Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Les gens sollicitent vos critiques, mais ils ne désirent sеulеmеnt quе dеs lοuаngеs. » William Somerset Maugham

EMILE KIMA, « AMBASSADEUR DE LA PAIX » : « Je demande pardon au peuple burkinabè »

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Côte d’Ivoire • • mercredi 14 mars 2012 à 00h35min

Né de parents burkinabè et n’ayant jamais changé de nationalité, maniant la langue mooré avec dextérité, il réside au pays de Félix Houphouët- Boigny depuis son enfance. Ce portait est celui de Emile Kima, jeune leader et « ambassadeur de la paix ». Il s’est fait connaître comme très proche du « général de la rue » Blé Goudé et du président Laurent Gbagbo. Si au temps fort de la crise post-électorale, certaines de ses prises de position n’ont pas toujours été bien appréciées par ses compatriotes, lui s’en défend, son seul objectif ayant toujours été, selon lui, le bien-être et la défense des intérêts des Burkinabè résidant en Côte d’Ivoire. Pour donner sa version sur le rôle qu’il a eu à jouer au cours de cette crise et demander pardon au peuple burkinabè, Emile Kima a animé un point de presse, le lundi 12 mars 2012 à Ouagadougou.

« Livrer ma part de vérité sur mon rôle dans la crise post-électorale et profiter demander pardon au peuple burkinabè si certaines de mes paroles n’ont pas été bien comprises par mes compatriotes ». Celui qui s’exprime ainsi n’est autre qu’Emile Kima, jeune leader et « ambassadeur de la paix » résidant en Côte d’Ivoire. C’était le 12 mars dernier au cours d’une conférence de presse animée à l’Hôtel Palace. Emile Kima a affirmé qu’il s’est beaucoup battu pour la suppression de la carte de séjour et du certificat de résidence pour les Burkinabè résidant en Côte d’Ivoire mais aussi pour les autres nationalités. Pour lui, si cela a été possible c’est parce qu’il a usé de ses relations avec le parti au pouvoir à l’époque.

« J’ai œuvré en rencontrant personnellement le président Gbagbo pour que les étrangers résidant en Côte d’Ivoire puissent circuler librement », a-t-il ajouté. Pour lui, les véritables problèmes en Côte d’Ivoire sont l’ivoirité et le foncier. Pour cela, il dit avoir contribué à ce que beaucoup de Burkinabè puissent ne pas être dépossédés de leur terre. Aussi, il souligne qu’il a œuvré à ce que ses compatriotes ne voient pas leur dignité bafouée. Emile Kima souligne qu’il a œuvré pour que certains jeunes qui en voulaient aux Burkinabè ne puissent pas s’attaquer au Consulat du Burkina.

« Il me fallait rester à côté du pouvoir en place »

« Mon nom était devenu comme une pièce d’identité pour mes compatriotes en Côte d’Ivoire, car il suffisait de m’appeler ou d’évoquer mon nom pour être sauvé ». Il a affirmé être resté à côté du pouvoir en place pour sauver la vie des Burkinabè. « Je me devais de rester aux côtés des Burkinabè ; pour cela, il me fallait rester à côté du pouvoir en place ». Il poursuit : « Je ne voulais pas avoir la mort des Burkinabè sur ma conscience ». Emile Kima a précisé avoir évité l’hôtel du Golf pour sauver la vie des Burkinabè. Car, dit-il, s’il avait fait allégeance au président ADO, la vie des Burkinabè aurait été plus que menacée. « Il ne revenait pas à moi de dire au président Gbagbo de partir ou de rester au pouvoir », ceci pour soutenir son appui à l’enfant de Mama qui s’est accroché au pouvoir malgré sa défaite. Il confie que pour sa propre sécurité, il a été obligé d’aller se réfugier à l’hôtel Pergola et c’est le Premier ministre Guillaume Soro qui l’a fait sortir.

Après cela, Guillaume Soro lui aurait demandé de tenir un meeting. Lequel meeting, dit-il, a réuni plus de dix mille Burkinabè dans un stade de la capitale ivoirienne. Avec le nouveau pouvoir en place, Emile Kima souligne avoir de bons rapports et salue le retour progressif à la paix et la quiétude constaté avec le président Alassane Ouattara. Toutefois, il révèle que le problème majeur à ce jour demeure la réconciliation entre Ivoiriens eux-mêmes. Pour lui, tant que cette réconciliation n’est pas réalisée, les Burkinabè ne seront pas en paix. Sa solution est que les Ivoiriens doivent s’asseoir ensemble et discuter pour une réconciliation vraie. « Je n’ai jamais insulté le président du Faso, Blaise Compaoré », dit-il pour faire référence au temps fort de la crise, où il aurait tenu des propos peu courtois à l’endroit du chef de l’Etat. Pour lui, c’est une incompréhension.

C’est pour toutes ces incompréhensions qu’Emile Kima a présenté ses excuses au peuple burkinabè et au président du Faso. « Je n’ai jamais dit que Gbagbo a gagné dans les urnes, j’ai plutôt dit que les Burkinabè ne doivent pas se mêler de la politique ivoirienne », a soutenu Emile Kima, qui met toutes ces incompréhensions entretenues avec ses compatriotes au compte de sa notoriété de leader des jeunes. Loin de se décourager, il affirme qu’il va bientôt reprendre son travail d’ « ambassadeur de la paix » en Côte d’Ivoire et cela pour le bien des Burkinabè. Emile Kima a confié que la Côte d’Ivoire est sa terre d’accueil et que le Burkina Faso est et demeure sa patrie. C’est ainsi que, revenu jeudi dernier au bercail, Emile Kima a souligné avoir eu des entretiens avec les autorités coutumières et religieuses. Parmi ces dernières, on peut citer Sa Majesté le Mogho Naaba. Juste après cela, il compte rencontrer les plus hautes autorités politiques de ce pays.

Ambèternifa Crépin SOMDA

Le Pays

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Côte d’Ivoire : « J’ai décidé de sacrifier mon poste pour la paix » dit Guillaume Soro, démissionnaire de la présidence de l’Assemblée nationale
Côte d’Ivoire : Thierry Tanoh, le joker sans frontières… politiques de la présidentielle ivoirienne
Côte d’Ivoire : Henri Konan Bédié met fin à son union avec le parti au pouvoir
Côte d’ivoire : Des tirs entendus dans l’enceinte de la 3e région militaire de Bouaké
“Agitations” en Côte d’Ivoire : Guillaume Soro appelle à la repentance
Pourquoi et comment Guillaume K SORO peut-il devenir Président de la République sans les armes ?
La liste des membres du nouveau gouvernement ivoirien
Côte d’Ivoire : Daniel Kablan Duncan désigné vice-président de la République
Amadou Gon Coulibaly nommé nouveau Premier ministre en Côte d’Ivoire
Côte d’Ivoire-Burkina : « Les relations sont excellentes », selon Alpha BARRY
Quand Guillaume Soro parle pour l’Histoire à Cyril Bensimon
Affrontements intercommunautaires de Bouna : La version des faits et l’analyse de WANEP Côte d’Ivoire
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés