Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «C’est bien d’être le meilleur, mais c’est meilleur d’être le plus original.» Youssoupha dans Mon Roi

La mort politique de Laurent Gbagbo ne résout pas la crise ivoiro-ivoirienne. (2/3)

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Côte d’Ivoire • • vendredi 24 décembre 2010 à 16h01min

De Dakar à Paris, en passant par Casablanca, je ne trouve personne pour penser que Laurent Gbagbo est l’homme qu’il faut à la place qu’il faut. Mais, dans le même temps, j’entends les exaspérations des uns et des autres (notamment en Afrique centrale et particulièrement du côté de mes amis camerounais, toujours chatouilleux pour ce qui est de leur « souveraineté »).

On se lasse d’entendre les responsables ivoiriens, chaque fois, appeler au secours la « communauté internationale ». Je le répète, personne ne peut être surpris par ce qui se passe à Abidjan. « Il est évident que c’est une situation tout à fait singulière et inédite, et qu’elle ne peut pas perdurer très longtemps », affirmait Jean-Marc Simon, ambassadeur de France en Côte d’Ivoire, à Philippe Duval (Le Parisien du 21 décembre 2010). Je rappelle à son excellence que cela fait plus de cinq ans que Gbagbo est président de la République de Côte d’Ivoire sans avoir été élu ; alors six mois ou cinq ans de plus cela est sans importance pour lui. Simon note d’ailleurs que « des négociations, des accords, il y en a eu de très nombreux depuis 2002 ».

C’est dire que celui qui a des illusions sur Gbagbo est un fieffé imbécile. « Existe-t-il une solution pour sortir de cette impasse ? » interroge Duval. Réponse de notre ambassadeur : « Il y en a plusieurs en réalité et elles sont connues ». O.K.! Sauf qu’il ne dit rien de plus et quand Duval lui demande : « Quelles initiatives avez-vous prises ou prendrez-vous pour tenter de trouver une solution ? », Simon répond : « Moi, je n’ai pas d’initiative à prendre ». Ce qui se comprend. Voilà huit ans que les Français financent sans broncher l’opération « Licorne » pour en arriver à cette situation où notre président de la République, Nicolas Sarkozy, « essaye en vain de lui [il s’agit bien sûr de Laurent Gbagbo] parler à nouveau. Il lui a écrit. Je crois que tout a été dit de notre côté ».
Bon, alors « foutons le camp » et laissons les Ivoiriens se « démerder » entre eux ! Sauf que sur cette question, il convient d’écouter le reggae-man Tiken Jah Fakoly : « Je suis sous le choc, déclare-t-il à Patrick Labesse dans Le Monde (daté du 23 décembre 2010). C’est l’effort de plusieurs années qui vient d’être mis à l’eau ». Au sujet de l’intervention de la communauté internationale dans la crise ivoirienne, il précise : « c’est nous-mêmes [c’est-à-dire l’ensemble de la communauté ivoirienne] qui avons fait appel à elle pour venir arbitrer ces élections. Je me suis toujours opposé à l’ingérence des pays occidentaux dans nos affaires [mais] l’arbitre que nous avons sollicité pour ces élections a sifflé la fin de la confrontation et le score final. Respectons ce score ! ».

Tiken Jah Fakoly, originaire d’Odienné, dans le Nord, à la frontière avec le Mali et la Guinée, s’est « exilé » au Mali après les événements de 2002 ; il n’a jamais été en accord avec Gbagbo. Mais Alpha Blondy, l’autre reaggae-man ivoirien, qui, lui, a animé les meetings du président sortant, a depuis pris le large : il est aussi pour le respect du choix des électeurs. C’est dire que même les stars les plus populaires de la musique ivoirienne ne sont pas en adéquation avec ce qui se passe dans leur pays. C’est, sans doute, le point faible de Gbagbo. Sauf que Gbagbo n’en a rien à foutre. Ni des Ivoiriens ni de la « communauté internationale ».

Il faudra bien que quelqu’un se décide à faire quelque chose pour sortir de l’impasse dans laquelle se trouve à la Côte d’Ivoire. Un fantoche au pouvoir ; un président élu dans l’incapacité d’exercer ses fonctions. Le diplomate français Alain Leroy, secrétaire général adjoint des Nations unies, chargé des opérations de maintien de la paix, dans un entretien avec Adèle Smith à New York (Le Figaro du 22 décembre 2010), explique les limites de son intervention : difficultés d’approvisionnement y compris en gasoil, « harcèlement » des hommes de l’ONUCI « jusque dans leurs appartements pour les faire partir », « messages de haine et appels aux attaques contre l’ONUCI », absence de tout contact avec Gbagbo « qui ne nous répond plus », « exactions et enlèvements la nuit, qui se terminent parfois par des assassinats », « mercenaires d’appoint »… C’est dire que l’ONU ne peut pas faire grand-chose. Leroy dit même : « Nous ne sommes pas là pour faire la guerre. Et nous n’avons pas l’équipement nécessaire ». Thabo Mbeki, l’ancien président de l’Afrique du Sud, et Jean Ping, président de la Commission de l’Union africaine, n’ont pas fait mieux.

Sauf que la situation qui prévaut en Côte d’Ivoire est inacceptable pour la communauté internationale, certes, mais aussi pour l’Afrique de l’Ouest et le continent tout entier. Ne pas y mettre un terme, ce serait autoriser toutes les dérives post-électorales dès lors que le résultat ne convient pas au sortant qui dispose, pour faire prévaloir son pouvoir dictatorial, de l’armée, de l’administration, des banques, etc.

Certes, les leaders « francophones », à l’exception de Blaise Compaoré à Ouagadougou et de Abdoulaye Wade à Dakar, paraissent ne pas être préoccupés par ce qui se passe à Abidjan. Il est vrai qu’ils sont, généralement, mal placés pour se poser en donneurs de leçons. On se souvient de la façon dont Omar Bongo Ondimba s’est fait « ramasser » par Gbagbo, au début de la crise ivoiro-ivoirienne, quand il a voulu lui expliquer jusqu’où il pouvait aller. Mais Ouaga et Dakar (à l’instar de Paris) sont mal placés, eux aussi, pour trop en dire : il y a 4 à 5 millions de Burkinabè en Côte d’Ivoire, pas loin d’un million de Sénégalais (et 15.000 Français) !

Quant aux Forces nouvelles (FN), occupées trop longtemps à mettre en coupe réglée les zones « occupées », elles n’ont ni les hommes ni les équipements suffisants pour affronter les troupes « loyalistes » dont l’armement a été modernisé et renforcé. Les FN pourraient occuper Yamoussoukro, la « capitale » du pays ; mais ce serait entériner un partage du territoire dont Gbagbo pourrait se satisfaire : le Nord, sans débouché maritime, aurait bien des difficultés à « fonctionner » tandis que Gbagbo pourrait continuer à ponctionner le Sud !

Pour le reste, il ne faut compter ni sur les syndicats ni sur les partis politiques, encore moins sur la « société civile » pour faire bouger les lignes. La « guerre des chefs » ne concerne pas les Ivoiriens (même s’ils en sont les premières victimes) qui estiment avoir fait ce qu’ils avaient à faire : aller voter en masse lors de la présidentielle du 31 octobre 2010. Depuis qu’on leur vante les bienfaits du multipartisme et les vertus de la démocratie électorale, ils y ont cru. Il n’est pas certain qu’ils y croient encore longtemps.

Une « communauté internationale » qui se contente de dénoncer les exactions parce qu’elle ne peut pas faire autre chose, des partenaires bilatéraux (avec, au premier rang, la France) qui fustigent le pouvoir en place et posent des ultimatums qui ne font ni chaud ni froid, je ne sais plus qui évoquait, voici quelques années déjà, au sujet de la situation ivoirienne le « bal des baisés ». La musique ne s’est pas interrompue et le DJ tient la distance.

S’il y a la volonté de virer Gbagbo, il n’y a donc pas d’autre solution qu’une intervention armée menée par la Cédéao sous la conduite des Nigérians. Une action collective à laquelle participerait chacun des pays membres. C’est une proposition. Encore faudrait-il qu’une volonté politique s’exprime en sa faveur. Le premier ministre kenyan Raila Odinga - qui s’est trouvé confronté à une situation identique dont il n’est pas sorti vainqueur - proposait que les pays frontaliers de la Côte d’Ivoire, le Liberia et le Ghana, mais également les FN de Bouaké et des forces maritimes assurent le blocus du pays avant de l’envahir si Gbagbo résistait à la pression militaire.

A suivre

Jean-Pierre BEJOT
La Dépêche Diplomatique


Lire aussi : La mort politique de Laurent Gbagbo ne résout pas la crise ivoiro-ivoirienne. (1/3))

La mort politique de Laurent Gbagbo ne résout pas la crise ivoiro-ivoirienne. (3/3)

Vos commentaires

  • Le 24 décembre 2010 à 18:31 En réponse à : La mort politique de Laurent Gbagbo ne résout pas la crise ivoiro-ivoirienne. (2/3)

    C’est vrai. Mort ;lla bete, mort le venin.

    Répondre à ce message

  • Le 25 décembre 2010 à 01:43, par Abdou En réponse à : La mort politique de Laurent Gbagbo ne résout pas la crise ivoiro-ivoirienne. (2/3)

    Il y a une chose qui est certaine ni ADO ni Gbagbo n’aiment vraiment ce pays.
    Mais il y a également une chose qui est bizarre tous ces donneurs de leçons (la fameuse communauté internationale) disent Gbagbo il faut partir sans étudier les réclamations sur lesquelles la Cours Constitutionnelle ivoirienne s’est appuyé pour annuler le vote dans 7 régions (ce qui est grave car ce n’est pas reconnaître le droit de vote à plus de 600000 personnes même si les tricheries étaient avérées) , mais on dit Gbagbo faut partir.
    Les ivoiriens n’ont pas besoin d’un président mais de paix , de santé et d’éducation pour un avenir meilleur.
    Donc tous ces donneurs de leçons devraient favoriser le dialogue et analyser objectivement le contentieux pour ainsi éviter les frustrations (mais je pense que ceci n’est pas leur intérêt car ils ont toujours divisé les africains pour mettre la main sur nos richesses)
    Si ces deux messieurs ne travaillent pas ensemble la RCI ne connaîtra pas la PAIX

    Répondre à ce message

    • Le 26 décembre 2010 à 20:26 En réponse à : La mort politique de Laurent Gbagbo ne résout pas la crise ivoiro-ivoirienne. (2/3)

      Oui pour l’examen des réclamations, si le conseil constitutionnel lui même respecte la loi ! Je vous rappelle que cet organe est collégial. Or, son président avait déjà tranché du litige avant même que le dossier ne lui soit transmis par la CEI, en déclarant que les résultats sont nuls. De plus ce conseil n’a pas pouvoir légal de proclamer un candidat vainqueur à la suite d’irrégularités. L’article 64 du Code électoral ivoirien dispose en effet qu’au cas où le Conseil constitutionnel "constate des irrégularités graves de nature à entacher la sincérité du scrutin et à en affecter le résultat d’ensemble", il doit prononcer "l’annulation de l’élection présidentielle", un nouveau scrutin devant être organisé "au plus tard quarante cinq jour "à compter de la date de cette décision. Le conseil constitutionnel ivoirien a cependant curieusement omis de tirer les conséquences de son constat !

      L’homme

      Répondre à ce message

    • Le 27 décembre 2010 à 18:27 En réponse à : La mort politique de Laurent Gbagbo ne résout pas la crise ivoiro-ivoirienne. (2/3)

      Toi tu es un Gbagboiste idiotise. Ce semblant d’ equilibre montre qui tu es. Ne parlons pas d’ aimer la CI. Parlons serieux. Parlons elections. Qui a gange et qui veut voler. Maintenant, que les ivoiriens aient vote quelqu’ un qu’ ils n’ aiment pas comme president, ca c’est leur tasse de the. Mais le vrai gagnant est le president. ne vous en deplaise, Mr Le Membre de l’ Escadron de la mort de Gbagbo. On est vigilant. Avancez masques comme vous voulez. Nos radars sont la.

      LOP

      Répondre à ce message

  • Le 26 décembre 2010 à 20:03, par Dosso En réponse à : La mort politique de Laurent Gbagbo ne résout pas la crise ivoiro-ivoirienne. (2/3)

    "Abdou" ??? Tu fais une analyse partisane,pas étonnant vu que tu es un pro-Gbagbo. Il faut avoir l’honnêteté de signer de ton vrai nom : Djédjé,Tapé,Séry ou Digbeu ! Gbagbo a perdu l’élection présidentielle,il n’a qu’à se barrer que de chercher à tergiverser et à ruser avec tout le monde. Tu es mal placé pour parler de tricherie avérées. S’il y a eu des tricheries,elles ont indiscutablement eu lieu au sud et dans les zones loyalistes. Il a été confirmé que Gbagbo a bien volé des voix de Bédié et de Ouattara pour passer au premier tour du scrutin présidentiel du 30 octobre dernier. Il y a eu de graves irrégularités et des incohérences des résultats du premier tour(empêchements de vote des populations allochtones agressées à la machette,votes multiples d’individus sans cartes d’électeurs,existence de bureaux de vote fictifs,notamment dans les régions du Haut Sassandra,du Bas Sassandra et du Sud Bandama). Les résultats du 1er tour ont bien été manipulés en faveur du candidat Gbagbo au détriment des candidats du RHDP.Tous ces faits ont été confirmés par les observateurs de l’UE,dont le chef,Cristian Préda,parlementaire roumain,a affirmé qu’il y avait bien eu des problèmes de transparence et qu’il n’était pas acceptable que des mbres de la Cei(FPI) aient refusé l’accès à ses locaux à 14 observateurs de la mission d’observation. L’acheminement des PV(procès verbaux des bureaux de vote jusqu’à Abidjan et leur traitement qui posent problèmes. M. Préda a également évoqué un problème de confiance sur la qualité des PV,ce qui a amené la Cei à passer beaucoup de temps à vérifier l’authenticité des documents qui lui parvenaient.

    Répondre à ce message

  • Le 27 décembre 2010 à 17:57, par re-independance de lafrique En réponse à : La mort politique de Laurent Gbagbo ne résout pas la crise ivoiro-ivoirienne. (2/3)

    laissez ça la france monte les africains.la cedeao est osi monte. regarde le nigeria est une jeune hoe ? non
    ts ce chez d etat n ont ps interet d etre contre sinon ils perdent leur poste.
    c7 vraiment honte pour l afrique
    notre continent doit etre re-independanlise !
    vive a la reindependance de l afrique
    vive le cameroun
    vive la cote d ivoire

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Côte d’Ivoire : Attaque contre une base militaire dans la nuit du 20 au 21 avril 2021
Côte d’Ivoire : Laurent Gbagbo et Blé Goudé libres de rentrer au pays
Côte d’Ivoire : Le gouvernement Achi I enfin dévoilé !
La Politique de la Mort ou la Mort de la Politique ? : Décryptage d’une nécro politique à l’ivoirienne
Cour Pénale Internationale (CPI) : L’acquittement de Laurent Gbagbo confirmé
Côte d’Ivoire : Après les échéances politiques, place aux gestionnaires économiques et financiers !
Côte d’Ivoire : Deux soldats tués et quatre autres blessés dans une attaque à Kafolo
Patrick Achi : Un Premier ministre ivoirien venu d’ailleurs
Côte d’Ivoire : Patrick Achi est le nouveau Premier ministre
Hamed Bakayoko : Une mort en pleine gloire
Côte d’Ivoire : La Justice lance un mandat d’arrêt contre Guillaume Soro et 3 autres personnes
Côte d’ivoire : Macron demande à Ouattara d’« accorder aux nouvelles générations la place qui leur revient »
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés