Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Le chagrin est comme le riz dans le grenier : chaquе jοur il diminuе un реu.» Proverbe malgache

HackFrancophonie : Des participants croient en l’ouverture des données publiques en Afrique

Accueil > Actualités > Multimédia • • mardi 23 février 2016 à 22h40min
HackFrancophonie : Des participants croient en l’ouverture des données publiques en Afrique

A l’issue de l’atelier sur les données ouvertes à Paris, des participants n’ont pas manqué de réagir à l’importance de cette nouvelle démarche de bonne gouvernance dans les pays africains.

Lalaicha Maiga, juriste et membre de la communauté Open Streep Map

Je représente la communauté OSN à ce HackFrancophone sur l’utilisation des données de la cartographie. Nous essayons dans la communauté de faire la collecte des données pour les mettre sur la carte. J’apprécie très positivement la tenue de cet atelier qui est très important. Il nous a permis de rencontrer d’autres personnes qui travaillent sur des projets d’open data et de consolider les liens. Mais surtout de voir comment ces données qui existent peuvent être utilisées par les populations. Et comment le gouvernement peut travailler avec la société civile pour avoir un impact positif sur les communautés. C’est un atelier qui permet d’aller au-delà d’open data, parce qu’il permet de prendre en compte ces données et travailler sur des projets concrets une fois de retour au pays.

Mohamed Diaby, tech-entrepreneur/ Côte d’Ivoire

Open data est juste le terme anglophone pour désigner les données ouvertes, autrement dit des données publiques, compilées par des acteurs de l’autorité publique ou privée ou des organisations, qui sont rendues disponibles pour tout le monde et qui peuvent en faire un usage professionnel. Ces deux journées ont permis de confronter des acteurs de deux univers : européen qui a déjà une vraie démarche d’Open data depuis plusieurs années et africain qui découvre les principales initiatives. Je pense qu’ils ont tout intérêt à s’approprier ces données ouvertes dans des logiques de bonne gouvernance participative, d’accès à l’information, de lutte contre la corruption. Comme à tous les hackaton, ce sont des échanges et l’idée est de réunir des compétences diverses. On apprend les uns des autres. L’idée n’est pas de dire : je suis le meilleur et j’ai le meilleur projet. C’est plutôt : j’ai une idée et quelles sont les compétences qui peuvent m’accompagner dans la réalisation de l’idée. C’est un formidable espace d’échange et on espère en avoir d’autres dans le courant de l’année. Je crois aux données ouvertes. Aujourd’hui en Afrique, on ne se base pas sur les faits, plutôt sur des impressions, des émotions. Les données, c’est différent. On a des chiffres et on a un regard sur la gestion de la société qui est beaucoup plus pragmatique et efficace.

Zeynabou Sy N’Diaye, sociologue, gestionnaire de projet, activiste

Il faut reconnaitre qu’aujourd’hui les données sont au centre de nos activités. Nous sommes des activistes et nous nous devons de travailler avec des données. Ouvrir donc ces données permet aux citoyens pour lesquels nous nous battons, de comprendre au mieux les actions des gouvernants qu’ils ont votés. Cet atelier sur Open data m’a encore montré l’importance des données. Reste, à les avoir, de façon inclusive, ouverte, libre et transparente pour être utilisables par tous.

Lire l’intégralité

Propos recueillis par Bassératou KINDO
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Médias et lutte contre le terrorisme : Faut-il interviewer un terroriste ?
Soutenances à l’ISTIC : La communication digitale du MINEFID passée à la loupe d’un impétrant
Régulation des médias : Le CSC établit sa feuille de route à Fada N’Gourma
Médias et lutte contre le terrorisme : La liberté d’expression donne-t-elle le droit de tout dire ?
Médias et lutte contre le terrorisme : Vers l’instauration d’un climat de confiance entre les acteurs
Projet de révision du code pénal au Burkina : Une atteinte à la liberté de la presse, selon les organisations professionnelles des médias
Médias et lutte contre le terrorisme : Les journalistes ont « une importante partition à jouer », rappelle Roch Kaboré
Médias et sécurité : « Nous nous intéressons à la lutte contre le terrorisme par devoir professionnel », dixit Mahamadi Tiégna (SG du GEPPAO)
Salon de l’innovation digitale et de la sécurité numérique : La deuxième édition a tenu toutes ses promesses
Africa Digital Space : Zoom sur les stands d’exposition de Lefaso.net, de l’ISCOM et de la police
Africa Digital Space : La 2e édition se penche sur la protection des données personnelles
Médias publics burkinabè : 3 heures d’arrêt de travail pour réclamer le passage à l’EPE
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés