Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Les erreurs, comme des pailles, flottent à la surface. Celui qui vеut сhеrсhеr dеs реrlеs dοit рlοngеr еn рrοfοndеur.» John Dryden

Fiscalité internationale : De la nécessité d’une imposition équitable des multinationales dans les pays en développement

Accueil > Actualités > International • • dimanche 11 mai 2014 à 21h38min
Fiscalité internationale : De la nécessité d’une imposition équitable des multinationales dans les pays en développement

Le communiqué de presse ci-après est relatif au rapport d’Oxfam sur la fiscalité et l’inégalité dans les règles internationales, publié à la veille de l’ouverture, le 7 mai dernier à Abuja au Nigeria, du Forum Economique Mondial. Selon ce rapport, changer les règles fiscales internationales pourrait plus que doubler les recettes des pays en développement. D’où l’interpellation d’Oxfam.

« Le plan d’action de l’OCDE sur la fiscalité ne doit pas exclure les pays les plus pauvres

Alors que le Forum Economique Mondial démarre, à Abuja, le 07 mai 2014, un nouveau rapport publié par Oxfam, affirme qu’il est nécessaire pour que les pays en développement puissent bénéficier équitablement des activités des entreprises étrangères sur leur territoire, de remanier le plan d’action, élaboré par l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) à la demande du G20, visant à empêcher les entreprises de se soustraire à l’impôt.

Ce rapport intitulé Petits arrangements entre amis établit que les règles actuelles de la fiscalité internationale permettent aux multinationales de « faire disparaître » leurs bénéfices, notamment en les délocalisant dans d’autres pays afin de payer peu voire pas d’impôt. Oxfam souligne que les économies qui en souffrent le plus – les plus pauvres – sont exclues des négociations de l’OCDE visant à mettre fin au scandale.

Selon les chiffres fournis dans une étude à paraître du fiscaliste Alex Cobham et de l’économiste Petr Janský, si les multinationales étaient imposées dans les pays où elles exercent réellement leurs activités, les recettes fiscales provenant de l’impôt des sociétés pourraient plus que doubler dans nombre de pays en développement.

Winnie Byanyima, directrice générale d’Oxfam International, interviendra au Forum de l’OCDE, à Paris lundi prochain (le 5 mai). Selon elle, « les entreprises manipulent les règles et exploitent les pays pauvres, ce qui alimente le cercle vicieux de l’inégalité. Or les pays en développement étant tenus à l’écart des négociations, toute révision des règles risque de ne servir que les intérêts des plus riches et des plus puissants ».

Les chiffres d’Alex Cobham et de Petr Janský, analysant le décalage entre, d’une part, l’activité et les bénéfices des multinationales américaines et, d’autre part, le développement qu’ils pourraient induire, révèlent qu’avec un régime d’imposition plus progressif des sociétés, les Philippines connaîtraient une augmentation de son assiette d’imposition des sociétés multinationales de 75 %, l’Équateur de 99 %, l’Afrique du Sud de 106 % et l’Inde de plus de 180 %. Au Honduras, l’assiette d’imposition irait même jusqu’à quadrupler. Il est impossible de calculer le potentiel d’augmentation des recettes fiscales pour des pays plus pauvres, ce qui montre l’indigence des données et l’opacité du secret fiscal. Mais ces pays bénéficieraient vraisemblablement eux aussi d’augmentations considérables.

Les États sont mis en concurrence les uns avec les autres pour attirer les investissements étrangers, ce qui pousse nombre d’entre eux à proposer des offres alléchantes aux entreprises, telles que des exemptions ou des réductions du taux d’imposition. C’est ainsi que les pays peuvent accuser des manques à gagner abyssaux, alors qu’ils ont tant besoin de ces fonds pour améliorer les services de base, tels que la santé et l’éducation. Dans les pays en développement, le « manque à gagner fiscal » (montant de l’impôt dû par les entreprises, mais non perçu) est estimé à environ 104 milliards de dollars par an.

Oxfam soutient que les négociations sur la réforme des règles fiscales doivent absolument inclure tous les pays, y compris les plus pauvres. Tous les États devraient sérieusement envisager la création d’une autorité fiscale mondiale qui garantisse des systèmes fiscaux justes et équitables dans l’intérêt public de l’ensemble des pays.

« Correctement élaboré et appliqué, le plan d’action de l’OCDE offre une occasion unique de revoir de fond en comble les règles internationales d’imposition des sociétés au profit de l’ensemble des économies, affirme Winnie Byanyima. C’est une occasion trop rare et importante pour la manquer ».

Awa Faly Ba Mbow, Regional media and communication coordinator

Oxfam GB West Africa Regional Centre

Point E rue 5xL, BP 3476 Dakar-Senegal

Tel :+221 33 859 37 00

Mob :+221 77 639 41 78

Fax :+221 33 824 24 15

Email:afba@oxfam.org.uk

www.oxfam.org.uk

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Côte d’Ivoire : La réforme la Commission électorale divise la classe politique
Côte d’ivoire : Les conclusions de la rencontre entre Bédié et Gbagbo à Bruxelles
20 ans de règne de Mohammed VI au Maroc : Une vision royale pour une Afrique prospère et décomplexée
Lutte contre le terrorisme : 250 soldats britanniques attendus au Mali en 2020
Sénégal : La voiture de Macky Sall avec à son bord le président malien prend feu
CEDEAO : Alassane Ouattara espère que la monnaie unique sera mise en place "le plus tôt possible"
Le Togo organise des élections municipales après 32 ans
Côte d’Ivoire : Henri Konan Bédié reste campé sur ses propos controversés sur les étrangers
Madagascar : La fête nationale endeuillée (au moins seize morts)
Guinée-Conakry : Le président Alpha Condé tient à la modification de la Constitution !
UNESCO : Bilan satisfaisant pour le Burkina Faso à la septième session de la conférence des parties à la Convention de 2005
Togo : Les élections locales fixées au 30 juin
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés