Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Et puis, il y a ceux que l’on croise, que l’on connaît à peine, qui vous disent un mot, une phrase, vous accordent une minute, une demi-heure et changent le cours de votre vie.» Victor Hugo

Côte d’Ivoire : Laurent Gbagbo saura-t-il résister à la tentation du putsch électoral ?

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Côte d’Ivoire • • mardi 30 novembre 2010 à 06h49min

Chacun connaît l’histoire de la grenouille et du scorpion. Celui-ci, désirant traverser un ruisseau, avait demandé à la grenouille de le porter sur son dos. La grenouille s’étonnera de cette proposition, craignant le dard envenimé du scorpion. « Rien à craindre, lui rétorquera-t-il. Je ne sais pas nager et ma piqûre serait mortelle pour nous deux ».

La Grenouille se laissa convaincre par l’argument et l’étonnant couple se lança dans la délicate traversée. La rive en vue, le scorpion piqua la grenouille ; qui, avant de couler au fond de l’eau, s’étonnera de ce geste effectivement mortel pour tous deux. « Je n’y suis pour rien, rétorquera le scorpion. C’est dans ma nature ».

La Côte d’Ivoire vient d’organiser sa véritable première élection présidentielle « ouverte ». En 1990, au lendemain de l’instauration du multipartisme, il était inimaginable que le « Vieux » ne puisse pas l’emporter. En 1995 et en 2000, les principaux leaders de l’opposition avaient été écartés du scrutin. En 2005, la présidentielle n’avait pas pu être organisée. Et depuis cinq ans, on attendait avec impatience de voir ce que cela pouvait donner sur le terrain. Un premier tour exceptionnel : taux de participation record, pas d’affrontements majeurs ; et un résultat quelque peu inattendu : Laurent Gbagbo n’était pas élu d’emblée tandis qu’Alassane Ouattara, à quelques encablures seulement du « sortant », recevait le soutien sans retenue du troisième larron : Henri Konan Bédié. Ajoutons une campagne pour le second tour qui s’achevait par une confrontation télévisée entre les deux challengers au cours de laquelle ils se montreront « raisonnables ». La grenouille était prête à transporter le scorpion de l’autre côté du ruisseau !

Nous en sommes là aujourd’hui. Après un interminable dimanche passé à guetter les incidents en Côte d’Ivoire et les courriels venus d’un peu partout en Afrique, plus désespérés les uns que les autres à la suite des tensions exacerbées au cours des derniers jours (un premier mort, dans l’Ouest, le jeudi 25 novembre 2010, puis les tirs à balles réelles des forces de l’ordre contre la foule à Abobo, à la périphérie d’Abidjan, lors des manifestations contre le couvre-feu), ce lundi s’avère plus long encore dans l’attente des résultats et, surtout, des dysfonctionnements annonciateurs d’une « grosse manip ». Youn-jin Choi, le représentant du secrétaire général des Nations unies en Côte d’Ivoire, a dit ce qu’il fallait dire : la présidentielle du 28 novembre 2010 « constituera l’heure de vérité pour le peuple ivoirien et ses dirigeants ».

Le « duel télévisé historique » a laissé pensé aux commentateurs qu’entre le « scorpion » et la « grenouille » l’intérêt général l’emportait sur les intérêts particuliers. Pas question de mettre la Côte d’Ivoire « à feu et à sang ». Il faut dire que cela a déjà été fait... Et Blaise Compaoré, le « facilitateur », est descendu à Abidjan à la veille du scrutin pour rappeler tout le monde à l’ordre. « Soucieux de créer les conditions d’un avenir plus radieux pour la Côte d’Ivoire, souligne le communiqué final publié à l’issue du séjour ivoirien du chef de l’Etat burkinabé, le Facilitateur et les parties ivoiriennes, en particulier les deux candidats, conviennent de la nécessité de continuer à promouvoir le dialogue et la concertation entre toutes les forces vives de la Nation pour consolider la paix, la réconciliation et l’unité nationale en Côte d’Ivoire ».

J’aurais, peut-être, pu croire en la bonne volonté de Gbagbo en 1995 ou en 1999. Au-delà, il faut être sourd et aveugle pour rester muet. Il faut être encore plus handicapé (physiquement et mentalement) que cela pour penser que les « chefs de guerre » qui ont mis le Nord de la Côte d’Ivoire en coupe réglée vont ranger leurs armes de guerre, rendre les 4 x 4 volés, dédommager les filles violées et chercher un job dans l’administration ou le privé ! Alain Saint Robespierre, dans le quotidien burkinabé L’Observateur Paalga de ce matin (lundi 29 novembre 2010), posait la bonne question : « Gbagbo et Ouattara ont-ils perdu tout contrôle sur leurs partisans ou ont-ils tout simplement rusé avec les téléspectateurs ? », ajoutant : « Comment rester zen face à la vague de violences […] qui a précédé le scrutin à Abidjan et à l’intérieur du pays ? ».

Je n’ai pas la mémoire courte. Le « Je ne serai pas battu. J’y suis, j’y reste » de Gbagbo (Jeune Afrique du 17 octobre 2010), est explicite. Plus encore quand Gbagbo souligne, dans le même entretien avec François Soudan, que « près du tiers des électeurs vivent dans le meeting-pot d’Abidjan […] C’est là que la bataille sera la plus intéressante à observer ». Ce matin, dans Libération (lundi 29 novembre 2010), Thomas Hofnung rappelait que Gbagbo, qui « se voit comme un « résistant » prêt à entrer définitivement dans l’histoire […], a conquis de haute lutte le pouvoir et ne le lâchera pas facilement ».

En instaurant le couvre-feu, Gbagbo verrouille toute activité dans la capitale (1/3 des électeurs, précise-t-il). Et en confiant le contrôle de ce couvre-feu à des militaires et à des policiers ivoiriens dont il a tout récemment assuré la promotion (et quelle promotion, l’armée et les forces de l’ordre ivoirienne sont devenues une « armée mexicaine », mais il est vrai que les « rebelles » n’ont pas mégoté non plus sur les galons), il sait de quel côté penchera la balance. Le sien ! Dans un système où la prévarication a été érigé en mode de production politique et économique qui a envie de voir arriver au pouvoir un homme réputé pour sa rigueur de gestion ?

Ce qui ne cesse de m’étonner dans tout cela, c’est le côté juge et partie de Gbagbo. Son mandat s’est achevé en 2005 ; et nul ne peut nier qu’il a traîné des pieds autant qu’il a pu pour ne pas aller à une présidentielle dont il ne cessait pourtant d’annoncer qu’il sortirait vainqueur dès le premier tour. « Vraiment y a rien en face » affirmaient ses séides. A la veille d’une échéance majeure, le voilà qui annonce publiquement (sans que le premier ministre ne semble en être informé, et moins encore son challenger) qu’un couvre-feu va être instauré. C’est changer la règle du jeu avant même qu’il n’y ait eu un premier mort sur le terrain électoral. Ce n’est pas que je sois soupçonneux, mais je doute que l’objectif de Gbagbo soit la « sécurisation » du scrutin. Bien plutôt sa « manipulation ».

Il est naïf de penser qu’il puisse en être autrement. La défaite de Gbagbo serait un prélude à l’implosion de son parti, le FPI. Si la crédibilité internationale de l’actuel chef de l’Etat ivoirien est réduite à sa portion congrue (ses soutiens, à Luanda et à Pretoria, ont été bien silencieux ces derniers temps ; même chose à Paris), il faut souligner qu’elle est aussi sujette à caution en Côte d’Ivoire. Il y a un certain temps déjà que Simone, son épouse, a pris ses distances ; elle a même envisagé, un temps, de jouer « solo » dans cette affaire. Or, Simone a été la véritable instigatrice de la victoire de Laurent en 2000 et du durcissement de ses positions depuis la rébellion de 2002. Tout le « sale boulot », c’est elle qui l’a assuré quand Laurent, quelque peu dépressif et toujours incertain politiquement, avait tendance à penser qu’il ne servait à rien d’aller jusqu’au bout.

La stratégie, c’est Simone ; la tactique, c’est Simone ; la logistique, c’est Simone ; le passage du « socialisme » à « l’évangélisme » (avec ce que cela implique comme réseau d’influence et de source de financement), c’est encore Simone. Or, Gbagbo n’écoute plus que Nady, jeune journaliste « nordiste ». On comprend que cela agace Simone. C’est dire que Gbagbo joue son devenir ; en tant que président de la République mais également comme leader politique. Le problème avec les scorpions, ce n’est pas qu’ils ont un dard mortel et qu’ils ne savent pas nager ; c’est qu’ils sont tout juste bon à « foutre le bordel ». C’est dans leur nature.

Jean-Pierre BEJOT
La Dépêche Diplomatique

Vos commentaires

  • Le 30 novembre 2010 à 09:28, par le survivant En réponse à : Côte d’Ivoire : Laurent Gbagbo saura-t-il résister à la tentation du putsch électoral ?

    Me Jean-Pierre BEJOT votre analyse de la situation est non seulement partisane mais peu diplomatique est elle en un mot l’expression d’une hypocrisie dangereuse

    Répondre à ce message

    • Le 30 novembre 2010 à 21:27, par Sned En réponse à : Côte d’Ivoire : Laurent Gbagbo saura-t-il résister à la tentation du putsch électoral ?

      Je ne partage pas votre avis. L’article est bien écrit et objectif. A titre personnel, je soutenais Gbagbo quand il était dans l’opposition sous Houphouët-Boigny. Mais, aujourd’hui, je ne pardonne pas à ce monsieur qui ose encore se dire socialiste d’avoir trempé dans l’eau trouble de l’ivoirité ! Comme disait un illustre homme d’état américain : "On peut tromper une partie du peuple tout le temps. On peut aussi tromper tout le peuple un certain temps. Mais on ne peut pas tromper tout le peuple tout le temps.". Je sais gré au peuple ivoirien de ne pas s’être laissé plus longtemps berner par les chantres de l’ivoirité. Même s’ils essaient encore de confisquer le pouvoir par des manoeuvres déshonorantes et dangereuses !

      Répondre à ce message

      • Le 1er décembre 2010 à 13:50, par rysie En réponse à : Côte d’Ivoire : Laurent Gbagbo saura-t-il résister à la tentation du putsch électoral ?

        tout à fait d’accord avec vous.
        Je ne comprend vraiment pas ce président pour qui le peuple a marché lors des élections présidentielles 2000 contre le général Guéi robert pour l’installer au pouvoir parce qu’il voulait préserver le pouvoir et lui c’est la même chose qu’il veut faire à son tour.
        Car nulle n’est dupe au vu de ce qu’on constate je crois que c’est monsieur Alassane Ouattara qui a remporté les élections présidentielles.je veux bien croire à une contestation mais il faut laisser la cei donner les résultats ensuite il ya des recours auprès des autorités compétentes pour contester un résultat.

        Répondre à ce message

    • Le 1er décembre 2010 à 12:25, par MCG En réponse à : Côte d’Ivoire : Laurent Gbagbo saura-t-il résister à la tentation du putsch électoral ?

      Tout à fait d’accord que c’est émettre un avis dangereux,servant à soulever des émeutes !
      Les manipulations,la corruption sont des normes ivoiriennes reconnues....
      Alassane est tout à fait capable,comme Soro Guillaume,d’avoir prévu un "remaniement" de comportement de leurs fidèles en cas où....
      Gbagbo aussi....
      Donc,attendons ce que la CEI va dire.

      Répondre à ce message

    • Le 5 décembre 2010 à 08:18, par Mahdi Abdi Ismaél En réponse à : Côte d’Ivoire : Laurent Gbagbo saura-t-il résister à la tentation du putsch électoral ?

      Une parfaite analyse sur un homme qui s’est toujours accroché au pouvoir et qu’il n’ a jamais songé qu’il partira un jour pour rester éternellement auprés de sa femme, Simone. Une femme de fer comme avait écrit Jean Pierre Béjot et qui doit maintenant convaincre son mari à rendre son tablier dignement et de sortir par la grande porte. Cette analyse convient parfaitement du caractère de Gbagbo et vous vous trompez sincerement lorsque vous dites qu’elle est peu diplomatique à moins que vous n’êtes pas un des ses sbires qui attisent la haine et le désordre dans ce pays réputé jadis prospère.
      Mahdi A.I, Djibouti.

      Répondre à ce message

  • Le 30 novembre 2010 à 10:11, par yed En réponse à : Côte d’Ivoire : Laurent Gbagbo saura-t-il résister à la tentation du putsch électoral ?

    Bel Article ! bel analyse
    Chapeau JP BEJOT

    Répondre à ce message

  • Le 30 novembre 2010 à 10:44, par Alexio En réponse à : Côte d’Ivoire : Laurent Gbagbo saura-t-il résister à la tentation du putsch électoral ?

    je suis tres d accord sur ton analyse Laurent Gbagbo veut manipulert le resultat final en instaurantle couvre-feu.C est malheureux pour la Cote D Ivoire cette manøvre frauduleuse qui porra compromettre la paix.

    Répondre à ce message

  • Le 30 novembre 2010 à 15:05 En réponse à : Côte d’Ivoire : Laurent Gbagbo saura-t-il résister à la tentation du putsch électoral ?

    Je ne vois pas comment la CI ne connaitra pas la violence une fois les elections proclamees. Parce que Gbagbo va etre lamine par Alassane D. Ouattara qui rassure. Mais Gbagbo, veritable trouble- fete va actionner son atout, c’est a dire le bas- peuple. Et les autres ne se laisseront plus canarder et entasses a Yop City. La CI est mal barree. Vivement que la communaute internationale soit tres tough avec ces politiciens sans morale du FPI. Celui qui a dit que Me Bejot est partisan a dit toute la verite. Me Bejot a une conscience et il ne peut pas ne pas etre partisan devant des violeurs de vie humaine et des gens qui cherchent a reconstruire la merde semee par ceux qui savent que transformer toute la CI en un geant et putribond depotoir de dechet toxiques. Il ya de la repugnance a jouer au relativiste devant Hitler et ses supplicies.
    Merci me Bejot. C’est avec plaisir qu’ on vou lit jusqu’ au point final.

    Répondre à ce message

  • Le 30 novembre 2010 à 16:26 En réponse à : Côte d’Ivoire : Laurent Gbagbo saura-t-il résister à la tentation du putsch électoral ?

    Bel article avec quelques ratés quand même. L’histoire de la grenouille et du scorpion aurait pu être analysée à deux niveaux : Gbagbo Vs Ouattara et ensuite Simone Vs Gbagbo. On a senti un début d’analyse Gbagbo Vs Ouattara, qui s’est vite essouflée et plombée par celle de Gbagbo Vs Simone. Encore bel article et non partisan comme l’estiment certains. Bravo !

    Répondre à ce message

  • Le 30 novembre 2010 à 16:38, par l’obs En réponse à : Côte d’Ivoire : Laurent Gbagbo saura-t-il résister à la tentation du putsch électoral ?

    Ce matin il a ete demande aux journalistes de deguerpir de la CEI. Si Gbagbo avait l’avantage des chiffres il n’en serait pas ainsi. Pensez-y. Alassane a gagne alors on traine pour trouver comment faire pour inverser le resultat des urnes, faire avaler la pillule de la manipulation au peuple ivorien ou tout simplement trouver le moyen d’invalider les votes du nord comme le reclame le faucons du FPI sous pretext qu’il ya eu des incidents. Decidement le chien le changera jamais sa facon de s’assoire.

    Répondre à ce message

  • Le 1er décembre 2010 à 12:29, par MCG En réponse à : Côte d’Ivoire : Laurent Gbagbo saura-t-il résister à la tentation du putsch électoral ?

    Ouattara risque d’être un fameux dictateur,il n’a pas l’amour du pays et de la population,il est froid comme les chiffres qu’il sait si bien manipuler.
    Attention à la casse !
    De toutes façons,personne n’est parfait,et un des gros défauts des ivoiriens,c’est de manquer de reconnaissance(peut-être par manque de mémoire ?).
    Comptabilisons les bienfaits,les acquis pour le pays venant de Gbagbo, et faisons de même pour Ouattara.
    La balance penche de quel côté ?
    A bon entendeur...

    Répondre à ce message

    • Le 4 décembre 2010 à 19:00 En réponse à : Côte d’Ivoire : Laurent Gbagbo saura-t-il résister à la tentation du putsch électoral ?

      C’est le peuple ui a choisi ce monsieur froid comme les chiffres. Il sait ce qui peut etre son bonheur ou son malheur. Permets au peuple de faire le choix de son bonheur ou de son malheur.
      Gbaggo s’est discredite. Le FPI s’ est discredite. Ca ne sera plus comme avant. J’ aime bien Gbagbo le deshonorable mais quand je regarde dans ma boule de cristal, je ne vois pas comment il poura garder ce [pouvoir. Le voleur a trop pris piour que le proprietaire ne s’ en apercoive plus. Manque d’ intelligence. Comme se peut-il etre autrement pour un epileptique chronique qui refuse de se mettre au Gardenal ? La seule solution qui vaille, c’est la communaute internationale doit empecher ce fou a lier de tuer les gens avant d’ etre chasser comme le malpropre qu’ il est. Il a honni toute l’ Afrique. Ila rapetisse la CI. Elle meritait mieux.
      Le Bejot Africain

      Répondre à ce message

  • Le 1er décembre 2010 à 12:53, par vox dei En réponse à : Côte d’Ivoire : Laurent Gbagbo saura-t-il résister à la tentation du putsch électoral ?

    Châpeau à vous pour cette analyse éclairée ! ce que certains ne comprennent pas c’est qu’un journaliste impartiale c’est pas celui qui dit les choses pour être à équidistance, mais celui qui met les choses à nu, même si celà derange une partie pourvu que ce soit VRAI !

    Répondre à ce message

  • Le 1er décembre 2010 à 13:54, par rysie En réponse à : Côte d’Ivoire : Laurent Gbagbo saura-t-il résister à la tentation du putsch électoral ?

    d’accord car tout ce qui se fait montre le vrai visage de celui qui détruire la cote d’ivoire pour satisfaire ses propres intérêts

    Répondre à ce message

  • Le 4 décembre 2010 à 19:01 En réponse à : Côte d’Ivoire : Laurent Gbagbo saura-t-il résister à la tentation du putsch électoral ?

    Le scorpion ne fait que piquer et ne sait que [piqur. Malheureusement. Comme le chien enrage ne sait que baver jusqu’ a ce que la crise epileptique l’ emporte.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Côte d’Ivoire : « J’ai décidé de sacrifier mon poste pour la paix » dit Guillaume Soro, démissionnaire de la présidence de l’Assemblée nationale
Côte d’Ivoire : Thierry Tanoh, le joker sans frontières… politiques de la présidentielle ivoirienne
Côte d’Ivoire : Henri Konan Bédié met fin à son union avec le parti au pouvoir
Côte d’ivoire : Des tirs entendus dans l’enceinte de la 3e région militaire de Bouaké
“Agitations” en Côte d’Ivoire : Guillaume Soro appelle à la repentance
Pourquoi et comment Guillaume K SORO peut-il devenir Président de la République sans les armes ?
La liste des membres du nouveau gouvernement ivoirien
Côte d’Ivoire : Daniel Kablan Duncan désigné vice-président de la République
Amadou Gon Coulibaly nommé nouveau Premier ministre en Côte d’Ivoire
Côte d’Ivoire-Burkina : « Les relations sont excellentes », selon Alpha BARRY
Quand Guillaume Soro parle pour l’Histoire à Cyril Bensimon
Affrontements intercommunautaires de Bouna : La version des faits et l’analyse de WANEP Côte d’Ivoire
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés