Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Qui ne peut supporter ou n’a pas réponse à la critique n’a pas la maîtrise de son pouvoir» Pierre Boisjoli

Crise à la CAMEG : Le juge des référés ordonne à la ‘’nouvelle’’ équipe la cessation des troubles

Accueil > Actualités > DOSSIERS > CAMEG • • mercredi 14 septembre 2016 à 06h26min
Crise à la CAMEG : Le juge des référés ordonne à la ‘’nouvelle’’ équipe la cessation des troubles

Les protagonistes de la crise à la CAMEG (Centrale d’achat des médicaments essentiels génériques et des consommables médicaux) étaient devant le juge des référés ce mardi 13 septembre 2016. Pour cet épisode de ce long feuilleton, la décision rendue par le Tribunal de grande instance (TGI), est en faveur de Me jean-Charles Tougma et de ses clients et est sans équivoque : Salifou Konfé et Damien Koussoubé doivent cesser d’entraver le fonctionnement de la centrale.

Le juge des référés, Karim Oubda a ordonné à Salifou Konfé et Damien Koussoubé (respectivement ‘’nouveau’’ PCA et ‘’nouveau’’ DG contestés) la cessation des troubles manifestement illicites à l’encontre de la CAMEG. Par ailleurs, il a décidé que l’ordonnance est exécutoire à la minute et avant enregistrement. Et condamne les deux suscités aux dépens.

C’est en substance la décision rendue par le tribunal suite au recours de Me Tougma devant le juge des référés le 9 septembre dernier contre Salifou Konfé et le Ministre de la santé, Smaila Ouedraogo. Pour ce dernier, le juge a estimé qu’il y a une cause de nullité en rapport au recours introduit par Me Tougma. L’avocat-conseil du Directeur général Kadéba, affirme que si besoin est, le recours sera réintroduit, « cela dépendra de l’attitude du ministre ».

Dr Kadéba, DG de la CAMEG jusqu’à décision contraire

Pour Me Tougma, la décision du juge ordonnant la cessation des troubles est la bienvenue car « exécutoire nonobstant les voies de recours et ils ne pourront plus dire qu’ils ont fait appel donc c’est suspensif ». « Le juge de l’urgence a constaté qu’il y a des troubles manifestement illicites orchestrés par le sieur Konfé et le sieur Koussoubé », laisse-t-il entendre. Pour lui, les condamnés ne doivent plus poser d’autres actes sous peine d’être poursuivis pour inexécution de décision de justice.
« La CAMEG pourra vaquer à ses occupations en attendant que le fond nous départage », assure-t-il. L’avocat s’étonne de voir des actes posés par « des prétendus dirigeants futurs » qui disent poursuivre les intérêts de la CAMEG, « de s’adonner à ces tapages, à ces actes incroyables qui visent plus à tenir et à liquider l’association que plutôt l’arranger ». Il termine en disant que « c’est naturellement Jean Chrysostôme Kadéba qui est à la commande de la CAMEG ».

Depuis le début de cette crise, Gilbert Hien Somda, président de la Ligue des consommateurs du Burkina (LCB), est toujours présent aux côtés de Me Tougma et Dr Kadéba. Il dit être heureux de la décision du juge des référés. Pour lui, « cela permettra aux travailleurs de la CAMEG de reprendre le travail pour rendre disponibles les médicaments dans les centres sanitaires ». « Depuis le début de cette crise, nous avons constaté que les médicaments commencent à manquer dans les formations sanitaires et c’est le consommateur qui paie le prix fort », confie-t-il

Présent seul en cette matinée pour le délibéré, Me Alexandre Sandwidi, défense du Dr Konfé, dit n’avoir pas pu consulter le plumitif parce que la lecture de la décision était rapide. Mais ce qu’il retient de la décision est que le juge déclare l’action initiée par Me Tougma irrecevable en ce qu’elle est dirigée contre le ministre de la santé. Il ajoute que dans la procédure, « nous avons fait intervenir la CAMEG représentée par Dr Koussoubé pour faire savoir que Dr Kadéba n’est plus directeur de la CAMEG donc ne peut pas agir en son nom ». A ce niveau, le juge a déclaré « notre intervention volontaire recevable mais mal fondée au fond ».

Me Sandwidi dit ne pas comprendre pourquoi le nom du Dr Koussoubé ressort dans la décision du juge en ce qui concerne la cessation des troubles puisque l’acte de Me Tougma n’est dirigé que contre le ministre de la santé et Dr Salifou Konfé. Ses clients et lui feront-ils appel de cette décision ? L’avocat rétorque que « Ce n’est pas le fond qui a été tranché, ce sont de décisions provisoires. Nous aviserons s’il faut faire appel ou pas ».

Marcus Kouaman
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 14 septembre 2016 à 06:23 En réponse à : Crise à la CAMEG : Le juge des référés ordonne à la ‘’nouvelle’’ équipe la cessation des troubles

    la honte !!!! la honte et rien que la honte !
    mais ils n’ont pas de dignité sinon tu ne peux pas perdre et persister !!!

    Répondre à ce message

  • Le 14 septembre 2016 à 06:28, par TOKORA En réponse à : Crise à la CAMEG : Le juge des référés ordonne à la ‘’nouvelle’’ équipe la cessation des troubles

    Bande de voyous, quand on s’entête parce qu’on a les yeux plus gros que le ventre, c’est ce qui arrive toujours. Quand on voit le gêne manifeste de cet avocat de diable et des causes perdues qu’est Maitre Sandwidi, on sent vraiment que la mess est dite dans cette affaire.
    Enfin notre justice se réveille, elle éternue. Finie l’ère des juges acquis de l’honorable Boureima Badini ! Voilà tout ce qu’on demande à la justice de faire : dire le droit, rien que le droit et tout le droit !!! C’est la meilleure manière de rendre notre pays gouvernable. Courage au PCA et DG légaux et légitimes. Il faut vous remettre au travail et vite vite pour préserver les pauvres populations de toute rupture en médicaments.

    Répondre à ce message

  • Le 14 septembre 2016 à 06:44, par Conséquence En réponse à : Crise à la CAMEG : Le juge des référés ordonne à la ‘’nouvelle’’ équipe la cessation des troubles

    Se tromper dit-on est humain, mais c’est persévérer dans l’erreur qui est diabolique. Le feuilleton judiciaire qui oppose le ministre de la santé Smaila Ouédraogo et le directeur général de la CAMEG,Dr Kadéba a marqué encore ce lundi 13 septembre 2016,une 3è cinglante défaite pour le ministre et ses avocats du diable. En effet, dans un premier temps, le ministre a été sommé par la justice de surseoir au chamboulement textuel de la CAMEG qui licenciait le DG et le président du Conseil d’administration. Il a refusé d’obtempérer. Ensuite, Il passe par des manœuvres incongrues pour obtenir un récépissé supposé lui permettre de créer une autre CAMEG sous forme d’association et d’y installer ses hommes de main pour accaparer les gros circuits financiers de la CAMEG. Le tribunal pour une seconde fois lui a notifié la nullité de ces actes. Le ministre et ses avocats persistent et font appel. Pour la troisième fois, la justice a rejeté cet appel. Trop c’est trop. Ce seul ministre ne peut pas continuer à se comporter comme un hors la loi et jeter ainsi le discrédit sur le gouvernement, la CAMEG, le ministère de la santé et même avec un effet induit sur le peuple burkinabè par son affairisme à outrance. Si jusque là le Premier ministre et le Président du Faso ont observé un silence sur cette affaire, en raison de l’indépendance de la justice, cette bataille judiciaire qui donne tort à tous les niveaux au ministre de la santé mérite qu’on tire à présent les conséquences qui s’imposent. Ce monsieur ne peut plus diriger le ministère de la santé et n’est plus crédible pour les bailleurs de fonds de la CAMEG et de la santé.

    Répondre à ce message

  • Le 14 septembre 2016 à 07:09, par Ghost En réponse à : Crise à la CAMEG : Le juge des référés ordonne à la ‘’nouvelle’’ équipe la cessation des troubles

    C’est quoi le deal qu’il y a là bas même ?

    Répondre à ce message

  • Le 14 septembre 2016 à 07:56, par Tagrou En réponse à : Crise à la CAMEG : Le juge des référés ordonne à la ‘’nouvelle’’ équipe la cessation des troubles

    Malsaine et nauséabonde guerre d’intérêts égoïstes.
    Mais que dit le Premier Ministre dans tout ça ?
    Il y a vraiment un problème de communication. Et c’est dommage.

    Répondre à ce message

  • Le 14 septembre 2016 à 08:30, par Dedegueba SANON En réponse à : Crise à la CAMEG : Le juge des référés ordonne à la ‘’nouvelle’’ équipe la cessation des troubles

    Situation toujours sous contrôle. Reste à savoir que va décider l’exécutif qui semble être de mèche avec notre " Super Soum".

    Répondre à ce message

  • Le 14 septembre 2016 à 09:16, par bwaza En réponse à : Crise à la CAMEG : Le juge des référés ordonne à la ‘’nouvelle’’ équipe la cessation des troubles

    Que c’est honteux pour notre pays avec ces ministres qui n’ont pas honte et qui se foutent du peuple !

    Répondre à ce message

  • Le 14 septembre 2016 à 09:24 En réponse à : Crise à la CAMEG : Le juge des référés ordonne à la ‘’nouvelle’’ équipe la cessation des troubles

    Le Ministre de la santé a induit en erreur tout le gouvernement. En donnant surement des fausses informations, une décision du Conseil des ministre est en conflit avec la loi.
    Monsieur le Ministre vous devez prendre la décision qui s’impose. Présentement la politique du Président pour la gratuité des soins prend un coup.
    A vous mes concitoyens, nous devons prendre notre courage à deux mains pour affronter l’oligarchie qui nous dirige et casser les chaînes de l’asservissement.
    Soutenons les agents de la CAMEG et leurs dirigeants pas pour qu’ils fassent n’importe quoi, mais pour que le droit soit respecté.

    Répondre à ce message

  • Le 14 septembre 2016 à 09:26 En réponse à : Crise à la CAMEG : Le juge des référés ordonne à la ‘’nouvelle’’ équipe la cessation des troubles

    BRAVO AU JUGE, C’EST LE COURAGE QUI DONNE L’INDÉPENDANCE ET NON LE PLEURNICHEMENT !!!

    Répondre à ce message

  • Le 14 septembre 2016 à 09:27, par Insurgé cocu En réponse à : Crise à la CAMEG : Le juge des référés ordonne à la ‘’nouvelle’’ équipe la cessation des troubles

    Cette Cameg montre le visage hideux caché de ceux qui pretendent nous apporter le bonheur. Voila un ministre impreparé qui arrive et tout ce qui est dans sa tête, cest comment placer mes amis et camarades politiques. Il a rapidement placé ses amis aux poste de directeurs a la DGS, ensuite il a pris Konfé pour complement d’effectif. Il a enlevé le Coordo PADS (très apprecié des partenaires) puis le cas Cameg où le CA sentant la manoeuvre a pris ses responsabilités en prolongeant le mandat du DG. S’en est suivi tout le forcing que l’on connait au mépris des décisions judiciaires.
    Ce qui se passe au MS est inacceptable sur le plan ethique et moral. Si on veut esperer sauver le quinquennat de Rock a la santé, un limosage rapide du ministre doit etre envisager pour sauver le secteur.

    Répondre à ce message

  • Le 14 septembre 2016 à 09:34, par Dedegueba SANON En réponse à : Crise à la CAMEG : Le juge des référés ordonne à la ‘’nouvelle’’ équipe la cessation des troubles

    Bravo en tout cas aux juges qui ont jugé cette affaire jusque là. Pourvu que l’exécutif qui s’est bien fourvoyé avec un recipicé scélérat accordé à "Super Soum", ne tordre pas le cou à ce procès.
    Bien fait pour cette administration "approximative" qui donne des précipices de complaisance ou de "copinage"

    Répondre à ce message

  • Le 14 septembre 2016 à 09:38, par strategie et non la force En réponse à : Crise à la CAMEG : Le juge des référés ordonne à la ‘’nouvelle’’ équipe la cessation des troubles

    Je pense que le manque de stratégie perdra Me Sawidi, il ne faut pas partir du faite que le Koussoube et Konfe soient respectivement DG et P.CA de la CAMEG.Il faudrait plutôt introduire en justice les éléments qui soutiennent leur légitimité, et vous pourriez ainsi recevoir l’aval de la justice. Autrement, vous réagissez à des actes que l’autre camp pour l’instant légitime pose, ce qui vous met toujours en porte à faux à yeux de la justice.

    Répondre à ce message

  • Le 14 septembre 2016 à 09:38, par le moderé En réponse à : Crise à la CAMEG : Le juge des référés ordonne à la ‘’nouvelle’’ équipe la cessation des troubles

    Prenons acte et occupons nous des preoccupations réelles des populations en matière de santé

    Répondre à ce message

  • Le 14 septembre 2016 à 09:40, par Dedegueba SANON En réponse à : Crise à la CAMEG : Le juge des référés ordonne à la ‘’nouvelle’’ équipe la cessation des troubles

    Bravo en tout cas aux juges qui ont jugé cette affaire jusque là. Pourvu que l’exécutif qui s’est bien fourvoyé avec un recipicé scélérat accordé à "Super Soum", ne tordre pas le cou à ce procès.
    Bien fait pour cette administration "approximative" qui donne des récipicés de complaisance ou de "copinage"

    Répondre à ce message

  • Le 14 septembre 2016 à 09:40, par Barka En réponse à : Crise à la CAMEG : Le juge des référés ordonne à la ‘’nouvelle’’ équipe la cessation des troubles

    Le minsitre et son cabinet incompetent doivent demissioné.
    Il semble que c’est son dircab qui persite dans le mauvais conseil.
    A Reo ici, les CSPS sont vides, pas de materiel , a cause de leur incompetence ( 2 fois comdamné).

    Répondre à ce message

  • Le 14 septembre 2016 à 09:45, par strategie et non la force En réponse à : Crise à la CAMEG : Le juge des référés ordonne à la ‘’nouvelle’’ équipe la cessation des troubles

    Comment faire, il faut avoir les articles de la CAMEG dont celui qui été modifié dont la parution n’a pas été faite au journal officiel, le texte du MATDS qui reconnait que le CA de la CAMEG est valable pour 2 ans. C’est déjà suffisant d’introduire le dossier sur la base du texte du MATDS

    Répondre à ce message

  • Le 14 septembre 2016 à 09:49, par DIEU SAUVE NOUS En réponse à : Crise à la CAMEG : Le juge des référés ordonne à la ‘’nouvelle’’ équipe la cessation des troubles

    Félicitations à la Justice de mon pays qui est le Burkina Faso ! Pour une des rares fois, elle dit le droit malgré des pressions probables ! Pourvu que cette démarche soit le premier pas vers une renaissance de l’institution ! Un exemple à suivre.

    Répondre à ce message

  • Le 14 septembre 2016 à 10:39, par Bouba En réponse à : Crise à la CAMEG : Le juge des référés ordonne à la ‘’nouvelle’’ équipe la cessation des troubles

    Ce ministre devrait faire sien l’adage qui dit que "quand on t’envoie, il faut savoir t’envoyer". Ton mentor ne connait rien en droit ou bien il s’en fout du droit même s’il a pu s’acheter un doctorat en droit. Tu persistes à vouloir exécuter les ordres occultes de ton mentor et voilà que tu vas d’échecs en échecs et tu continues de verser la face de ce gouvernement par terre. Tu verses la figure du PM et du président Rock par terre car tout le monde sait désormais que ce ne sont pas eux qui gouvernent ce pays, puisqu’ils n’ont pas osé sifflé la fin de la récréation.

    Répondre à ce message

  • Le 14 septembre 2016 à 10:49, par Bouba En réponse à : Crise à la CAMEG : Le juge des référés ordonne à la ‘’nouvelle’’ équipe la cessation des troubles

    Je comprends pourquoi Me Sandwouidi était seul à cette audience. Les troubleurs à l’ordre public ont dû être avertis qu’ils pouvaient être déférés à la MACO séance tenante pour troubles à l’ordre public.

    Répondre à ce message

  • Le 14 septembre 2016 à 11:07, par citoyen lambda En réponse à : Crise à la CAMEG : Le juge des référés ordonne à la ‘’nouvelle’’ équipe la cessation des troubles

    Voila ça, citoyen lambda vous avais prévenu, une oreille dure = honte. On attend maintenant la sanction du gouvernement sur le ministre lui même : limogeage direct.

    Bravo au juge et que la leçon soit tirée par tous !!!!

    Répondre à ce message

  • Le 14 septembre 2016 à 11:20, par YAS En réponse à : Crise à la CAMEG : Le juge des référés ordonne à la ‘’nouvelle’’ équipe la cessation des troubles

    le ministre doit quitter le navire Tieba. honte a lui on dirait même pas un burkinabè Jai honte de mes dirigeants

    Répondre à ce message

  • Le 14 septembre 2016 à 11:25, par moi meme En réponse à : Crise à la CAMEG : Le juge des référés ordonne à la ‘’nouvelle’’ équipe la cessation des troubles

    Ce qu’il faut retenir dans cette affaire, est que nous avons tous là l’occasion de faire respecter notre institution judiciaire. Si Roch tient bon dans cette affaire et ne donne pas de caution à ces actes gansteristes, tous les gourous vont respecter le droit dans ce pays. En effet, le civisme commence par là, chacun retiendra que même un ministre dans ce pays peut perdre un procès. En ce moment les petits gars ne seront plus tentés d’aller corrompre un juge et u policier ou autre. Le comportement de certains gens du pouvoir est étonnant : comment les gens qui profité de l’insurrection ( car le peuple a mûri) pour prendre le pouvoir, peuvent répéter les mêmes erreurs du régime Compaoré ? C’est à croire qu’on veut tt simplement se servir de l’insurrection.

    Répondre à ce message

  • Le 14 septembre 2016 à 11:28, par hi hi En réponse à : Crise à la CAMEG : Le juge des référés ordonne à la ‘’nouvelle’’ équipe la cessation des troubles

    Il n’est pas exclu qu’il y ait des remous sociaux, si la décision de justice n’est pas respectée. CGTB et autres défenseurs des patients vont rentrer dans la danse. surement même.

    Répondre à ce message

  • Le 14 septembre 2016 à 11:28, par ELKABOR En réponse à : Crise à la CAMEG : Le juge des référés ordonne à la ‘’nouvelle’’ équipe la cessation des troubles

    Karissa !! Ailleurs on tirerait toutes les conséquences de cette déculottée. Mais ici que nenni !! Lorsqu’on a un strapontin de ministre on se croit tout permis, parce qu’en face les gens se laissaient faire : " Plus rien ne sera comme avant !". Tu chasses le gars comme conseiller technique : d’accord. Tu veux le pouchasser pour aller le détruire à la CAMEG au mépris de toutes les règles : quand même !! Des gens qui sont nés avant la honte et qui croient que leur tour de manger est arrivé et que personne ne doit les empecher de manger. Le Faso est pour tout le monde. Les ministres viennent et repartent d’où ils sont venus. Rekarissa !!!!

    Répondre à ce message

  • Le 14 septembre 2016 à 11:31, par Daody En réponse à : Crise à la CAMEG : Le juge des référés ordonne à la ‘’nouvelle’’ équipe la cessation des troubles

    Démissionner Mr LE MINISTRE ! pour votre honneur.

    Répondre à ce message

  • Le 14 septembre 2016 à 11:41, par sid En réponse à : Crise à la CAMEG : Le juge des référés ordonne à la ‘’nouvelle’’ équipe la cessation des troubles

    ceux qui savaient lire entre les lignes s’attendaient à cette décision. C’était déjà perceptible mais est-là la vérité ?

    Répondre à ce message

  • Le 14 septembre 2016 à 12:01, par Sidpayétka En réponse à : Crise à la CAMEG : Le juge des référés ordonne à la ‘’nouvelle’’ équipe la cessation des troubles

    BONJOUR A TOUS !
    Carton rouge au Premier Ministre PKT.Double carton rouge au Ministre de la santé. Même si on veut le bonheur médical de la population c’est indécent de se comporter ainsi. On ne rase jamais la tête de quelqu’un a son absence et si tant est vrai que ce dicton est indiscutable alors la récréation est terminée. Famille Ohhhhhhhhhhhhhhhh ! Famille Ohhhhhhhhhhhhhhh, voila tu t’es saignée pour éduquer tes enfants que tu as vu naitre qui en retour et en guise de récompense, t’empoisonnent pas avec des produits médicamenteux parfois périmés ou autres, mais par leur incivisme et leur incompétence notoire qui frise une course poursuite a l’enrichissement coute que coute vaille que vaille. C’est fou çà tout le monde la et puis çà suffit maintenant.

    Répondre à ce message

  • Le 14 septembre 2016 à 12:37, par Le Sage En réponse à : Crise à la CAMEG : Le juge des référés ordonne à la ‘’nouvelle’’ équipe la cessation des troubles

    Me SANWIDI ; Dr KONFE ; M. KOUSSOUBE, je vous dis : ARRÊTEZ !!! c’est un conseil. car voyez-vous le peuple burkinabé vs tiendra responsable pour tous les dommages que vous aurez engendrer à cause de votre orgueil et de votre entêtement.

    L’humilité précède la gloire. Soyez franc envers vous même et regarder ce que vs causer comme dégât. Quel exemple donnez vs à vos enfants ? A votre famille ?

    Sachez raison garder. L’homme patient fini par avoir ce qu’il veut ou cherche, mais l’homme pressé fini par tout perdre.

    Répondre à ce message

  • Le 14 septembre 2016 à 13:36 En réponse à : Crise à la CAMEG : Le juge des référés ordonne à la ‘’nouvelle’’ équipe la cessation des troubles

    Je ne maîtrise pas ce qui se passe à la CAMEG. Mais quand on dit que le Ministre veut placer ses gens pour se servir, cela inquiète. Est-ce une façon de dire que les autres aussi se servaient et doivent continuer à se servir ?
    Donc il n’ y a plus personne pour travailler pour ce pays ?
    Et c’est partout le même son de cloche.
    Nous avons du chemin !

    Répondre à ce message

  • Le 14 septembre 2016 à 14:27, par lagitateur En réponse à : Crise à la CAMEG : Le juge des référés ordonne à la ‘’nouvelle’’ équipe la cessation des troubles

    Maître Sandwidi, vous n’êtes pas le seul à comprendre la langue française. Nous avons tous compris que vous avez perdu le procès. Du reste, c’est ce que toutes les personnes de bonne foi vous disaient depuis le début de cette affaire. Vous et vos clients : Ministre, nouveau PCA et nouveau DG, le droit a été dit. Lassez la CAMEG travailler tranquillement pour le bien-être du Peuple du Burkina Faso. Au moins, maintenant un juge peut dire le contraire de ce que veulent les tenants du pouvoir. Les choses commencent à changer.

    Répondre à ce message

  • Le 14 septembre 2016 à 14:36, par TED En réponse à : Crise à la CAMEG : Le juge des référés ordonne à la ‘’nouvelle’’ équipe la cessation des troubles

    Cet arriviste de ministre ne peux plus diriger le ministère de la santé après cet ènième forfait depuis son arrivée à la tête du département. Maintenant, ce que je ne comprends pas, c’est le silence coupable du chef du gouvernement qui laisse entrevoir que le l’exécutif veut saisir cette affaire nauséabonde pour engager un bras de fer avec le judiciaire. Sinon comment comprendre que d’échecs en échecs ces voyous sans vergogne qui se disent responsables de hautes institutions persistent à vouloir ne pas exécuter des décisions de justice. Que celui qui est le protecteur de ce ministre né après la honte, lui dise de laisser tomber cette affaire qui pue la cupidité et le désir de voler les ressource de notre CAMEG si chère aux populations. Sinon vous trouverez un matin les population encore dans la rue.
    Bande de voleurs, libérez le plancher. TED

    Répondre à ce message

  • Le 14 septembre 2016 à 15:49, par kuiliga zoanga En réponse à : Crise à la CAMEG : Le juge des référés ordonne à la ‘’nouvelle’’ équipe la cessation des troubles

    Il est difficile d travailler dans c pays avc des incompétents aussi avérés et qui s’acharnent à vouloir tt détruire du système de santé. L zeuzeuman doit revoir sa copie. Le Gouvernement doit tirer les leçons pour mettre les choses sur les rails. La fougue n sert absolument à rien. L protectionnisme des médiocres doit cesser. La culture du clanisme pr mettre l’Etat en coupe réglée et pr uniquement se servir doit impérativement être bannie. L’arrogance, l mensonge et l tricherie engrdrent tjrs.......! À bn entendeur. Dieu ns sauve.

    Répondre à ce message

  • Le 14 septembre 2016 à 16:00, par HUM En réponse à : Crise à la CAMEG : Le juge des référés ordonne à la ‘’nouvelle’’ équipe la cessation des troubles

    Dans la ville de Ouagadougou,c’est l’affaire de la CAMEG qui anime les débats avec un sentiment général d’indignation. Beaucoup de citoyens mettent en garde le gouvernement contre une éventuelle rupture de médicaments à cause de cette guéguerre nauséabonde entretenue par un ministre que d’aucuns qualifient déjà du plus mauvais ministre de la santé du Burkina qui en moins d’un an, a semé la zizanie au ministère pour ses intérêts claniques et régionalistes du MPP Yatenga. Les gens se disent convaincus qui si le ministre persiste dans cette lutte honteuse d’accaparement des postes juteux du ministère, c’est qu’il le ferait avec l’aval de son mentor parlementaire qui veut avoir le contrôle de toutes les institutions du Burkina pour lui et ses partisans. Nombreux sont ceux qui pensent que le mentor devrait avoir la sagesse de se séparer de ce ministre maladroit, au regard du scandale public né de l’affaire CAMEG. Dommage que ce ministre ait contribué à ternir davantage l’image de son mentor au su de tous. Son nom est sur toutes les lèvres à Ouagadougou.

    Répondre à ce message

  • Le 14 septembre 2016 à 16:08, par Serval En réponse à : Crise à la CAMEG : Le juge des référés ordonne à la ‘’nouvelle’’ équipe la cessation des troubles

    26. Crise à la CAMEG : Le juge des référés ordonne à la ‘’nouvelle’’ équipe la cessation des troubles , 14 septembre, 11:41, par sid
    ceux qui savaient lire entre les lignes s’attendaient à cette décision. C’était déjà perceptible mais est-là la vérité ?
    ==============================================
    Toi qui sait lire entre les lignes, nous ne sommes pas des géomanciens !! La justice non plus. Dans tous les cas, qui connait la vérité ? On doit au moins savoir où se trouve le droit.

    Répondre à ce message

  • Le 14 septembre 2016 à 16:25, par hi hi En réponse à : Crise à la CAMEG : Le juge des référés ordonne à la ‘’nouvelle’’ équipe la cessation des troubles

    Roch Ohhh, Thieba Paul ohhhh, personne ne veut se salir avec cette crise à la Cameg. Lire ce que Conseil des ministres du 14 septembre dit " Concernant la crise a la CAMEG, le porte-parole du gouvernement a indiqué qu’il s’agit d’une crise judiciaire. Pour lui, le principe de séparation de pouvoirs n’autorise pas le Conseil à traiter du sujet. "

    Répondre à ce message

  • Le 14 septembre 2016 à 17:01, par GUETHBA En réponse à : Crise à la CAMEG : Le juge des référés ordonne à la ‘’nouvelle’’ équipe la cessation des troubles

    Qui sont les membres de la CAMEG ? si elle est une association , elle doit convoquer une AG extraordinaire pour trancher sur cette affaire qui fait couler beaucoup d’encre et de salive ! en dehors du CA ;est ce qu’il y a d’autres membres physiques et des personnes morales pour statuer sur ce problème ?
    Pourquoi ici au Burkina on ne peut faire une analyse sans connotation politique ,moindre chose un tel qui est derrière , ou c’est pour le compte d’un clan , d’une région etc...arrêtons l’affabulation et travaillons seulement pour nous développer .

    Répondre à ce message

  • Le 14 septembre 2016 à 17:36, par transparence En réponse à : Crise à la CAMEG : Le juge des référés ordonne à la ‘’nouvelle’’ équipe la cessation des troubles

    je trouve ridicule l’argument tendant à faire croire que le ministre veut forcer pour installer ses amis.Mais j’admets tout de même que l’autre camp a mieux communiqué même s’il n’a pas voulu donner les vraies causes de la crise. Je pense que s’il ya bien des gens cupides qui cherchent à profiter des caisses noires de la cameg ce sont bien ce nommé kadéba ainsi que son pca. sinon pourquoi avoir tenté de corrompre le ministre avec cette fameuse enveloppe qu’ils qualifient soutien de la cameg aux activités du ministre ? Pourquoi avoir essayé de le corrompre lors de sa mission à Genève en lui proposant une enveloppe de soutien sous prétexte de la cherté de la vie en suisse. N’en parlons pas de ce scandale des ibuprofènes périmés que DR KADEBA a laissé commercialiser. Les gens finiront par comprendre tous les contours de cette affaire. je crois que les deux camps ont intérêt à continuer de nous éclairer. Nous on veut avoir tous les contours de cette affaire.

    Répondre à ce message

  • Le 14 septembre 2016 à 17:58, par Le Forgeron En réponse à : Crise à la CAMEG : Le juge des référés ordonne à la ‘’nouvelle’’ équipe la cessation des troubles

    Bonjour,

    Nous constatons amèrement que c’est la deuxième fois qu’il y a ce problème de DG à la CAMEG ( Sous la transition et sous le nouveau gouvernement). Quel est le véritable problème ?
    Je pense que la reconnaissance d’une association est donnée par le ministère si je ne me trompe pas. Si cela est vrai alors la reconnaissance de l’association est donnée par un gouvernement.
    Je ne sais pas pourquoi l’état a donné le monopole de centrale d’achats à une association.
    Si l’état ne peut pas contrôler la gestion de cette association alors il est temps que le gouvernement retire le monopole de la centrale d’achat de médicament à cette association et ouvrir la concurrence c’est tout.
    Nous avons marre de cette crise répétitive qui n’a pas de sens à mon avis.
    Je demande au gouvernement de créer une centrale d’achats de médicaments génériques gérée par une structure parapublique comme la SONAGESS car nous voyons qu’ avec la SONAGESS les prix des céréales sont acceptables pour tous.Cette structure parapublique sera sous le contrôle du ministère de la santé qui regorge les compétences qu’il faut (médecins , pharmaciens, techniciens de santé, etc...)

    Cordialement,

    Répondre à ce message

  • Le 14 septembre 2016 à 18:36 En réponse à : Crise à la CAMEG : Le juge des référés ordonne à la ‘’nouvelle’’ équipe la cessation des troubles

    Maitre sandwidi = avocat des causes perdues

    Répondre à ce message

  • Le 14 septembre 2016 à 19:17, par dromadaire En réponse à : Crise à la CAMEG : Le juge des référés ordonne à la ‘’nouvelle’’ équipe la cessation des troubles

    Monsieur le Président RMK, monsieur le premier ministre PKT, votre silence inquiète et vous rend responsable de ces dérives. Comment pouvez-vous laisser un individu et ses acolytes pourrir la vie d’une nation à ce point. Même au dernier mandat de Blaise Compaoré, ces genres de choses n’étaient pas acceptés dans le gouvernement. Vous avez en face de vous plusieurs décisions de tribunaux différents qui ne font que confirmer ce qui le citoyen lamda prévoyait déjà. Je vous conseille de mettre fin à la récréation car le ministre de santé est égaré. Il faut prendre les décisions qui s’imposent en démettant simplement le ministre de la santé de ses fonctions pour éviter que la crise qui s’est installée au ministère de la santé depuis un certain temps, ne s’aggrave d’avantage. Vous avec votre gouvernement avez été trompés par un des vôtres (le ministre de la santé), qui de surcroit ne cache pas son gèle en criant sans humilité devant ses collaborateurs du ministère qu’il n’a pas de compte à rendre à quelqu’un, même au président et au premier ministre. A ce que nous sachons, l’administration publique est suffisamment régie par des textes, surtout en ce qui concerne le respect de la hiérarchie (pourvu que la hiérarchie aussi respect les textes), et nous mêmes simples fonctionnaires sommes évalués chaque année sur cet aspect. Et voila notre ministre qui ne manque de nous rappeler que ce n’est pas ce qu’on croit. De grâce prenez vos responsabilités le plutôt pour sauvez le ministère de la santé qui est entrain de plomber du fait de son premier responsable. Faites y un tour, et vous constaterez la démotivation des agents qui autres fois se surpassaient pour le service public, mais qui, aujourd’hui se resoud à faire semblant de travailler. Le ministre de la santé a semé la division dans son ministère, dans les directions centrales et même dans les directions régionales et certains seraient prêt rendre le tablier. COMMENT PEUT T’IL ENCORE CONTINUER A GERER CE MINISTERE ? Sachez que la survie de votre gratuité des soins en dépend, et nous vous donnons TROIS MOIS (Décembre 2016) dans les conditions actuelles pour l’enterrer et vous justifier devant le peuple. On vous aura prévenu.

    Répondre à ce message

  • Le 15 septembre 2016 à 00:06, par gohoga En réponse à : Crise à la CAMEG : Le juge des référés ordonne à la ‘’nouvelle’’ équipe la cessation des troubles

    La justice n’a pas dit son dernier mot. attendons de voir.

    Répondre à ce message

  • Le 15 septembre 2016 à 13:50 En réponse à : Crise à la CAMEG : Le juge des référés ordonne à la ‘’nouvelle’’ équipe la cessation des troubles

    ouf, notre justice commence à être juste, pardon à rendre justice : le problème de la CAMEG me fait penser aux événements du 31/10/14, problème auquel notre président démocratiquement élu doit se référer s’il ne veut vivre la même situation que son prédécesseur Compaoré. je m’explique : un certain matin d’octobre 2014, le conseil de ministre décide de soumettre un projet de modification de l’article 31 de la constitution.conséquence le pays s’enflamme le 31/10/14 avec des pertes en vies humaines, ce qui entraînât le président en exil et les ministres sont actuellement poursuivis par la justice pour complicité. aujourd’hui un autre conseil de ministre décide de changer un DG en forçant le passage à travers la nomination d’un PCA acquis à sa cause.conséquences, les activités de la CAMEG sont paralysées entraînant la rupture des produits en périphérie et des décès des patients par manque de soins adéquats.
    Donc ; dans les deux il y a eu mort d’homme et la justice doit avoir un nouveau dossier sur la table pour homicide involontaire et l’ensemble des ministre du gouvernement Tieba doivent répondre devant une commission oratoire comme leurs prédécesseurs . laissons le temps au temps.......

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Santé : La CAMEG et les formations hospitalières en quête de thérapie
CAMEG : « Si je ne me sentais pas capable, je ne serais pas venue », Dr Anne Maryse Khaboré, nouvelle directrice générale
Vente de médicaments de la CAMEG à des terroristes : Il n’en est rien, selon l’association
25e anniversaire de la CAMEG : Un cross pour communier avec la clientèle de Fada
25 ans de la CAMEG : L’équipe de Tingandogo remporte la coupe du directeur général
Vingt-cinq ans d’existence : La CAMEG à la rescousse des forces de défense et de sécurité
25e anniversaire de la CAMEG : Des journées portes ouvertes pour mieux faire connaitre l’institution
25 ans de la CAMEG : Les agents donnent leur sang pour sauver des vies
Sortie de crise à la CAMEG : Bilan satisfaisant six mois après
Sortie de crise à la CAMEG : Le nouveau capitaine au gouvernail
Crise à la CAMEG : La fin d’une douloureuse série de onze mois
Crise à la CAMEG : Bientôt la fin ?
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés