Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Qui ne peut supporter ou n’a pas réponse à la critique n’a pas la maîtrise de son pouvoir» Pierre Boisjoli

Enjeux et technique de communication : Le NDI renforce les connaissances de 14 femmes parlementaires burkinabè

Accueil > Actualités > Société • • lundi 26 septembre 2016 à 23h25min
Enjeux et technique de communication : Le NDI renforce les connaissances de 14 femmes parlementaires burkinabè

Le National democratic institute (NDI) organise, du 26 au 27 septembre 2016, un atelier de formation au profit des femmes députées sur la communication parlementaire et le plaidoyer. Cette activité bénéficie de l’appui financier de l’Agence suédoise pour le développement international. La cérémonie d’ouverture a été présidée par la directrice résidente du NDI, Aminata Faye Kassé.

« Nous avons un programme de soutien à la promotion des processus démocratiques plus inclusifs et réactifs au Burkina Faso depuis 2014 qui avait pour objectif de travailler à la prise en compte du genre, des personnes vulnérables au niveau d’un certain nombre d’acteurs dont l’assemblée nationale. Nous sommes pratiquement au terme de ce programme (…). Et un des appuis auxquels nous allons procéder, c’est cibler plus particulièrement les femmes parlementaires car elles sont en nombre réduit à l’Assemblée nationale (Ndr 14/127) », a d’emblée expliqué Aminata Faye Kassé, directrice résidente du NDI-Burkina. A l’en croire, ces femmes députées ont des ambitions en termes de suivi de l’action gouvernementale et de prise en compte du genre.

Pour ce faire, elles ont identifié un certain nombre de besoins dont celui lié à la communication et au plaidoyer. De ce fait, Mme Kassé a indiqué que le NDI a jugé utile de mettre l’accent sur la maîtrise des enjeux et des techniques de communication afin qu’elles puissent exercer efficacement leur mandat. « L’enjeu est important, car vous devez exercer dans un environnement de plus en plus exigeant, où vos moindres gestes et paroles sont examinés à la loupe, tout en gardant en ligne de mire les changements positifs que vous souhaitez induire, pour un développement harmonieux, durable et équitable », confie-t-elle.

Par ailleurs, une autre explication justifie la tenue de cette formation de renforcement de compétence des femmes parlementaires. « A l’issue des élections législatives de novembre 2015, vous êtes 14 à avoir franchi les portes de l’Assemblée nationale et beaucoup d’entre vous en sont à leur première expérience du travail parlementaire », a relevé Mme Kassé. Conscient des défis énormes qu’elles auront à relever, elle a alors formulé le souhait que cette session puisse leur permettre de se doter de connaissances, notamment sur les techniques de présentation, et de défense d’idée en milieu parlementaire ; de compétences pour conduire les actions de plaidoyer.
« Et surtout de vous rendre aptes à mieux communiquer pour vaincre vos différents partenaires », ajoute-t-elle. Par la suite, elle a réaffirmé l’engagement du NDI à poursuivre le partenariat avec les femmes parlementaires et surtout à les accompagner dans toutes leurs initiatives, de sorte à valoriser leur présence à l’hémicycle. Avant de rappeler que les objectifs assignés à cet atelier sont nobles et demandent leur engagement à participer sans réserves et à bien profiter de l’expertise du formateur, Jacques Terrah.

Pour la coordinatrice du réseau caucus genre, Rockia Rouamba, cette formation vient à point nommé. « Nous l’avons souhaité et c’est une grâce que ce matin nous soyons là pour bénéficier des connaissances que le NDI à travers le formateur voudrais mettre à notre disposition », se réjouit Mme Rouamba. Aussi, elle ne doute point qu’au sortir de cet atelier, elles bénéficieront des compétences nécessaires pour une communication efficace lors des plénières et avec les partenaires. « En tant que femme, les hommes ne nous laissent pas suffisamment de place. Comment faire pour les convaincre afin que nous puissions aussi obtenir une petite place au sein de ce groupe ? C’est pouvoir communiquer et communiquer efficacement, communiquer pour convaincre et se faire comprendre », a-t-elle lancé.

Aïssata Laure G. Sidibé
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Eglise catholique : Les fidèles s’informent sur la divine Miséricorde
La Poste Burkina Faso : Une croissance générale de 4% enregistrée ces cinq dernières années
Projet VIH et handicap au Burkina : Plateforme national VIH et Handicap dressent le bilan
Burkina : L’Agence de l’eau du Nakanbé en conclave avec ses comités locaux de l’eau
6e session du Conseil national pour l’enfance : Pour un renforcement du système de protection des droits de l’enfant
Education dans le G5 Sahel : Des réflexions pour un retour des enfants dans les salles de classe
Région du Sud-Ouest : L’ANEEMAS sensibilise aux bonnes pratiques d’exploitation des sites aurifères
Ministère de la santé : Quatre syndicats annoncent une grève du 20 au 30 novembre 2019
Exploitation artisanale de l’or : Une source de financement des groupes terroristes
Insécurité : « C’est ensemble que nous pouvons ramener la paix dans notre pays » , Mgr Pierre Claver Malgo, évêque de Fada N’Gourma
Assassinat du trader René Nikiema : Le suspect est un gendarme de profession (Procureur du Faso)
Société minière Houndé Gold Operation : Le salaire du personnel baissé de 47%, des heures supplémentaires impayées
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés