LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “La porte du changement ne peut s’ouvrir que de l’intérieur. Chacun en détient la clé” Jacques Salomé

Burkina/Humanitaire : Christian Aid et ATAD procèdent à la capitalisation des expériences et au partage des bonnes pratiques dans le Centre-nord

Publié le jeudi 20 juin 2024 à 16h54min

PARTAGER :                          
Burkina/Humanitaire : Christian Aid et ATAD procèdent à la capitalisation des expériences et au partage des bonnes pratiques dans le Centre-nord

L’Alliance technique d’assistance au développement (ATAD), en partenariat avec l’ONG Christian Aid, a organisé un atelier de capitalisation des expériences et de partage des bonnes pratiques dans le cadre du projet « Renforcement du leadership humanitaire local au Burkina ». L’évènement s’est déroulé ce jeudi 20 juin 2024, à Kaya, dans la région du Centre-nord. Cet atelier a réuni divers acteurs humanitaires, représentants d’ONG et autorités locales pour évaluer les progrès réalisés et partager les leçons apprises au cours de la mise en œuvre du projet. La cérémonie a été présidée par le haut commissaire de la province du Sanmatenga, Idrissa Gansonré.

Au Burkina Faso, la plupart des ONG locales s’illustrent par une autonomie limitée, peinant à mobiliser des financements propres et à trouver leur place dans les espaces nationaux de coordination de l’aide. Ces dernières demeurent souvent dans un rôle de prestataires pour les ONG internationales opérant dans le pays. Une dépendance qui limite le champ d’action de ces ONG locales à répondre efficacement aux crises humanitaires et à développer des solutions durables adaptées aux besoins spécifiques des communautés locales.

Face à cette situation, l’Alliance technique d’assistance au développement (ATAD), en partenariat avec l’ONG Christian Aid, a renforcé la capacité d’une cinquantaine d’organisations non gouvernementales. Cette initiative vise en effet, à favoriser l’autonomie des ONG locales et à rendre l’aide humanitaire plus pertinente et durable.

« Que la localisation de l’aide s’installe véritablement dans le Centre-nord », Ousséni Kouraogo, coordonnateur des opérations, représentant le directeur pays de ATAD

« Nous avons identifié une cinquantaine d’ONG pour lesquelles les activités de formation ont consisté notamment à initier de façon pratique, des projets au profit des communautés et à mobiliser des ressources. Car ce qui est généralement reproché aux organisations locales, c’est leur faible capacité en termes de gestion, de compétences et de logistiques », a déclaré Ousséni Kouraogo, coordonnateur des opérations à ATAD.

La vision poursuivie ici, implique une localisation de l’aide. Selon Ousséni Kouraogo, il s’agit d’un processus collectif visant à ramener les acteurs locaux, qu’ils soient organisations de la société civile ou institutions publiques locales, au centre du système et de la réponse humanitaire. Pour atteindre cet objectif, il est crucial, souligne-t-il, de promouvoir des partenariats plus équitables entre les acteurs internationaux et locaux, d’augmenter les financements directs aux organisations locales et de leur donner un rôle central dans la coordination de l’aide.

« Christian Aid est très heureux d’accompagner le processus de localisation de l’aide dans la région du Centre-nord », Nestor Ouédraogo, représentant de Christian Aid

Témoignages des participants

Les participants ont partagé des témoignages de leurs expériences sur le terrain. Les échanges ont permis de mettre en avant les défis rencontrés et les solutions innovantes trouvées pour y faire face. Ces partages d’expériences sont essentiels pour créer une base de connaissances commune et améliorer continuellement les approches humanitaires.

« Nous avons bénéficié de plusieurs formations qui nous ont permis de répondre aux besoins de notre association. Nos capacités ont entre autres été renforcées en matière de techniques d’élaboration de petits projets. Grâce à cela, nous sommes en train de monter un projet pour contribuer à la réinsertion scolaire des filles déplacées internes du post-primaire et du secondaire », a témoigné Mamounata Sawadogo/Ouédraogo, coordonnatrice de la cellule provinciale FAWE Sanmatenga.

« Nous sommes à la recherche de financement pour réaliser notre projet de réinsertion scolaire des jeunes filles », Mamounata Sawadogo/Ouédraogo, coordonnatrice de la cellule provinciale FAWE Sanmatenga

Somtore Samba, secrétaire général de l’Association des journalistes et communicateurs pour la promotion des droits de l’enfant dans le Centre-nord, est un autre bénéficiaire du projet. Il a indiqué avoir mené des campagnes de sensibilisation auprès des parents d’élèves pour encourager le retour effectif des enfants à l’école dans certaines localités abritant des personnes déplacées internes.

Les activités de sensibilisation menées par Somtore Samba et son association ont été essentielles pour surmonter les réticences et les obstacles liés à la scolarisation des enfants déplacés. Ces initiatives contribuent non seulement à l’épanouissement des enfants mais aussi à la stabilité et au développement à long terme de la région du Centre-nord.

« Des parents ont pris conscience de l’importance de l’éducation pour l’avenir de leurs enfants », Somtore Samba, secrétaire général de l’Association des journalistes et communicateurs pour la promotion des droits de l’enfant dans le Centre-nord

Renforcement du leadership humanitaire local

Le projet « Renforcement du leadership humanitaire local au Burkina » vise à autonomiser les communautés locales en développant leurs compétences en gestion de crises et en leadership. Ce projet est essentiel pour une réponse humanitaire plus rapide et plus adaptée aux besoins spécifiques des populations locales, souvent les premières touchées par les crises.

Lors de l’atelier, plusieurs présentations et discussions ont eu lieu, mettant en lumière les stratégies et pratiques efficaces adoptées par les différents acteurs. Parmi les thèmes abordés figuraient la gestion des ressources, la coordination entre les organisations et la communauté, ainsi que l’importance de l’inclusion et de la participation des femmes et des jeunes dans les processus décisionnels.

Perspectives d’avenir

Cet atelier marque une étape importante dans le renforcement du leadership humanitaire local au Burkina Faso. Il a souligné l’importance de la collaboration et du renforcement des capacités locales pour une gestion humanitaire plus résiliente et autonome au Burkina Faso. Les travaux vont aboutir à un document de capitalisation qui va être vulgarisé à l’ensemble des parties prenantes et servir d’outil de plaidoyer pour les acteurs nationaux et internationaux.

La réussite de la localisation de l’aide dépend également de la volonté des organisations locales à transformer leurs structures pour assumer pleinement leur rôle. Cela nécessite une gestion directe des financements, la mise en œuvre autonome des activités, et une participation active aux processus décisionnels. Financé par Christian Aid à plus de 58 000 000 de francs CFA pour une durée de dix mois, le projet « Renforcement du leadership humanitaire local au Burkina » est mis en œuvre par l’ONG ATAD.

Lire aussi : Budgétisation sensible au genre : Christian Aid et ATAD restituent les résultats de l’étude portant sur les pratiques et perceptions des parties prenantes

Hamed Nanéma
Lefaso.net

PARTAGER :                              

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par les responsables.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique