Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Ne conquiers pas le monde si tu dois y perdre ton âme car la sagesse vaut mieux que l’or et l’argent.» Bob Marley

Blaise ≠ Gbagbo : Retour à la case hostilité

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Côte d’Ivoire • • lundi 7 février 2011 à 00h40min

« Compaoré, ici c’est chez nous. Nous ne voulons pas de ta médiation, reste au Burkina ». Le message est on ne peut plus clair. Alors que les experts devaient arriver le lendemain dimanche 6 février 2011 à Abidjan, Charles Blé Goudé

Le leader des jeunes patriotes, a organisé un grand jamboree samedi dans la capitale économique ivoirienne pour dénoncer la présence du président du Faso dans le panel des cinq chefs d’Etat choisis lors du récent sommet de l’Union africaine (UA) à Addis Abeba pour trouver une issue négociée à la crise. A côté du locataire du Palais de Kosyam, on trouve, rappelons-le, le Sud-africain Jacob Zuma (réputé proche de Gbagbo), le Mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz, le Tanzanien Jakaya Kikweté et le Tchadien Idriss Deby.

Facilitateur des pourparlers inter-ivoiriens entre début 2007 et le second tour de la présidentielle du 28 novembre, Blaise n’est donc plus en odeur de sainteté au bord de la lagune Ebrié où il est considéré comme le valet local de l’impérialisme français.

Les relations entre lui et Laurent Gbagbo se sont à nouveau dégradées à la faveur du coup d’Etat électoral perpétré par le locataire de la résidence présidentielle de Cocody. Autant Gbagbo accuse Blaise d’avoir partie liée avec ses adversaires, autant Blaise est particulièrement remonté depuis que son homologue est entré en laboratoire pour opérer son hold -up électoral et a refusé de le prendre au téléphone à plusieurs reprises.

Le premier magistrat burkinabè, comme tant d’autres de ses pairs, est en effet aligné sur la position de l’UEMOA, de la CEDEAO, de l’UA et de la Communauté internationale qui reconnaît Alassane Dramane Ouattara, le président démocratiquement élu de Côte d’Ivoire. Il est en outre perçu à côté du Nigerian Goodluk Jonathan comme l’un des principaux boutefeux qui prônent l’utilisation de la force militaire pour venir à bout de l’usurpateur.

Pour Abidjan, cette attitude sonne comme un éclaircissement, l’enfant terrible de Ziniaré ayant été perçu comme le parrain des rebelles et un soutien d’ADO. Faute de n’avoir pas pu installer en 2002 “ses hommes” après l’éclatement de la rébellion, il ne voudrait pas rater le coach cette fois-ci.

Retour donc à la case départ ou du moins à la case hostilité pour deux personnalités dont les relations n’ont toujours pas été aussi simples. Tant que Gbagbo était dans l’opposition, c’était, en effet, le parfait amour, le flirt quasi-fusionnel qui a vite fait de se transformer en hostilité quand le fils de Mama a surfé sur la vague houleuse de l’ivoirité (inventé par Henri Konan Bédié) pour arriver au sommet de l’Etat.

Entre l’intellectuel et opposant historique qui a roulé le général Robert Gueï dans la farine pour parvenir à ses fins et le militaire perçu comme le « bandit chef » de la sous-région, plus rien ne sera comme avant.

Le paroxysme de l’inimitié remontant à début 2003 quand Blaise Compaoré, furieux de ce que ses compatriotes vivant au pays d’Houphouët étaient les souffre-douleurs de certains Ivoiriens, promettait la Cour pénale internationale à celui qui était devenu son ennemi déclaré.

Et si après avoir tout essayé pour sortir de la crise sans jamais trouver le meilleur remède Laurent Koudou Gbagbo a fini par s’en remettre à Blaise Compaoré, c’était plus par pragmatisme que pour autre chose.

Car qui mieux que celui qui a donné « le gîte et le couvert » aux croquants du Nord pouvait leur faire entendre raison ? Ne dit-on pas que la meilleure façon de protéger son bien est de le confier au voleur ?

Et de fait le facilitateur arracha l’Accord politique de Ouaga en mars 2007 avant de conduire son projet (la tenue d’une présidentielle ouverte et transparente) à terme au prix de mille et un coup d’arrêt tant le mur de méfiance et de défiance qui séparait les différentes parties n’a jamais pu être complètement brisé.

Dès le début de sa mission, les plus sceptiques se demandaient d’ailleurs si Blaise Compaoré, qui voulait se racheter une conduite et redorer tant soit peu son image ternie d’agresseur, n’allait pas à son tour se faire rouler dans la farine par le boulanger pâtissier de Cocody.

La fin calamineuse du processus électoral semble leur donner raison puisque voici à nouveau l’Eburnie engluée dans une nouvelle crise que les panelistes de luxe de l’Union Africaine auront sans doute des difficultés à dénouer. Le fait que l’un des membres soit déjà indésirable, à tort ou à raison, ne sera pas le moindre obstacle alors que le quintette panafricain a, jusqu’à fin février, pour trouver un accord.

Certes la position affichée samedi par le « général » Blé Goudé n’est peut-être pas la voie officielle du Palais mais il n’est pas interdit de penser qu’il est la bouche de l’âne.

N’oublions pas qu’il a été bombardé ministre de la Jeunesse, de l’Emploi et de la Formation professionnelle et qu’il avait à ses côtés, à la Place de la République, une certaine Simone Gbagbo présentée comme le véritable homme fort du Gbagboland. Au fait, n’était-ce pas la même qui confiait il y a quelques années de cela quand la polémique sur la nationalité d’ADO faisait rage qu’elle préférait avoir un Vietnamien plutôt qu’un Burkinabè à la télévision de la Côte d’Ivoire ?

Dans tous les cas, quelle que soit la composition du panel, que Blaise Compaoré soit le principal communicateur ou le modérateur, les résultats de cette médiation sont connus d’avance comme les initiatives précédentes parce qu’on ne voit pas comment ces cinq chefs d’Etat pourront en si peu de temps trouver un dénominateur commun qui satisfasse les deux parties, quand on sait que pour Laurent Gbagbo, tout est négociable sauf son fauteuil pendant que Alassane Dramane Ouattara pose comme préalable son départ pur et simple.

Adama Ouédraogo Damiss

L’Observateur Paalga

Vos commentaires

  • Le 7 février 2011 à 01:45, par Bakarijan En réponse à : Blaise ≠ Gbagbo : Retour à la case hostilité

    Franchement les gesticulations constatées ces temps ci font du Président du faso la bête noire des frontistes. Il est LE SEUL DES CINQ qui TROUBLE le sommeil du grand boulanger de mama. Et c’est à son honneur.

    Mais à mon humble avis, cèder aux chantages de ce terroriste BLE la machettte, voix de son maitre, c’est perdre une bataille psychologique pourtant capital. Etant capitaine de la vaillante armée Burkinabé, il le sait mieux que quiconque.

    Le PF doit se dire une et une seule chose, il doit son mandat à l’UA et non à cette bande de voyous qui ignorent les bonnes manières. En ce sens, il devra se dire que son peuple est derière lui et le soutient dans ce combat difficile. Il ne doit pas perdre la face devant ce brigand, ce sera une offense au peuple Burkinabé. Les chiens aboient et la caravane passe. Ne te laisse point distraire par ces sanguinaires au soir de leur existence.

    Répondre à ce message

    • Le 7 février 2011 à 19:23, par Yao Koffi En réponse à : Blaise ≠ Gbagbo : Retour à la case hostilité

      Chers Burkinabés,

      Vos commentaires font sourire les Ivoiriens et les Africains dignes.
      Je passe sur tous vos errements pour vous prier d’oublier nos problèmes inter-ivoiriens pour vous concentrer sur les nombreux fléaux du BF insolubles par COMPAORE-LE SUPPÔT DE SARKOZY. Ce qui fait d’un ouvrier burkinabé un cadre chez en CI.

      dieu bénisse l’Afrique digne et libre !

      Yao Koffi (cadre financier-Abidjan/Riviéra 3)

      Répondre à ce message

      • Le 7 février 2011 à 21:10 En réponse à : Blaise ≠ Gbagbo : Retour à la case hostilité

        M. Yao,

        S’il en était vraiment ainsi pourquoi êtes-vous venu chercher Blaise pour faire votre médiation ? Il ne fallait tout simplement pas nous mêler à cette histoire interivoirienne comme vous le dîtes. Mais c’est toujours ainsi pour le boulanger et sa cohorte dont vous en bonne position. Quand ça l’arrange, communauté internationale et Blaise sont bienvenus. Quand il s’agit de vous dire la vérité, vous parlez d’ingérence. La vraie Afrique digne n’est pas celle des dictateurs et des criminels de la trampe de Gbagbo et de ses ouailles. C’est celle qui saura mettre les intérêts du peuple et accepter de perdre. C’est le jeu de la démocratie. Mais vous ne perdez rien pour attendre. On va venir vous déloger là-bas. Remerciez Dieu que Blaise n’ait pas voulu le faire depuis. ça c’est petite affaire pour lui !

        Répondre à ce message

  • Le 7 février 2011 à 01:49, par trm En réponse à : Blaise ≠ Gbagbo : Retour à la case hostilité

    Tres poignante analyse, Damiss. Je ne suis pas un supporter de Blaise Compaore, mais dans cette crise post-electorale, je me sens frustre a 2 titres. D’abord, on n’a pas besoin d’etre un supporter de Blaise pour reconnaitre qu’il a fait preuve de tres bonne foi et d’abnegation dans la sale crise ivoirienne cree par la gouvernance ivoiritaire du tribaliste Gbagbo. Blais a pu conduire les protagonistes a des elections, les elections les plus trensparante d’Afriq. Alors que pouvait-il faire d’autre devant un dictateur qui utilise un pretendu discours anti-colonial pour embrouiller les esprits les plus bornes qui ne comprennent rien du colonialisme et qui, pire s’enorgueillissent de leur ignorance maladive.

    L’imperialisme occidental, ce n’est pas que le politiq. Le politique en est qu’une aile. En plus du culturel, L’autre aspect le plus important et le plus suffocateur c’est l’economique. Or ne voila-t-on que gbagbo est emmeche dans des relations sordides et enchevetrees avec les magnats de l’economique francais a commencer par Bollore et Bouygues. Que Ble Goude defende a cor et a cri son mentor (celui par qui il a pu se faire falsifier une licence a l’Universite d’Abidjan)je comprends ; puisque c’est grace a Gbagbo et a la crise qu’il a amasse ses millairds. Voila quelqu’un qui n’a jamais travaille mais qui a amasse une dizaine de milliards de CFA en moins de 8 ans. Comme quoi la crise sert pour beaucoup. En fait, le "general" ble Goude a eu une inscription a l’universite de manchester pour faire un master’s en communication politique. Ces detracteurs en Cote d’Ivoire ont ecrit une lettre a l’universite pour se plaindre de ce que ce monsieur n’a jamais eu de licence. En fait il n’en a jamais eu. Il n’a rien dans la tete, il n’a que la gueule, l’effronterie due a sa mauvaise education, et la bagarre. Apres enquete, l’universite de manchester l’a exclu, et Dieu faisant bien les choses la rebellion a commence. Alors il est rentre pour defendre celui la meme qui lui a donne les ressources pour aller en Angleterre. ALors on l’a case en le lancant dans le business des stations d’essence. C’est du reste pour surveiller son business qu’il a refuse de rentrer dans le gouvernement en 2007. Son adjoint a l’epoque qui est entre dans le gouvernement lui a retorque qu’il ne serait pas alle au gouvernement non plus s’il avait le quart des stations de Ble. La crise a ete une vraie source d’enrichissement pour le camps Gbagbo. Alors, il va de soi qu’ils s’egosillent tant.

    Par contre, ce que je ne comprends pas ce sont ces ineptes africains relocalises en Occident qui n’ont rien de positif a apporter a la construction de l’Afrique sauf que de regurgiter les discours idealistes marxiants depasses des annees 70 dont ils croyent voir la realisation en Gbagbo. Leur decalage mental et culturel de notre realite africaine fait d’eux des etrangers qui ne s’dentifient a nous que par la couleur de leur peau et leur acte de naissance. Pauvre d’eux, si seulement ils pouvaient lire au dela des mots ils comprendraient nos maux.

    Ma 2e frustration dans cette affaire c’est qu’un veule morpion de peu de moralite, fut-il "patriote" et barbare traine dans la boue le president de mon pays. Pire encore, il le fait en compagnie d’un certain Emile Kima, qui pretend representer le Burkina. Ca me fait mal. En lisant le discours de Ble Goude en profondeur et son attaque contre Blaise Compaore, le lecteur perceptif constate qu’il prepare une fronde anti-Burkinabe. Il prepare ses ouailles a exterminer les burkinabe en cas d’intervention militaire. Ceci pourrait etre possible puisque la soi-disant diplomatie a donne le temps au criminel et dictateur Gbagbo de se preparer, se rearmer et meme miner certaines zones. C’est en cela que toute cette question de experts de l’UA m’agacent. On devait vider Gbagbo des la 2e semaine apres l’election et on en avait fini. ce monsieur ne quittera pas le pouvoir vivant. En attendant, nous sommes tous victimes des effets collateraux que ses agissements ont sur l’economie, que ce soit au Niger, Mali, Burkina. Rien que pour ca, je suis pres a me porter volontaire pour aller au front et participer a deloger ce malfrat. Il le faut pour servir de lecon pour le continent, n’en depalise aux ideologues atavistes aux visions chimeriques.

    Répondre à ce message

    • Le 7 février 2011 à 11:20, par soulby En réponse à : Blaise ≠ Gbagbo : Retour à la case hostilité

      Bien dit Trm !!!
      Ce monsieur là est une tumeur, un cancer dont nous ferons tous les frais sous peu si nous "Blaise et l’armée burkinabé" ne faisons rien. Les choses vont aller à l’encontre de nos compatriotes vivant en CI dans les jours à venir. Blé Goudé est sans foi ni loi, il ne croit en rien, sauf en Gbagbo qui, lui, est fini. Son discours est fini !! Son discours n’est d’aucune actualité !! Aujourd’hui nous devons ranger les discours d’independance et nous engager énergiquement vers le combat pour le developpement réel. C’est le seul gage d’indépendance qui vaille !!! Le discours de Gbagbo n’est bon que pour les Africains frustrés, dépités et en mal de propagande.
      En dépit de tout, il nous faut soutenir Blaise dans cette affaire. Car on assiste à une grosse ingratitude, une insulte abjecte, un refus de la vérité. Pourquoi Blaise devait-il se prononcer pour Gbagbo alors que toute personne sensée sait que ADO a remporté les élections ?

      Répondre à ce message

    • Le 7 février 2011 à 14:18, par Mètuor Somda En réponse à : Blaise ≠ Gbagbo : Retour à la case hostilité

      Merci frère ; je suis aussi chagriné comme toi ; mon souhait à chaque fois que j’allume la télé principalement France 24, c’est pouvoir lire en bande que le désormais ex-président a été enlevé par des commandos et ADO installé au palais... Puisse Dieu nous venir en aide !

      Répondre à ce message

    • Le 7 février 2011 à 14:39, par Mètuor Somda En réponse à : Blaise ≠ Gbagbo : Retour à la case hostilité

      J’ajoute que je suis sankariste pur sang et par conséquent anti-impérialiste et désabusé du pouvoir actuel du Faso ; cependant je ne peux cautionner le hold-up électoral ivoirien sous le prétexte fallacieux de nationalisme/patriotisme ; et l’histoire qui fait du Burkina et de la RCI un seul pays, qu’est-ce qu’on en fait ? Les Burkinabè, à quelque niveau qu’ils soient (ouvrier, manoeuvre, intello...) n’ont-ils pas contribué à édifier cette RCI pour la rendre aussi riche et attrayante pour l’ensemble de la sous-région ? C’est autant de questions qu’on se pose face à cette ingratitude d’une frange du peuple ivoirien qui, de mauvoise foi, rejette aveuglement l’émergence à l’ensemble des ivoiriens et de la sous-région proposée par un homme de paix et d’union, fut-il burkinabè (ADO ndlr) !

      Pour ce qui concerne Emile Kima et tous les autres activistes pro-Gbagbo, je suis rassuré et presque soulagé parce que leur fin est toute proche et on n’entendra plus parler d’eux d’ici peu ; il n’est pas digne d’être burkinabè ; laissons-les s’empêtrer dans la merde de sorte qu’ils arrêtent de nous pomper l’air avec leurs réflexions du bout du nez et à la profondeur de la panse !

      Répondre à ce message

  • Le 7 février 2011 à 02:43, par chantal En réponse à : Blaise ≠ Gbagbo : Retour à la case hostilité

    Vous ne connaissez toujours pas Gbagbo pour conserver le pouvoir il est prêt à tout, et si la CEDEAO s’amuse à laisser ce monssieur chaque fois qu’il ya un problème en RCI il sort la menace de tuer les étrangers, et cela Gbagbo prendra toujours cette voie pour menacer la sous région, je crois que il est temps qu’ils se décident à mettre fin à ce chantage qui n’a que trop durée. Si dans cette election il s’amuse ce chantage provoquera un jour la guerre, Houphouet avait prédit ce monsieur est dangeureux ne le laisser jamais prendre le pouvoir en RCI, voila vous êtes avertis donc aider nous à nous débarasser du ténia de l’afrique de l’ouest.

    Répondre à ce message

  • Le 7 février 2011 à 10:30, par wed En réponse à : Blaise ≠ Gbagbo : Retour à la case hostilité

    je suis d’avis avec ttes les analyses. Vraiment GBAGBO et son entourage n’aiment pas la C.I. Ces gens là sont vraiment animés d’un autre esprit que celui de pacifier leur pays, on peut lire allègrement toute leur motivation qui a toujours été d’écraser une majorité des ivoiriens comme étant de second rang au profit d’une ethnie au de partisans.
    Félicitations et encouragemets au président Blaise COMPAORE qui est resté jusqu’ici serein face aux provocations et accusations qui finalement frisent le ridicule. QUE DIEU protège la sous région ouest africaine !

    Répondre à ce message

  • Le 7 février 2011 à 10:38, par Citoyen En réponse à : Salut Blaise ≠ Gbagbo : Retour à la case hostilité

    Nous regardons chaque jour le scénario de la crise ivoirienne qui ne fait que prendre des allures dramatiques que les tergiversations de la communauté internationale et l’incohérence de nos chefs d’Etats africains favorisent. Tout le monde regarde tranquillement cette horde de délinquants caïds s’organiser avec les moyens de l’Etat ivoirien sans vraiment rien dire. Voyez-vous les recrutements et les discours de préparation d’assassinats qui sont présentés chaque jour à la RTI ? Pensez vous qu’il soit encore opportun de mener un dialogue avec un régime que tout le monde estime ne pas être reconnu ? Notre Afrique n’a pas encore fini de montrer sa honte aux autres continents. Gbagbo est dangereux, il est entouré de délinquants et il n’y a rien à faire, il est prêt à tout, il ne partira pas de gré. Aussi, s’il demeure au pouvoir, bienvenu les pouvoirs d’exception dans la Sous-Région. Il créera un réseau de destabilisation des différents régimes en place, à commencer par le Burkina Faso. A la place de Blaise Compaoré je saurais en ce moment là même, ce que je devrais faire. Quelle Afrique ? Les chefs d’Etats africains connaissent très bien ce qui se passe en RCI. Tout prendre politiquement n’est pas la solution ; aujourd’hui il est de principe que Gbagbo s’en aille. Négocier c’est de la lâcheté. Ils se sont laissés fourvoyer et ils ne font qu’agraver la situation chaque jour qui passe. Attendons de voir...

    Répondre à ce message

  • Le 7 février 2011 à 10:39 En réponse à : Blaise ≠ Gbagbo : Retour à la case hostilité

    je pense qu’il est temps pour le Président du Faso de prendre ses responsabilités vis à vis de cette crise, nos ressortissants ont suffisamment souffert en cote d’ivoire. Depuis la déportation du temps du colon pour aller travailler dans les plantations ivoiriennes
    jusqu’à nos jours, c’est l’exploitation de nos compatriotes. je dois même dire que les Burkinabè sont responsables à au moins 70% du développement de la CI. Nous ne devons plus permettre qu’on nous traite n’importe comment. les occidentaux protègent leurs ressortissants, alors pourquoi pas nous ? PF,gbagbo s’est foutu de vous, autorisez-nous à lui rendre la monnaie, nos soldats et le peuple du Burkina Faso attendent votre feu vert pour éliminer ce modit koudou et tous ceux qui le soutiennent, nous avons les capacités pour y parvenir.

    Répondre à ce message

  • Le 7 février 2011 à 11:33, par Mobio En réponse à : Blaise ≠ Gbagbo : Retour à la case hostilité

    Grand merci au Burkina Faso, à son peuple, ses dirigeants et à son Président Blaise Compaoré, qui ont toujours su prendre de la hauteur devant tous ces errements de la "Côte d’Ivoire frontiste".
    Nos deux peuples sont liés par bien des liens qui surpassent les conneries de Goudé ou Gbagbo.
    Que nos frères burkinabé ne s’en fassent pas, la majorité silencieuse, cloîtrée dans ses murs par une armée à la solde de Lmp, cette majorité ne partage pas ces agissements de Lmp qui ne frisent que ingratitude, méchanceté, inélégance et mauvaise foi.
    Quelque soit la composition du panel, Lmp et Goudé se seraient égosillés : Soit qu’un tel est trop impliqué dans la connaissance du dossier, soit qu’un autre n’en saurait pas suffisamment !
    Sinon la crise ivoirienne tient à ces questions :
    - Choï intervient-il dans le processus électoral ? Oui, il suffit de se référer au fait qu’il en a validé plusieurs étapes.
    - La constitution ivoirienne prévoit-elle Choï dans le processus ? Non ! il suffit de la lire pour s’en convaincre. Autrement dit, la simple présence de Choï dans ce processus rend inopérante la constitution.
    - Quels textes fondent la présence de Choï dans le processus ? Les accords de Prétoria bel et bien co-signés par Gbagbo, Ado, Bédié, l’ONU.
    A ce stade, les conséquences et partant la vérité coulent comme de l’eau de roche.
    Sont taxés de pro-Ado ou d’être à la solde de Sarkozy par Goudé, Gbagbo et consorts, tous ceux qui réfusent de s’écarter de la vérité et de la justice, qui ont de la pudeur.
    Lmp avait tant espéré pouvoir embobiné Blaise Compaoré, mais les faits sont têtus ! D’où énervement, dénigrement, toutes choses qui font sourire l’observateur encore lucide. La Télé ou la radio Côte d’Ivoire sont le témoignage quotidien du mauvais état d’esprit promu par Lmp.

    Blaise est un grand homme. Toute la sous région devrait en être fier. Go on Blaise !

    Répondre à ce message

    • Le 7 février 2011 à 18:35, par akaful En réponse à : Blaise ≠ Gbagbo : Retour à la case hostilité

      Heureusement que ce forum est "modéré" sinon .....bref !.
      La situation en Côte d’Ivoire est suffisamment tragique pour que nous nous gardons des injures et autres béatifications d’hommes aux passés sulfureux.
      Si la situation dans ce pays en est là c’est que la vérité n’est pas aussi simpliste que certains l’entendent.
      C’est une crise de plus de 10 ans. Elle n’est pas prête de finir tant que les même acteurs tiennent la scène ; d’un côté comme de l’autre.
      Résumons :
      - Bédié a succedé à Houphouet : Il a été balayé par un coup d’état
      - Gbagbo est arrivé : Il a été entravé par une rebelion armée
      - Alassane va sûrement suivre : et vous pensez que nous devons nous en rejouir ?
      Non je le crois pas. J’ai le sentiment que le pire est à venir pour cette chère Côte d’Ivoire.
      Je dormirais mieux si ce triumvirat pouvais être discalifié.
      Mais bon, ce n’est qu’un rêve de naïf.

      Répondre à ce message

    • Le 8 février 2011 à 03:08 En réponse à : Mobio du college de la Salle ?

      Mobio,

      es tu le meme Mobio qui a fait le college de la Salle ? Tout le monde te connaissait comme le costaud ivoirien Mobio.

      Répondre à ce message

  • Le 7 février 2011 à 12:07, par digbeu En réponse à : Blaise ≠ Gbagbo : Retour à la case hostilité

    pauvre afrique toujours en proie des fils indignes qui n’on d’yeux que pour leur petite personne.dans cette affaire l’afrique doit dire de façon claire quelle orientation donnée a notre pauvre continent.elle a l’occasion de prendre une sérieuse option pour la démocratie et lancer un message net au population ; que dorénavant la démocratie est en marche et qu’il faut s’y plier vaille que vaille .car l’afrique souffre et a toujours souffert des laurent gbagbo .

    c’est pourquoi le president compaoré doit tenir bon et aller jusqu’au bout car il est l’espoir du peuple ivoirien.

    Répondre à ce message

  • Le 7 février 2011 à 12:26, par yat En réponse à : Blaise ≠ Gbagbo : Retour à la case hostilité

    Que le voyou de Blé Goudé sache que si le président Blaise Compaoré organise un meeting à Abidjan, il drainera plus de monde que lui.D’ailleurs ce n’est pas exclu que le président sortant cherche des sages de la CI pour demander pardon au président COMPAORE ;

    Son Excellence, le peuple burkinabè est derriére vous.

    Répondre à ce message

  • Le 7 février 2011 à 12:59 En réponse à : Blaise ≠ Gbagbo : Retour à la case hostilité

    monsieur le moderateur du site mes reactions ne passent pas cetainement jugees nn conformes au reglement injurieuses ok mais je lu les 3 reactions plus hauts elles snt dominees par des mots peu courtois comme sanguinaires,effronterie,tribalistes et j en passe sans etre censure

    Répondre à ce message

  • Le 7 février 2011 à 13:06, par opium En réponse à : Blaise ≠ Gbagbo : Retour à la case hostilité

    moi je ne sais même pas pourquoi ce panel les gens pensent que gbagbo a changé hein

    Répondre à ce message

  • Le 7 février 2011 à 17:09, par loiseaudeMinerve En réponse à : Blaise ≠ Gbagbo : Retour à la case hostilité

    Ouvrez les bans !
    Le message ferme qu’il faut adressé à la lagune ébrié devrai être le suivant : "Si jamais....Si jamais cette crise interne à la CI devait être l’occasion de pogroms contre les communautés étrangères et burkinabé en particulier, que la France, l’UA, l’ONU, tous garants des frontières héritées de la décolonisation, sachent que l’histoire sera réécrite en lettre de sang et de nouvelles frontières seront établies. point barre. Fermez les bans !

    Répondre à ce message

  • Le 7 février 2011 à 17:24 En réponse à : Blaise ≠ Gbagbo : Retour à la case hostilité

    Son Excellence le Président Du Faso, notre Président, à tout le soutien de tous les burkinabés qui sont censés. qui ont un seul sens du Patriotisme et soif de vérité.
    Monsieur le Président, Puisse Dieu Tout Puissant vous accorder la santé, la longevité et l’amour de votre peuple et de l’Afrique pour que vous continuez votre oeuvre

    Répondre à ce message

  • Le 7 février 2011 à 19:49, par siguian En réponse à : Blaise ≠ Gbagbo : Retour à la case hostilité

    le president du FASO ne doit en aucun cas ceder au chantage de ce troubadour de ble je ne sais quoi.ceci est un defit lance a son excellence et par delas au peuple burkinabe,il doit se rendre a abidjan comme ce qui est prevu.

    Répondre à ce message

  • Le 21 février 2011 à 11:38, par visavis En réponse à : Blaise ≠ Gbagbo : Retour à la case hostilité

    je crois que vous les burkinabès vous etes tombés sur la tete et vous ne perdez rien pour attendre. vous prétendez que c’est vous qui faites le dévéloppement de la CI. Si vous etes aussi travailleurs comme vous le prétendez, il y a un dicton qui dit que la charité bien organisée commence par soi-meme. je suis désolé pour vous. Les mossis qui ont travaillé en CI et qui continu de le faire sont largement payés pour pour leurs services. Je comprends mieux aujourd’hui pourquoi le BURKINA exporte du cacao et du café volés avec la complicité des rebelles. Vous voulez que la CI et le BF ne forment qu’un seul pays pour que justice soi faite. Pour y parvenir compaore n’a pas hésité à aider mossi ouattara pour déclencher la rébéllion armée de 2002 en servant de base arrière. La COTE D’IVOIRE aux Ivoiriens et le BURKINA FASO aux mossis.
    Ce n’est pas à vous de réécrire l’histoire de la CI. Si vous etes pauvres ce n’est pas la faute de la CI. Quand on s’invite chez quelqu’un, on doit connaitre sa place et faire ce pour quoi on est là. Vous profilez des menaces, vous insultez les autorités ivoiriennes, vous prétendez que vos compatriotes sont malmenés voire tués en CI ; alors si vous avez les moyens de votre politique, rapatriés tous les mossis de CI et là ils ne seront plus persécutés.Vous oubliez que vous avez " votre doigt dans la bouche de la CI et vous osez taper sur sa tete". Je ne suis pas partisanne de la violence mais dans la recherche de solution de la crise que vit la CI, nous avons besoin d’idées et non des illucubrations de sanguinaires donneurs de leçons parce que le soi-disant compaoré n’est pas un exemple de démocratie.

    Répondre à ce message

    • Le 1er mars 2011 à 05:40 En réponse à : Blaise ≠ Gbagbo : Retour à la case hostilité

      ...infiniment merci ma soeur,nous sommes sur le faso.net,laisse les mossis delirer,ouvrer vos oreilles et demander bien à tous les mossis qui ont prosperer en COTE D IVOIRE...c’est bel et bien dans la region du centre ouest,chez les bété,voir chez SEM LAURENT GBAGBO,où jusqu’à present ils vivent en parfaite harmonie avec hospitaliers.depuis quand vous vous etes exportateurs de café cacao ?et de tous les ignorants qui errent ici pour raconter leur vies au lieu de preparer une vraie revolution pour boutter blaise compaoré et vanger le VAILLANT SANKARA..comment osez vous comparer un intellectuel à un simple militaire de rang ??de surcroit qui à tuer son propre ami et ça ne vous dit rien !peuple MOSSI RESSAISSISSEZ VOUS.C’est de la CI qu’il s’agit....

      Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Côte d’Ivoire : « J’ai décidé de sacrifier mon poste pour la paix » dit Guillaume Soro, démissionnaire de la présidence de l’Assemblée nationale
Côte d’Ivoire : Thierry Tanoh, le joker sans frontières… politiques de la présidentielle ivoirienne
Côte d’Ivoire : Henri Konan Bédié met fin à son union avec le parti au pouvoir
Côte d’ivoire : Des tirs entendus dans l’enceinte de la 3e région militaire de Bouaké
“Agitations” en Côte d’Ivoire : Guillaume Soro appelle à la repentance
Pourquoi et comment Guillaume K SORO peut-il devenir Président de la République sans les armes ?
La liste des membres du nouveau gouvernement ivoirien
Côte d’Ivoire : Daniel Kablan Duncan désigné vice-président de la République
Amadou Gon Coulibaly nommé nouveau Premier ministre en Côte d’Ivoire
Côte d’Ivoire-Burkina : « Les relations sont excellentes », selon Alpha BARRY
Quand Guillaume Soro parle pour l’Histoire à Cyril Bensimon
Affrontements intercommunautaires de Bouna : La version des faits et l’analyse de WANEP Côte d’Ivoire
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés