Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Si vous fermez la porte à tous les échecs,le succès restera dehors.» Jim Rohn

Juliette Bonkoungou et l’article 37 : Les oripeaux du louvoiement

Accueil > Actualités > Politique • • vendredi 5 avril 2013 à 19h04min
Juliette Bonkoungou et l’article 37 :  Les oripeaux du louvoiement

Pour un pavé dans la mare du débat sur la modification ou non de l’article 37, le grand entretien accordé à nos confrères de l’Observateur Paalga par Mme Juliette Bonkoungou, en est un. Un pavé qui fait grand bruit non pas seulement parce que le sujet est d’actualité, passionnel et passionnant mais aussi à cause des thèses ambigües de l’interviewée.

Elle s’est voulue à la fois philosophe, juriste constitutionnaliste, historienne, pour élever le niveau de débat sur la modification ou non de l’article 37. Hélas, il faut craindre qu’elle n’est convaincue ni contenter personne dans cet exercice difficile d’analyse intellectualiste, de partisans sans parti pris.

C’eût été plus simple pour le commun des Burkinabè d’appeller un chat un chat au lieu de se vouloir «  ?au dessus de la mêlée ? ». Et pourtant, elle ne s’est pas montrée tendre avec les jeunes loups de son parti alors qu’elle a fait montre d’une familiarité surprenante au sujet du président de l’UPC, elle qui s’extasie devant le curriculum vitae de ce dernier et l’appelle gentiment par son prénom sinon par un diminutif affectif, «  ?Zeph.? »

Quid d’Hermann Yaméogo, de Gilbert Ouedraogo, de Saran Sérémé ? ? c’est comme si pour Mme Bonkoungou, qui feint d’être naïve, tout le monde il est gentil et tout le monde, il est beau. Qui a dit que ?«  ? le bout de bois a beau séjourné dans l’eau, il ne deviendra jamais un caïman ? » ? ?

En tout cas, dix ans au poste d’ambassadeur, ont fait de Mme Bonkoungou, une diplomate accomplie dans son langage. Elle a affiné l’art d’ arrondir les angles, de parler à demi mot, même s’ il faut à la fois laisser transparaitre une affirmation et son contraire comme celle de dire à propos de son militantisme au CDP ? : «  ?je ne déménage jamais des côtés de mes compagnons de luttes ? » après avoir dit plus haut «  ?s’il n’est pas possible de faire valoir son point de vue, alors toutes les options restent ouvertes ? ».

Voilà les dirigeants du parti majoritaire avertis ? ! Toutes les opinions doivent être prises en compte dans la gestion du parti, même celles minoritaires ou aux extrêmes, sinon gare à «  ?toutes les options ouvertes ? » y compris donc la défection de Mme Bonkoungou.

Mais revenons à nos moutons de la révision ou non de l’article 37. On aura compris que Mme Bonkoungou n’a pas un avis tranché sur la question. Elle s’en remet à la décision du président qui, à la remise du rapport du Conseil consultatif sur les reformes politiques (CCRP), à défaut de consensus sur la question, avait appelé à poursuivre la réflexion.

Dans la poursuite de cette réflexion, Mme Bonkoungou fait confiance à Blaise Compaoré invité «  ?dans l’extrême solitude de ses responsabilités, de définir sa place dans l’histoire (pour) se situer dans le sens de l’intérêt de notre peuple ? ».

Oui mais tout le problème justement, c’est que les politiques burkinabè sont divisés sur où se trouvent les intérêts du peuple. Si pour certains, les partisans de la révision constitutionnelle, celui qui «  ?a risqué plusieurs fois sa vie pour la liberté et le progrès de notre peuple… bâti à partir de la rocaille de notre pays, un Burkina dont la voie compte aujourd’hui en Afrique et dans le monde ? » est un homme au leadership exceptionnel qui mérite de continuer à diriger le Burkina après 2015, pour d’autres, il doit partir pour «  ?entrer dans l’histoire ? ».

Pas question donc de modifier le fameux article 37 de la loi fondamentale pour qu’il puisse briguer un autre mandat. Qu’importe si ses forces physiques et intellectuelles lui en donnent les moyens ? ! Ici réside l’impossible consensus. Comment concilier alors ces deux positions inconciliables ? ?

Par le référendum ? ? Mme Bonkoungou n’en souffle pas mot même si certaines de ses affirmations répondant à une autre question, donnent à penser qu’elle ne s’y opposerait pas puisse que selon elle, «  ?en démocratie, l’appréciation de ce qui est correct ou incorrect devrait être le privilège du seul corps électoral par un vote libre, égal et secret.? » Les partisans du référendum ne disent pas autre chose.

De cet entretien on est donc tenté de tirer la conclusion que si Mme Bonkoungou, fait la part belle à des louvoiements dans la poursuite de la réflexion sur la modification ou non de l’article 37, elle apporte, sans le dire ou le vouloir, de l’eau au moulin de ceux qui militent pour un référendum sur le sujet.

Une modification dans le sens de la non limitation des mandats, au contraire d’une argumentation «  ?excessive, afro pessimiste et élitiste ? » de certains politologues, n’entraine pas ipso facto, selon elle, la présidence à vie ou la monarchisation du pouvoir d’Etat.

Sera –t- elle entendue par tous les va-t-en-guerre qui s’agitent sur la question et prophétisent l’apocalypse au Burkina si l’on saute le verrou de la limitation des mandats présidentiels ? ? Il faut craindre que non. Et pour cause ? !

Ce n’est pas demain la veille que nos mentalités seront débarrassées «  ?des oripeaux de nos nègreries faites d’a priori, de rumeurs, de jalousie… ? » Et de louvoiements aussi ? !

L’hebdo du Burkina

Par : L’Hebdomadaire du Burkina

Vos commentaires

  • Le 6 avril 2013 à 16:37, par Madas En réponse à : Juliette Bonkoungou et l’article 37 : Les oripeaux du louvoiement

    Mettez l’interview a la disposition des internautes. Cela permettra a chacun de faire son analyse. C’est plus claire, plus honnete et chacun pourra se faire une idee claire et objective de la position de Mme Bonkoungou sur certains points cruciaux sur la vie de notre nation

    Répondre à ce message

  • Le 6 avril 2013 à 17:54, par Verité En réponse à : Juliette Bonkoungou et l’article 37 : Les oripeaux du louvoiement

    slt, j’ai lu l’intégralité de votre interview dans votre journal.elle demandait qu’on donne la vraie information au peuple surtout à la jeunesse ; de travailler pour le pays et non d’attendre tout du gouvernement. en lisant, j’ai vite remarqué qu’elle même attend toujours une ’’affection’’, terme qu’elle utilisait lors de l’interview même si elle pretexte vouloir se reposer.elle demande aux gens d’être honnête et claire mais elle même n’a pas du tout été clair sur la question de l’article 37,elle a tout dit sauf l’essentiel.pourtant la question était bien claire oui ou non pour la modification de l’article 37 ? est ce que les gens ont besoin aujourd’hui.façon vous avez fait son prodada à l’introduction je ne m’attendais pas à ce flou total dans ses éléments de reponse.si koudougou subit, koudougou réagit ! est bien à dire ? 2011 elle était au Canada, on est ensemble maintenant et on verra bien.c’est pas cette leçon qu’on attend d’elle

    Répondre à ce message

  • Le 6 avril 2013 à 17:58, par kassamba En réponse à : Juliette Bonkoungou et l’article 37 : Les oripeaux du louvoiement

    hé les journalistes !!! quand on ne parle pas vous dites qu’on est coupable par notre silence !! quand on parle vous trouvez que c’est du louvoiement !!!!! que voulez vous en fin de compte ??? POUVOIR VENDRE VOTRE PAPIER OU QUOI ???

    Répondre à ce message

  • Le 6 avril 2013 à 18:01, par yams.toure@yahoo.com En réponse à : Juliette Bonkoungou et l’article 37 : Les oripeaux du louvoiement

    De grace, vos lecteurs sont des gens avises et cette facon de rapporter un entretien n’est pas la meilleur. Utilisez simplement le discours direct et nous parviendront par nous meme a jauger le point de vue de Mme Bonkoungou quant a cette epineuse question de l’article 37.

    Répondre à ce message

  • Le 7 avril 2013 à 03:04, par bkouanda En réponse à : Juliette Bonkoungou et l’article 37 : Les oripeaux du louvoiement

    La constitution d’ un pays est crucial pr la construction d’ une democracy durable et moin d 50% des Burkinabes ne connaissent pas la valeur d ce ducument. Demande a un depute d citer un article apart l’article 37 tu verra d koi Je parle. Il est imperative pr creux ki connaissent d protégée la constitution pr la generation futur. Nous savons tous k le referendum n’ est pas dans l’interet du peuple. Ils voterons just pour le materielle. C’est dans l’interet d tous si non on va vendre des gallettes avec sa.

    Répondre à ce message

  • Le 7 avril 2013 à 09:02, par La vérité koudougou En réponse à : Juliette Bonkoungou et l’article 37 : Les oripeaux du louvoiement

    C’est bien dit Madas. En attendant je dirai à tantie Juiliette de ne jamais avoir peur de dire la vérité, même si cela va l’emporter dans ta tombe. Tu es une fille de Bourkina et ce nom a été donné au pays. Je sais que tu sais de quoi je veux dire. Dites ta génération d’intellectuels de bien se comporter au lieu de se fourrer dans le flou. Que voulez-vous laisser à la génération montante ? Des façons de bien mentir ou des façons d’être des intègres et des francs ? Sassez de térrorisser certains intéllectuels. Tantie dite au pouvoir, que même s’il mette à la disposition du faso un président géni pour 5 ans, au terme de son mandat, qu’il parte. On le fait pour le bon exemple et non pour te subtance grise.

    Répondre à ce message

  • Le 7 avril 2013 à 09:10, par sam En réponse à : Juliette Bonkoungou et l’article 37 : Les oripeaux du louvoiement

    Tous ces politiciens ne sont que des "ÉQUILIBRISTES"ce sont les mêmes têtes du CDP qui ont conforté le régime dans des actes antidémocratiques.Actuellement,ils veulent retourner la veste.Ils n’ont qu’à aller en retraite et laisser d’autres générations diriger le pays. Ils ont tous bénéficies de la largesse du président à un moment donné.Ils ne sont plus crédibles.

    Répondre à ce message

  • Le 7 avril 2013 à 11:56, par anta En réponse à : Juliette Bonkoungou et l’article 37 : Les oripeaux du louvoiement

    Oh oh, cette Juliette a fini par me convaincre qu’elle n’est pas démocrate pour un sou.Sinon, pourquoi "s’en remettre à la sagesse de Blaise" comme s’il était l’empereur des Burkinabè" ?

    Répondre à ce message

    • Le 8 avril 2013 à 14:35, par Didy En réponse à : Juliette Bonkoungou et l’article 37 : Les oripeaux du louvoiement

      Cher Anta, ce que vous n’avez pas compris, c’est que dans sa position actuelle, elle ne peut pas dire clairement qu’elle est contre la révision. Pourtant c’est ce que sa réponse laisse sous-entendre. Sinon, elle aurait dit à haute et intelligible voix : "je suis pour la révision de l’article 37" ! Elle est contre la révision de l’article, et suggère (et espère) en même temps au Président ce qu’il y a de mieux à faire. Puisque la sagesse populaire, l’avis de tout le monde voudrait que ce fameux article ne soit pas révisé. Si Blaise ne révise pas l’article, il prouve là qu’il est effectivement SAGE. Voilà, c’est aussi simple que cela.

      Répondre à ce message

  • Le 7 avril 2013 à 20:57, par Hypocrite En réponse à : Juliette Bonkoungou et l’article 37 : Les oripeaux du louvoiement

    Rien qu’à la regarder, on sent le faux. Voyez voir si elle représente la femme du Boulkiemdé, combien sont nos soeurs et mères qui peuvent avoir ce double menton ? Bien grasse et le journaliste atteste qu’elle a perdu du poids. Hum !

    De la pure publicité, Blaise Compaoré en arrière plan. On se demande même si c’est elle ou Blaise qui interesse sur cette image.

    Elle affirme que le président a risqué sa vie pour le BF. Se moque t-elle de qui ? 10 ans au Canada comme embassadeure, normal ça ? Elle commence aussi par dire ses exploits à elle. Y a pas eu de bilan de sa gestion au Canada.

    Continuez, le peuple se reveille bientôt. Sans le savoir, elle dit de quel côté elle se trouve. On en tiendra compte Julie

    Répondre à ce message

    • Le 8 avril 2013 à 12:33, par Bien En réponse à : Juliette Bonkoungou et l’article 37 : Les oripeaux du louvoiement

      La photo afficher de Blaise COMPAORE est un double affiche, elle n’est pas du décor. A bien voir elle est est en deuxième position et cache derrière elle un cadre contenant une photos voulu cacher par les journalistes. Il faut que les journalistes donnent des vraies infos sans retouche pour plus de sérénité dans leur reportage. Chacun est libre de ses opinions. Je puisse dire que l’image ne reflète pas une bonne réalité de l’oeuvre.

      Répondre à ce message

  • Le 8 avril 2013 à 11:25, par unouagalais En réponse à : Juliette Bonkoungou et l’article 37 : Les oripeaux du louvoiement

    la sortie de juliette bonkoungou n’a qu’un seul interet, crier à la personne qui se reconnaitra : blaise n m’oubli pas !!!

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Situation nationale : « Le malheur du Burkina Faso, c’est d’avoir Roch Kaboré à la tête de l’Etat et Zéphirin Diabré à la tête de l’opposition », estime Ablassé Ouédraogo
Dialogue politique au Burkina : Le Faso autrement parle de mascarade organisée par le président du Faso
Système de santé : Le Mouvement des intellectuels pour le développement monte au créneau
Burkina Faso : La traite de nouveaux acteurs dans la politique, un vent d’espoir ?
Burkina : L’UPC dénonce une campagne déguisée du Président Roch KABORE
Tabaski 2019 : L’UPC souhaite une joyeuse fête aux musulmans
Fête de l’Aid El kébir : « Un moment privilégié de partage et de solidarité en Islam », salue l’UNIR/PS
Vie politique : Une délégation du Mouvement patriotique pour le salut chez le Mogho Naaba
Fête de l’Aïd-El-Kébir : Les vœux du MPP aux fidèles musulmans
Démocratie : « De l’urgence d’interdire les partis politiques »
5 août 1960-5 août 2019 : Le Burkina commémore le 59e anniversaire de son indépendance
Anniversaire du 4 août : Le président du Faso salue « l’engagement patriotique des acteurs » de la révolution
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés