la santé pour dicter sa loi par devers et contre tous !Quelle félonie et mégalomanie. Les intentions affairistes claniques du ministre sont démasquées publiquement.

    Répondre à ce message

  • Le 9 octobre 2016 à 11:56, par SID PAWALEMDE En réponse à : Crise au ministère de la santé : Le Président du Faso devrait user de son pouvoir régalien pour préserver la santé des populations

    A l’internaute 43
    Vous n’avez rien compris, c’est la compaorose que l’on veut éradiquer. Ce que vous oubliez, on a changé même les armoiries de la Haute Volta en Burkina Faso, balayer tout un gouvernement mais la terre n’a pas tremblée.

    Répondre à ce message

  • Le 9 octobre 2016 à 12:28, par SID PAWALEMDE En réponse à : Crise au ministère de la santé : Le Président du Faso devrait user de son pouvoir régalien pour préserver la santé des populations

    A l’attention de l’internaute 43

    Lisez cet écrit ci-dessous de Tiga lors du remplacement du DG de la CAMEG pendant la Transition en Décembre 2014. Et vous comprendrez avec moi qu’il y’a des agents qui sont en même temps fournisseurs de service à la CAMEG comme peut être vous même "AGENT DES IMPOTS" mais sous des prêtent-noms. C’est pourquoi il faut tout déboulonner.
    Pour cela j’invite l’équipe de Ibriga en travail actuellement à la CAMEG de chercher à savoir pourquoi les agents de de la CAMEG sont hostiles au changement.

    RAPPEL

    Des agents de la Centrale d’achats des médicaments essentiels génériques ne sont pas d’accord avec la nomination du nouveau directeur général. A travers un arrêt de travail, ils l’ont fait savoir dans la matinée du 12 décembre 2014.

    CAMEG : Des agents récusent la nomination de Mahamadou Compaoré
    La nomination de Mahamadou Compaoré au poste de directeur général de la CAMEG n’est pas du gout de certains employés. Dans la matinée du 12 décembre 2014 au siège de la centrale à la zone d’activités diverses(ZAD), les employés ont déserté les bureaux pour se retrouver en petits groupes dans la cour.

    Au dépôt qui se trouve à la Trypano, à un jet de pierre de l’hôpital Yalgado Ouédraogo, le service était au ralenti. Une cliente que nous avons croisée, venue acheter des produits est repartie bredouille. « Ils disent qu’ils sont en grève », nous a-t-elle déclaré.

    Selon une source proche de la CAMEG, les autorités ont dépêché le secrétaire général du Ministère de la santé pour rencontrer les frondeurs à la ZAD.
    Jusqu’à 12h, les différentes parties étaient toujours en pourparlers quand nous quittions les lieux.

    Les délégués du personnel se seraient ensuite rendus au ministère de la santé pour rencontrer le président du conseil d’administration pour continuer les échanges.
    En rappel, Mahamadou Compaoré, Docteur en pharmacie, a été nommé directeur général lors du dernier conseil des ministres décentralisé à Dédougou en remplacement de Moussa Sanfo.

    C’est la énième nomination contestée ces derniers temps ................... Wait and see !

    Tiga Cheick Sawadogo
    Lefaso.net

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Santé : La CAMEG et les formations hospitalières en quête de thérapie
CAMEG : « Si je ne me sentais pas capable, je ne serais pas venue », Dr Anne Maryse Khaboré, nouvelle directrice générale
Vente de médicaments de la CAMEG à des terroristes : Il n’en est rien, selon l’association
25e anniversaire de la CAMEG : Un cross pour communier avec la clientèle de Fada
25 ans de la CAMEG : L’équipe de Tingandogo remporte la coupe du directeur général
Vingt-cinq ans d’existence : La CAMEG à la rescousse des forces de défense et de sécurité
25e anniversaire de la CAMEG : Des journées portes ouvertes pour mieux faire connaitre l’institution
25 ans de la CAMEG : Les agents donnent leur sang pour sauver des vies
Sortie de crise à la CAMEG : Bilan satisfaisant six mois après
Sortie de crise à la CAMEG : Le nouveau capitaine au gouvernail
Crise à la CAMEG : La fin d’une douloureuse série de onze mois
Crise à la CAMEG : Bientôt la fin ?
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés